L'enfer est un endroit (dans les croyances religieuses) où les âmes des pécheurs après la mort sont éternellement tourmentées.

Le mot russe «enfer» vient de la langue grecque antique. L'étymologie du grec ancien Ἅιδης (Haides) ("souverain des enfers Hadès", "mort", "enfer") est très curieuse. La première lettre de ce mot, alpha, est un préfixe, qui dans ce cas a le sens de négation, c'est-à-dire qu'il est traduit en russe par «non». Et la racine du mot ἰδ est formée du verbe ἰδεῖν (idein), qui signifie «regarder», «voir», «contempler». Autrement dit, littéralement du grec ancien "l'enfer" est traduit par quelque chose d'invisible, d'informe, quelque chose qui ne peut pas être vu.

L'enfer, état d'esprit posthume pour les pécheurs impénitents, même issu de l'étymologie du mot, est un terrible et grand mystère. L'enfer est invisible et inimaginable, il est impossible de le représenter dans des images ou des idées spécifiques. Des images avec des casseroles brûlantes et des démons vifs mettant des pécheurs malheureux sur une fourche ne sont que quelques symboles du fait que l'enfer sera très mauvais, si mauvais que «pire que jamais». L'enfer est invisible car c'est un endroit complètement sans espoir, un endroit dépourvu de lumière.

Pendant ce temps, puisque l'enfer est toujours un grand mystère, la pensée chrétienne s'est toujours battue sur l'énigme, est-ce vraiment, pour toujours, cet endroit se révélera sans espoir et sans lumière, c'est-à-dire Dieu? Quels tourments attendent ceux qui sont là, et seront-ils éternels? Comment combiner la bonté et la miséricorde infinies de Dieu et l'idée du châtiment éternel en général?

"Pères et professeurs, je pense:" Qu'est-ce que l'enfer? " Je raisonne ainsi: «Souffrir qu'on ne peut plus aimer», dit le héros de Dostoïevski, frère Zosima. Saint Isaac le Syrien a dit que même à Géhenne, l'amour de Dieu atteindra toujours, car il n'y a rien qui soit absolument innocent d'elle. Cependant, pour ceux qui sont allés en enfer, depuis qu'ils ont choisi le mal, cet amour sera un fléau et un grand tourment: «Ceux qui sont tourmentés en enfer sont frappés par le fléau de l'amour. Et comme ce tourment d'amour est amer et cruel! Car ceux qui sentent qu'ils ont péché contre l'amour endurent un tourment plus fort que tout autre terrible tourment; le chagrin qui frappe le cœur pour le péché contre l'amour est plus douloureux que n'importe quel châtiment possible. Il est inapproprié pour une personne de penser que les pécheurs de la Géhenne sont privés de l'amour de Dieu. L'amour... est donné à tout le monde en général. Mais l'amour par sa puissance agit de deux manières: il tourmente les pécheurs, tout comme ici il arrive à un ami d'endurer d'un ami, et il réjouit ceux qui ont rempli leur devoir (devant Dieu). Et donc, à mon avis, tel est le tourment de l'enfer - c'est la repentance ".

Certains saints chrétiens, en pensant à cela, ont défendu la position selon laquelle, puisque les Saintes Écritures disent que les pécheurs vont dans le tourment éternel, alors il n'y a pas besoin de «penser», mais de faire confiance à ce qui a été dit et de croire que c'est ainsi. Voici ce que dit, par exemple, saint Théophane le Reclus: «Comme nous ne pouvons rien savoir de l'avenir avec notre esprit, alors il n'y a rien à se mêler de lui là-bas. Dieu seul, le Seigneur des âges, le sait. Il dit ou dira: Ceux-ci vont au tourment éternel, mais les justes à la vie éternelle. Alors Dieu a dit, il n'y a rien qui vous brise la tête parce que. Le problème a été résolu avec autorité. Ils crient: comment est-ce, tourment éternel pour ceux qui ont temporairement péché? Ils veulent être plus philanthropiques que Dieu lui-même, qui a souffert et est mort sur la croix pour les pécheurs. Si nous, humains, avions inventé une doctrine, il conviendrait de s'y opposer. Mais quand Dieu lui-même, qui est mort pour les pécheurs, le dit ainsi, nous devons l'accepter humblement et croire, peu importe à quel point notre petit esprit peut sonner intelligemment ici ».

Mais dans les écrits patristiques, il y a un autre point de vue selon lequel, malgré les souffrances grandes et sans précédent, la géhenne est toujours soumise à des limites de temps. Il a été exprimé sous une forme ou une autre par Isaac le Syrien, Grégoire de Nysse, le moine John Climacus, qui a déclaré que "bien que tout le monde ne puisse pas être impartial, il n'est pas impossible que tout le monde soit sauvé et réconcilié avec Dieu"..

Une histoire intéressante est également racontée sur le moine Silouan l'Athonite. Une fois, un moine est venu vers lui, qui a commencé à prouver que Dieu punirait tous les pécheurs, et ceux-ci sont destinés à brûler dans le feu éternel. L'aîné lui a alors demandé: "Eh bien, dites-moi, s'il vous plaît, s'ils vous mettent au paradis, et de là vous verrez quelqu'un brûler dans un feu infernal, serez-vous en paix?" - "Et que pouvez-vous faire, vous êtes vous-même à blâmer", répondit le sévère ascète. Puis Silouan répondit avec tristesse: "L'amour ne peut pas supporter cela... Nous devons prier pour tous.".

De même, dans certains hymnes liturgiques, la tradition de l'Église de la descente du Christ aux enfers est exposée et qu'il a fait sortir tous ceux qui étaient là: «Aujourd'hui l'enfer crie:« Ma puissance est détruite, l'accueil des morts, comme un d'entre les morts, je ne peux pas du tout garder celui-ci, mais je détruis avec lui à l'image des royaumes; J'ai des morts depuis des temps immémoriaux, mais celui-ci ressuscitera tous »; "L'image des royaumes qui ont été privés, et même s'ils peuvent être dévorés - tous sont laissés pour compte" (c'est-à-dire que j'ai libéré tous ceux que j'avais auparavant réussi à dévorer) ".

Par conséquent, il faut comprendre que la Géhenne et la question de savoir si elle a une fin est un mystère inaccessible à l'esprit, mais en même temps, l'Église n'a pas rejeté l'espoir qu'en fin de compte tous les pécheurs auront la possibilité d'être sauvés..

La signification du mot "laquoad"

ENFER, -a, offre. à propos de l'enfer, en enfer, m Dans de nombreuses religions: un endroit où les âmes des «pécheurs» morts sont un tourment éternel. [Peter] a parlé de tout brièvement, de manière impressionnante, sa pensée portait le plus souvent sur Dieu, l'enfer et la mort. M. Gorky, Chez les personnes. || transfert L'environnement, les conditions, l'être dans lequel est douloureux, insupportable. La vie d'Alexandra Mikhailovna et de Zina s'est transformée en un enfer sans espoir. Ils ne savaient pas comment se tenir debout, comment s'asseoir pour ne pas mettre en colère Andrei Ivanovich. Veresaev, deux extrémités. Il y avait un enfer dans l'arène. De la vapeur tombait des chevaux qui avaient été engraissés pendant l'hiver. Tout le monde s'est précipité du mieux qu'il pouvait, se heurtant à des barrières et se cognant l'un contre l'autre. Ignatiev, cinquante ans dans les rangs. || généralement certains ou où. De souffrance morale, d'angoisse mentale, vécue par qn. Il [Kalinovich] avait tout un enfer dans son âme. Pisemsky, mille âmes. Ah, c'est le métier d'écrire! Ce n'est pas seulement un tourment, mais tout un enfer spirituel. Saltykov-Shchedrin, petites choses dans la vie.

