Les conséquences des maladies du cerveau sont souvent très graves. Puisque cet organe contrôle tout le travail de notre corps, la défaite de l'une ou l'autre partie de celui-ci menace de complications imprévisibles. La maladie peut également être de nature tumorale, ce qui est doublement dangereux pour l'homme..

Description de la maladie

L'adénome de la glande pituitaire du cerveau est une maladie dans laquelle une tumeur bénigne apparaît dans les tissus du lobe antérieur de la partie du cerveau située dans la fosse de la selle turque. Certains adénomes répondent positivement au traitement conservateur, d'autres au traitement avec des remèdes populaires, et d'autres encore nécessitent une intervention chirurgicale.

Dans tous les cas, le problème nécessite un diagnostic minutieux et une évaluation médicale..

Étant donné que le lobe antérieur de l'hypophyse est responsable de la production d'hormones, l'adénome hypophysaire du cerveau chez un adulte et un enfant provoque une perturbation de la production de prolactine, de thyrotropine, d'hormone de croissance, de follitropine, de lutropine et d'hormone adrénocorticotrope. Néanmoins, l'adénome hypophysaire du cerveau ne donne pas toujours de telles conséquences: il existe également des tumeurs hormonalement inactives qui ne produisent pas elles-mêmes d'hormones et n'entraînent pas de perturbations de l'équilibre hormonal global du corps. Le plus souvent, la pathologie se développe chez les personnes âgées de 30 à 40 ans, mais elle peut également être diagnostiquée chez un enfant.

Les raisons

Beaucoup s'intéressent à l'adénome de l'hypophyse du cerveau - qu'est-ce que c'est et n'est-ce pas une pathologie héréditaire? Les experts notent que la maladie ne diffère pas dans la disposition de la famille et n'est pas héréditaire. Cependant, il y a eu une association avec la néoplasie endocrinienne multiple héréditaire de type 2, qui survient chez 25% des personnes atteintes d'adénome..


Le deuxième nom de la tumeur est le prolactinome. Les raisons exactes de son apparition ne sont pas claires. Théoriquement, les facteurs de risque d'apparition d'une pathologie sont:

  • traumatisme des os crâniens, du cerveau;
  • maladies infectieuses transférées des méninges et des tissus - tuberculose, encéphalite, paludisme, brucellose;
  • abcès cérébral;
  • effets tératogènes sur le fœtus pendant la grossesse;
  • traitement à long terme avec des contraceptifs hormonaux;
  • hypothyroïdie primaire et hypogonadisme chez l'homme.

Ainsi, un adénome hypophysaire est une tumeur cérébrale qui peut survenir à la fois pendant le développement intra-utérin et au cours de la vie dans le contexte de diverses maladies et affections..

Quel est le danger de la maladie?

L'adénome est un néoplasme bénin dont la taille varie de quelques millimètres à 2 à 5 cm ou plus. Les conséquences de la maladie sont associées à une augmentation de la taille de la glande pituitaire, ainsi qu'à la capacité de certaines tumeurs à produire des hormones. Les prolactinomes peuvent ne pas se développer du tout, mais cette variante clinique est moins fréquente. Le plus souvent, la tumeur se développe lentement, par conséquent, tôt ou tard, une hyperfonction de l'hypophyse se développe, une production excessive de prolactine et la survenue d'une complication - l'hyperprolactinémie. En outre, la tumeur est capable de comprimer les tissus environnants et de les empêcher de fonctionner normalement, ce qui perturbe l'activité des organes et des systèmes corporels..


Les conséquences désagréables des gros adénomes hypophysaires sont les suivantes: même après le traitement (avec des remèdes populaires, des médicaments, une chirurgie), le risque de rechute est élevé au cours des 5 prochaines années. En général, le pronostic dépend de la taille de la tumeur: de petites formations peuvent ne pas perturber du tout l'activité de l'hypophyse et sont également traitées avec succès après la première intervention. Les adénomes hormono-actifs de l'hypophyse du cerveau répondent moins bien au traitement, qui disparaissent complètement dans seulement 25% des cas. L'auto-guérison peut se produire avec une hémorragie dans un adénome, même dans une tumeur de taille significative.

Symptômes

Les manifestations cliniques de la maladie dépendent de la taille de la tumeur, ainsi que du sexe du patient. Chez les femmes, divers troubles menstruels sont le plus souvent les premiers à apparaître, dont beaucoup sont traités pendant longtemps avec des remèdes populaires, en prenant des contraceptifs. Parfois, la menstruation s'arrête complètement ou devient rare. Une femme ne peut pas tomber enceinte, alors qu'elle est capable de libérer du lait du sein même en dehors de l'allaitement. En règle générale, la mastopathie est toujours diagnostiquée - l'apparition de kystes et de phoques dans les tissus des glandes mammaires.

L'adénome de l'hypophyse chez l'homme se manifeste également par des modifications des glandes mammaires: leur taille augmente. La fonction érectile diminue en raison d'une baisse des taux de testostérone, une infertilité est notée. Un gros adénome de la glande pituitaire du cerveau, s'il n'est pas opéré, peut donner les symptômes suivants:

  • déficience visuelle;
  • atrophie du nerf optique;
  • maux de tête difficiles à soulager avec des analgésiques;
  • problèmes oculomoteurs;
  • douleur derrière l'orbite;
  • congestion nasale;
  • évanouissement;
  • développement du diabète sucré, de l'obésité, du goitre nodulaire, de l'hyperhidrose, de la polyneuropathie et d'autres pathologies.

Diagnostique

Dans le diagnostic de la maladie, toute la gamme des études nécessaires est importante - du laboratoire à l'instrument. C'est le seul moyen de différencier l'adénome des autres pathologies avec une évolution similaire et de prescrire le traitement approprié. Si le patient s'est tourné vers un endocrinologue pour obtenir de l'aide, des tests pour les hormones suivantes sont recommandés:

  • LH
  • ACTE
  • TSH
  • T4
  • Cortisol
  • FSH
  • Estradiol ou testostérone
  • Prolactine
  • Somatotropine

Si une hyperfonction hypophysaire est détectée, sur la base des résultats obtenus, un examen plus approfondi est prévu. Il est généralement conseillé au patient de subir une IRM ou une tomodensitométrie du cerveau, ce qui permet la visualisation de la plupart des adénomes. Les tumeurs qui sont encore trop petites peuvent être détectées à l'aide d'un balayage radio-isotopique.

Les autres méthodes de diagnostic de la pathologie sont:
• angiographie des vaisseaux cérébraux - est utilisée lorsque la tumeur se développe vers le sinus caverneux;
• Radiographie de la selle turque - révèle des symptômes indirects de la maladie, par exemple, une modification des contours de cette zone;
• examens ophtalmologiques - nécessaires pour évaluer la gravité des lésions du nerf optique.

Traitement

Les adeptes de la médecine alternative pratiquent le traitement d'un problème tel qu'un adénome hypophysaire du cerveau avec des remèdes populaires. Mais il n'est pas recommandé de le faire sans examen et avec le rejet de la thérapie traditionnelle ou de la chirurgie.!

Les remèdes populaires ne peuvent traiter les prolactinomes qu'en parallèle, afin de ne pas déclencher la maladie et ne pas entraîner de conséquences graves.

Des mesures conservatrices ou des tactiques d'attente ne sont possibles qu'avec une petite tumeur. Habituellement, les patients se voient prescrire des médicaments tels que des antagonistes de la prolactine (bromcriptine et autres). L'opération est utilisée pour les grosses tumeurs et les prolactinomes moyens et petits sont traités avec succès par gamma thérapie - une méthode de radiochirurgie, qui implique une irradiation de la tumeur avec un mince faisceau de rayonnement qui n'affecte pas les tissus sains. Ce traitement est très efficace et totalement indolore même sans anesthésie..

Parmi les techniques chirurgicales, l'intervention transsphénoïdale endonasale est maintenant la plus souvent recommandée, qui est réalisée par le nez sans ouvrir le crâne. L'efficacité des interventions mini-invasives est très élevée et la rééducation est courte et simple. Ce n'est que pour les grosses tumeurs qu'il vaut mieux effectuer une opération traditionnelle par une approche transcrânienne, qui, malheureusement, est lourde de complications et ne donne pas toujours un résultat à 100%.

