L'astrocytome est l'une des tumeurs cérébrales les plus courantes. La partie interne de la tumeur contient souvent des kystes, qui peuvent atteindre une grande taille, provoquer une compression de la moelle épinière.

Les astrocytomes bénins situés dans un endroit accessible donnent un meilleur pronostic d'espérance de vie que les astrocytomes de forte malignité ou les astrocytomes bénins situés dans un endroit inaccessible au chirurgien et ayant une grosse tumeur. Plus une tumeur est détectée tôt, plus le pronostic pour son traitement est favorable..

À l'hôpital Yusupov, ils sont engagés dans le diagnostic et le traitement et les astrocytes. L'hôpital est équipé d'un équipement de diagnostic innovant qui vous permet de recevoir tous les services de diagnostic.

Astrocytome du cerveau: qu'est-ce que c'est

L'astrocytome est une tumeur cérébrale gliale qui se développe à partir d'astrocytes, des cellules neurogliales qui ressemblent à des étoiles ou des araignées. Les astrocytes soutiennent le composant structurel du système nerveux du cerveau - les neurones. Les astrocytes affectent le mouvement des substances de la paroi des vaisseaux sanguins vers la membrane plasmique du neurone, participent à la croissance des cellules nerveuses, régulent la composition du liquide intercellulaire, et bien plus encore. Les astrocytes de la substance blanche du cerveau sont appelés fibreux ou fibreux. Les astrocytes protoplasmiques prédominent dans la matière grise du cerveau. Les astrocytes remplissent la fonction de protéger les neurones cérébraux des produits chimiques, des blessures, fournissent la nutrition aux neurones et participent à la régulation du flux sanguin cérébral.

Les tumeurs cérébrales ne peuvent pas être appelées cancer, car elles ne se développent pas à partir de cellules épithéliales, mais à partir de cellules de structures plus complexes. Une tumeur cérébrale maligne ne métastase pratiquement pas à l'extérieur du cerveau, mais le cerveau peut être affecté par des métastases de tumeurs situées dans d'autres organes et tissus du corps. Une tumeur cérébrale maligne peut ne pas être différente d'une tumeur bénigne. Une tumeur cérébrale n'a pas de frontière claire - par conséquent, son élimination complète est presque impossible. La difficulté de traiter de telles tumeurs est que le cerveau a une barrière hémato-encéphalique, à travers laquelle de nombreux médicaments anticancéreux ne passent pas, le cerveau a sa propre immunité. Une tumeur cérébrale peut affecter l'ensemble du cerveau - la tumeur elle-même peut se développer dans une partie du cerveau et ses cellules peuvent être situées dans différentes parties du cerveau.

Une tumeur cérébrale polyclonale est une tumeur dans une tumeur. Ceux-ci incluent les tumeurs cérébrales primaires. La difficulté réside dans le fait qu'une telle combinaison de tumeurs doit être traitée avec différents groupes de médicaments - l'une des tumeurs est insensible aux médicaments pour traiter un autre type de tumeur. Un rôle important dans l'efficacité du traitement d'une tumeur cérébrale n'est pas joué par la détermination du type histologique de néoplasme, mais par l'emplacement et la taille de la tumeur..

Causes d'occurrence

Il n'y a actuellement aucune donnée sur les raisons du développement d'une tumeur à partir de cellules astrocytaires. Il existe une opinion selon laquelle certains facteurs négatifs peuvent servir de déclencheur au développement de la tumeur:

  • exposition aux radiations. L'irradiation provoque souvent le développement d'une tumeur cérébrale maligne chez les patients. Le risque de développer un astrocytome chez les patients subissant une radiothérapie augmente;
  • exposition prolongée à des produits chimiques toxiques. Le travail dans les industries dangereuses peut provoquer le développement de néoplasmes cérébraux.
  • virus oncogènes;
  • prédisposition héréditaire;
  • traumatisme;
  • l'âge du patient. Certains types de tumeurs touchent principalement les enfants, d'autres sont plus fréquents chez les jeunes entre 20 et 30 ans, le troisième type de tumeur touche davantage les personnes âgées..

Lors de l'étude des causes du développement de l'astrocytome, deux types de gènes endommagés ont été identifiés.

Symptômes du développement de l'astrocytome

Les symptômes du développement de la tumeur dépendent de son emplacement et de sa taille. Selon la localisation, il peut perturber la coordination des mouvements (tumeur dans le cervelet), entraîner des troubles de la parole, de la vision, de la mémoire. La croissance tumorale dans l'hémisphère gauche peut provoquer une paralysie du côté droit du corps. Un patient atteint d'une tumeur au cerveau est tourmenté par un mal de tête, la sensibilité est altérée, une faiblesse, des sauts de tension artérielle, une tachycardie apparaissent. Lorsque l'hypothalamus ou la glande pituitaire est endommagé, des troubles endocriniens se développent. Les symptômes de la maladie dépendent de la localisation de la tumeur dans une partie spécifique du cerveau responsable de certaines fonctions..