Source (version imprimée): Dictionnaire de la langue russe: En 4 volumes / RAS, Institut de linguistique. recherche; Ed. A.P. Evgenieva. - 4e éd., Effacé. - M.: Rus. lang.; Polygraphes, 1999; (version électronique): Bibliothèque électronique fondamentale

  • Ambiguïté: voir aussi Gehenna, Valley of Hinnom

L'enfer (du grec ancien Ἅδης - Hadès ou Hadès) - dans la représentation des religions (religions abrahamiques, zoroastrisme), des mythologies et des croyances - un lieu de punition terrible, souvent posthume, pour les pécheurs qui y éprouvent tourment et souffrance. Typiquement opposé au paradis.

L'ancien mot «Hadès» a été utilisé dans la Septante pour transmettre le mot hébreu שאול - Sheol, et dans un sens partiellement repensé est passé dans le Nouveau Testament.

ENFER, a, pl. non, m. [grec. Enfers]. 1. Selon les enseignements chrétiens, un lieu où, après la mort des pécheurs, leurs âmes sont livrées au diable pour un tourment éternel dans le feu. 2. transfert. À propos de quelque chose, là où il y a du désordre, de l'horreur. En une minute, le chenil est devenu un enfer (quand un loup l'a frappé). Krlv. || Bruit, désordre, agitation (familier). Ils ont un vrai a. à la maison. 3. transfert. État d'esprit tourmentant, souffrance morale. Sous la douche de tante A. - les pensées les plus sombres. D. Bdny.

Source: "Dictionnaire explicatif de la langue russe" édité par D. N. Ushakov (1935-1940); (version électronique): Bibliothèque électronique fondamentale

La Terre est le territoire de l'enfer

La compréhension que la Terre est l'une des régions de l'Enfer était connue dans l'antiquité. Mais avec le début de la nouvelle ère, ces informations ont commencé à être supprimées des chroniques historiques accessibles au public, et ce qui ne pouvait pas être supprimé a été délibérément déformé..

Nostradamus a une explication de cette censure: s'ils savaient QUOI cacher, ils cacheraient tout.
Ce furent les premiers siècles de la formation de la religion chrétienne, avec le baptême des païens avec "le feu et l'épée" et l'extermination de ceux qui voient la vérité avec les feux de l'Inquisition.
On peut dire avec confiance que les ministres du culte d'aujourd'hui ne comprennent plus les ruses des premiers siècles auxquelles étaient soumis les textes de sources religieuses primaires, et diffusent simplement ce dont ils ont hérité. Ils travaillent juste pour une organisation communautaire appelée «église» sans entrer dans le texte de base. Et pourquoi, si le concept développé apporte des dividendes stables?
Mais c'est tout l'incident de la situation: en paroles, l'église avec toute son apparence défend Dieu, vers qui (au paradis) elle cherche à conduire toute l'humanité, mais en fait elle contredit Dieu (l'Écriture) en tout, s'éloignant de Lui dans la direction opposée. (en enfer).
Mais c'est tellement prédéterminé: lorsque la situation atteint un certain point critique temporaire, au-delà duquel un retour est impossible, la Source Primaire entre en jeu - les Messagers viennent sur Terre, conduits par Dieu Lui-même. L'Église, perdue à ce moment-là, perçoit cette paroisse strictement au contraire, croyant que les nouveaux arrivants veulent détruire sa «juste cause», et commence une lutte avec Dieu, le déclarant le diable.
C'est cette «illusion» de l'église qui est inscrite dans la sagesse populaire - «des loups déguisés en brebis».

Il est possible pendant longtemps de séparer et de retourner les énigmes de l'illusion humaine, qui ont recouvert la Vérité de Dieu d'une couche épaisse, par conséquent, nous indiquerons un court chemin pour réaliser le monde dans lequel une personne vit, à partir de sa naissance..

Passons à l'illustration de l'article. (voir fig.)
Il comporte une base d'affiches pour la série télévisée américaine Our Era: The Continuation of the Bible, écrite à l'origine A.D.: la BIBLE CONTINUE.
Le fait est que si l'église suivait la voie de Dieu et commençait à accomplir les prescriptions de la Bible (la Parole de Dieu) - pour enquêter sur CHAQUE MOT, elle trouverait des indices du bon chemin à chaque étape (dans chaque mot). Et l'Église a suivi sa propre voie - a interprété l'Écriture à sa manière (dans son propre intérêt) et a placé son interprétation au-dessus de celle de Dieu..
Mais les indices révélant le faux étaient initialement dans les bons mots, et sont restés à leur place, et ont été activés au bon moment. Ce moment est le HEURE - DATE - de la venue de Dieu sur Terre - 08/11/1999. Mais, malheureusement pour l'église, la paroisse n'a pas eu lieu selon ses attentes interprétées - "du ciel... et d'un bord à l'autre".

Pour une compréhension correcte des Écritures, une TRADUCTION CRYPTOGRAPHIQUE était nécessaire, et non une interprétation égoïste et une attitude impartiale envers les informations trouvées pendant la traduction. Seule l'équanimité aidera à lier correctement la toile déchirée de la Connaissance de Dieu.
Aujourd'hui, dans la «compétition» des différentes religions et confessions, il n'est question d'aucune impartialité. C'est à cette occasion que l'Écriture contient une indication d'une «maison divisée en elle-même, qui ne résistera pas» (Matthieu 12:25). Et en conséquence, la règle «diviser pour régner», sur laquelle l'Église terrestre est guidée avec tolérance, n'est clairement pas inventée par Dieu..

Retour à l'illustration.
Il est connu d'après les Écritures que "TOUS LES MOTS ont leur propre sens" (1 Cor 14: 10). TOUT signifie aussi CEUX qui sont en dehors des Saintes Écritures.
Par conséquent, l'indice que la TERRE est ADOM, par exemple, était dans les mots latins ANNO DOMINI, qui se traduisent directement par JOURS DU SEIGNEUR, mais qui se traduisent par DES JOURS DU SEIGNEUR, ou NOTRE ERE, selon les premières lettres latines A.D..
La présence de cet indice comme assurance de Dieu s'explique de plusieurs manières..
1. Les enseignements tirés des Écritures selon lesquels Dieu est descendu en enfer sur Terre et non dans un plan souterrain.
L'église a décidé de laisser la doctrine "Sur la descente aux enfers" dans les Apocryphes, tout en transformant par son interprétation la zone du PLAN TERRE en PLAN GRAVE.
Ensuite, vous devez lire les Apocryphes pertinents et déjà comprendre pourquoi Christ n'a pu faire sortir de l'Enfer que ceux qui l'ont cru..

2. Le véritable ENFER sur Terre commence après que l'humanité n'a pas accepté (n'a pas compris, n'a pas cru) Dieu qui est descendu dans l'enfer terrestre et l'a TUÉ, couvrant le meurtre avec sa doctrine du «sacrifice volontaire de Dieu pour le salut de tous les pécheurs»..
MIND refuse de comprendre et de croire en l'explication que "le salut des meurtriers est planifié par Dieu à travers Son meurtre".
Et où, avec une telle explication, est la place du commandement de Dieu - "Tu ne tueras pas"? Cette interprétation du «sacrifice» est analogue à «la promotion par le suicide volontaire du patron», ou à «la maîtrise instantanée de tous (grades 1 à 11) du cours scolaire par les élèves par le suicide public d'un enseignant en ligne le 1er septembre devant des élèves de première année». Il semble qu'une telle analogie devrait éveiller vivement la conscience de l'église de son erreur et d'une auto-exposition urgente..

