L'anisocorie est présente dans 20% de la population mondiale, cependant, dans la plupart des cas, il s'agit d'une maladie physiologique. Chez une personne avec ce diagnostic, les pupilles des yeux sont de diamètres différents. Cela semble inhabituel, mais l'anisocorie physiologique n'est pas une menace pour la santé..

Une autre chose est lorsque la condition est accompagnée de symptômes désagréables: photophobie, vision double, douleur, diminution de l'acuité visuelle. Dans ce cas, une consultation avec un ophtalmologiste et le choix d'un traitement efficace sont indiqués. L'anisocorie des pupilles peut être un critère diagnostique important indiquant des lésions oculaires ou du système nerveux. La maladie peut survenir à tout âge, plus souvent chez les jeunes femmes. Si un enfant souffre de pathologie, il existe un risque élevé de développer diverses erreurs de réfraction..

À propos de l'anisocorie physiologique et pathologique, des signes, des causes de l'anisocorie chez l'adulte et des méthodes de traitement - dans notre article.

Ainsi, l'anisocorie est un symptôme ophtalmique dans lequel les pupilles d'une personne sont asymétriques (c'est-à-dire qu'elles ont un diamètre différent). Dans ce cas, un œil fonctionne normalement et l'autre réagit à la lumière de manière pathologique, sans se dilater ni se rétrécir comme dans un état normal et sain..

Symptômes de l'anisocorie

L'anisocorie peut être asymptomatique ou peut entraîner de nombreuses minutes désagréables, provoquant:

  • étourdissements, maux de tête;
  • diminution de l'acuité visuelle, apparition de mouches devant les yeux, diplopie (vision double);
  • nausées, jusqu'à vomissements;
  • violations des fonctions motrices: parésie et paralysie partielle, tremblements de la main;
  • manque de coordination des mouvements.

De plus, l'anisocorie conduit à:

  • augmentation de la fatigue oculaire, en particulier à l'effort;
  • omission, surplomb de la paupière supérieure - la soi-disant ptose;
  • œdème cornéen, douleur;
  • détérioration de la mobilité du globe oculaire;
  • protrusion du globe oculaire vers l'avant. Ce phénomène est appelé "proptosis".

Classifications de l'anisocorie

Il existe plusieurs classifications de cette condition..

Anisocorie physiologique et pathologique

Avec l'anisocorie physiologique, la différence de taille des pupilles est observée plus souvent au repos, et le diamètre de la pupille affectée ne diffère pas de la pupille saine de plus de 1 mm et ne dépend pas du niveau d'éclairage.

L'anisocorie physiologique est caractérisée par la disparition du symptôme lors de l'utilisation de gouttes spéciales dilatant la pupille.

L'anisocorie pathologique signale un dysfonctionnement du corps: maladies du plan ophtalmique ou neurologique. La pupille peut se rétrécir et se dilater en fonction de la luminosité de la lumière.

Anisocorie congénitale et acquise

L'anisocorie congénitale est une conséquence de maladies génétiques, de troubles du développement embryonnaire de l'appareil nerveux ou musculaire des yeux. Elle s'accompagne souvent de strabisme et peut disparaître avec l'âge. Si la condition persiste, elle n'affecte généralement pas la qualité de la vision à l'âge adulte..

Raisons de l'anisocorie acquise:

  • neurologie;
  • troubles du travail du système nerveux;
  • migraines (la violation de la symétrie des pupilles se produit à la suite d'un œdème du tissu cérébral);
  • maladies cérébrovasculaires, accidents vasculaires cérébraux, infarctus cérébraux (dans ce cas, l'anisocorie est l'un des symptômes et s'accompagne généralement d'une augmentation de la pression artérielle, de vomissements, de nausées, de maux de tête, d'une altération des fonctions motrices, d'une perte de coordination);
  • lésions de l'iris, des ligaments de l'appareil oculaire, du cerveau;
  • contact avec un corps étranger;
  • maladies oncologiques du cerveau;
  • chirurgie oculaire (telle que l'ablation de la cataracte);
  • lésions inflammatoires des yeux (iritis, iridocyclite);
  • infections cérébrales (méningite, encéphalite, etc. - avec ces maladies, le fonctionnement des noyaux des nerfs optiques en souffre);
  • prendre certains médicaments;
  • l'usage de drogues;
  • tuberculose des poumons supérieurs;
  • glaucome;
  • paralysie et parésie du nerf oculomoteur d'origines diverses.