Primaire

Avec la localisation de l'astrocytome dans le lobe frontal du cerveau, les patients ont l'apparition de symptômes psychopathologiques: une sensation d'euphorie, une diminution de la critique de leur maladie, de l'agressivité, une indifférence émotionnelle, la psyché peut complètement s'effondrer. Si le corps calleux ou la surface médiale des lobes frontaux est endommagé chez le patient, la mémoire et la pensée sont altérées. Avec la défaite de la zone de Broca dans le lobe frontal de l'hémisphère dominant, le développement de troubles moteurs de la parole est noté. Les patients atteints de tumeurs dans les régions postérieures développent une parésie et une paralysie des membres supérieurs et inférieurs.

En cas de lésion du lobe temporal, les patients peuvent ressentir l'apparition d'hallucinations: auditives, gustatives, visuelles, qui au bout d'un certain temps sont remplacées par des crises d'épilepsie généralisées. Souvent, le développement de l'agnosie auditive - une personne ne reconnaît pas les sons, les voix, les mélodies précédemment connus. L'astrocytome, situé dans la région temporale, menace de luxation et de coincement dans le foramen occipital, ce qui entraîne une issue létale presque inévitable. Lorsque la tumeur est localisée dans les lobes temporal et frontal, les patients ont souvent des crises d'épilepsie.

Lorsqu'une tumeur du lobe pariétal du cerveau est affectée, des troubles sensoriels, une astérognose et une apraxie dans le membre opposé se produisent (avec l'apraxie, les actions intentionnelles sont perturbées chez l'homme). Les patients développent des crises d'épilepsie focales. Si les parties inférieures du lobe pariétal gauche sont endommagées chez les droitiers, il y a violation de la parole, du comptage, de l'écriture.

Les astrocytomes du lobe occipital du cerveau sont les moins souvent diagnostiqués. Les patients atteints de ces tumeurs développent des hallucinations visuelles, des photopsies, une hémianopsie (perte de la moitié du champ visuel de chaque œil).

Secondaire

L'un des principaux signes de l'astrocytome cérébral est la présence de douleurs diffuses paroxystiques ou douloureuses dans la tête. Le mal de tête n'a pas de localisation claire, il est causé par une hypertension intracrânienne. Aux premiers stades de la maladie, la douleur a un caractère paroxystique et douloureux, au fil du temps elle devient constante, ce qui est associé à la progression de la tumeur.

Chez les patients atteints d'astrocytome du cerveau, à la suite de la compression des voies du liquide céphalo-rachidien, des vaisseaux veineux, la pression intracrânienne augmente. Des maux de tête, des vomissements, un hoquet persistant apparaissent, les fonctions cognitives et l'acuité visuelle diminuent. Les cas graves sont accompagnés d'une personne tombant dans le coma.

Diagnostics: types de tumeurs

La structure des cellules malignes divise les astrocytomes en deux groupes:

  • fibrillaire, hémistocytaire, protoplasmique.
  • piloïde (pilocytique), subépidémal (glomérulaire), microcyste cérébelleux.

L'astrocytome a plusieurs degrés de malignité:

  • premier degré de malignité - ce type de tumeur bénigne se développe lentement, a une petite taille, est limité des parties saines du cerveau par une sorte de capsule, affecte rarement le développement d'un déficit neurologique. La tumeur est représentée par des cellules normales d'astrocytes, qui se développent sous la forme d'un nodule. Un représentant d'une telle tumeur est l'astrocytome pilocytique, pilocytique. Elle affecte plus souvent les enfants et les adolescents;
  • le deuxième degré de malignité - le néoplasme se développe lentement, les cellules commencent à différer des cellules cérébrales normales, il est plus fréquent chez les jeunes âgés de 20 à 30 ans. L'astrocytome fibrillaire (diffus) est un représentant de ce degré de malignité;
  • le troisième degré de malignité est l'astrocytome anaplasique. Croissant rapidement, les cellules tumorales sont très différentes des cellules cérébrales normales, la tumeur a un niveau élevé de malignité;
  • quatrième degré - glioblastome malin, les cellules ne ressemblent pas à des cellules cérébrales normales. Il affecte des centres importants du cerveau, se développe rapidement, il est souvent impossible d'éliminer une telle tumeur. Affecte le cervelet, les hémisphères cérébraux, la région du cerveau responsable de la redistribution des informations des organes sensoriels - le thalamus.

Au fil du temps, les cellules tumorales des premier et deuxième degrés dégénèrent et se transforment en cellules des troisième et quatrième degrés de malignité. La dégénérescence d'une tumeur d'une tumeur bénigne à une tumeur maligne survient plus souvent chez les adultes. Les tumeurs cérébrales bénignes peuvent être aussi mortelles que les néoplasmes malins. Tout dépend de la taille de la formation et de l'emplacement de la tumeur..

Astrocytome pilocytique

Astrocytome bénin - astrocytome pilocytique, ou astrocytome piloïde, une tumeur du premier degré de malignité, se développe très lentement. Dans la plupart des cas, l'astrocytome pilocytique se trouve chez les enfants. L'astrocytome pilocytique du cerveau se développe le plus souvent dans le tronc cérébral, le cervelet et le nerf optique. L'astrocytome piloïde du cerveau ne montre pas de signes d'atypie des cellules à l'examen histologique.