Les remèdes populaires ne peuvent être traités que lorsque le médecin note la possibilité d'attendre sans traitement chirurgical ou après une intervention chirurgicale pour éviter les rechutes. Les meilleures méthodes folkloriques sont considérées comme la réception de la teinture de tourbière, l'instillation de la teinture d'huile de pruche dans le nez, la consommation des infusions des rhizomes du serpent d'alpiniste et du champignon chaga, les décoctions de la plante médicinale des marais, les adonis et les fleurs de calendula. Mais tout d'abord, vous devez demander l'aide d'un médecin, car il est presque impossible de se débarrasser complètement d'une tumeur au cerveau en utilisant des méthodes non conventionnelles, et il est tout à fait possible de retarder un temps précieux.!

Néoplasme cérébral: adénome hypophysaire

Un adénome hypophysaire est un néoplasme bénin dangereux qui se forme à la base du crâne et perturbe l'équilibre hormonal du corps. La pathologie du tissu glandulaire peut se former dans n'importe quelle partie de l'hypophyse, respectivement, modifiant le processus de sécrétion de diverses hormones, ce qui affecte considérablement les manifestations cliniques de la maladie. La maladie peut être asymptomatique, ses symptômes sont souvent confondus avec la manifestation d'autres affections.Par conséquent, la recherche d'une aide spéciale ne se produit qu'avec un diagnostic précis de la pathologie ou un besoin urgent de chirurgie. Quelle est la dangerosité de la tumeur, quels symptômes peut-on soupçonner de sa présence et quelles sont les options de traitement pour l'adénome hypophysaire?

Qu'est-ce qu'un adénome hypophysaire du cerveau

Il convient de noter que l'adénome n'est pas une maladie unique. C'est ainsi qu'ils définissent une tumeur bénigne qui se développe extrêmement lentement. Cependant, il est capable de provoquer des changements dans les processus de synthèse hormonale, de faire pression sur les structures voisines et de provoquer des troubles neurologiques dangereux pour la santé humaine. Si vous suspectez un adénome hypophysaire, il est impératif de savoir que c'est le cas. Une maladie détectée en temps opportun ne causera pas de dommages excessifs au corps humain.

La glande pituitaire est un appendice du cerveau dont le lobe antérieur est responsable de la production stable d'hormones à des doses microscopiques. L'adénome de la tête provoque une activité hormonale excessive. La quantité d'une certaine hormone, dont la production a été influencée par la pathologie, augmente et le reste diminue.

Classification de la maladie

Les adénomes actifs sont classés selon plusieurs critères:

  • indicateurs dimensionnels;
  • capacité à produire des hormones.

Dans la pratique médicale, les paramètres suivants sont distingués:

  • adénomes géants - plus de 4 cm;
  • macroadénomes - plus de 1 cm;
  • microadénomes - jusqu'à 1 cm.

Les néoplasmes cérébraux de l'hypophyse sont également classés en fonction de leur localisation par rapport à la selle turque:

  • germé à travers le mur - endolatérosellaire;
  • inférieur - endoinfrasellaire;
  • adénome interne - endosellaire;
  • apical - endosuprasellaire.

Souvent, le patient n'est même pas conscient de la défaite de l'adénome hypophysaire du cerveau. Il augmente lentement de taille, ne dérange pas et ses manifestations sont souvent confondues avec des maladies du système endocrinien.

Causes d'occurrence

Aujourd'hui, les médecins proposent 2 théories expliquant les raisons du développement d'un adénome hypophysaire:

  • violation de la régulation hormonale de la glande pituitaire;
  • dommages cellulaires internes.

Les facteurs provoquant la pathologie sont appelés:

  • pathologie du tissu cérébral;
  • commotion cérébrale grave et traumatisme crânien;
  • contraception orale;
  • anomalies intra-utérines;
  • neuroinfections: encéphalite, méningite, neurosyphilis et autres.

Les principaux symptômes

L'épididyme inférieur contrôle une grande variété de processus - de la fonction reproductrice aux changements de température corporelle. Par conséquent, les premières manifestations d'un néoplasme dans la glande sont souvent confondues avec les symptômes d'autres maladies. Comment apparaissent les signes d'un adénome hypophysaire humain non encore diagnostiqué? Les médecins ont identifié des syndromes particuliers qui permettent de déterminer la localisation de la tumeur.

Manifestations d'adénome chromophobe

Il s'agit d'une formation hormonale inactive causée par la prolifération d'adénocytes chromophobes. En augmentant progressivement, il appuie sur les terminaisons nerveuses. Par conséquent, un changement dans les fonctions de la vision et la formation de manifestations neurologiques de la pathologie. Quels symptômes pouvez-vous soupçonner une maladie?

  1. Ophtalmique:
    • mort des cellules du nerf optique;
    • conscience confuse et vision double;
    • diplopie;
    • ophtalmoplégie.
  2. Neurologique:
    • pulsation douloureuse dans les lobes temporaux qui ne disparaît pas après la prise d'analgésiques;
    • douleur douloureuse dans la région occipitale, qui apparaît en raison de la pression d'une tumeur en croissance;
    • coordination des mouvements altérée.

Les symptômes de l'adénome hypophysaire chromophobe sont également classés comme suit:

  • peau sèche;
  • gain de poids rapide;
  • vieillissement prématuré.

L'adénome kystique de l'hypophyse n'affecte pas non plus la production d'hormones. C'est une cavité remplie d'un liquide transparent. Il peut apparaître dans n'importe quel lobe de la glande. Les kystes se développent rapidement, provoquant un certain nombre de changements:

  • l'adénome kystique de l'hypophyse affecte la diminution de la fonction sexuelle chez les hommes;
  • pour les femmes, il est dangereux en raison des interruptions du cycle menstruel;
  • tourments avec maux de tête sévères et sensation constante de pression intracrânienne;
  • conduit à une déficience visuelle et à un engourdissement des membres;
  • dans certains cas, provoque des crises d'épilepsie.

Signes de tumeurs hormono-actives

En fonction de ces données, les médecins peuvent déterminer le type de tumeur hypophysaire, diagnostiquer et prédire le traitement. Une augmentation ou une diminution de la production d'hormones est le principal indicateur du syndrome métabolique endocrinien..

Prolactinome

Ce type de formation bénigne de l'hypophyse provoque son hypertrophie et provoque une sécrétion excessive de prolactine. Dans la plupart des cas cliniques, la tumeur reste inaperçue, car elle ne se développe pratiquement pas et ne se manifeste en aucune façon.

Le prolactinome est un type courant d'adénome hypophysaire qui provoque chez la femme:

  • manque d'ovulation;
  • aménorrhée;
  • croissance excessive des glandes mammaires;
  • violation du cycle;
  • galactorrhée - la décharge de colostrum des seins;
  • migraines fréquentes.

Chez l'homme, les prolactinomes hypophysaires se manifestent souvent par une diminution du désir sexuel, une faiblesse de la fonction érectile et une détérioration du nombre de spermatozoïdes, ce qui conduit à l'impuissance et à l'incapacité de procréer.

Thyrotropinome

Les conséquences du développement d'un adénome de l'hypophyse de ce type se manifestent par les symptômes de l'hyperthyroïdie. C'est parce qu'il sécrète la TSH, la principale hormone thyroïdienne. Cependant, en cas de rechute, le patient a une hypothyroïdie..

Somatotropinome

La maladie est indiquée par des troubles fonctionnels des organes dus à une croissance incontrôlée des membres et du squelette, une augmentation de certaines parties du corps: pieds des membres inférieurs et des mains, lèvres, nez, langue, glandes mammaires. L'adénome hypophysaire somatotrope chez les enfants menace de gigantisme et, lorsqu'il apparaît à l'âge adulte, d'acromégalie. L'hormone de croissance est dangereuse par une glande thyroïde hypertrophiée, une augmentation de la glycémie, une obésité.

Corticotropinome

Ce type de tumeur peut se transformer en malin et métastaser. Le corticotropinome provoque une production excessive de corticotropine, à une augmentation de la quantité à laquelle les glandes surrénales répondent en augmentant la production de cortisol. Les premiers symptômes du corticotropinome sont des dépôts graisseux sur le dos, les épaules et l'abdomen, le visage et le cou, tandis que les membres restent minces. La pigmentation de la peau augmente, des vergetures violettes apparaissent sur le corps et les joues acquièrent une teinte rouge. Chez les femmes, les cheveux masculins commencent à pousser et les hommes s'attendent à une croissance excessive des cheveux. Ce type de néoplasme est appelé maladie d'Ishchenko-Cushing..