En outre, la raison pour laquelle les élèves de différentes tailles chez un adulte peuvent être:

  • Syndrome de Horner.
    Ce complexe de symptômes est caractérisé par des lésions du système nerveux sympathique. En plus de l'ophtalmologie, il présente également des troubles du tonus vasculaire et de la transpiration..
  • Syndrome d'Argyll Robertson.
    La raison du phénomène dans lequel les élèves cessent de répondre aux changements d'éclairage est souvent une infection de l'organe de la vision par une neurosyphilis et une neuropathie d'origine diabétique..
  • Syndrome de Holmes-Adi.
    Dans le syndrome d'Adi, une mydriase anormale (dilatation) de la pupille est observée, accompagnée d'une transpiration altérée, de contractions du membre et d'une hypermétropie. Se produit en raison d'une inflammation virale ou bactérienne des fibres postganglionnaires.
  • Syndrome de Parino.
    La cause de la maladie est des lésions du mésencéphale postérieur dues à des tumeurs, un traumatisme, une sclérose en plaques.

Diagnostic et traitement de l'anisocorie

Un ophtalmologiste pourra diagnostiquer "l'anisocorie" sur la base d'un examen, étudier la réaction des pupilles dans l'obscurité, à la lumière, étudier la vitesse de leur réaction, la symétrie dans différentes conditions.

En outre, un examen biomicroscopique, une transillumination diasclérale à l'aide d'un diaphanoscope et, si nécessaire, une angiographie, une échographie, une IRM et un scanner seront réalisés. Le médecin peut également utiliser des mydriatiques - des gouttes spéciales qui peuvent provoquer une expansion artificielle de la pupille.

Il existe également des tests spéciaux - tropicamide et phényléphrine et pilocarpine - pour aider au diagnostic.

L'anisocorie physiologique, qui ne pose aucun problème au patient, ne nécessite aucun traitement. Seul un défaut esthétique peut causer des désagréments.

Avec l'anisocorie associée à des maladies du corps, le traitement consiste à éliminer la maladie sous-jacente.

Causes de l'anisocorie, de quoi il met en garde

La plupart des gens ont vu de l'anisocorie en direct ou en photo au moins une fois. Cette condition est caractérisée par un changement artificiel chez un élève ou les deux. L'anisocorie n'est pas une pathologie indépendante, elle agit souvent comme un symptôme de toute maladie.

Caractéristiques des élèves

La structure anatomique spécifique de la pupille ne peut être décrite. La pupille est simplement un trou dans l'iris à travers lequel presque 100% des rayons lumineux sont absorbés. En arrière, ces rayons ne sortent pas par l'iris et sont absorbés par les membranes internes, ce qui fait que la pupille devient noire chez toutes les personnes en bonne santé.

La pupille agit comme le diaphragme de l'œil, qui régule la quantité de lumière fournie à la rétine. Dans des conditions de luminosité, les muscles annulaires se contractent, les radiaux au contraire se relâchent, ce qui entraîne un rétrécissement de la pupille et une diminution de la quantité de lumière atteignant la rétine. Ce mécanisme protège la rétine des dommages. Avec une lumière insuffisante, les muscles radicaux se contractent et les muscles de l'anneau se détendent, ce qui dilate la pupille.

La réduction des pupilles est réalisée par le système nerveux parasympathique et l'élargissement sympathique. En pleine lumière, le muscle du sphincter fonctionne et lorsqu'il est sombre, le muscle dilatateur est activé.

De tels changements peuvent survenir plusieurs fois par minute. C'est la distribution des photons qui irritent la rétine. L'anisocorie est une conséquence de l'incohérence des muscles de l'iris. Le patient a une taille de pupille différente et, par conséquent, un degré de réponse différent à l'éclairage.

Les muscles nerveux oculomoteurs de l'iris permettent des changements simultanés dans les pupilles des yeux. Étonnamment, si vous brillez dans un œil, les pupilles se rétréciront à la fois dans les deux et simultanément. Ce phénomène n'est possible que si les muscles de l'iris fonctionnent correctement. S'il n'y a pas de rétrécissement dans le deuxième œil, nous pouvons parler de pathologie. La constriction de la pupille par rapport à la norme est appelée myosis et la dilatation, respectivement, mydriase.

Il est à noter que l'anisocorie physiologique est observée chez de nombreux représentants de la faune. Ainsi, par exemple, chez les reptiles et les amphibiens, en raison du manque de vision binoculaire (perception d'une image avec deux yeux), une telle synchronisation des réactions oculaires n'est pas toujours observée.

Les élèves sont capables de répondre non seulement aux rayons lumineux. De nombreuses émotions fortes (peur, douleur et excitation) peuvent affecter la taille de la pupille. De plus, certains médicaments modifient le fonctionnement de l'iris..