Astrocytome fibrillaire

Astrocytome fibrillaire du cerveau, ou astrocytome diffus du cerveau - le deuxième degré de malignité. L'astrocytome diffus n'a pas de frontières claires entre les tissus cérébraux affectés et sains, le plus souvent localisés dans les hémisphères cérébraux.

Astrocytome anaplasique du cerveau

Haut degré de malignité. Astrocytome anaplasique du cerveau - troisième degré. Le néoplasme n'a pas de frontières claires, se développe très rapidement et se développe dans le tissu cérébral. Affecte le plus souvent les hommes âgés de 40 à 70 ans.

Traitement de l'astrocytome

Les tactiques de traitement des tumeurs cérébrales dépendent de l'emplacement de la tumeur, de sa taille et du type de tumeur. Un pronostic favorable dans le traitement de l'astrocytome diffus existe pour les jeunes patients, à condition que la tumeur cérébrale soit complètement éliminée. L'astrocytome anaplasique est traité en utilisant une approche combinée - chirurgie, radiothérapie, polychimiothérapie. L'espérance de vie moyenne est d'environ trois ans après la chirurgie. Pronostic favorable pour les jeunes en bonne santé avant la chirurgie, à condition que la tumeur soit complètement enlevée.

L'astrocytome pilocytique (piloïde) se développe chez les enfants, a une croissance limitée, une localisation caractéristique et des caractéristiques morphologiques. Le traitement de la tumeur a un pronostic favorable en raison d'une croissance lente et d'une faible malignité. Le traitement est effectué par chirurgie et élimination complète du néoplasme, ce qui dans certains cas est impossible en raison de la localisation de la tumeur dans l'hypothalamus ou le tronc cérébral. Certains types d'astracytomes piloïdes (hypothalamiques) ont la capacité de métastaser.

Astrocytome du cerveau: conséquences après la chirurgie

Les conséquences après la chirurgie pour astrocytome dépendent de la taille de la tumeur et de son emplacement. Les astrocytomes bénins situés dans un endroit accessible donnent un meilleur pronostic d'espérance de vie que les astrocytomes de forte malignité ou les astrocytomes bénins situés dans un endroit inaccessible au chirurgien et ayant une grosse tumeur. Après le retrait d'un astrocytome, il y a souvent une récidive de la tumeur, qui survient dans les deux ans après la chirurgie. Plus une tumeur est détectée tôt, plus le pronostic pour son traitement est favorable..

Traitement de l'astrocytome à l'hôpital Yusupov

À l'hôpital Yusupov, les patients peuvent subir un diagnostic et un traitement d'astrocytome.

L'hôpital est équipé d'équipements de diagnostic innovants pour fournir tous les services de diagnostic. Vous pouvez vous inscrire à une consultation avec un oncologue par téléphone ou via le formulaire d'inscription sur le site. Le médecin coordinateur répondra à toutes vos questions.

Prévoir

Après l'ablation chirurgicale des formes nodulaires d'astrocytome, une rémission à long terme (plus de dix ans) peut survenir. Les astrocytomes diffus sont caractérisés par des rechutes fréquentes, même après un traitement combiné.

Avec le glioblastome, l'espérance de vie moyenne d'un patient est d'un an, avec un astrocytome anaplasique du cerveau - environ cinq ans.

Avec d'autres types d'astrocytomes, l'espérance de vie moyenne est beaucoup plus longue; après un traitement adéquat, ils reprennent une vie complète et une activité de travail normale.

Astrocytome

Astrocytome du cerveau. Facteurs de risque

Le risque de développer une pathologie est augmenté par les facteurs suivants:

1. Virus oncogènes.

2. Rayonnement radioactif, y compris la charge de rayonnement, reçu au cours de plusieurs cours de radiothérapie pour le cancer. Chez ces patients, le pronostic de l'incidence de l'astrocytome cérébral s'aggrave trois fois.

3. Le degré de la tumeur.

4. Prédisposition héréditaire.

5. La taille de la tumeur et son emplacement.

Le pronostic du traitement de l'astrocytome cérébral et la survie des patients dépendent de chaque facteur. Le pronostic le plus favorable concerne les patients présentant un degré élevé de différenciation des cellules tumorales. Il convient de prêter attention au fait que le pronostic du développement de l'astrocytome ne dépend pas directement de l'âge, car la tumeur peut se former chez les enfants et les personnes âgées..

Classification de l'astrocytome cérébral

Plusieurs classifications d'astrocytomes sont acceptées. Tout d'abord, le type de cellules qui composent la tumeur est pris en compte. Il existe de tels types de néoplasmes «normaux»:

Il existe également des tumeurs «spéciales»: cellule géante sous-épendymaire: astrocytome cérébelleux microcystique et piloïde ou pilocytique. Pour le pronostic, la classification en fonction des degrés de malignité, proposée par les experts de l'OMS, est plus importante..

Ainsi, l'astrocytome pilocytique est référé au premier degré de malignité. Le deuxième degré comprend les astrocytomes communs, qui sont composés de cellules de bas grade hautement différenciées (astrocytomes bénins). Les tumeurs de haut grade telles que l'astrocytome anaplasique et le glioblastome sont classées en grade 3 et 4.