Gonadotrophinome

Si un adénome affecte la gonadotrophine, les manifestations cliniques de la pathologie sont à peine perceptibles et se manifestent principalement par une diminution de la fonction sexuelle, l'impuissance et l'infertilité. Cependant, ses principaux symptômes restent les signes d'un syndrome ophtalmique-neurologique..

Diagnostique

Les patients peuvent ne pas être conscients de la présence d'une tumeur. Habituellement, ils se tournent vers des ophtalmologistes en raison d'une déficience visuelle, des endocrinologues avec des plaintes de surpoids ou de malaise, des gynécologues et des urologues avec des problèmes de fonction sexuelle et de conception. Après l'examen initial et des études supplémentaires, s'il y a des symptômes neurologiques concomitants, les médecins peuvent recommander une consultation avec un neurologue.

  • analyse des normes d'hormones déterminées par le sang;
  • radiographie pour examiner les paramètres et les contours de la selle turque;
  • IRM ou TDM pour visualiser la présence d'une tumeur.

Si l'adénome est petit, il est presque impossible de le remarquer sur les images.

Comment traiter un adénome hypophysaire

La technique de traitement appliquée dépend du stade de la maladie et du type d'éducation. Sur la base des analyses et des études diagnostiques réalisées, le médecin détermine la méthode la plus appropriée.

Thérapie conservatrice

L'effet positif de la pharmacothérapie sur les microadénomes a été prouvé. Les médicaments ne sont pris que sous la surveillance du médecin traitant.

Chirurgie

Pour les macroadénomes, une option d'excision est fournie. L'élimination de l'adénome est effectuée de deux manières:

  • transcrânien - prévoit une craniotomie et est nécessaire en cas de néoplasmes géants ou de leur localisation en dehors de la selle turque;
  • endoscopique transphénoïdal - l'opération est effectuée à travers le passage nasal à l'aide d'instruments spéciaux.

L'intervention chirurgicale est dangereuse avec le développement de complications. Après l'opération, le patient est dans l'unité de soins intensifs pendant plusieurs jours, puis pendant le processus de rééducation est transféré à la division générale.

Complications et conséquences possibles

Avec le diagnostic opportun de la maladie, il est tout à fait possible de restaurer les troubles qui ont conduit à des changements hormonaux. Cependant, si plus d'un an s'est écoulé depuis la formation de l'adénome, des complications et des conséquences graves peuvent survenir:

  • perte partielle de la vision;
  • avec le prolactinome et le somatotropinome, le taux d'hormones n'est restauré que de 25%;
  • risque élevé de rechute;
  • violation de la circulation cérébrale due à la compression des tissus environnants.

Lorsque les premiers symptômes sont détectés, les pathologistes de l'hypophyse ont besoin d'un rendez-vous avec un neurologue. Seul un médecin expérimenté identifiera les véritables causes d'une mauvaise santé et prescrira un plan de traitement efficace.

Adénome hypophysaire du cerveau: symptômes et causes

La maladie est enregistrée chez une personne sur dix et la personne ne soupçonne pas qu'elle a un adénome hypophysaire du cerveau: les symptômes ne sont pas clairement exprimés. C'est un néoplasme bénin du tissu en croissance de la glande. Il n'y a pas de manifestations spécifiques de la maladie. Et la plupart en apprendront davantage sur les changements tissulaires lors d'une IRM pour une autre raison..

L'inquiétude concernant l'adénome cérébral est justifiée: c'est la cause du malaise et de l'inconfort du patient. Il est réconfortant que la prolifération des tissus soit lente, sujette au traitement et ne devienne qu'occasionnellement un néoplasme malin..

Contexte hormonal de la maladie

La glande pituitaire est l'une des glandes les plus importantes du corps. La régulation des glandes surrénales, de la glande thyroïde, des organes reproducteurs dépend de la production équilibrée de secrets:

  • Thyrotrope - stimulation de la glande thyroïde;
  • Adrénocorticotropes - glandes surrénales;
  • Prolactine - lactation;
  • Lutéinisant et stimulant les follicules - testicules, ovaires;
  • Hormone de croissance - croissance.

Un cinquième des néoplasmes du tissu cérébral concerne l'adénome hypophysaire du cerveau. Microadénome - jusqu'à 10 mm et macroadénome de plus de 10 mm apparaissent chez les personnes en âge de procréer. Les néoplasmes du tissu glandulaire se manifestent principalement entre 30 et 40 ans. Des cas d'apparition d'adénome chez les enfants ont été enregistrés.

Le déséquilibre hormonal est éliminé par un traitement conservateur, une chirurgie et apporte des résultats positifs en utilisant des remèdes populaires. Une intervention chirurgicale est rarement nécessaire; des techniques ont été développées avec une intervention minimale du chirurgien. Dans 40% des cas, des néoplasmes passifs non sécréteurs qui n'affectent pas le fond hormonal sont diagnostiqués. Mais avec une croissance incontrôlée, et ils sont alarmants, il y a des plaintes raisonnables des patients.

Adénome: sources d'occurrence

Il n'y a pas de réponse exacte à la question des causes profondes de l'adénome. Cependant, les circonstances qui ont donné l'impulsion à la maladie sont connues:

  • Maladies neuro-infectieuses (encéphalite, méningite, poliomyélite)
  • Rayonnement ionisant, toxicose médicamenteuse ou chimique pendant le développement intra-utérin;
  • Lésion cérébrale traumatique entraînant une hémorragie;
  • Hérédité (adénomatose endocrinienne, hypotriose);
  • Abus de contraceptifs oraux (chez les femmes), sous-développement congénital des ovaires et des testicules (chez les deux sexes);
  • Grossesses répétées, interruption de grossesse.

Ce qui menace le patient?

Un microadénome de plusieurs millimètres peut se transformer en un microadénome de 5 cm ou plus. La prolifération de l'hypophyse, même sans manifestation d'hyperfonction des sécrétions, est compliquée par la compression des tissus adjacents. L'activité des systèmes et des organes est perturbée. Les tumeurs de grande taille, si un adénome hypophysaire a été traité, y compris par chirurgie, dans les 5 ans commencent à restaurer la taille, ce qui n'est pas typique pour les petites - elles disparaissent dans 60% des cas après la première intervention.

Dans les adénomes hormono-actifs, la réponse positive au traitement est faible: une guérison complète n'est obtenue que chez un quart des patients. Les tumeurs capables de produire des hormones entraînent un hyperfonctionnement de la glande pituitaire, une dépression du corps et le développement de maladies chroniques. L'hémorragie dans la tumeur a un effet positif, contribue à la disparition ou à l'arrêt de la croissance.

Symptômes chez les adultes et les enfants

Il est difficile de diagnostiquer un adénome hypophysaire du cerveau, les symptômes sont implicites. Le diagnostic est difficile, il est en lien direct avec l'activité hormonale du néoplasme, la redondance de la reproduction d'une certaine hormone. La taille de la tumeur et le potentiel d'agrandissement jouent un rôle. L'évolution latente de l'influence sur l'organisme des microadénomes est enregistrée chez 10 à 15% des patients. Les néoplasmes malins sont rares.

Un adénome hormonalement inactif s'accompagne de:

  • Maux de tête constants;
  • La déficience visuelle progresse (commence par une limitation périphérique), une atrophie du nerf optique;
  • Fatigue chronique, évanouissement;
  • La capacité de concevoir est perdue;
  • Polyneuropathie.
Manifestations chez les femmesManifestations chez les hommes
Instabilité du cycle menstruelRéduction de la libido
Saignement utérinBaisse des niveaux de testostérone
Anorgasmie

Syndrome métabolique endocrinien

L'adénome hormonal actif est caractérisé par la manifestation d'un syndrome métabolique endocrinien, qui se transforme en hyperfonctionnement de l'hypophyse.

Le prolactinome est un néoplasme courant. Jusqu'à 40% des diagnostics représentent un prolactinome. La tumeur ne dépasse pas 3 mm, elle se trouve principalement dans le sexe faible. Il affecte la sphère reproductive. N'épargne pas les enfants;

L'hormone de croissance est le deuxième adénome hypophysaire le plus courant. Un excès d'hormone de croissance est injecté dans la circulation sanguine. Les enfants augmentent rapidement les indicateurs linéaires et de poids. Les os, le cartilage et les muscles se développent de manière équilibrée. Une poussée dans la progression du somatotropinome précède le début de la puberté chez l'enfant, limitée à l'âge d'achèvement de la formation du squelette - 25 ans. La croissance atteint 2 m.