3. L'indice le plus court que la TERRE est l'Enfer a été trouvé dans le mot latin TERRE - TERRA, qui, dans le contexte de la Connaissance Divine, se lit comme "le temps qu'une personne est sur TERRE est pour lui le temps (l'ère) de l'ENFER". (voir fig.)
D'où le principal message d'auto-révélation de l'église selon lequel une personne au cours de sa vie doit essayer d'expier tous ses péchés. Les péchés sont juste expiés déjà en ENFER, comme les crimes en prison. Mais si une personne naît libre sur une Terre libre, alors pendant ce temps, elle doit apprendre à reconnaître les péchés, en contournant ces pièges en ENFER, de sorte que plus tard quelque part dans l'esprit, elle doit vivre sans les commettre..
Comment pouvez-vous apprendre à une personne à identifier le péché alors que votre enseignement est construit sur l'erreur, basé sur une interprétation volontaire des Écritures??
En passant, comparez les mots AD et AUDITORIA - une salle de formation. Voir - AD et TERRA?

4. Que la TERRE est l'enfer est révélé par les traductions de la Bible elle-même.
Ainsi, le mot latin PRESSION s'écrit VENIT, et le successeur de la langue latine - l'anglais, le mot PRESSION est déjà traduit par AVENT, en ajoutant les lettres AD. Ainsi, un indice est révélé que la VENUE de Dieu est en ENFER.
Mais le plus intéressant est que dans les Écritures en latin et en anglais, c'est dans le mot COMING (synonyme de COMING) - PARISH et PAROCHIA que le pays est indiqué où la VENUE de Dieu doit avoir lieu.
Mais dans les langues latine et anglaise, le mot PRESSION est déjà déformé et caché derrière le mot ARRIVÉE, mais dans la source originale, en grec, le nom du pays du PRINCE est lu de manière reconnaissable - PARUSIA, c.-à-d. - RACIA. De plus, le mot PARUSIA signifiait à l'origine la PRÉSENCE PERMANENTE DE DIEU sur Terre, c'est-à-dire TOUJOURS en RUSSIE. Et puis, le sens du mot PARUSIA a été déformé, et la PRÉSENCE PERMANENTE a été remplacée par la VENUE ATTENDUE "au bon endroit pour quelqu'un", puis, à travers le christianisme, sur la base de l'enseignement juif, ils ont complètement privé la RUSSIE de son sens MESSIAN..

Il y a aussi d'autres indices, comme la question de «pourquoi le diable gouverne le monde» si son fief est l'enfer? Que fait-il alors dans le monde terrestre et quelle est sa force en dehors de l'enfer?

La connaissance que la Terre est ENFER, et qu'une personne est née en ENFER pour corriger les erreurs de ses incarnations précédentes, devrait radicalement changer la perception actuelle de l'ordre mondial..

Ainsi, au moins depuis l'avènement de notre ère sur Terre, depuis le meurtre du Christ, selon des sources grecques, on savait que la Venue de Dieu pour le salut du monde entier viendra de Russie, où SON ESPRIT et SON TRONE sont TOUJOURS présents, sans quitter la Terre..
Par conséquent, les vrais prophètes savent que la renaissance de la Terre à partir de la domination de l'AD commencera à partir de la Russie..
Par conséquent, aujourd'hui, tous ceux qui vivent selon les lois de notre ère et qui divisent pour régner ont jeté leur dévolu sur le lieu du réveil de la Loi de Dieu. Ils n'ont pas besoin d'un avant-poste de Lumière sur Terre.

Mais... aujourd'hui en Russie même, sous le joug de l'ère de l'illusion, les forces de l'AD sont à l'œuvre, qui empêchent le Dieu qui est déjà venu en chair de sortir avant la Terre entière. Et, malheureusement, les contraintes de Dieu, en premier lieu, ne sont pas Ses serviteurs égarés, mais ces autorités séculières que ces serviteurs ont su convaincre dans leur vision de l'Histoire..
Aujourd'hui, la Russie fait un choix - pas seulement son chef, mais vote pour l'opportunité pour toute l'humanité de continuer à vivre sur Terre selon les lois de la création ou d'être détruite dans le feu nucléaire de notre ère..
La compréhension dans un tel choix est très subtile, et ce qui semble sauver, en fait, peut être désastreux..
Regardons à nouveau l'illustration, à l'inscription «A.D.: La BIBLE CONTINUE». (voir fig.)
Le mot BIBLE est le mot caché PIPLE (PEOPLE - people, population).
Mais le mot CONTINUE en traduction directe signifiant CONTINUE et SAUVEGARDE, garde une indication du moment présent dans le temps. Réorganisons les lettres comme suit: * UTIN CONES. Ce qu'ils ont vu et comment ils ont compris, le choix aussi.

Grigoriev Yuri et Azhazha Anna
experts du langage symbolique des textes anciens
04.03.2018

Qu'est-ce que l'enfer?

L'enfer a-t-il été créé par Dieu ou d'où vient-il, est-il possible en enfer de prier, de se repentir, et y a-t-il une opportunité d'être sauvé de l'enfer si vous y êtes déjà? Raisonnement de l'archiprêtre Georgy Klimov, chargé de cours au Département d'études bibliques de l'Académie des sciences de Moscou.

Le dieu de l'enfer n'a pas créé

- L'enfer, ou enfer ardent, dans l'Orthodoxie s'oppose au Royaume des Cieux. Mais si le Royaume des Cieux est la vie éternelle et la béatitude, il s'avère que l'enfer est aussi la vie éternelle, seulement dans le tourment? Ou quelque chose de différent?

- Pour répondre à cette question, vous devez vous mettre d'accord sur les termes, c'est-à-dire ce que nous entendons par vie. Si nous comprenons la vie comme Dieu, parce qu'Il est la vie et la source de la vie (Jean 1: 4), alors nous ne pouvons pas dire que l'enfer est la vie. D'un autre côté, si le Christ lui-même, désignant ceux qu'il condamne lors du jugement dernier, dit: «Ceux-ci iront dans le tourment éternel», et le mot «éternel» signifie ici «des temps sans fin», ou peut-être «que quelque chose qui dépasse les limites du temps », alors nous pouvons supposer que si une personne éprouve des tourments, des souffrances, alors elle est vivante, sa vie continue. Par conséquent, nous pouvons dire qu'en effet, l'enfer est ce que l'âme hérite après le jugement dernier, unie au corps, pour toujours.

La compréhension orthodoxe de l'enfer a été formulée de manière assez complète à l'époque des conciles œcuméniques, lorsque nos grands professeurs d'église vivaient, et n'a pas changé qualitativement depuis ce temps. La seule question qui inquiète la théologie orthodoxe quand on parle de l'enfer est la question de l'apocatastase, la possibilité du salut universel. Les fondements de cet enseignement ont été formulés par Origène (IIIe siècle)..

Cependant, il n'a jamais été reconnu comme un enseignement de la théologie orthodoxe. Mais à chaque génération, la doctrine de l'apocatastase trouve ses partisans, et l'Église doit constamment expliquer son infidélité. La difficulté de clarifier cette question pour beaucoup est due au fait que la Sainte Écriture déclare clairement: Dieu est Amour. Et il est impossible de comprendre comment l'Amour peut accepter d'envoyer sa création, appelée aussi du néant par l'amour, au tourment éternel. La doctrine de l'apocatastase offre sa propre réponse.

- Dans le Psaume 138, il y a une ligne: "Si je descends aux enfers (l'enfer), et vous y êtes." Peut-il y avoir quelque part dans le monde créé par Dieu où il n'y a pas de Dieu créateur??