Symptômes de l'astrocytome cérébral

La symptomatologie de la maladie dépend de la localisation du processus pathologique. Le pronostic de survie s'aggrave en raison du fait qu'au début, la tumeur ne se manifeste d'aucune façon. En règle générale, les premiers signes de la maladie n'apparaissent que lorsque le néoplasme atteint une taille significative. Ils sont permanents ou transitoires..

Les symptômes courants de l'astrocytome cérébral qui affectent le pronostic de la qualité de vie sont les suivants:

mal de tête localisé dans différentes parties de la tête; toute dose d'analgésique ne réduit pas la gravité de la douleur;

tendance aux crises;

nausée, accompagnée de l'envie de vomir;

variabilité de l'humeur, apparition de changements de personnalité, détérioration de la socialisation;

l'apparition de défauts et de troubles de la parole;

développement d'une faiblesse dans les membres et d'un malaise général;

manque de coordination des mouvements ou de la démarche;

le développement du syndrome hallucinatoire;

l'apparition de problèmes de motricité fine et d'écriture.

Méthodes de diagnostic des maladies

Pour l'établissement rapide du diagnostic correct, les études diagnostiques suivantes doivent être effectuées:

1. Le plus précis est l'imagerie par résonance magnétique, qui peut être utilisée pour reconnaître le degré de malignité du néoplasme. Au cours de cette procédure de diagnostic, les zones tumorales seront mises en évidence. La couleur la plus riche et la plus brillante se trouvera dans les zones de tissu qui nourrissent la tumeur.

2. La tomodensitométrie est réalisée sur la base de la technologie des rayons X. Les radiographies montrent une image couche par couche des structures du cerveau. Cette étude vous permet d'établir l'emplacement et la structure de l'astrocytome..

3. Avec la tomographie par émission de positons, une petite dose de glucose radioactif est injectée dans la veine d'une personne avant le début de l'étude. Il sert d'indicateur qui aide à identifier l'emplacement de l'astrocytome. Cette substance s'accumule dans les tumeurs de malignité faible et élevée. Les tumeurs de bas grade absorberont moins de glucose.

4. Lors d'une biopsie, un petit morceau du tissu affecté est prélevé et examiné. Les tissus tumoraux sont obtenus par chirurgie ou par endoscopie.

5. Pour l'angiographie, un colorant spécial est injecté dans la veine, avec lequel il est possible de déterminer les vaisseaux alimentant le néoplasme.

6. L'examen neurologique est une méthode de recherche auxiliaire.

Caractéristiques de certains types d'astrocytome

L'astrocytome pilocytique appartient à un groupe de tumeurs bénignes qui se développent à partir de cellules gliales. Sa localisation préférée est le cervelet, les nerfs optiques, le gros cerveau et son tronc. La tumeur se développe lentement et est caractérisée par le plus bas degré de malignité. Le pronostic de l'astrocytome pilocytique est le plus favorable.

Elle affecte les enfants et les adolescents jusqu'à l'âge de dix-neuf ans. Un néoplasme est parfois retrouvé chez un enfant dans les premières années de sa vie. La tumeur a des contours nets, appuie sur les structures du cerveau et provoque les symptômes neurologiques correspondants. Les traitements comprennent la chimiothérapie, la radiothérapie et l'aspiration par ultrasons.

L'astrocytome fibrillaire est principalement bénin. Il se caractérise par une croissance lente. Affecte les personnes de vingt à cinquante ans. Les limites du néoplasme sont généralement floues. Pour traiter les patients, une résection tumorale est effectuée, une radiothérapie ou une chimiothérapie est utilisée.

L'astrocytome anaplasique fait référence à des néoplasmes malins du cerveau. Il représente entre vingt et trente pour cent de toutes les tumeurs cérébrales. Affecte les hommes de trente à cinquante ans. Il progresse rapidement, il se décline en différentes tailles et formes. L'ablation chirurgicale de ce type d'astrocytome est difficile. Un ensemble de méthodes est utilisé pour traiter les patients atteints d'astrocytome anaplasique:

Le glioblastome appartient également aux tumeurs cérébrales malignes. Il frappe les personnes d'âge plus mûr - de cinquante à soixante-dix ans. Il représente près de la moitié de tous les astrocytomes. Le plus souvent, l'éducation se trouve chez les hommes. La tumeur se développe rapidement, affectant les tissus environnants. Il se développe à partir de lésions néoplasiques moins malignes, et parfois comme un astrocytome primaire du cerveau.

intervention chirurgicale (ablation de l'astrocytome);

la nomination de médicaments stéroïdiens, vasoconstricteurs et analgésiques.

Traitement

Le traitement n'est pas le même pour chaque type d'astrocytome. Le médecin, lorsqu'il décide d'un ensemble de mesures thérapeutiques, part du type histologique de la tumeur, du stade de la maladie et de l'état général du patient.

L'ablation chirurgicale d'un astrocytome est réalisée lorsque la tumeur est de bas grade. L'élimination de l'astrocytome n'est pas toujours radicale; dans de nombreux cas, une radiothérapie supplémentaire est prescrite. Dans certains cas, un tel traitement est reporté jusqu'à l'apparition de nouveaux signes de la maladie, car il peut ne pas être efficace aux premiers stades du processus tumoral..