À l'âge adulte, il se manifeste par une acromégalie - les pieds, les mains augmentent, les traits du visage deviennent plus grossiers, les oreilles, le nez, la langue augmentent, les changements de morsure, les dents divergent. Une racine des cheveux excessive apparaît, y compris chez les femmes. Le cycle menstruel est perturbé. L'élargissement des organes internes perturbe le fonctionnement normal;

Corticotropinome - provoque une production excessive de sécrétions surrénales (maladie d'Itsenko-Cushing). Caractérisé par une obésité locale, couvrant la ceinture scapulaire et le cou. Des processus atrophiques dans les tissus musculaires et sous-cutanés entraînent une perte de poids des membres, des vergetures de couleur rosâtre apparaissent, montant des hanches vers la poitrine, capturant une grande surface de la peau.

Le visage devient lunaire. Une pigmentation locale apparaît, la peau du visage se dessèche, s'écaille. Augmentation de la pression artérielle. Pilosité de la peau.

La photo raconte l'histoire d'une fillette de 11 ans qui a reçu un diagnostic de maladie d'Itsenko-Cushing à 15 ans. À 16 ans, une opération a été réalisée sur l'hypophyse. Le résultat est une perte de poids de 30 kg sans régime en cours de récupération. Ce sont les conséquences d'une intervention chirurgicale opportune..

  • Déficience visuelle;
  • Maux de tête sourds;
  • Augmentation du poids corporel;
  • Sécheresse de la peau;
  • Dépression;
  • Intolérance au froid;
  • Hyper-transpiration, peau grasse;
  • Obésité, diabète;
  • Pigmentation locale de la peau;
  • Décalcification conduisant à la fragilité du tissu osseux;
  • Agrandissement des organes internes.

Tableau des manifestations des hyperfonctions par âge et sexe

FemmesHommesEnfants
Production de lait maternel, irrégularités menstruelles, infertilitéAugmentation mammaire. Perte de libido. InfertilitéDéveloppement retardé des organes génitaux et des glandes
Élargissement des cheveuxÉlargissement des cheveuxGigantisme

Déficit en hormone hypophysaire

Le thyrotropinome est une maladie rare. La tumeur primaire est caractérisée par:

  • Membres et corps tremblants;
  • Minceur, accompagnée d'un excellent appétit;
  • Transpiration;
  • Yeux ophtalmiques;
  • La tendance à une augmentation de la pression artérielle;
  • Palpitations cardiaques.

Le thyrotropinome secondaire survient à la suite d'un fonctionnement insuffisant prolongé de la glande thyroïde et se manifeste:

  • Puffiness du visage;
  • Augmentation du poids corporel;
  • Rythme cardiaque lent;
  • Dépression, instabilité émotionnelle;
  • Enrouement de la voix;
  • Peau qui pèle et sèche;
  • Retard dans le développement physique et la croissance de l'enfant.

Manifestations de nature névralgique - déficience visuelle: strabisme, limitation de la vision périphérique, baisse de l'acuité visuelle, vision double. La prolifération des adénomes peut conduire à la cécité due à l'atrophie du nerf optique. Le mal de tête ne disparaît pas avec un changement de position du corps et la nausée n'accompagne pas la douleur. Dans un contexte d'instabilité émotionnelle, les larmes sont adjacentes aux accès de rage et d'apathie..

Sans une IRM du cerveau, l'adénome hypophysaire ne peut pas être diagnostiqué avec précision. Des images de différents points donnent une image complète des changements dans la moelle, la position et le degré de pression sur l'hypophyse hypertrophiée.

Traitement de l'adénome hypophysaire

Traitement de l'adénome du cerveau par chirurgie et radiothérapie. La craniotomie en tant que méthode traumatique et dangereuse cède la place à la méthode transphénoïdale - élimination de l'adénome hypophysaire par les sinus.

L'intervention peu traumatique, qui se déroule sans l'utilisation d'un scalpel, n'est contre-indiquée que pour les femmes enceintes, les jeunes enfants et les personnes âgées. Conséquences négatives possibles après une intervention chirurgicale associées à une fonction sexuelle altérée, la circulation sanguine, une perte de vision, l'apparition d'une insuffisance rénale.

La chirurgie n'est pas le seul moyen de traiter une tumeur. Une méthode de traitement indolore avec un faisceau dirigé de radionucléides sans irradiation des zones adjacentes et frontalières du cerveau. La radiochirurgie est dosée, l'anesthésie et l'hospitalisation du patient sont exclues

Le traitement médical est précédé d'une intervention chirurgicale. Dans certains cas, la pharmacothérapie est une mesure suffisante et conduit à une guérison. Et il n'est pas exclu en tant que méthode supplémentaire de traitement et de rééducation afin d'améliorer le résultat final.

Les médicaments traditionnels ne sont pas écartés, mais ils ne sont pas considérés comme les principaux médicaments. Les infusions et les thés aux herbes ne sont pas non plus sans effets secondaires. Une posologie acceptable est déterminée par le médecin traitant. Le miel, les graines de sésame, les graines de citrouille, le gingembre, la mélisse, la pruche sont utilisés. Ne vous fiez pas aux commentaires des internautes. Seul le médecin traitant mérite la confiance.

Le dosage de l'activité physique, y compris les exercices thérapeutiques, est inclus dans le périmètre des consultations médicales. Cela vaut également pour les cas de détection d'adénome hormonal passif, lorsque la surveillance régulière est effectuée sans procédures médicales. La fréquence de la tomographie est déterminée par la taille de la tumeur: les macroadénomes sont examinés en six mois, les microadénomes en 12-24 mois.

Les cas d'auto-guérison sont enregistrés. Il existe un lien avec un changement des niveaux hormonaux. Le progrès positif est naturel jusqu'à la disparition complète de l'adénome après l'accouchement. Mais vous ne devez pas vous fier au hasard. Faites confiance à votre médecin. Il est un compagnon et un assistant fiable.

Adénome de la glande pituitaire du cerveau - symptômes. Traitement et chirurgie pour éliminer l'adénome hypophysaire chez les femmes et les hommes

De nombreuses maladies sont détectées par hasard lors de l'examen pour d'autres raisons. L'une de ces maladies est l'adénome hypophysaire. Il s'agit d'une formation bénigne qui est diagnostiquée chez une personne sur cinq. La maladie est-elle dangereuse, peut-elle devenir maligne - ces questions qui se posent chez les patients atteints de ce problème.

Qu'est-ce qu'un adénome hypophysaire du cerveau

Glande petite mais très importante pour notre corps, l'hypophyse est située sur la partie inférieure du cerveau dans la poche osseuse de l'os crânien, la soi-disant selle turque. Il s'agit d'un appendice arrondi, qui est l'organe dominant du système endocrinien. Il est responsable de la synthèse de nombreuses hormones importantes:

  • la thyrotropine;
  • la somatotropine;
  • gonadotrophine;
  • vasopressine ou hormone antidiurétique;
  • ACTH (hormone adrénocorticotrope).

Une tumeur de l'hypophyse (code CIM-10 «Néoplasmes») n'est pas entièrement comprise. Selon les médecins, il peut être formé à partir des cellules de l'hypophyse en raison du transfert:

  • neuroinfections;
  • lésion cérébrale traumatique;
  • empoisonnement chronique;
  • exposition aux rayonnements ionisants.

Bien que les signes de malignité ne soient pas observés dans ce type d'adénomes, ils sont capables de comprimer mécaniquement les structures du cerveau entourant l'hypophyse avec une augmentation. Cela entraîne une déficience visuelle, des maladies endocriniennes et neurologiques, la formation kystique, l'apoplexie (hémorragie dans le néoplasme). L'adénome du cerveau par rapport à l'hypophyse peut se développer à l'emplacement local de la glande et dépasser la selle turque. D'où la classification des adénomes par la nature de leur distribution:

  • Adénome endosellaire - à l'intérieur de la poche osseuse.
  • Adénome endoinfrasellaire - la croissance est à la baisse.
  • Adénome endosuprasellaire - la croissance est à la hausse.
  • Adénome endolatérosellaire - la tumeur se propage à gauche et à droite.
  • Adénome mixte - situé en diagonale de chaque côté.