Classification de la pathologie et de ses causes

Il existe plusieurs causes principales d'anisocorie, qui impliquent des dizaines de maladies et d'affections différentes. Dans 20% des cas, l'anisocorie chez le nourrisson est le résultat d'un défaut génétique. L'enfant ne présente le plus souvent aucun autre symptôme et la pathologie de la pupille ne dépasse pas 0,5-1 mm. Dans de tels cas, l'anisocorie peut disparaître d'ici 5 à 6 ans..

Types d'anisocorie

  1. Congénital. Ce type de pathologie est souvent le résultat d'un défaut de l'œil ou de ses éléments individuels. La raison affecte l'appareil musculaire de l'iris et provoque une asynchronie dans la réponse des pupilles à la lumière. Il arrive que l'anisocorie congénitale soit un symptôme du sous-développement de l'appareil nerveux d'un œil ou des deux, mais dans presque tous les cas, la pathologie est complétée par un strabisme.
  2. Acquis. Il existe de nombreuses raisons qui peuvent provoquer une anisocorie tout au long de la vie..

L'une des causes les plus courantes de désalignement des pupilles est la blessure. Il existe plusieurs types de blessures pouvant provoquer une anisocorie. Tout d'abord, ce sont des blessures aux yeux. Souvent, la synchronicité des réactions des pupilles est perturbée en raison de lésions de l'iris ou de l'appareil ligamentaire de l'œil. Avec une contusion de l'œil, lorsqu'il n'y a pas de dommage visible, une paralysie de la structure musculaire de l'iris peut se développer et la pression à l'intérieur de l'œil augmentera.

Si la tête est endommagée, il y a toujours un risque de blessure au crâne ou au cerveau. L'anisocorie peut être le résultat d'une violation de la fonctionnalité de l'appareil nerveux des yeux ou des centres visuels du cortex cérébral. Si les centres visuels sont endommagés, le strabisme se développe souvent. La violation des mêmes nerfs optiques ne conduit souvent qu'à une dilatation unilatérale de la pupille. Particularité: la pupille se dilate dans l'œil du côté de la blessure.

Les maladies oculaires se manifestent également souvent par l'anisocorie. De tels troubles ophtalmiques peuvent être inflammatoires et non inflammatoires. L'iris et l'iridocyclite (inflammation isolée de l'iris) peuvent provoquer des spasmes des muscles de l'iris. En conséquence, l'œil cesse de répondre aux changements de lumière, ce qui se traduit par un décalage des pupilles. Le glaucome provoque souvent une constriction de la pupille dans l'œil affecté (permanent): l'écoulement du liquide intraoculaire est donc plus rapide et plus facile.

La croissance de néoplasmes et de tumeurs dans la tête entraîne un affaiblissement de la connexion entre les globes oculaires et les centres visuels. En conséquence, la fonctionnalité de l'iris est altérée. Ces pathologies comprennent les tumeurs cérébrales malignes, la neurosyphilis, les hématomes dans le cerveau après un AVC hémorragique.

L'anisocorie peut apparaître lorsqu'elle est exposée à certaines substances inorganiques: belladone, atropine, tropicamide. Lorsque ces composés agissent sur les nerfs et les muscles de l'œil, un désalignement pupillaire peut se produire..

Les maladies du cerveau et des voies visuelles nerveuses sont également à risque. Parmi les principales maladies du système nerveux central pouvant provoquer une anisocorie, on trouve la neurosyphilis et l'encéphalite à tiques, la méningite et la méningo-encéphalite..

Types d'anisocorie

  1. Causé par des pathologies oculaires. La condition se produit en raison de violations des éléments de l'œil.
  2. Causé par d'autres pathologies.

Selon le degré d'implication, on distingue l'anisocorie unilatérale et bilatérale. Dans 99% des cas, une pathologie oculaire unilatérale est diagnostiquée, c'est-à-dire qu'un œil normal réagit à un changement de lumière et que la pupille du second ne répond pas ou fonctionne avec un retard.

L'anisocorie bilatérale est un événement rare. La condition est caractérisée par une réponse incohérente et inadéquate de l'iris aux changements de régime visuel. Le degré de pathologie peut être différent pour chaque œil..

Diagnostic des causes du défaut pupillaire

La première étape du diagnostic des causes de l'anisocorie consiste à prendre l'anamnèse. Le médecin doit identifier toutes les pathologies concomitantes, étudier leurs causes, leur évolution et leur prescription. Dans le processus de diagnostic de l'anisocorie, des photographies du patient aident. Selon eux, vous pouvez savoir s'il y avait une pathologie avant, avec quelle dynamique elle s'est développée.

Lors de l'examen des yeux, le médecin détermine la taille des pupilles à la lumière et dans l'obscurité, la vitesse de réaction, la consistance dans différentes conditions d'éclairage. Ces caractéristiques simples aident à déterminer au moins approximativement la cause de l'anisocorie et la localisation du trouble qui provoque un désalignement pupillaire..