L'ablation radicale de l'astrocytome malin est impossible a priori. Dès le début du traitement, les spécialistes tentent de détruire les cellules tumorales en utilisant d'autres méthodes. La croissance des cellules cancéreuses peut être arrêtée par une radiothérapie ou une radiothérapie..

Pendant l'opération de retrait de l'astrocytome, le chirurgien peut utiliser une technique microscopique. Il vous permet d'agrandir l'image et de réduire ainsi le risque de dommages aux tissus entourant la tumeur. Parfois, l'élimination complète d'un astrocytome n'est pas possible. Dans de tels cas, les médecins essaient de réduire sa taille..

La radiothérapie joue un rôle énorme dans les normes de traitement de l'astrocytome. Les rayons X endommagent les cellules impliquées dans la fourniture de nutriments essentiels aux cellules cancéreuses. Les technologies modernes permettent de limiter la zone d'exposition aux rayons de manière à ce que la partie du cerveau non endommagée par la tumeur reste intacte. Sa substance est ensuite complètement restaurée.

La radiothérapie est prescrite dans les cours, ce qui peut améliorer considérablement la qualité du traitement. La radiothérapie est effectuée de deux manières:

1. Avec l'aide d'une influence interne. Des substances radioactives sont injectées dans le tissu tumoral.

2. Sous influence externe, la source des rayons radioactifs est située à l'extérieur du corps du patient.

La chimiothérapie consiste à administrer des médicaments pharmaceutiques au corps de diverses manières qui ciblent les cellules cancéreuses. L'inconvénient de la chimiothérapie est que les médicaments anticancéreux sont hautement toxiques et peuvent endommager les tissus sains.

Le traitement de l'astrocytome cérébral avec des méthodes radiochirurgicales est très prometteur. À l'aide de programmes informatiques, des calculs spéciaux sont effectués et les rayons sont dirigés directement vers le site du processus tumoral. Les cellules vivantes des tissus environnants ne sont pas endommagées.

Prédictions de survie pour l'astrocytome cérébral

Si un astrocytome a un degré élevé de malignité, les patients après la chirurgie ne vivent pas plus de trois ans. Pour prédire le déroulement du processus pathologique, les indicateurs suivants sont utilisés:

la gravité de la malignité cellulaire;

emplacement du processus tumoral;

le taux de transition d'un stade de la maladie à un autre;

nombre de rechutes dans l'histoire.

Le pronostic de la survie des patients diagnostiqués avec un astrocytome cérébral est influencé par la tendance des cellules tumorales à la malignité. La malignité survient dans la quatrième ou la cinquième année après le diagnostic initial.

Le pronostic dépend, tout d'abord, du stade de la maladie. Ainsi, au premier stade de la maladie, l'espérance de vie projetée du patient est de dix ans. En cas de transition vers la deuxième étape, la durée de vie projetée est réduite à 7-5 ans. Les patients atteints du troisième stade de l'astrocytome cérébral ne vivent pas plus de quatre ans, avec le quatrième stade, dans le cas d'un tableau clinique positif, il peut vivre plus d'un an.

Le taux de survie à cinq ans des patients atteints d'astrocytome est:

à la première étape - 100%;

à la deuxième étape - 75%;

aux troisième et quatrième étapes - 0-1%.

Il est possible de prédire la qualité de vie des patients atteints d'astrocytome cérébral. Après le traitement, les complications suivantes sont possibles:

troubles du système musculo-squelettique;

détérioration de la communication due à des violations de l'articulation de la parole;

troubles du toucher, du goût, de la sensibilité tactile.

Recommandations pour la prévention de l'astrocytome

Chaque personne peut avoir besoin de conseils pour prendre la bonne décision:

1. Si vos proches ont déjà reçu un diagnostic de tumeur au cerveau, surveillez attentivement votre état de santé.

2. Évitez de travailler dans un lieu de travail aux conditions de travail dangereuses.

3. Faites attention aux moindres changements de votre santé..

4. Consultez votre médecin rapidement. Non seulement la durée, mais aussi la qualité de votre vie en dépend..

L'astrocytome du cerveau est une pathologie complexe. Il se manifeste principalement par des symptômes neurologiques. Lorsque les premiers signes d'astrocytome du cerveau apparaissent, vous devez immédiatement consulter un spécialiste. Seul un diagnostic rapide et un traitement complet de l'astrocytome peuvent prolonger la vie d'une personne.

Causes, symptômes et traitement de l'astrocytome cérébral

Les tumeurs cérébrales sont la cause de décès la plus fréquente dans toute l'oncologie. La plupart de tous les néoplasmes sont des astrocytomes. L'astrocytome piloïde du cerveau est considéré comme le moins grave, mais ce n'est pas le seul de ce type. Certains d'entre eux nécessitent une intervention chirurgicale urgente, car ils sont extrêmement dangereux.

Caractérisation des astrocytomes

Les astrocytomes sont des néoplasmes du cerveau qui se sont développés à partir d'astrocytes. Ces derniers sont étudiés par histologie et sont des cellules du système nerveux. Leur tâche est d'accomplir des fonctions de support et restrictives. Ils peuvent être protoplasmiques, situés à l'intérieur de la moelle grise, ou fibreux, trouvés dans la substance blanche. Les astrocytes assurent le transfert des éléments nécessaires au corps entre les cellules nerveuses et les vaisseaux sanguins.