Par taille, les microadénomes et les macroadénomes sont classés. Dans 40% des cas, l'adénome peut être hormonalement inactif, et dans 60% des cas, hormonalement actif. Les formations hormono-actives sont:

  • gonadotrophinome, à la suite duquel des hormones gonadotropes sont produites en excès. Les gonadotropinomes ne sont pas symptomatiques;
  • thyrotropinome - l'hormone stimulant la thyroïde est synthétisée dans l'hypophyse, qui contrôle les fonctions de la glande thyroïde. Avec une teneur accrue en hormone, le métabolisme s'accélère, une perte de poids rapide incontrôlée et de la nervosité. Thyrotropinome - un type rare de tumeur qui provoque une thyrotoxicose;
  • corticotropinome - l'hormone adrénocorticotrope est responsable de la production de glucocorticoïdes dans les glandes surrénales. Les corticotropinomes peuvent devenir cancéreux;
  • somatotropinome - une hormone somatotrope est produite, ce qui affecte la dégradation des graisses, la synthèse des protéines, la formation de glucose et la croissance corporelle. Avec un excès d'hormone, il y a forte transpiration, pression, perturbation du cœur, courbure de la morsure, élargissement des pieds et des mains, grossissement des traits du visage);
  • prolactinome - la synthèse d'une hormone responsable de la lactation chez la femme. Ils sont classés par taille (dans le sens de l'augmentation des taux de prolactine): adénopathie, microprolactinome (jusqu'à 10 mm), kyste et macroprolactinome (plus de 10 mm);
  • L'adénome ACTH (basophile) active la fonction des glandes surrénales et la production de cortisol, dont une quantité excessive provoque le syndrome de Cushing (symptômes: dépôts graisseux dans le haut de l'abdomen et du dos, sur la poitrine; hypertension artérielle, atrophie des muscles du corps, stries sur la peau, ecchymoses, visage en forme de lune);

Adénome hypophysaire chez l'homme

Les statistiques montrent que la maladie affecte une personne sur dix du sexe fort. L'adénome hypophysaire chez l'homme peut ne pas apparaître pendant une longue période, les symptômes ne sont pas prononcés. Le prolactinome est très dangereux pour les hommes. L'hypogonadisme se développe en raison d'une diminution de la testostérone, de l'impuissance, de l'infertilité, d'une diminution de la libido, de l'élargissement des glandes mammaires (gynécomastie), de la perte de cheveux.

Adénome hypophysaire chez la femme

Une tumeur de la glande pituitaire peut se former chez 20% des femmes d'âge moyen. Dans la plupart des cas, l'évolution de la maladie est lente. La moitié de toutes les tumeurs hypophysaires sont des prolactinomes. Pour les femmes, il est lourd d'irrégularités menstruelles, le développement de l'infertilité, la galactorrhée, l'aménorrhée, en conséquence, l'acné, la séborrhée, l'hypertrichose, l'obésité modérée, l'anorgasmie apparaissent..

Il n'est pas nécessaire de parler de raisons héréditaires, mais on a remarqué que dans 25% des cas de morbidité, l'adénome était le résultat d'une néoplasie endocrinienne multiple du second type. Certaines raisons de la formation d'une tumeur dans l'hypophyse ne sont particulières qu'aux femmes. Un adénome hypophysaire chez la femme peut apparaître après une interruption artificielle de grossesse ou une fausse couche, ainsi qu'après des grossesses répétées. Les causes d'une tumeur hypophysaire n'ont pas été établies avec certitude, mais la croissance de l'éducation peut être provoquée:

  • maladies infectieuses qui ont affecté le système nerveux;
  • un traumatisme crânien;
  • utilisation à long terme de la contraception.

Adénome hypophysaire chez les enfants

Si un adénome hypophysaire chez les enfants est envisagé, il s'agit principalement d'un somatotropinome (production de STH), à la suite duquel les enfants développent un gigantisme (modification des proportions du squelette), un diabète sucré, une obésité, un goitre diffus. Vous devez vous méfier si un enfant est remarqué:

  • hirsutisme - pilosité excessive sur le visage et le corps;
  • hyperhidrose - transpiration;
  • la peau grasse;
  • verrues, papillomes, naevus;
  • symptômes de polyneuropathie, accompagnés de douleurs, paresthésies, faible sensibilité des membres.

Signes d'un adénome hypophysaire

Un type actif de tumeur hypophysaire se manifeste par une déficience visuelle, une vision double, une perte de la vision périphérique et des maux de tête. La perte complète de la vision menace lorsque la taille de la formation est de 1 à 2 cm.Pour les gros adénomes, les symptômes d'hypopituitarisme sont caractéristiques:

  • diminution de la libido;
  • fatigue, hypogonadisme;
  • la faiblesse;
  • gain de poids;
  • dépression;
  • intolérance au froid;
  • peau sèche;
  • mal de crâne;
  • vertiges;
  • la nausée;
  • manque d'appétit.

Les symptômes d'un adénome hypophysaire sont souvent similaires à ceux d'autres maladies, vous n'avez donc pas besoin d'être trop méfiant, de vous renseigner sur les symptômes, de les comparer avec vos plaintes et de vous mettre dans un état de stress. Dans toute maladie, la certitude et l'exactitude sont importantes. Si vous suspectez, consultez votre médecin pour une enquête complète de votre maladie et, si nécessaire, un traitement.

Diagnostic de l'adénome hypophysaire

Les adénomes de l'hypophyse antérieure sont diagnostiqués en identifiant un groupe de symptômes (triade de Hirsch):

  1. Syndrome métabolique endocrinien.
  2. Syndrome neurologique ophtalmique.
  3. Écarts par rapport à la norme de la «selle turque», visibles radiographiquement.

Le diagnostic de l'adénome hypophysaire est effectué en utilisant les niveaux de vérification suivants:

  1. Signes cliniques et biochimiques caractéristiques des adénomes hormono-actifs: acromégalie, gigantisme infantile, maladie d'Itsenko-Cushing.
  2. Données de neuroimagerie et résultats opérationnels: localisation, taille, invasion, modèle de croissance, hétérogénéité de l'hypophyse, structures et tissus hétérogènes environnants. Ces informations sont d'une grande importance lors du choix d'un traitement et d'un pronostic ultérieur..
  3. Examen microscopique du matériel de biopsie - diagnostic différentiel entre adénome hypophysaire et formations non hypophysaires (hyperplasie hypophysaire, hypophysite).
  4. Étude immunohistochimique des néoplasmes.
  5. Recherche biologique moléculaire et génétique.
  6. Microscopie électronique.

Traitement de l'adénome hypophysaire

Dans la pratique médicale, le traitement de l'adénome de la glande pituitaire du cerveau est effectué par des méthodes conservatrices (médicaments), chirurgicales et à l'aide de la radiochirurgie, de la radiothérapie externe, de la protonthérapie, de la gamma thérapie. La méthode médicale comprend l'utilisation de la bromocriptine (un antagoniste de la prolactine, normalise le niveau des hormones de la prolactine sans perturber sa synthèse), de la dostinex et d'autres analogues. La pharmacothérapie ne peut pas toujours vaincre la maladie, mais elle facilite parfois la tâche du chirurgien et augmente les chances de guérison.

La radiochirurgie stéréotaxique est une méthode de traitement non invasive par irradiation d'une tumeur avec un faisceau de rayonnement provenant de différents côtés. L'effet du rayonnement avec cette méthode sur d'autres tissus glandulaires est minime. Il est pratique de traiter une tumeur par radiothérapie, car l'hospitalisation, l'anesthésie et la préparation ne sont pas nécessaires. Si un adénome ne synthétise pas d'hormones, ne présente aucun symptôme est détecté, le patient est surveillé: dans le cas d'un microadénome, la tomographie est réalisée tous les deux ans, dans le cas d'un macroadénome, il est recommandé de vérifier l'état tous les six mois ou une fois par an.