- Le Juif de l'Ancien Testament avait le sentiment que Dieu est partout et se remplit de lui-même, de sa présence, et le chrétien l'a aussi. Selon l'Apôtre Paul, la création ou l'accomplissement eschatologique que nous attendons est indiqué très simplement: "Il y aura Dieu de toutes sortes en tous" (1 Co 15, 28) Mais alors quelle question se poser: Dieu est partout, mais comment suis-je Son Je vis et je perçois?

Si comme l'Amour, si je subordonnais la mienne à Sa bonne et parfaite volonté - non par devoir ou contrainte, mais par désir et amour, alors ma communion avec Lui sera vraiment le paradis. Après tout, en soi, un état de félicité, le bonheur n'est expérimenté par une personne que lorsque ce qu'elle veut est réalisé. Au paradis, seule la volonté divine sera réalisée. En fait, le paradis est aussi le paradis car il n'y aura qu'une seule volonté divine en lui. Et une personne ne percevra cet endroit comme un paradis que dans un cas - si sa volonté coïncide complètement et complètement avec la volonté divine.

Mais si tout n'est pas ainsi, si ma volonté n'est pas d'accord avec la volonté de Dieu, si elle s'en écarte ne serait-ce que d'un iota, alors le paradis pour moi cesse immédiatement d'être le paradis, c'est-à-dire un lieu de félicité, de plaisir. Après tout, il se passe quelque chose dont je ne veux pas. Et, restant objectivement paradis, et pour les autres, pour moi ce lieu devient un lieu de tourment, où il me devient intolérable de la présence de Dieu, car sa lumière, sa chaleur ne me réchauffent pas, mais me brûlent.

Nous pouvons ici rappeler l'expression de saint Jean Chrysostome: «Dieu est bon parce qu'il a créé la géhenne». C'est-à-dire que Dieu, par son amour pour l'homme et par la liberté qui lui est accordée, lui donne l'opportunité d'être avec Dieu ou sans Lui, selon l'état de l'âme, et pour cela, à bien des égards, l'homme est lui-même responsable. Une personne peut-elle être heureuse avec Dieu si son âme veut se venger, est en colère, convoitise?

Mais le Dieu de l'enfer n'a pas créé, tout comme il n'a pas créé la mort. L'enfer est une conséquence de la déformation de la volonté humaine, une conséquence du péché, le territoire du péché.

Comment le diable est arrivé au paradis?

- Si pour rester au paradis il faut être d'accord avec la volonté de Dieu, alors comment le serpent-diable est-il arrivé au paradis, qui y marchait réellement (pas encore damné à ramper sur son ventre), même pas gêné par la présence de Dieu?

En effet, dans les premières pages de la Bible, nous lisons comment Adam et Eve au Paradis conversent avec Dieu, et cette communication avec Lui «dans la voix du froid est mince» pour nos premiers parents. Mais en même temps au paradis, il y en a un qui ne perçoit pas le paradis en tant que tel - c'est le diable. Et au paradis, il tente Adam et Eve avec le mal.

La théologie ne parle pas de la manière dont le diable est arrivé au ciel. Il y a des suggestions que pour le diable qui possède le serpent, peut-être que cet endroit n'était pas encore littéralement fermé, il n'y avait pas de finalité pour décider de son sort, il n'y avait pas de chérubin pour lui avec une épée de feu, car plus tard, après la chute, il a été placé pour une personne. Parce que Dieu attendait peut-être une correction du diable. Mais la tromperie de l'homme par le diable entraîne la malédiction finale de Dieu contre le diable. Après tout, avant cela, nous n'entendons jamais les mots de malédiction à son égard. Peut-être que Dieu, en tant qu'amoureux de sa création, lui a-t-il encore permis de rester au paradis? Mais le diable n'a pas profité de cette opportunité pour de bon.

Le fait que le paradis n'est pas un certain territoire ou un état extérieur, objectivement indépendant d'une personne, mais un état directement lié à sa conscience de soi et à son attitude, selon l'interprétation de certains bibliques, est dit dans le premier chapitre de l'Évangile de Jean, dans le prologue: «En lui il y avait la vie et la vie était la lumière des hommes »(Jean 1: 4).

C'est grâce à la communion avec le Seigneur, en mangeant de l'Arbre de Vie, que les ancêtres ont ressenti le paradis - le paradis, c'est-à-dire la vie et la lumière, qui faisaient partie intégrante de leur nature, ce souffle de vie dont parle l'Écriture. Mais le verset suivant: "La lumière brille dans les ténèbres, et les ténèbres ne l'ont pas comprise" (Jean 1: 5), parle déjà du temps après la Chute, où Dieu, la lumière divine, car l'homme devient un objet extérieur, depuis qu'il a quitté la nature humaine: le Saint-Esprit quitte la personne. Et une personne devient mortelle, car elle n'est plus capable de contenir Dieu.

Les ténèbres de ce verset peuvent également signifier un endroit où il n'y a pas de Dieu, non pas objectivement, mais par perception. Ici, vous pouvez faire un parallèle avec un autre passage de l'Évangile - de l'Évangile de Matthieu (6: 22-23): «La lampe pour le corps est un œil. Donc, si votre œil est propre, alors tout votre corps sera lumineux; Si votre œil est mauvais (sombre), tout votre corps sera sombre ".

Et puis c'était comme ceci: "Donc, si la lumière qui est en vous est l'obscurité, alors qu'est-ce que l'obscurité!" De quoi parle le Christ ici? Peut-être la même chose que le paradis et l'enfer, comme la lumière et les ténèbres, commencent dans l'homme lui-même ici sur terre. Dans l'Évangile de Luc, le Christ dit déjà très clairement que: «Le Royaume de Dieu ne viendra pas de manière perceptible. Car voici, le royaume de Dieu est en vous »(Luc 17: 20-21).

Il n'y a pas de mots similaires sur l'enfer dans l'Evangile, mais basé sur la logique de l'Evangile, cela s'applique également à l'enfer. On peut dire que l'enfer ne vient pas de manière perceptible. Et l'enfer est en nous.

Bien sûr, dans les textes de l'Évangile et de l'Ancien Testament, on trouve souvent une description sensuelle et détaillée de l'enfer. Il faut comprendre ici qu'il s'agit d'anthropomorphismes dans un certain sens, quelque chose d'adapté à la perception d'une personne. Si nous regardons comment les saints pères ont parlé de l'enfer, nous verrons qu'ils ont toujours retiré de l'ordre du jour ces images effrayantes sensuellement détaillées avec des casseroles, des crochets de fer et des lacs salés..

Basile le Grand a écrit sur les tourments infernaux que ceux qui font le mal se lèveront, mais pas pour faire frire dans une poêle, mais «pour scandaliser et honte, pour voir en nous l'abomination de ces péchés qui ont été commis, pour le plus cruel de tous. le tourment est une honte éternelle et une honte éternelle ".

John Chrysostom, connu pour son penchant pour l'interprétation littérale, commentant les paroles du Christ sur les grincements de dents et un ver implacable, sur le feu éternel, ne touche pas les images elles-mêmes, mais dit: «Il vaut mieux être soumis à d'innombrables coups de foudre que de voir comment le doux visage du Sauveur se détourne de nous et ne veut pas nous regarder. " Et pour Chrysostome, l'enfer se résume au fait que Dieu détourne Son visage de vous. Et qu'est-ce qui pourrait être plus effrayant?

Est-il possible de se repentir en enfer?

- Dans la parabole évangélique de l'homme riche et du mendiant - Lazare, il est dit que l'homme riche, arrivé en enfer après sa vie cruelle, s'est repenti et a demandé à l'ancêtre Abraham d'envoyer un message à ses proches afin qu'ils se repentent également. Donc la repentance est possible en enfer?