Des tumeurs de ce type peuvent apparaître dans les parties gauche et droite du cerveau. Chez l'adulte, les astrocytomes se forment généralement dans la substance blanche ou le tronc cérébral. Les enfants doivent le plus souvent faire face à une tumeur du cervelet ou du nerf optique. Des kystes peuvent apparaître à l'intérieur de la tumeur elle-même. Ils se développent très lentement, mais peuvent atteindre des tailles importantes et affecter négativement les lobes du cerveau. Parfois, lorsqu'ils sont diagnostiqués, les astrocytomes eux-mêmes s'avèrent également assez volumineux, ce qui rend impossible de définir des limites claires.

Selon la CIM, les astrocytomes sont classés comme des tumeurs malignes avec le code C71. L'emplacement de la tumeur est en outre spécifié. Si la tumeur est bénigne, le code de la maladie sera D33. Dans ce cas, sa localisation est également prise en compte..

L'astrocytome de nature bénigne se transforme dans la plupart des cas en un.

Les gliomes sont des néoplasmes dans la névroglie du cerveau. C'est à ce groupe qu'appartiennent les astrocytomes, étant une sous-espèce. Les tumeurs peuvent atteindre une taille énorme, être dépourvues de contours clairs et difficiles à répondre au traitement. La classification consiste à diviser l'astrocytome en degrés. Ils sont déterminés par le type de néoplasme et sa malignité.

Les principaux types par degrés:

  1. Grade 1 - piloïde (pilocytique). La tumeur appartient au premier degré de malignité. Il est considéré comme le plus léger, n'affecte pas les tissus voisins et se développe lentement. Le plus souvent, la maladie de ce stade répond bien au traitement chirurgical, mais elle provoque parfois une hydrocéphalie. Il existe un astrocytome piloïde du cerveau, généralement dans l'enfance.
  2. Grade 2 - fibrillaire. En termes de malignité, la tumeur appartient au deuxième degré. Il est situé à l'intérieur de la substance blanche, a le plus souvent des tailles standard et ses limites sont faciles à déterminer lors du diagnostic. Les tumeurs de type fibrillaire peuvent être guéries par chirurgie, mais des méthodes supplémentaires sont parfois nécessaires sous forme de radiothérapie ou de chimiothérapie. Peut provoquer des crises d'épilepsie.
  3. Grade 3 - anaplasique. La malignité du troisième degré conduit à une croissance tumorale active. De plus, il n'a pas de limites prononcées; il peut se propager aux tissus les plus proches. Il est difficile de la guérir, il n'y a pas beaucoup de chances de guérison. Particulièrement fréquent chez les personnes de plus de 30 ans.
  4. Grade 4 - glioblastome. L'appartenance au quatrième degré de malignité rend cette tumeur particulièrement dangereuse. Son développement s'accompagne d'un dysfonctionnement de l'appareil vestibulaire, de la parole et de la mémoire. La tumeur se développe très activement, affectant presque toujours les tissus voisins. Le traitement chirurgical n'apporte pratiquement pas de résultats, seule une partie des patients ayant subi une radiothérapie ou une chimiothérapie parvient à survivre, mais la durée de vie est limitée. Habituellement trouvé chez les personnes de plus de 40 ans.

L'oligoastrocytome est un autre type de tumeur. Il est distingué séparément, car il peut appartenir à différents degrés de malignité. Il s'agit d'un néoplasme primaire mixte, comprenant plusieurs types de cellules. Se compose d'astrocytes et d'oligodendrocytes.

Les astrocytomes sont également classés selon la nature de leur croissance. Il n'y en a que deux types: nodal et diffus. Les premiers sont le plus souvent bénins, ont un contour visible et peuvent être trouvés dans n'importe quelle partie du cerveau. Ceux-ci incluent le type de tumeur piloïde. Ces derniers se développent généralement en malins, n'ont pas de limites prononcées, affectent les tissus adjacents et atteignent des tailles significatives. Ce type comprend les astrocytomes du deuxième degré et plus..

Les raisons

Divers facteurs peuvent provoquer la croissance de ce type de tumeur. Il n'est pas toujours possible d'identifier avec précision la cause réelle. Il n'est pas nécessaire de le faire, car la plupart des causes profondes possibles sont ponctuelles, tandis que d'autres sont liées au travail ou au mode de vie, qui devront être modifiées après le traitement. Un traitement supplémentaire pour se débarrasser des facteurs provoquants n'est le plus souvent pas nécessaire.

  • prédisposition génétique;
  • exposition à des niveaux accrus de rayonnement;
  • maladies infectieuses ou virales transférées;
  • conditions de travail dangereuses;
  • abus d'alcool, tabagisme.

Avec l'astrocytome du cerveau, le pronostic peut être considérablement pire si la personne continue à travailler dans des conditions dangereuses ou à abuser de boissons et de cigarettes nocives. Ce point important doit être pris en compte..