Élimination de l'adénome hypophysaire

La méthode chirurgicale moderne de traitement est l'ablation de l'adénome pituitaire transnasal (par le nez). Cette opération est peu invasive, en utilisant l'introduction d'un endoscope, elle est efficace pour les microadénomes. Si la formation a une croissance extrasellaire prononcée, des interventions transcrâniennes sont utilisées. La contre-indication à la chirurgie est la vieillesse et l'enfance, la grossesse. Dans ces cas, une méthode de traitement différente est sélectionnée. Le traitement chirurgical transcrânien peut avoir plusieurs conséquences:

  • insuffisance rénale;
  • circulation sanguine altérée dans le cerveau;
  • dysfonctionnement des organes génitaux;
  • détérioration de la vision;
  • traumatisme des tissus sains de la glande;
  • la liquorrhée;
  • inflammation et infection.

La méthode transnasale d'élimination des adénomes est moins traumatique et les effets indésirables sont minimisés. Après l'opération, le patient passe à l'hôpital sous surveillance pendant jusqu'à trois jours, si l'ablation de l'adénome s'est déroulée sans complications. Ensuite, le convalescent se voit prescrire des mesures de rééducation afin d'exclure par la suite les rechutes.

Traitement de l'adénome hypophysaire avec des remèdes populaires

Après avoir appris un diagnostic désagréable, il est courant pour une personne de le nier et de rechercher des méthodes de traitement économes - des remèdes populaires. Du point de vue de la médecine traditionnelle, le traitement de l'adénome hypophysaire avec des remèdes populaires est très douteux. Peut-être qu'un effet peut être obtenu, mais les dons de la nature ne pourront pas corriger les dysfonctionnements du corps causés par les déséquilibres hormonaux. Retarder le traitement avec des méthodes indépendantes peut ressembler à la mort, surtout si un adénome corticotrope est finalement trouvé.

En plus du traitement principal, vous pouvez prendre des décoctions à base de plantes, mais après avoir consulté un médecin. De plus, il faut garder à l'esprit que certaines plantes, par exemple la pruche, sont très toxiques et doivent être utilisées à des doses très élevées, sinon les conséquences peuvent être tristes. Parmi les remèdes populaires sont considérés comme efficaces:

  • teinture d'insecte 10% sur l'alcool;
  • un mélange de gingembre moulu, de graines de citrouille, de graines de sésame, d'herbe de primevère, de miel;
  • teinture de pruche dans l'huile (goutte-à-goutte dans le nez), teinture d'alcool à boire;
  • chaga;
  • alpiniste serpentine;
  • Mélisse;
  • banane plantain;
  • valériane;
  • fruits de rowan;
  • sauge, calendula, camomille.

Adénome hypophysaire: symptômes et traitement

L'adénome hypophysaire est une tumeur du lobe antérieur de cette glande endocrine. La maladie touche le plus souvent les personnes âgées de 40 à 45 ans. Parmi toutes les tumeurs cérébrales, un tiers des cas sont des adénomes hypophysaires. Un microadénome hypophysaire est un néoplasme bénin se développant à partir de cellules glandulaires d'un organe, dont la taille ne dépasse pas 10 mm.

En raison de la petite taille de la tumeur, les symptômes de la maladie avec adénome hypophysaire sont absents pendant une longue période. Les médecins de l'hôpital Yusupov identifient la tumeur à l'aide de méthodes de recherche modernes. Un diagnostic précoce et un traitement adéquat de l'adénome hypophysaire permettent aux patients de se débarrasser de la maladie.

Adénome de la glande pituitaire du cerveau - qu'est-ce que c'est

Adénome de l'hypophyse du cerveau qu'est-ce que c'est? Un adénome hypophysaire est une tumeur bénigne qui se forme à partir des cellules du lobe antérieur de la glande endocrine, qui joue un rôle énorme dans le maintien de l'équilibre hormonal normal du corps. Le néoplasme ne présente aucun signe morphologique de malignité, mais est capable de germer et de comprimer mécaniquement les structures du cerveau adjacentes à l'hypophyse.

La maladie de l'adénome hypophysaire se manifeste par des troubles visuels, neurologiques et endocriniens. Les symptômes d'un adénome hypophysaire du cerveau sont associés à la pression de la tumeur en croissance sur les structures intracrâniennes de la tête, situées dans la zone de la sella turcica.

Si l'adénome hypophysaire est hormonalement actif, le syndrome métabolique endocrinien apparaît au premier plan dans le tableau clinique. Dans ce cas, les modifications de l'état du patient sont souvent associées non pas à la sécrétion excessive de l'hormone hypophysaire tropique par l'hypophyse, mais à l'activation de l'organe cible sur lequel elle agit. Les manifestations du syndrome métabolique endocrinien dépendent directement de la nature de l'adénome hypophysaire de la tête.

L'adénome de la glande pituitaire du cerveau peut être accompagné de symptômes de panhypopituitarisme. Il se développe lorsque le tissu hypophysaire est détruit par une tumeur en croissance. La variété des symptômes de la maladie complique le diagnostic de l'adénome hypophysaire aux premiers stades du processus pathologique.

Types d'adénome hypophysaire

Dans le classificateur international des maladies, l'adénome hypophysaire a un code selon la CIM-10 D35.2. Par la taille de la tumeur, on distingue les microadénomes hypophysaires, dont la taille ne dépasse pas 1 cm, et les macroadénomes. En fonction de la fonction hormonale de la tumeur, les adénomes hypophysaires hormonalement actifs et inactifs sont isolés. Il existe plusieurs types d'adénomes hormono-actifs:

  • Corticotropinome - produit l'hormone adrénocorticotrope ACTH;
  • Hormone de croissance - produit l'hormone de croissance STH;
  • Prolactinome - synthétise la prolactine;
  • Thyrotropinome - participe à l'excrétion de l'hormone stimulant la thyroïde;
  • Gonadotropinome - peut produire des hormones telles que l'hormone folliculo-stimulante (FSH) ou l'hormone lutéinisante (LTH).

L'oncocytome et l'adénome chromophobe de l'hypophyse sont des néoplasmes hormonalement inactifs. En fonction de la structure histologique des tissus, on distingue les types suivants d'adénomes hypophysaires: adénocarcinome hypophysaire, tumeur chromophobe, basophile, acidophile, acidobasophile ou mixte. L'adénome hypophysaire endosellaire est situé à l'intérieur de la sella turcica, endosuprasellaire - s'étend jusqu'à l'apex de la sella turcica, endoinfrasellaire - descend de la sella turcica, endolatérosellaire - se développe à travers la paroi latérale de la sella turcica. La forme kystique de l'adénome hypophysaire est une complication du néoplasme.

Causes de l'adénome hypophysaire

Il existe les raisons suivantes pour le développement d'un adénome hypophysaire:

  • Maladies infectieuses du cerveau retardées ou en développement (neurosyphilis, poliomyélite, méningite, encéphalite);
  • Malformations fœtales intra-utérines;
  • Conséquences d'une lésion cérébrale traumatique.

Les personnes souffrant de ces maladies sont classées comme à risque si elles ont un adénome hypophysaire. Le groupe à risque comprend les hommes et les femmes âgés de trente à quarante-cinq ans. Chez les adolescents et les jeunes enfants, l'adénome hypophysaire ne se produit pas. L'utilisation à long terme de contraceptifs oraux peut provoquer le développement d'un adénome hypophysaire chez la femme.

Dans certains cas, la cause de l'adénome hypophysaire est une hérédité accablée. Les patients dont les proches souffraient de cette maladie, les neurochirurgiens recommandent des examens préventifs périodiques. L'adénome hypophysaire ne se développe pas sous l'influence de facteurs de risque spécifiques. L'apparition d'une tumeur n'est pas associée aux conditions environnementales, au mode de vie et aux spécificités du travail.

Symptômes d'adénome hypophysaire

Symptômes de l'adénome hypophysaire, ils sont le plus souvent observés chez les personnes jeunes et en âge de travailler. La maladie conduit souvent à une invalidité des patients. Parmi les symptômes cliniques des adénomes hypophysaires figurent:

  • Diminution de l'acuité visuelle;
  • Cécité;
  • Maux de tête;
  • Crises végétatives;
  • Insuffisance hypophysaire.