- La question de la repentance est la question clé du salut. Lorsque le Seigneur au Jugement dernier envoie des pécheurs en enfer, il témoigne ainsi qu'une personne est condamnée précisément pour son refus de se repentir de ses péchés, pour ne pas vouloir être corrigée. Après tout, il semblerait qu'il y ait eu un non-croyant, mais le jugement dernier est venu, le Christ est venu, tout a été révélé, repentez-vous, et alors vous serez sauvé!

Mais ce n'est pas si simple. Ce n'est pas un hasard si l'Église dit constamment que le temps de la vie terrestre est réservé à la repentance..

Il y a un enseignement de l'Église sur les soi-disant péchés mortels. Ils sont appelés ainsi, bien sûr, pas parce que vous devez tuer une personne pour eux..

Le fait est que, commettant un péché mortel et ne pas s'en repentir, une personne meurt chaque fois pour la vie éternelle, chaque fois qu'elle semble prendre du poison et refuse de se repentir de l'antidote. Ayant décidé de le faire, il franchit une certaine ligne, dépasse ce point de retour, après quoi il ne peut plus se repentir, car sa volonté, son âme sont empoisonnées par le péché, paralysées. C'est un mort vivant. Il peut se rendre compte que Dieu a la vérité, la lumière et la vie avec Dieu, mais il s'est déjà entièrement dépensé pour le péché et est devenu incapable de se repentir..

La repentance ne veut pas dire: Oh, Seigneur, pardonne-moi, je me trompe. Une vraie repentance signifie prendre et changer votre vie du noir au blanc. Et la vie a été vécue et gaspillée dans le péché. Elle est partie pour de bon.

Nous voyons des exemples de non-repentance dans l'Évangile. Lorsque les pharisiens avec les sadducéens se rendent chez Jean-Baptiste pour être baptisé sur les rives du Jourdain avec tout le peuple, il les salue avec les mots: "Génération de vipères, qui vous a inspiré à fuir la colère future?" (Matthieu 3: 7). Ces paroles, comme expliqué par les interprètes, ne sont pas une question du Baptiste, mais sa déclaration selon laquelle, allant vers lui, ne peuvent plus se repentir. Et donc ils sont la progéniture de la vipère, c'est-à-dire les enfants du diable, qui, comme ses anges, sont tellement enracinés dans le mal qu'ils ne peuvent plus se repentir..

Et Abraham dit au riche à partir de la parabole: "un grand fossé est fixé entre nous et vous, de sorte que ceux qui veulent passer d'ici à vous ne le puissent pas, ni ne passent de là à nous" (Luc 16:26). Rien d'Abraham ne peut faire.

Mais cette parabole, racontée par le Seigneur lui-même, a été racontée par lui avant sa résurrection. Et nous savons qu'après sa résurrection, il est descendu aux enfers et a fait sortir tous ceux qui voulaient aller avec lui. Dans l'une de ses épîtres, l'apôtre Pierre dit que le Christ a également prêché aux esprits en prison tous les pécheurs, qui depuis l'époque de Noé ont été emportés par le déluge, mais se sont repentis, les ont fait sortir de l'enfer..

Il n'y a pas de contradiction ici. Une personne est avertie que le péché est le chemin de la mort. Nous avons le temps de nous repentir - toute notre vie. Avant le jugement dernier, l'Église prie aussi pour les morts, ceux qui n'ont pas eu le temps de se repentir de leur vivant. Et nous croyons, espérons que Dieu entend nos prières. Mais nous croyons aussi qu'après le jugement dernier, il n'y aura plus de temps pour la repentance..

- Mais si l'image de Dieu dans une personne est indestructible, peut-il arriver un moment où la repentance est impossible? Si une personne ne peut pas se repentir, alors il ne reste plus rien de Dieu en lui, et le diable, bien sûr, n'a pas gagné, mais a néanmoins regagné un «morceau de territoire».?

- Lorsque nous parlons de l'image de Dieu, nous devons comprendre comment elle s'exprime. Il y a l'image de Dieu, et il y a la ressemblance de Dieu. L'image, combinée à la ressemblance, rend une personne digne de Dieu. Leur combinaison parle aussi de l'accord entre la volonté de l'homme et la volonté de Dieu..

L'image de Dieu est en chaque personne, la ressemblance n'est pas en tout le monde. Créant l'homme par sa parole, Dieu dit: «Créons l'homme à notre image et à notre ressemblance (Gn 1, 26) et l'image ici est ce qui est investi dans l'homme depuis le début et qui est indestructible, ses qualités divines sont l'éternité et la liberté. La similitude est un potentiel qu'une personne doit se révéler.

Nous pouvons devenir comme Dieu en accomplissant les commandements, en vivant selon la volonté de Dieu. En tant que personne qui a l'image indestructible de Dieu en lui-même, l'homme choisit par son libre arbitre - l'enfer ou le ciel. Nous ne pouvons pas mettre fin à notre existence.

Il aurait été possible de dire que le diable a gagné avant la venue du Christ. Et la victoire du diable s'est exprimée, tout d'abord, dans le fait que chaque âme, à la fois le juste et le pécheur, est descendue en enfer. Mais après que le Seigneur a piétiné la mort à la mort, on peut déjà demander, et saint Jean Chrysostome a posé une fois cette question - pourquoi le Seigneur a-t-il laissé le diable, parce qu'on pouvait le réduire en poudre et ne tourmenter personne d'autre?

Le diable était «autorisé» à l'homme, comme Job - pour que l'homme ait la possibilité de grandir dans le bien, de résister au mal, en choisissant librement Dieu, c'est-à-dire en préparant son âme à la vie au paradis, où Dieu sera tout en tous. Ou rejeter librement Dieu.

Nous avons dit que le paradis et l'enfer commencent ici et maintenant. Y a-t-il peu de gens ici sur terre qui, ayant l'image de Dieu en eux-mêmes, ne s'efforcent pas du tout de devenir comme Dieu, se passent de Dieu, ne veulent pas être avec lui? Et bien qu'une personne ne puisse en fait vivre sans Dieu, vivre une vie réelle et authentique, elle s'arrange souvent consciemment pour elle-même une vie où Dieu n'existe pas et vit en paix. Et se sépare de ce que Dieu a préparé pour lui. Mais si sur terre il ne veut pas être avec Dieu, quelles sont les raisons de penser qu'il voudra être avec Dieu après la mort??

Dans une conversation avec Nicodème, il y a les mots suivants: «Celui qui croit en lui (le Fils de Dieu) n'est pas condamné, mais l'incroyant est déjà condamné, parce qu'il n'a pas cru au nom du Fils unique de Dieu» (Jean 4:18). Et alors le Christ dira: «Le jugement consiste dans le fait que la lumière est venue dans le monde; mais les gens aimaient les ténèbres plus que la lumière, parce que leurs actes étaient mauvais »(Jean 4:19). Que nous disent ces mots? Il s'agit du fait qu'une personne choisit pour elle-même, avec qui être et comment vivre. L'incroyant a déjà été condamné, mais l'incroyant n'est pas dans le sens où il n'a jamais rien entendu à propos de Dieu, ne savait pas, ne comprenait pas et donc ne croyait pas, et tout à coup il s'est avéré qu'Il existe. Et un incroyant dans le sens - ne croyait pas consciemment à ce qu'il avait appris sur Dieu et sur Christ en tant que Sauveur. Et par son incrédulité, il s'est condamné.

Les prières de l'enfer sont-elles entendues?

- De quoi souffrent exactement ceux qui ne sont pas devenus comme Dieu en enfer, s'ils ont consciemment choisi la vie sans Dieu, ne se repentent de rien?