L'anisocorie, qui est plus prononcée en lumière vive, indique une pathologie avec l'expansion de la pupille à une grande taille et un rétrécissement difficile. Avec l'anisocorie, plus prononcée dans un environnement sombre, la pupille devient anormalement petite, elle se dilate avec difficulté.

Méthodes de diagnostic de l'anisocorie

  1. Test de cocaïne. Dans le processus, une solution à 5% de cocaïne est utilisée (si le patient est un enfant, il prend une solution à 2,5%). Parfois, la solution de cocaïne est remplacée par de l'apraclonidine 0,5-1%. Le test vous permet de différencier l'anisocorie physiologique du syndrome de Horner. La procédure est simple: des gouttes sont instillées dans les yeux, la taille des pupilles est évaluée avant la procédure et après 60 minutes. S'il n'y a pas de pathologies, les pupilles se dilatent en douceur. En présence du syndrome de Horner, les pupilles du côté affecté se dilatent à 1,5 mm.
  2. Phényléphrine, tests de tropicamide. Une solution à 1% de tropicamide ou de phényléphrine permet de détecter un défaut du troisième neurone du système sympathique, même si un défaut du premier et du deuxième ne peut être exclu. La procédure est la suivante: des gouttes sont instillées dans l'œil, analysant la taille des pupilles avant et après la procédure (après 45 minutes). La pathologie sera indiquée par une extension inférieure à 0,5 mm. Avec une augmentation de l'anisocorie de 1,2 mm, on peut parler de dommages avec une probabilité de 90%.
  3. Test de pilocarpine. Pour la procédure, utilisez une solution à 0,125-0,0625% de pilocarpine. Les pupilles présentant le défaut sont sensibles à l'agent, tandis que les yeux sains n'y répondent pas. Il est nécessaire d'évaluer l'expansion des pupilles une demi-heure après l'instillation.

L'anisocorie peut être associée à ces symptômes

  1. Douleur. Peut indiquer une expansion ou une rupture d'un anévrisme intracrânien, ce qui est dangereux par la paralysie par compression de la troisième paire de nerfs oculomoteurs. De plus, une douleur apparaît lors de la dissection de l'anévrisme de l'artère carotide. Une autre cause de douleur peut être la neuropathie oculomotrice microvasculaire..
  2. Doubler.
  3. Ptose et diplopie. Peut indiquer des dommages à la troisième paire de nerfs oculomoteurs (crâniens).
  4. Proptose (gonflement du globe oculaire vers l'avant). Accompagne souvent une lésion volumétrique de l'orbite.

En cas de suspicion d'anomalies vasculaires, une angiographie de contraste et une échographie Doppler sont prescrites. Le diagnostic de dysfonctionnement oculaire comprend souvent CT, MTP et MSCT avec contraste vasculaire. Même s'il n'y a pas d'autres symptômes, ces tests peuvent révéler un anévrisme et une tumeur cérébrale - les causes les plus courantes d'anisocorie. Les études de neuroimagerie vous permettent de déterminer le plan de traitement exact et la nécessité d'une chirurgie neurochirurgicale.

Traitement de l'anisocorie

Avec l'anisocorie, qui n'est pas due à la pathologie de l'iris, le traitement doit viser à éliminer la maladie sous-jacente. Le désalignement des pupilles disparaîtra de lui-même après un traitement réussi.

Si la raison réside dans une maladie inflammatoire du cerveau (méningite, méningo-encéphalite), des agents antimicrobiens à large spectre, une thérapie de désintoxication et des mesures pour corriger l'équilibre eau-sel sont nécessaires.

Avec les traumatismes crâniens, il faut agir rapidement: le manque de synchronicité des pupilles est un mauvais symptôme. Une intervention chirurgicale dans le crâne est souvent nécessaire pour éliminer les conséquences dangereuses d'une blessure.

Si le désalignement des pupilles est causé par une blessure ou une maladie oculaire, la thérapie est plus claire. Il est nécessaire d'éliminer la pathologie et de corriger l'activité musculaire de l'iris. Le médecin prescrit des médicaments qui affectent directement les processus de dilatation et de constriction des pupilles. Avec l'iritis et l'iridocyclite, des médicaments anticholinergiques sont nécessaires, qui détendent les muscles de l'iris. L'utilisation à long terme d'un tel médicament peut entraîner une dilatation permanente des pupilles. Les ophtalmologistes prescrivent également des médicaments pour éliminer l'inflammation..

Avec l'anisocorie congénitale, la question du traitement dépendra du degré du trouble. Le plus souvent, plusieurs opérations sont nécessaires pour corriger le défaut de l'œil. Rarement, mais il arrive que l'opération soit impossible (0,01% de tous les cas d'anisocorie congénitale). Dans ce cas, les patients se voient prescrire des gouttes oculaires à vie..