Le symptôme d'un adénome hypophysaire chez la femme est l'aménorrhée. Les hommes et les femmes atteints d'un adénome hypophysaire peuvent développer une libido ou une fonction de reproduction altérée. Avec les adénomes hypophysaires hormonalement inactifs, les premiers symptômes de la maladie apparaissent lorsque le patient atteint l'âge moyen. Chez les patients des groupes plus âgés, la maladie commence par des troubles visuels et neurologiques. Chez les femmes de moins de 50 ans et les hommes de moins de 55 ans, les premiers symptômes d'un adénome hypophysaire peuvent être un dysfonctionnement sexuel. Les femmes développent soudainement une aménorrhée ou des irrégularités menstruelles. Chez les hommes, la dysfonction érectile peut être le premier symptôme de l'adénome hypophysaire..

Les troubles sexuels précèdent principalement les troubles visuels, qui se combinent par périodes de plusieurs mois à 2-3 ans. Les principales plaintes chez les patients atteints d'adénome hypophysaire hormono-dépendant sont regroupées en 4 groupes:

  • Visuel (diminution de l'acuité visuelle, limitation des champs visuels, vision double, cécité, larmoiement, brûlure dans les globes oculaires);
  • Sexuelle (absence de menstruation et irrégularités menstruelles chez la femme, troubles sexuels chez l'homme);
  • Neurologique (troubles du sommeil, maux de tête, étourdissements, perte de mémoire);
  • Plaintes générales (fatigue, faiblesse, soif, somnolence, crises végétatives, perte de poids ou prise de poids).

Avec un adénome hypophysaire inactif, 75% des patients ont une excrétion insuffisante des hormones hypophysaires tropiques. Dans 30% des cas, l'hypothyroïdie est déterminée, dans 25% - l'insuffisance surrénalienne. Les symptômes de l'hypogonadisme dû à un adénome hypophysaire chez les hommes sont une diminution de la libido, un dysfonctionnement érectile chez la femme - aménorrhée et infertilité. L'hypothyroïdie se manifeste par les symptômes suivants:

  • Mal de crâne;
  • Dépression;
  • Diminution de la fonction mentale;
  • Constipation;
  • Augmentation du poids corporel.

Avec un déficit en hormone de croissance chez les patients adultes, la résistance globale diminue, l'obésité se produit, une diminution de la densité minérale osseuse avec un risque accru de fractures, de l'anxiété, de l'anxiété et des sautes d'humeur fréquentes apparaissent. La carence en ACTH se manifeste par les symptômes suivants:

  • Faiblesse générale;
  • Fatigue;
  • Douleur dans les muscles et les articulations;
  • Symptômes de dommages au système digestif;
  • Altération de la conscience en sortant du lit.

Des adénomes hypophysaires hormonalement actifs sont détectés chez 75% des patients. Une sécrétion excessive d'une hormone dans la circulation sanguine entraîne le développement du syndrome clinique correspondant.

La prolactine dans l'adénome hypophysaire augmente chez les patients atteints de prolactinome. Ce type d'adénome hypophysaire survient chez 30% des femmes atteintes de galactorrhée (écoulement de lait des mamelons) et d'aménorrhée. Chez les hommes, les prolactinomes sont beaucoup moins fréquents. L'adénome de l'hypophyse, dans lequel le taux de prolactine augmente, se manifeste par certains symptômes cliniques: impuissance et infertilité chez l'homme, aménorrhée et infertilité chez la femme. Chez les hommes, le principal symptôme de l'adénome dans ce cas est une diminution de la libido et de la puissance. Ensuite, l'infertilité se développe en raison de l'oligospermie et de l'ostéopénie. Les manifestations rares de prolactinomes chez l'homme sont la galactorrhée et la gynécomastie (gonflement des glandes mammaires).

L'hormone de croissance est caractérisée par une augmentation du taux d'hormone de croissance dans le sang. Un tel adénome hypophysaire provoque un changement d'aspect caractéristique progressif. Chez les patients, les mains et les pieds sont agrandis, les traits du visage sont agrandis, la langue est agrandie. Cela peut provoquer une violation de la perméabilité des voies respiratoires supérieures, le syndrome de «l'apnée du sommeil» - arrêt respiratoire pendant le sommeil. Avec des troubles métaboliques, un diabète sucré et une tolérance au glucose altérée se développent. Les somatotropinomes peuvent entraîner un épaississement de la couche musculaire des ventricules du cœur, une hypertension artérielle, des arythmies, un dysfonctionnement endothélial avec le développement d'une insuffisance cardiaque.

Les principaux symptômes du thyrotropinome sont:

  • Hyperthyroïdie;
  • Mal de crâne;
  • Défauts du champ visuel.

La thyréotoxicose se manifeste par les symptômes suivants:

  • Tachycardie (augmentation de la fréquence cardiaque);
  • Tremblements (serrer la main);
  • Augmentation de la température corporelle;
  • Exophtalmie (yeux exorbités);
  • Diarrhée (diarrhée).

Le corticotropinome provoque un hypercortisolisme surrénalien secondaire connu sous le nom de maladie de Cushing. Chez les patients, le visage prend la forme d'une lune, il y a une accumulation de tissu adipeux le long de la nuque et au-dessus des clavicules. La peau s'amincit, des hémorragies ponctuées et des vergetures rouge-bordeaux apparaissent sur le tronc. Une dystrophie musculaire, une myopathie, une ostéoporose, une cyphose se développent. Les patients développent des fractures pathologiques, des cataractes et un diabète sucré. En raison de troubles immunologiques, une infection fongique se produit, de l'acné, les plaies ne guérissent pas pendant une longue période. En raison du développement de troubles hormonaux chez les hommes, la libido diminue, un dysfonctionnement érectile, une oligospermie se produit. Les symptômes fréquents de ce type d'adénome hypophysaire chez la femme sont l'oligorrhée ou l'aménorrhée, l'hirsutisme (augmentation de la croissance des poils du visage et des membres), l'acné.

Diagnostic de l'adénome hypophysaire

Le diagnostic d '«adénome hypophysaire» est établi par les médecins de l'hôpital Yusupov sur la base de:

  • Les plaintes des patients;
  • Inspection;
  • Données issues de méthodes de recherche en laboratoire et instrumentales.

Un diagnostic précis est d'une grande importance pour le choix des tactiques de traitement. Les oncologues de l'hôpital Yusupov prennent en compte les changements liés à l'âge dans les valeurs de référence des niveaux d'hormones hypophysaires. À 11-19 ans, la concentration normale d'hormone de croissance varie de 0,6 à 11,2 mUI / L chez la femme et de 2,5 à 12,2 mUI / L chez l'homme. Après 19 ans, les valeurs de référence sont inférieures à 10 mUI / L chez les deux sexes.

La valeur de référence de la somatomédine C à l'âge de 30 à 35 ans est comprise entre 125 et 311 ng / ml et après 60 ans - de 93 à 224 ng / ml. La concentration d'hormone folliculo-stimulante chez l'homme après 21 ans est de 0,95 à 11,95 mU / ml, chez la femme, cela dépend de la phase du cycle menstruel. Chez les enfants de plus de 14 ans, les valeurs de référence de l'hormone thyréostimuline sont comprises entre 0,4 et 4,0 mUI / L. Un diagnostic précis et complet de l'adénome hypophysaire permet aux médecins de l'hôpital Yusupov d'identifier rapidement la maladie et de commencer un traitement efficace..

Diagnostic de laboratoire pour l'adénome hypophysaire

Les diagnostics de laboratoire sont effectués à l'aide de réactifs de haute qualité et de méthodes de recherche modernes. Il est nécessaire de déterminer l'activité hormonale de l'adénome hypophysaire, le diagnostic et la surveillance ultérieure du traitement. Les patients sont testés pour les hormones suivantes:

  • Prolactine;
  • Somatotropin;
  • Adrénocorticotropine;
  • Lutéinisant et stimulant les follicules;
  • Stimulant la thyroïde;
  • Cortisol, thyroxine, testostérone, estradiol.

Une étude obligatoire est la détermination du facteur de croissance analogue à l'insuline-1.

Méthodes de diagnostic instrumental des adénomes hypophysaires

Le diagnostic des adénomes hypophysaires à l'hôpital Yusupov est effectué à l'aide de méthodes instrumentales modernes:

  • Craniographie;
  • Imagerie par résonance magnétique et calculée;
  • Tomographie multispirale;
  • Autres méthodes de diagnostic radiologique;
  • Études du champ visuel.