- Le tourment infernal consistera dans le fait que les passions que nous avons en nous ne pourront être satisfaites, et ce sentiment d'insatisfaction dans le futur de l'éternité deviendra insupportable. Une personne qui ne s'est pas tournée vers Dieu pour la guérison de sa nature passionnée, endommagée par le péché, voudra toujours quelque chose avec passion et n'aura jamais l'occasion de réaliser son désir. Parce qu'en enfer les passions ne sont pas satisfaites, Dieu n'y créera pas les conditions que l'homme a l'habitude d'utiliser sur terre.

L'Évangile de Jean dit que celui qui fait la volonté de Dieu «ne vient pas au jugement, mais est passé de la mort à la vie» (Jean 5:24). C'est, en fait, que c'est la personne elle-même, sa volonté, sa passion ou sa liberté détermineront - où aller, en enfer ou au paradis. Comme se connectera avec comme.

- Peut-être un pécheur en enfer pour prier? Ou a-t-il un tel désir là-bas?

- Si nous appelons la prière simplement un appel à Dieu, alors à en juger par la parabole du riche et de Lazare, et d'après les nombreux témoignages des patericiens, une telle prière est possible. Mais si nous parlons de prière comme de communion avec le Seigneur et de son efficacité, ici, à en juger également par la parabole de l'homme riche et de Lazare, nous pouvons voir qu'une telle prière ne se fait pas entendre en enfer.

Vous pouvez vous souvenir des paroles du Christ: «Beaucoup me diront ce jour-là: Seigneur, Seigneur, n'avons-nous pas chassé les démons en ton nom» (Matthieu 7:22). Cela peut également être compris comme une prière, mais ce n'est pas efficace. Parce que derrière cela il n'y avait pas de véritable accomplissement de la volonté de Dieu, mais il n'y avait que vanité. Et par conséquent, une telle prière ne peut probablement pas changer une personne. Une personne qui n’a pas cultivé le Royaume de Dieu en elle-même, ne l’a pas cherché, n’a pas travaillé dessus, je ne sais pas s’il peut attendre ce qui est demandé.

- Quelle est la différence entre les tourments infernaux avant le jugement dernier et après?

- Après le jugement dernier, tous les hommes seront ressuscités des morts, le nouveau corps spirituel de l'homme sera recréé. Non seulement les âmes apparaîtront devant Dieu, comme cela se produit avant le jugement dernier, mais les âmes réunies avec des corps. Et si avant le jugement dernier et avant la seconde venue du Christ, les âmes des gens étaient dans un pressentiment de félicité céleste ou de tourment infernal, alors après le jugement dernier, dans toute sa plénitude, une personne commencera à expérimenter directement l'état du paradis ou de l'enfer..

- Ceux qui sont en enfer peuvent-ils voir la souffrance de l'autre?

- Il y a des révélations à ce sujet dans les patericons, par exemple, dans l'histoire de la façon dont Macaire le Grand, marchant dans le désert, a vu un crâne qui, comme il a été révélé à Macaire, s'est avéré être le crâne d'un prêtre égyptien. Le saint a commencé à l'interroger, et le crâne a raconté ses tourments amers. L'ascète, clarifiant, demanda: "Dis-moi, y a-t-il quelqu'un d'autre dans un tourment plus sévère que toi?" Le crâne dit: «Bien sûr qu'il y en a. Je me tiens sur les épaules d'un évêque. " Et puis commence à parler de lui.

On ne nous donne pas cette preuve en vain. Vous pouvez légèrement ouvrir le voile du mystère du tourment infernal, imaginez cette honte quand il n'y a nulle part où se cacher de l'exposition de vos péchés.

- Pourquoi dans les hymnes du Grand Samedi, quand on se souvient de la descente du Christ aux enfers, il y a les mots "Et de l'enfer toute liberté"?

- Nous le chantons dans le sens où nous disons que «le Christ nous a tous sauvés». La venue au monde de l'homme-Dieu, sa souffrance, sa mort, sa résurrection, l'envoi du Saint-Esprit à l'humanité - ne dépendent pas de la volonté de la personne elle-même. Mais cela dépend de la volonté d'une personne - d'accepter ce don commun du salut, de sorte qu'il devienne son don personnel, ou de rejeter.

Par conséquent, nous disons que le Christ descend en enfer pour sauver tout le monde. Mais qui sauve-t-il? Nous savons par la Tradition que Christ, après sa résurrection, a fait sortir de l'enfer les pécheurs justes et repentants de l'Ancien Testament. Mais nous n'avons aucune information selon laquelle Christ a fait sortir tout le monde. Et si quelqu'un ne voulait pas aller à lui? Nous n'avons pas non plus d'informations selon lesquelles l'enfer est vide depuis lors. Au contraire, la Tradition dit le contraire..

- Dans l'Église, il y a une compréhension de la non-linéarité du temps, qui s'exprime dans le fait que nous ne nous souvenons pas, par exemple, de la Nativité du Christ, qui était il y a 2013 ans, ou de la même Résurrection qui était en Judée il y a environ 2000 ans, mais nous vivons ces événements ici et maintenant.

- Ce n'est pas une compréhension précise. Il y a un enseignement sur le caractère unique du sacrifice du Christ. Cela a été fait une fois, pour tout et pour tout le monde. Mais ce qui se passe le Grand Samedi, à Pâques même et à chaque fête de l'église est une opportunité de rejoindre cette réalité qui, en tant que donnée, existe déjà. Entrez dans cette réalité, devenez ses participants.

Après tout, nous ne sommes «pas à blâmer» de ne pas être nés au moment où le Christ a marché sur la terre. Mais le Christ a apporté le salut pour chaque personne, et a donné à chaque personne «des chances égales», quel que soit le temps, de rejoindre la réalité de sa souffrance, son triomphe.

Le Christ lui-même dit: "L'heure vient et c'est maintenant", "Le temps vient et il est déjà venu." Lors de la liturgie, lorsque le prêtre pendant le canon eucharistique prie au trône, il parle de la venue du Royaume des Cieux en puissance, de la résurrection générale au passé. Pourquoi? Parce que le Seigneur nous a déjà donné tout cela en tant que réalité. Et notre tâche est d'y entrer, de devenir ses participants.

L'Église du Christ est la réalité du Royaume de Dieu sur terre. Rejoindre l'Église et tout ce qu'elle est prête à donner, et révèle à l'homme la réalité de la vie éternelle heureuse. Et seul celui qui découvre cette réalité en lui-même peut espérer qu'après le jugement dernier, il se révélera pleinement en lui..

Le Royaume de Dieu est déjà venu. Mais l'enfer n'est pas inactif non plus.

Qu'est-ce que c'est que ça

L'enfer dans l'esprit des religions (religions abrahamiques, zoroastrisme), mythologies et croyances est un lieu de punition terrible, souvent posthume, pour les pécheurs qui y éprouvent tourments et souffrances. Typiquement opposé au paradis.

L'ancien mot «Hadès» a été utilisé dans la Septante pour transmettre le mot hébreu Sheol (שאול), et dans un sens partiellement repensé est passé dans le Nouveau Testament.

Contenu

Dans la mythologie

Mythologie ancienne

Mythologie germano-scandinave

Dans les religions

Islam

Les musulmans ont une idée de l'enfer comme le lieu d'habitation des incroyants et des pécheurs parmi ceux qu'Allah n'a pas pardonnés. Les sources d'information sur l'enfer sont tirées par les musulmans du Coran et des paroles du prophète Mahomet. Il y a des gardes en enfer - 19 anges sévères, et le principal gardien de l'enfer est le puissant ange Malik. Comme il ressort des paroles du prophète, l'enfer et le paradis ont déjà été créés, mais les gens n'y entreront qu'après le jugement dernier..