Anisocorie - qu'est-ce que c'est, causes et traitement chez les enfants et les adultes

L'anisocorie est une pathologie spécifique de l'œil, dans laquelle les pupilles diffèrent les unes des autres par la taille.

Habituellement, un élève réagit normalement à la lumière, les objets s'approchant et s'éloignant. L'autre, au contraire, est toujours dans un état fixe..

Types et causes de développement

Les causes de l'apparition de la maladie peuvent être très nombreuses, mais le plus souvent, la pathologie survient dans le contexte d'un traumatisme crânien (TCC) ou d'autres blessures. Selon la CIM 10, la maladie a un code H57.0.

Une légère différence dans la taille de la pupille (jusqu'à 1 mm.) Est considérée comme standard et n'est pas considérée comme une pathologie.

Quelles sont les raisons qui affectent le plus souvent le développement de l'anomalie:

  1. Blessures qui endommagent l'iris.
  2. Iridocyclite.
  3. Glaucome.
  4. Herpès dans le ganglion ciliaire.
  5. La consommation de certains médicaments, par exemple "Pilocarpine", peut conduire à une pathologie. Une anomalie se produit également avec la dépendance à la cocaïne.
  6. L'anisocorie se développe dans le contexte de la méningite, de la tuberculose, de l'encéphalite.
  7. Des problèmes au niveau du cou, qui conduisent progressivement à une compression du plexus brachial, sont également à l'origine de cette anomalie..
  8. Avec le syndrome d'Adie et Horner, la maladie se développe également.

Souvent, l'anisocorie est causée par des facteurs neurologiques. Ainsi, il peut se développer dans le contexte d'une lésion cérébrale traumatique, d'une hémorragie, d'une tumeur cérébrale, d'un accident vasculaire cérébral ou d'un anévrisme.

Si la maladie est observée chez les nouveau-nés, il s'agit probablement de caractéristiques génétiques ou physiologiques du développement. La pathologie survient souvent en raison d'anomalies de certains éléments de l'appareil oculaire.

Il existe deux types de cette maladie: l'anisocorie, dans laquelle la pupille se rétrécit (myosis) et un type de maladie dans laquelle la pupille se dilate (mydriase). En outre, les médecins divisent une telle maladie en types en raison du développement, ainsi qu'en un groupe congénital et acquis..

Avant de commencer le traitement des allergies oculaires, lisez les instructions d'utilisation du collyre Allergodil. Instructions pour l'utilisation du collyre Albucid pour les nouveau-nés à lire ici.

Symptômes

Le principal symptôme de l'anisocorie est une modification de la taille des pupilles. De plus, la différence peut parfois être énorme, atteignant 0,5 centimètre. De plus, certains des symptômes les plus courants sont:

  • manque de sensibilité d'une pupille fixe à la lumière et aux objets en approche;
  • violation de la qualité de la vision, en particulier, un œil avec une pupille fixe reconnaît mal les objets en mouvement;
  • dans le contexte de ce problème, le strabisme se produit souvent;
  • l'effet des objets visibles doublés peut également se produire;
  • les patients se plaignent souvent de fatigue oculaire, de fatigue rapide lorsqu'ils travaillent sur un ordinateur;
  • selon la cause de l'anomalie, une personne peut éprouver de graves maux de tête.

Avec l'anisocorie, les médecins pratiquent presque toujours une IRM, car l'une des principales causes du développement de la maladie est les tumeurs cérébrales.

Parfois, par des symptômes caractéristiques, il est possible de déterminer la cause du développement de la maladie. Donc, si la taille des pupilles change particulièrement fortement dans l'obscurité, alors nous parlons du syndrome de Horner.

Si l'expansion, au contraire, se produit à la lumière, alors nous parlons d'innervation parasympathique.

Les instructions pour les gouttes ophtalmiques Alfagan sont présentées sur le lien. Maladie oculaire génétique complexe - amaurose de Leber.

Diagnostique

Avec l'anisocorie, le contenu informationnel diagnostique maximal est donné par une technique de recherche telle que l'IRM. À l'aide de l'IRM, il est possible de détecter la présence ou l'absence d'un anévrisme, une tumeur cérébrale, à la suite de laquelle un traitement approprié est prescrit..

Quelles autres méthodes de diagnostic sont utilisées par les spécialistes dans le cas d'une cause neurologique du développement de la maladie:

  1. Radiographie du crâne et du cou.
  2. Ponction de la moelle épinière.
  3. Tonométrie.
  4. Test sanguin.
  5. Tomodensitométrie.