La visualisation des adénomes hypophysaires est réalisée à l'aide de méthodes de diagnostic par rayonnement. Les médecins déterminent la taille et la structure de la glande pituitaire, la taille, l'état des parois de la selle turque et des tissus environnants. Afin d'éviter les erreurs de diagnostic, une craniographie est réalisée à l'hôpital Yusupov avant une tomodensitométrie (TDM) ou une imagerie par résonance magnétique (IRM). La tomographie est réalisée en utilisant la technique «d'amplification». Dans les cas diagnostiques difficiles, la TDM ou l'IRM est réalisée en dynamique.

À l'aide de la craniographie, la taille et l'état des parois de la selle turque (structure, épaisseur, contournement, prévalence des changements) sont déterminés. L'imagerie par résonance magnétique est la principale méthode de diagnostic des adénomes hypophysaires. L'IRM ne fait pas la distinction entre différents adénomes hormonalement actifs les uns des autres et des hormones inactives.

Lors d'un scanner pour les microadénomes hypophysaires, les médecins de l'hôpital Yusupov utilisent la technique d'amélioration de l'image. À l'aide de la tomodensitométrie, un diagnostic différentiel des adénomes hypophysaires avec des formations contenant des calcifications ou des hyperostoses est effectué. L'utilisation de la tomodensitométrie en spirale avec une injection bolus d'un agent de contraste selon le programme vasculaire permet aux médecins de l'hôpital de Yusupov d'étudier le système vasculaire des régions sellaire et parasellaire. Avec des études tomographiques natives des adénomes hypophysaires avec croissance suprasellaire, une angiographie par soustraction numérique des vaisseaux cérébraux ou une tomographie en spirale est réalisée. Les champs visuels sont déterminés pour détecter le syndrome chiasmique.

Traitement de l'adénome

Comment traiter un adénome hypophysaire? Les patients atteints d'adénome hypophysaire à l'hôpital Yusupov sont sous la supervision d'un endocrinologue et d'un neurochirurgien. Ils déterminent collectivement les tactiques de traitement. Les cas complexes d'adénome sont discutés lors d'une réunion du Conseil d'experts avec la participation de professeurs et de médecins de la plus haute catégorie. Actuellement, des méthodes conservatrices et chirurgicales de traitement de la maladie sont utilisées..

Pour le traitement des adénomes hypophysaires, la radiothérapie est utilisée comme méthode auxiliaire. Les principaux appareils utilisés pour éliminer une tumeur sont:

  • Couteau Gamma;
  • Accélérateur linéaire;
  • Cyber ​​Knife;
  • Accélérateur de protons.

Si un adénome hypophysaire chez la femme est détecté, le traitement est effectué en collaboration avec un gynécologue et un spécialiste de la reproduction. Andrologue consulte les hommes.

Traitement médicamenteux des adénomes hypophysaires

Les principaux médicaments pour le traitement de la prolactine et du syndrome hyperprolactinémique sont la bromocriptine (parlodel) et la cabergoline. Ces médicaments affectent activement la circulation de la dopamine et de la norépinéphrine dans le système nerveux central et réduisent la libération de sérotonine. La bromocriptine a un effet stimulant sur les récepteurs de la dopamine dans l'hypothalamus. Il inhibe la sécrétion d'hormones de l'hypophyse antérieure, en particulier la somatotropine et la prolactine et la somatotropine.

La dopamine interne inhibe la production de ces hormones. La bromocriptine n'interfère pas avec la synthèse de la prolactine. Le médicament favorise le développement inverse des adénomes hypophysaires de différentes tailles, réduit la production de prolactine. La bromocriptine est utilisée pour traiter les prolactinomes de différentes tailles et comme traitement préopératoire.

Avec une évolution malosymptomatique de la somatotropine chez les patients âgés, un traitement médicamenteux est effectué avec des médicaments analogues de la somatostatine (octréotide) et des antagonistes des récepteurs de la somatotropine (pegvisomant). Si le patient, selon les indications, a subi l'ablation de l'adénome hypophysaire et après l'opération, il reste une concentration élevée d'hormone de croissance, une rechute de la tumeur se produit, après la radiothérapie, le médicament est poursuivi. S'il existe des contre-indications à une intervention chirurgicale pour l'adénome hypophysaire, une radiothérapie et une pharmacothérapie sont effectuées.

L'objectif du traitement médicamenteux par corticotropine est de normaliser le taux d'hormones corticosurrénales dans le sang. Ceci est réalisé en utilisant des médicaments qui inhibent la production de cortisol. En outre, un traitement symptomatique est effectué, qui vise à corriger les violations du métabolisme des protéines et des glucides, à traiter l'insuffisance cardiaque et à normaliser les niveaux de pression artérielle. L'irradiation d'un adénome hypophysaire est utilisée pour le traitement par corticotropine en complément de la chirurgie et en tant que radiothérapie primaire.

Chirurgie pour enlever l'adénome hypophysaire

Avec le thyrotropinome (adénome de l'hypophyse du cerveau), la chirurgie est la principale méthode de traitement. Les médicaments sont limités au maintien des niveaux normaux d'hormones après la chirurgie. Dans la maladie de Cushing, l'ablation chirurgicale de l'adénome hypophysaire est réalisée. Avec les microadénomes, l'efficacité du traitement chirurgical atteint 70-90%, avec les macroadénomes - 50-60%. L'opération des gonadotropinomes est réalisée en cas de manifestations cliniques sévères de la maladie.

Actuellement, le traitement chirurgical des adénomes hypophysaires est réalisé par les principales approches: transnazosphénoïdale (transnasale, transsphénoïdale) et transcrânienne (intradurale et extradurale). Les neurochirurgiens utilisent ces approches en deux étapes séquentielles. L'ablation transnasale de l'adénome est réalisée par le nez. Les interventions chirurgicales transsphénoïdales sont le traitement de choix des adénomes hypophysaires. La méthode transcrânienne est utilisée lorsqu'il est impossible d'utiliser le transsphénoïdal.

Les médecins de l'hôpital Yusupov utilisent un accès transsphénoïdal microchirurgical et endoscopique. La technique d'élimination microscopique des adénomes hypophysaires avec contrôle endoscopique auxiliaire est utilisée, en utilisant les avantages suivants de l'endoscopie:

  • Éclairage puissant;
  • Phénomène d'endomicroscopie;
  • Vue de côté.

Cela permet au chirurgien de déterminer les limites de l'adénome hypophysaire pendant l'opération, d'évaluer la localisation et la taille des fragments tumoraux non retirés restants. La vue latérale de l'endoscope vous permet de retirer la tumeur du côté optimal, pour éviter d'endommager le cerveau et le contenu des sinus caverneux. Lorsque le liquide céphalo-rachidien s'écoule, il est installé et éliminé au cours de l'opération. Les prévisions sont bonnes dans ce cas. Le coût de la chirurgie de l'adénome hypophysaire dépend de la méthode d'intervention chirurgicale, du soutien médicamenteux nécessaire pour les périodes préopératoire et postopératoire..

Danger et prédictions

Avec l'adénome hypophysaire, le pronostic dépend de la taille de la tumeur, de la possibilité d'élimination des radicaux et de son activité hormonale. Avec un diagnostic rapide et un traitement adéquat de la maladie, plus de 85% des patients se rétablissent. Si la durée de la maladie est courte, la probabilité d'une restauration complète de la fonction visuelle est assez élevée..

En cas d'hémorragie dans la tumeur, seule une intervention immédiate du chirurgien peut sauver la situation. Plus tôt le patient se rend à l'hôpital Yusupov et reçoit des soins médicaux spécialisés, plus il y a de chances que la guérison réussisse..

Adénome hypophysaire - traitement à Moscou

Combien coûte l'élimination de l'adénome hypophysaire à Moscou? L'opération d'élimination d'un adénome hypophysaire est réalisée à un prix abordable à l'hôpital Yusupov. Les chirurgiens maîtrisent toutes les méthodes d'interventions chirurgicales sur l'hypophyse. Le coût de l'ablation transnasale d'un adénome hypophysaire à Moscou est de 14000 à 120000 roubles.

À l'hôpital Yusupov, les médecins effectueront un examen complet, établiront un diagnostic précis et détermineront la méthode optimale de traitement de l'adénome hypophysaire. S'il y a des indications et aucune contre-indication, l'opération est effectuée à l'aide des derniers équipements des principales sociétés européennes et américaines. Découvrez le coût de l'opération pour enlever un adénome hypophysaire par téléphone.