En Enfer, tourmentez par le feu, qui est bien plus douloureux que le feu terrestre, boit de l'eau bouillante et du pus, ainsi que les fruits de l'arbre infernal Zakkum vous attendent. Le séjour des incroyants en enfer est éternel, tandis que le châtiment par l'enfer des pécheurs-musulmans n'est pas éternel et après un certain temps (dont seul Allah est au courant) ils seront libérés de la flamme infernale et entreront au paradis. [1] Il y a de nombreuses références à l'Enfer dans les textes sacrés du Coran, par exemple:

"Leur désir sera de sortir du Feu, mais ils n'en sortiront jamais, ils auront un tourment éternel." (Coran 5:37) "En vérité, celui qui ne croit pas et commet l'iniquité, Allah n'aura pas pitié et ne les guidera pas sur le chemin, sauf le chemin de la Géhenne, où ils resteront pour toujours." (Coran 4: 168-169) «Je l'enverrai aux Enfers. Comment savez-vous ce qu'est l'enfer? Elle n'épargne rien et ne laisse rien, brûlant une personne. Il y a dix-neuf (gardes) au-dessus d'elle. " (Coran 74:26:30) «Et ils appelleront: 'O Malik! Que ton Seigneur nous mette fin! »Il dira:« Tu resteras! «Nous t'avons donné la vérité, mais la plupart d'entre vous détestent la vérité». (Coran 43: 74-78) «Ceux qui ne croient pas sont préparés à boire de l'eau bouillante et à des souffrances douloureuses parce qu'ils ne croient pas» (Coran 10: 3-5) [2]

judaïsme

La Septante utilise le terme «Enfer» dans les endroits où le texte hébreu a «Sheol». [3]

Christianisme

L'enfer (ᾅδης) est mentionné dans le Nouveau Testament comme le lieu de tourment après la mort pour les pécheurs (Luc 16:23; 1 Cor. 15:55; Apoc. 6: 8; Ap. 20:13). L'enfer est rempli de flammes (grec φλογὶ) et est un lieu de tourment et de souffrance [4]. Il est également fait mention des «portes de l'enfer» (πύλαι ᾅδου) (Matt. 16:18). Dans la traduction synodale, l'enfer est synonyme d'enfer (Ps. 85:13; Ps. 87: 4). Le Credo apostolique exprime l'idée de la descente du Christ aux enfers pour le salut des pécheurs. Une idée similaire est présente dans l'iconographie orthodoxe du Jugement dernier..

Dans le catholicisme, pour certaines catégories de personnes (anciens bébés vertueux et non baptisés vertueux), au lieu de l'enfer, l'enseignement prévoit un membre.

Dans l'orthodoxie, le concept de l'enfer équivaut aux mots enfer du feu, tartre, tourment éternel, lieu du séjour final des pécheurs après la fin du monde [5], etc. Dieu lui-même parle à plusieurs reprises et sans ambiguïté de l'éternité du tourment posthume des pécheurs, incarné en la personne de Jésus-Christ:

Et si ta main te tente, coupe-la: il vaut mieux pour un estropié entrer dans la vie qu'à deux mains pour entrer dans la Géhenne, dans un feu inextinguible, où leur ver ne meurt pas et le feu ne s'éteint pas. Et si ton pied te tente, coupe-le: il vaut mieux entrer dans la vie d'un boiteux que d'être jeté aux enfers à deux jambes, dans un feu inextinguible, où leur ver ne meurt pas et le feu ne s'éteint pas. Et si votre œil vous tente, arrachez-le: il vaut mieux pour vous entrer dans le Royaume de Dieu avec un œil, que d'être jeté en enfer avec deux yeux, où leur ver ne meurt pas et le feu ne s'éteint pas.

Alors il leur répondra: En vérité, je vous le dis, puisque vous ne l'avez pas fait à l'un des plus petits d'entre eux, vous ne me l'avez pas fait. Et ceux-ci iront dans le tourment éternel, mais les justes dans la vie éternelle.
Le mendiant est mort et a été porté par les anges dans le sein d'Abraham. Le riche est également mort et a été enterré. Et en enfer, étant tourmenté, il leva les yeux, vit de loin Abraham et Lazare dans son sein, et, criant, dit: Père Abraham! Ayez pitié de moi et envoyez Lazare tremper le bout de son doigt dans l'eau et refroidir ma langue, car je suis tourmenté dans cette flamme. Mais Abraham a dit: enfant! souvenez-vous que vous avez déjà reçu votre bien dans votre vie, et Lazare - le mal; maintenant il est réconforté ici, et vous souffrez; et en plus de tout cela, un grand abîme s’établit entre nous et vous, de sorte que ceux qui veulent passer d’ici à vous ne puissent pas.

L'Église orthodoxe enseigne qu'avant le jugement dernier, seuls les démons et les âmes des pécheurs sont tourmentés en enfer et qu'après le jugement dernier, les corps matériels ressuscités des pécheurs subiront également des tourments infernaux..

Différences sur l'enfer dans le christianisme

Dans l'histoire du christianisme, il y a d'autres compréhensions de l'enfer.

Selon Origène, "Christ restera sur la croix et Golgotha ​​continuera aussi longtemps qu'au moins une créature restera en enfer". Origène a exprimé ce point de vue dans la doctrine de l'apocatastase, maudite par le cinquième concile œcuménique à la demande de l'empereur Justinien.

Selon Nikolai Berdyaev, la doctrine d'Origène de l'apocatastase se heurte à sa propre doctrine (d'Origène) de la liberté. Il écrit: «Il y a un enfer, mais il est temporaire, pas éternel, c'est-à-dire, en substance, il est purgatoire. L'enfer temporaire n'est toujours qu'un purgatoire et acquiert une signification pédagogique. L'enfer, en tant que sphère subjective, en tant qu'immersion de l'âme dans ses propres ténèbres, est le résultat immanent de l'existence pécheresse, et pas du tout une punition transcendantale du péché. L'enfer est l'impossibilité de passer au transcendant, il y a immersion dans l'immanent »[6].

Il est impossible d'accepter le fait que Dieu pourrait créer le monde et l'homme, prévoyant l'enfer, qu'il pourrait prédéterminer l'enfer à partir de l'idée de justice, qu'il endurerait l'enfer comme un cercle spécial d'existence diabolique avec le Royaume de Dieu. D'un point de vue divin, cela signifie l'échec de la création. L'enfer objectivé, en tant que sphère spéciale de la vie éternelle, est complètement intolérant, inconcevable et simplement incompatible avec la foi en Dieu. Dieu, permettant consciemment le tourment infernal éternel, n'est pas du tout Dieu, il est plutôt comme le diable.

La foi en Christ, en la résurrection du Christ, c'est la foi en la conquête de l'enfer. La croyance en l'enfer éternel est, après tout, la mécréance en la puissance du Christ, la croyance en la puissance du diable. En dehors du Christ, l'antinomie tragique de la liberté et de la nécessité est insoluble, et l'enfer en vertu de la liberté reste nécessaire.

Selon l'Église adventiste du septième jour, pendant une courte période, les pécheurs impénitents seront ressuscités pour être condamnés. Alors le feu descendra du ciel, et Satan, ses anges déchus et ses pécheurs impénitents seront détruits à jamais.

Selon le prêtre Daniel Sysoev, les disputes sur l'enfer sont générées par la confusion des concepts d'enfer et d'enfer ardent. Il explique:

Selon la Bible, il n'y aura pas d'enfer à la fin du monde. L'enfer est une cellule de détention. Au lieu de l'enfer après la fin du monde, il y aura un enfer de feu. «Alors la mer a rendu les morts qui y étaient, et la mort et l'enfer ont rendu les morts qui étaient en eux; et chacun était jugé selon ses œuvres. La mort et l'enfer ont été jetés dans l'étang de feu. C'est la seconde mort »(Apocalypse 20: 13-14) [5].