Si la maladie n'a pas de cause neurologique, le médecin examine l'œil pour des blessures, des tests pharmacologiques et une anamnèse. À l'aide de toutes ces techniques, l'ophtalmologiste identifie les causes de la maladie, prescrit le traitement approprié.

L'anisocorie ne se développe jamais comme ça et se produit généralement dans le contexte de problèmes très graves.

Comment traiter l'amblyopie de haut grade chez les enfants est décrit en détail dans l'article. Et lisez tout sur le traitement de l'amblyopie chez les adultes ici.

Options de traitement

Le modèle de traitement dépend directement du problème qui a causé l'anisocorie. Habituellement, les médecins prescrivent les options thérapeutiques suivantes:

  • avec une pathologie de nature ophtalmique, des médicaments antibactériens et anti-inflammatoires sont prescrits;
  • en présence de tumeurs et de traumatismes cranio-cérébraux, des médicaments spécifiques ou une intervention chirurgicale sont généralement utilisés;
  • avec l'ostéochondrose cervicale, des analgésiques, des vitamines, des chondroprotecteurs sont prescrits;
  • dans le processus inflammatoire, des antibiotiques, des antipyrétiques sont prescrits, ainsi que la perfusion d'une solution eau-sel;
  • lors du traitement d'un accident vasculaire cérébral, le patient reçoit une injection de médicaments spéciaux qui fluidifient les caillots sanguins dans le sang.

Avec l'anisocorie, le modèle de traitement est purement individuel et dépend du degré de développement de la maladie stimulante, du bien-être du patient. Ainsi, en cas de violation de la nature ophtalmique, des substances anticholinergiques sont souvent prescrites pour aider à soulager les spasmes des muscles de l'iris.

Un symptôme nécessitant une analyse détaillée et un examen plus approfondi est l'angiopathie rétinienne chez un enfant. Les instructions d'utilisation de la pommade oculaire à l'acyclovir sont présentées ici.

Prévoir

Le pronostic des spécialistes présentant une telle violation de la fonction pupillaire dépend entièrement de l'élimination de la maladie initiale. Si la maladie peut être détectée à temps et se débarrasser de ses symptômes, l'anisocorie disparaît également progressivement..

Si nous parlons de pathologie congénitale, elle est éliminée chirurgicalement. De plus, plus tôt l'enfant subira cette procédure, mieux ce sera, car alors sa vision ne souffrira pas d'une telle pathologie..

Si la chirurgie n'est pas possible, les médecins prescrivent des gouttes spéciales qui affectent l'activité des élèves pour aider à maintenir une vision normale..

En l'absence de traitement compétent de la maladie initiale, il existe un risque élevé de détérioration du bien-être du patient. La qualité de la vision diminuera progressivement, les maux de tête et les crampes dans le contour des yeux s'intensifieront.

Découvrez le diagnostic et le traitement de l'angiopathie rétinienne ici. Est-il possible de traiter l'astigmatisme à la maison est décrit dans l'article.

Anisocorie chez les enfants

Il a déjà été mentionné ci-dessus que l'anisocorie peut se développer chez les enfants, y compris les nourrissons. Dans ce cas, on parle presque certainement d'une pathologie congénitale de l'iris..

Dans de rares cas, un tel problème peut indiquer un sous-développement du cerveau ou la présence d'une pathologie neurologique grave. Selon les données médicales, 20% des bébés ont une légère différence de taille de pupille, ce qui est considéré comme tout à fait normal..

En plus des caractéristiques génétiques, un tel problème peut apparaître dans le contexte d'une blessure à la colonne cervicale survenue lors de l'accouchement. Des facteurs tels que les lésions du crâne, les traumatismes du globe oculaire et l'inflammation peuvent également influencer le développement d'anomalies chez les enfants. D'une manière ou d'une autre, seul un médecin peut poser un diagnostic précis et identifier sa cause..

Cet article est à titre informatif uniquement, par conséquent, les méthodes de traitement et les raisons du développement de l'anisocorie doivent être discutées exclusivement avec un ophtalmologiste..

Si l'un des proches parents a une telle pathologie, elle peut être transmise à un nouveau-né. L'anomalie génétique disparaît souvent avec le temps, mais reste parfois à vie.

Un étrange changement de la taille des pupilles ne peut en aucun cas être ignoré, car ce symptôme peut avoir des causes très graves. Cependant, la clarification rapide de la cause de l'anomalie aide à prévenir la perte progressive de la vision et l'apparition de symptômes tiers. Dans nos autres articles, vous pouvez lire sur les causes de la choriorétinite oculaire.

Une vision claire de l'anisocorie: maladie, hérédité ou physiologie?