Si dans la vie d'une personne il existe certaines des raisons possibles du développement d'une tumeur, il est recommandé de consulter régulièrement un médecin. Le diagnostic annuel vous permettra de vous protéger et d'identifier l'apparition d'une tumeur dans les premiers stades, ce qui simplifiera grandement le traitement futur, augmentant les chances d'un résultat positif.

Les raisons pour lesquelles un enfant rencontre une tumeur n'ont pas encore été identifiées.

Symptômes

Avec l'astrocytome, des signes de type général apparaissent, ainsi que des signes locaux, correspondant à la partie du cerveau où se trouve la tumeur. La plupart des symptômes sont causés par une augmentation de la pression crânienne ou une intoxication du corps par les cellules affectées. Aux premiers stades, le développement de l'astrocytome peut passer inaperçu, ce qui complique sa détection rapide.

  • maux de tête douloureux;
  • perte d'appétit;
  • nausées Vomissements;
  • lenteur d'élocution;
  • troubles de l'attention et de la mémoire;
  • vision double ou brouillard dans les yeux;
  • étourdissements;
  • fatigue, malaise général;
  • problèmes de coordination;
  • convulsions, crises d'épilepsie;
  • sautes d'humeur.

Les symptômes focaux peuvent varier considérablement. Souvent, ils n'apparaissent pas dans leur intégralité ou sont combinés à d'autres manifestations, ce qui est associé à la transition de l'astrocytome vers le tissu cérébral voisin.

Où et comment la tumeur se manifeste:

  1. Lobe frontal. La principale différence entre l'astrocytome localisé dans cette zone réside dans les symptômes psychopathologiques. Le patient peut éprouver de l'euphorie, être indifférent à la maladie, montrer de l'agressivité envers les autres. Peu à peu, la psyché est complètement détruite. Des troubles de la mémoire et de la pensée ou des troubles moteurs de la parole peuvent également survenir. La paralysie des membres est possible.
  2. Lobes temporaux. Le patient a souvent des hallucinations de nature auditive, visuelle ou gustative. Avec le développement de l'astrocytome, de telles manifestations deviennent un effet qui annonce une crise épileptique imminente avec perte de conscience. Des troubles de la parole de type sensoriel et une agnosie auditive apparaissent également souvent, ce qui fait qu'une personne cesse de comprendre même les mots écrits et de reconnaître les sons. Le glioblastome ou l'astrocytome anaplasique du cerveau à cet endroit conduit souvent à une mort rapide.
  3. Lobe pariétal. Les patients présentant une telle disposition d'astrocytomes rencontrent des problèmes de reconnaissance des objets au toucher, l'incapacité de contrôler les membres lors de l'exécution d'actions ciblées et des crises d'épilepsie. Parfois, il y a des problèmes d'élocution, d'écriture ou de comptage.
  4. Lobe occipital. Le signe principal du développement de l'astrocytome dans cette zone est considéré comme des hallucinations visuelles. Une personne peut voir ce qui n'est pas, ou des objets réels peuvent changer d'apparence et de taille à ses yeux. Perte partielle possible du champ de vision des deux yeux.

Si le cervelet est affecté, des problèmes de démarche et de coordination des mouvements peuvent survenir. Le ventricule endommagé entraîne une tension réflexe du cou avec un changement de position de la tête. La moelle épinière et la moelle épinière touchées peuvent causer des problèmes avec les membres et la marche.

Diagnostic et pronostic

La polyvalence des symptômes crée certaines difficultés au stade de l'identification d'éventuelles pathologies. Habituellement, le patient se voit prescrire un examen complet, ce qui permet d'identifier un astrocytome. Mais même avec confiance en la présence d'une tumeur, le patient se verra attribuer les mêmes méthodes de recherche..

  • IRM - montre une tumeur à n'importe quel point du cerveau, aide à calculer sa taille avec des contours précis, pour augmenter l'efficacité de l'étude, un agent de contraste est injecté dans les veines du patient;
  • CT - affiche des parties du cerveau, montre clairement toutes les caractéristiques de la tumeur trouvée, y compris ses limites avec la structure exacte;
  • angiographie - aide à étudier l'état des vaisseaux sanguins, affiche les caractéristiques des zones individuelles alimentant l'astrocytome, ce qui est nécessaire lors de la planification d'une opération;
  • biopsie - la collecte du tissu affecté aide à déterminer toutes les caractéristiques de la tumeur, ainsi qu'à poser un diagnostic final.

Après les examens, le médecin pourra déterminer quel type de tumeur le patient a développé. Avec la forme nodulaire de l'astrocytome, le taux de survie est élevé. La durée de la rémission peut être supérieure à dix ans. Les tumeurs diffuses rechutent presque toujours même après un traitement approprié. Avec l'astrocytome anaplasique du cerveau, le pronostic de la vie est décevant - les patients parviennent à vivre environ 5 ans. Avec le glioblastome, la survie est encore plus difficile. L'espérance de vie atteint à peine un an. Des complications pendant la chirurgie sont possibles. Par exemple, saignement, gonflement de la substance cérébrale, infection. La conséquence peut être la détérioration et la mort..