Selon Alexei Osipov, le destin éternel d'une personne est un secret, dont on ne dit pas définitivement une personne [7].

bouddhisme

Dans le bouddhisme Mahayana, l'enfer est la demeure des êtres qui pratiquent la colère et la haine. Dans le lamaïsme, il y a 16 à 19 niveaux d'enfer (8 ou 9 chauds et 8 ou 10 froids). Rester en enfer est long, mais pas sans fin, une fois les conséquences du karma négatif épuisées, la créature meurt et renaît dans des mondes supérieurs.

Taoïsme

Dans la tradition chinoise, la nature de l'enfer est quelque peu différente de celle généralement acceptée. Si, par exemple, dans le christianisme, l'enfer est une punition pour les péchés, et dans le bouddhisme, l'enfer est un endroit où il est nécessaire de subir une purification; alors la compréhension taoïste, et en général, la compréhension autochtone-chinoise de l'enfer exclut complètement toute interprétation éthique.

L'enfer dans la tradition chinoise est appelé "huang quan" qui se traduit par "sources jaunes" ou, moins souvent, "demeure des ténèbres". Une personne, composée de nombreuses âmes, après la mort, une partie des âmes se retrouve dans une sorte de paradis - au paradis, et l'autre partie de ses âmes, qui sont de nature plus grossière, se retrouvent aux sources jaunes..

Aux sources jaunes, l'esprit de gui, formé après la mort des âmes grossières de Po, est forcé de traîner une «existence fantomatique semblable à une ombre» [8]. En général, les sources jaunes sont comme un lieu "qui rappelle l'Hadès de l'ancienne tradition européenne" [9]. L'existence ici est sombre, c'est un monde d'ombres, où il n'y a ni lumière ni vivacité. La mythologie chinoise connaît des cas de vie errant vers des sources jaunes, car de tels voyageurs séjournant ici sont pleins de dangers..

Les sources jaunes sont divisées en 9 mondes, un certain Tu-bo, une divinité à cornes, est appelé le dirigeant du monde inférieur [10]. Chacun de ces mondes a sa propre source jaune.

Ge Hong (III-IV siècles) dans le 14ème chapitre de son ouvrage "Baopu-tzu" décrit l'existence des esprits gui dans les sources souterraines comme quelque chose de terrible: "une longue nuit sans fin dans un monde souterrain sombre, qui est en dessous de neuf sources, au cours de laquelle une personne devient nourriture de fourmis et de vers, puis mélangée avec de la poussière et de la poussière... "[11].

Plus tard, le concept de sources jaunes a été combiné dans les croyances populaires avec le concept du mont Taishan et de la capitale des enfers de Fengdu [12], bien qu'ils n'aient pas particulièrement changé les idées archaïques des sources jaunes datant de l'époque du chamanisme.

Le mormonisme

L'enfer est utilisé de deux manières dans les révélations de l'Église de Jésus-Christ des Saints des Derniers Jours.

Premièrement, c'est le nom d'une prison spirituelle - un endroit dans le monde spirituel de l'après-terre préparé pour ceux «qui sont morts dans leurs péchés, sans connaître la vérité, ou dans le péché, rejetant les prophètes» (Doctrine et Alliances 138: 32). Il s'agit d'un état temporaire dans lequel les esprits auront l'occasion d'étudier l'Évangile, de se repentir et d'accepter les ordonnances du salut accomplies pour eux dans les temples. Ceux qui acceptent l'Évangile peuvent rester au Paradis jusqu'à la résurrection. Après la résurrection et le jugement, ils recevront le degré de gloire dont ils sont dignes. Ceux qui ne veulent pas se repentir, mais qui ne sont pas enrôlés parmi les fils de la destruction, resteront en prison spirituelle jusqu'à la fin du Millénium, quand ils seront libérés de l'enfer, punis et ressuscités pour la gloire téleste..

Témoins de Jéhovah

Les Témoins de Jéhovah sont basés sur les paroles de la Bible d'Eccl.9: 10 «Tout ce que votre main peut faire, faites-le avec votre force; car dans la tombe où vous irez, il n'y a pas de travail, pas de réflexion, pas de connaissance, pas de sagesse "et croyez que l'enfer est la tombe commune de l'humanité, qui comme lieu de stockage temporaire des morts n'existe que tant qu'il y a la mort, c'est-à-dire jusqu'à la résurrection mort après Armageddon. [13] Ils comparent la mort au sommeil, suivant l'exemple de Jésus: «Ayant dit cela, il leur dit alors: Lazare, notre ami, s'est endormi; mais je vais le réveiller. »(Jean 11:11) et« Jésus a parlé de sa mort, mais ils pensaient qu'il parlait du sommeil ordinaire. »(Jean 11:13)

Dans la littérature

La Divine Comédie de Dante

Dans la Divine Comédie de Dante Alighieri, l'Enfer est représenté par neuf cercles. Plus le cercle est bas, plus les péchés commis par une personne au cours de sa vie sont graves. En plus d'une structure claire, en général, le concept reflète les idées catholiques sur l'Enfer qui existaient au Moyen Âge..

Devant l'entrée - âmes misérables qui n'ont fait ni le bien ni le mal de leur vivant, y compris le «mauvais troupeau d'anges» qui n'étaient ni avec le diable ni avec Dieu.

  • J'entoure (Limb) - bébés non baptisés [14] et non-chrétiens vertueux.
  • Cercle II - voluptueux (fornicateurs et adultères).
  • Cercle III - gloutons, gloutons et gourmets.
  • Cercle IV - Les avares et les débauchés.
  • Cercle en V (marais stygien) - en colère et paresseux.
  • Cercle VI - hérétiques et faux enseignants.
  • Cercle VII:
    • Je ceinture - violeurs sur le voisin et sur sa propriété (tyrans et voleurs).
    • Ceinture II - violeurs sur eux-mêmes (suicides) et sur leurs biens (joueurs et mots).
    • Ceinture III - Violeurs sur une divinité (blasphémateurs), contre nature (sodomites) et art.
  • Cercle VIII. Qui a trompé les méfiants. Se compose de dix fossés (Zlopasuh ou Evil Crevices).
    • Je douves. Pimps et séducteurs.
    • II fossé. Flatteurs.
    • III fossé. Saints marchands, ecclésiastiques de haut rang qui échangeaient des postes dans l'église.
    • IV fossé. Devins, diseurs de bonne aventure, astrologues, sorcières.
    • V fossé. Bribes-preneurs, pots-de-vin.
    • VI fossé. Hypocrites.
    • VII fossé. Les voleurs.
    • VIII fossé. Conseillers astucieux.
    • IX fossé. Instigateurs de discorde.
    • X fossé. Alchimistes, faux témoins, contrefacteurs.
  • Cercle IX - a trompé ceux qui ont fait confiance.
    • Ceinture de Caïn. Traîtres aux parents.
    • Ceinture d'Antenor. Traîtres à la patrie et aux personnes partageant les mêmes idées.
    • Ceinture de Tolomey. Traîtres aux amis et compagnons.
    • Ceinture Giudecca. Traîtres aux bienfaiteurs, majesté divine et humaine.
    • Lucifer lui-même.

Construisant le modèle de l'Enfer, Dante suit Aristote, qui classe les péchés d'intempérance dans la 1ère catégorie, les péchés de la violence dans la 2e et les péchés de la tromperie dans la 3e. Dante a 2-5ème cercles - pour les intempérants, 7ème cercle - pour les violeurs, 8-9ème - pour les trompeurs (8ème - juste pour les trompeurs, 9ème - pour les traîtres). Ainsi, plus le péché matériel est important, plus il est pardonnable..