Le mot «anisocorie», inconnu d'une personne ordinaire, est bien connu de tous les ophtalmologistes. Il s'agit d'une affection oculaire dans laquelle les pupilles gauche et droite ont des diamètres différents..

L'anisocorie est connue en médecine comme un phénomène courant. De légères différences dans la taille des pupilles se retrouvent chez chaque cinquième habitant en bonne santé de notre planète. L'anisocorie est rarement une maladie indépendante..

Le plus souvent, il s'agit d'une conséquence ou d'une manifestation de certaines affections ou pathologies. Négliger l'anisocorie peut avoir des conséquences désastreuses.

Symptômes d'un phénomène tel que l'anisocorie selon le code CIM-10

La présence d'anisocorie peut facilement être déterminée par le patient lui-même. Il suffit de se regarder attentivement dans le miroir et de comparer visuellement les diamètres des deux pupilles. Dans le cas de l'anisocorie, le patient verra la différence.

La différence de diamètre des pupilles peut être à la fois insignifiante jusqu'à 0,5 mm et significative - supérieure à 1,0 mm.

L'anisocorie elle-même ne produit aucun autre symptôme. De plus, la présence d'une différence dans les diamètres des pupilles peut elle-même être un symptôme de la maladie sous-jacente. En plus de la différence d'élèves, une telle maladie peut provoquer la manifestation d'autres symptômes. Les symptômes les plus courants de la maladie sous-jacente, se manifestant en conjonction avec l'anisocorie:

  • L'un des élèves ne répond pas à une diminution de la luminosité lumineuse;
  • Descente de la paupière supérieure;
  • Photophobie;
  • Perte de vision;
  • Vision double;
  • Maux de tête fréquents;
  • Nausées Vomissements;
  • Température;
  • Torticolis.

La présence de symptômes parallèles à l'anisocorie doit être signalée au médecin. Cela permettra de diagnostiquer aussi précisément que possible la maladie sous-jacente, dont l'une des manifestations était l'anisocorie..

Quelles sont les causes du développement de la pathologie physiologique et congénitale

Par le type d'occurrence, l'anisocorie peut être congénitale ou acquise. Si la présence d'anisocorie congénitale chez un patient est exclue, il a une forme acquise d'anisocorie. Il peut survenir et se développer pour diverses raisons, en raison de l'influence de maladies majeures. Nous listons les groupes des principales maladies dans lesquelles l'anisocorie peut se manifester.

  • Maladies ophtalmiques. Il s'agit de l'inflammation de l'iris ou de la choroïde de l'œil, du glaucome et des néoplasmes dans la région interne de l'œil..
  • Maladies neurologiques: méningite, encéphalite à tiques, etc. Dans les maladies neurologiques, l'asymétrie du diamètre des pupilles est causée par des lésions de l'appareil oculaire, une détérioration des connexions avec le système nerveux central, une diminution de l'activité des parties du cerveau responsables des organes de la vision.
  • Blessures. L'anisocorie est causée à la fois par des lésions oculaires directes (provoquant un rétrécissement de la pupille dans l'œil affecté) et par une lésion cérébrale traumatique (lésion de l'analyseur visuel, provoquant une forte dilatation de la pupille du côté endommagé).
  • Effets négatifs des substances nocives. La prise de certains médicaments ou substances psychotropes peut provoquer des changements asymétriques du diamètre des pupilles.

Diagnostic des adultes et des enfants

Le premier spécialiste à qui vous devez vous adresser en présence d'anisocorie est un ophtalmologiste. Après l'examen initial et le diagnostic préliminaire, il référera le patient pour une consultation avec un neurologue.

Pour poser un diagnostic précis de la maladie qui a causé l'anisocorie, le patient se voit attribuer des tests de diagnostic.

Lors de leur mise en œuvre, des spécialistes étudient l'état neurologique et physiologique du patient..

Ces recherches peuvent inclure:

  • Surveillance de la pression artérielle;
  • Analyses sanguines générales et différentielles;
  • Procédure d'échographie;
  • Radiographie du crâne et de la colonne cervicale;
  • Tomodensitométrie de la tête;
  • Imagerie par résonance magnétique;
  • Angiographie;
  • Ponction lombaire.

Cette liste n'est ni typique ni exhaustive..

Le choix des études spécifiques pour chaque patient est déterminé par le médecin traitant, en fonction du besoin.

Après avoir analysé les résultats des études diagnostiques, le patient reçoit un diagnostic final de la maladie et un traitement est prescrit..

Traitement

Le protocole de traitement dépend entièrement du diagnostic final. Si, à la suite du diagnostic, il est révélé que la cause de l'anisocorie est un facteur héréditaire, le traitement n'est pas nécessaire.

L'anisocorie congénitale dans la plupart des cas, si le patient le souhaite, est éliminée avec succès à l'aide d'opérations de reconstruction.

Si l'anisocorie est une manifestation de la maladie sous-jacente, qui a provoqué l'inégalité de la taille des pupilles, la maladie identifiée sera traitée. La différence de diamètre des pupilles diminue progressivement et disparaît après l'élimination complète de la cause qui l'a provoquée.

En fonction du diagnostic de la maladie sous-jacente, un traitement approprié est prescrit..

  • Pour soulager l'inflammation, des agents antibactériens sont prescrits qui affectent activement les micro-organismes pathogènes.
  • Avec l'anisocorie, qui se manifeste après une blessure aux yeux, des médicaments sont prescrits pour détendre les muscles de l'iris.
  • Avec les processus tumoraux, une intervention chirurgicale est nécessaire.

Le traitement de l'anisocorie avec des remèdes populaires ne peut être effectué que comme thérapie de soutien pour un traitement médicamenteux et uniquement après une consultation médicale.

Prévoir. L'anisocorie se résout complètement avec un traitement opportun et correct de la maladie sous-jacente.

Vidéo: caractéristiques de la maladie

Qu'est-ce que l'anisocorie et quelle est la principale caractéristique de la maladie, vous pouvez apprendre de notre vidéo.

Anisocorie chez les nourrissons

Le diagnostic d'anisocorie congénitale est posé à l'enfant dans les premiers jours de sa vie à l'hôpital. La constriction ou la dilatation de la pupille avec anisocorie congénitale est souvent associée à une structure différente de l'appareil musculaire ou nerveux de l'œil. Peut être accompagné d'une mobilité limitée du globe oculaire ou d'un strabisme.

Avec une forme congénitale, avec un degré de probabilité élevé, l'anisocorie chez les enfants disparaît de 5-6 ans.

Dans plus de 15 pour cent des cas, l'anisocorie congénitale est physiologique et due à des caractéristiques génétiques. L'absence de symptômes d'autres maladies ou de signes de retard de développement normal de l'enfant confirme la nature physiologique de l'anisocorie.

Chez les enfants de plus d'un an, l'anisocorie peut indiquer la présence d'une lésion cérébrale, d'un néoplasme, d'un anévrisme vasculaire, d'une encéphalite.

Dans ce cas, l'enfant a une diminution de l'une des pupilles dans une pièce sombre, bien que la clarté de la vision ne souffre pas, il voit bien les objets proches et éloignés. L'anomalie de la pupille se manifeste par une vision altérée, l'apparition d'une double vision, la peur de la lumière. Dans ces cas, comme chez les adultes, un diagnostic approfondi est effectué et un traitement approprié est prescrit..

Actions préventives

La prévention de l'apparition d'une différence de taille des élèves par la mise en œuvre d'éventuelles mesures préventives n'a pas été établie.

Si vous trouvez au moins une différence significative dans les diamètres des pupilles, vous ne pouvez réduire le risque de développer une anisocorie qu'en vous référant rapidement à un spécialiste..

Une attention particulière à vos yeux doit être portée aux personnes à risque, à savoir:

  • les personnes qui sont activement impliquées dans le sport, en particulier les types où il y a un contact direct (boxeurs, joueurs de hockey, joueurs de tennis, etc.);
  • les personnes qui, de par la nature de leurs activités professionnelles, doivent souvent se trouver dans des situations où le visage, le crâne, les vertèbres cervicales peuvent être blessés (constructeurs, pompiers, mineurs, etc.).

Ils ne doivent pas négliger les équipements de protection individuelle pour le corps, en particulier la tête et le cou.

Et, bien sûr, la principale mesure préventive est de maintenir un mode de vie sain, de se débarrasser de la toxicomanie et de l'alcoolisme.

Les conclusions à tirer de cet article reposent sur une règle simple. Vous devez toujours prendre votre santé au sérieux. Le corps nous envoie souvent des appels au sujet de certains échecs dans le travail coordonné de tous les organes. Ils ne peuvent être ignorés. Sinon, les conséquences irréversibles de notre inattention à nous-mêmes surviennent. Bien sûr, les problèmes de santé obsessionnels sont extrêmes. Mais combien de fois, des examens professionnels banals, ont révélé des maladies chez des personnes qu'ils ne soupçonnaient même pas. Cela s'applique pleinement à l'anisocorie. Prends soin de tes yeux.

Différentes pupilles en taille chez un adulte: causes d'apparition, quel est le nom de la maladie et comment elle est traitée

Qu'est-ce que le myosis pupillaire en médecine, ses types et ses méthodes de traitement

Hémianopsie binasale et bitemporale: qu'est-ce que c'est, types, comment elle est traitée

Névrite optique: symptômes et traitement de l'inflammation du nerf optique