Les patients atteints de tumeurs fibrillaires ou piloïdes parviennent à vivre le plus longtemps avec un traitement approprié. Habituellement, ils parviennent à reprendre leur vie habituelle et à pouvoir à nouveau travailler. Mais avant cela, ils devront subir une rééducation difficile, y compris une reconversion des compétences de base, une psychothérapie et un long séjour à l'hôpital..

La plupart des patients se voient attribuer un handicap. Si la tumeur est bénigne ou s'il y a une chance de guérison, alors ils donnent le troisième degré. Dans des conditions plus sévères - le second. Elle peut être indéfinie si la restauration de la capacité de travail est impossible..

Traitement

Il est impossible de traiter l'astrocytome de la manière habituelle. La thérapie implique l'utilisation de méthodes chirurgicales, ainsi que l'exposition aux radiations ou aux produits chimiques. En cas de maladie du premier degré, le patient peut ne pas se voir prescrire une opération immédiatement, mais après plusieurs années. Sur le second, l'intervention chirurgicale est organisée peu après la détection de la pathologie. Nécessite parfois une combinaison avec une radiothérapie.

Les astrocytomes des troisième et quatrième degrés sont très dangereux. Un cancer de ce type nécessite une intervention chirurgicale immédiate immédiatement après le diagnostic. En règle générale, il est associé à la radiothérapie la plus agressive. Au quatrième degré, une chimiothérapie améliorée est ajoutée. Les thérapies elles-mêmes sont très différentes..

Chirurgie

Par traitement chirurgical, on entend l'ablation mécanique de la tumeur. Souvent, il n'est pas possible d'établir ses limites, ce qui crée un certain nombre de difficultés. Par conséquent, il est impossible d'éliminer complètement l'astrocytome. Au troisième ou quatrième stade de la tumeur, l'effet d'un tel traitement sera minime. Par conséquent, très souvent, les médecins prescrivent en outre d'autres méthodes de traitement..

Radiothérapie

Des séances de radiothérapie sont effectuées régulièrement. À chacun d'eux, le patient reçoit une exposition mineure aux rayonnements. Peu à peu, son niveau s'accumule, ayant un effet destructeur sur l'astrocytome. Parfois, la radiochirurgie est utilisée à la place, dans laquelle tout le rayonnement est délivré en une seule session. Cette option est logique pour les petites tumeurs.

Chimiothérapie

La chimiothérapie fait référence au traitement médicamenteux. Ils sont le plus souvent administrés par voie intraveineuse, mais peuvent être pris sous forme de pilules. Ils détruisent la tumeur existante, agissant sur elle progressivement, comme la radiothérapie. De nombreux médicaments ont des effets secondaires car ils sont extrêmement agressifs. L'avenir du patient dépendra de la sélection correcte du médicament..

Les astrocytomes piloïdes et fibrillaires du cerveau sont les moins dangereux. La plupart des personnes qui les rencontrent parviennent à reprendre leur vie habituelle, alors qu'il n'y a pas d'urgence particulière dans le traitement. Et ceux qui ont trouvé une tumeur anaplasique ou un glioblastome sont obligés de commencer immédiatement un traitement afin de prolonger leur vie pendant plusieurs années. Vous pouvez éviter une pathologie aussi terrible ou réduire le danger de ses conséquences si vous consultez régulièrement un médecin et excluez également tous les facteurs de risque de votre vie..

L'astrocytome est la tumeur cérébrale la plus courante

L'astrocytome est la tumeur cérébrale primitive la plus courante. La source est constituée de cellules astrocytaires, en forme d'étoile, d'où son nom est né. C'est un type de gliome - un néoplasme émanant de la glie (le cadre qui soutient le tissu cérébral).

L'incidence de l'astrocytome cérébral est d'environ 5 personnes pour 100000 habitants.

Raisons de développement

La plupart des cas de cette maladie sont sporadiques, non dus à des facteurs génétiques, et l'étiologie de leur apparition n'est pas déterminée avec précision..

Le seul facteur oncogène plus ou moins prouvé est le rayonnement radioactif. Ceci est confirmé par le pourcentage élevé de néoplasmes cérébraux chez les enfants qui ont subi une radiothérapie pour la leucémie..

Dans 5% des cas, les astrocytomes sont génétiquement déterminés. Ils surviennent chez les personnes atteintes de syndromes héréditaires tels que la neurofibromatose, la maladie de Turkot, le syndrome de Li-Fraumen.

Le reste des raisons n'est pas suffisamment prouvé. Jusqu'à présent, seules des opinions ont probablement été exprimées sur l'influence de facteurs environnementaux défavorables, le tabagisme, le rayonnement électromagnétique, etc..

Classification

Contrairement à la gradation principale par stades, adoptée en oncologie, les néoplasmes cérébraux sont subdivisés par le degré de malignité (grade OMS) et les taux de croissance en 4 groupes. I-II se réfèrent aux tumeurs cérébrales bénignes et III-IV aux tumeurs cérébrales malignes.

Une classification histologique simplifiée des astrocytomes ressemble à ceci:

  • Pilocytique (I st).
  • Cellule géante sous-épendymaire (Ist).
  • Diffus (II Art).
  • Anaplasique (IIIst).
  • Glioblastome (IVst).

Astrocytome pilocytique - survient plus souvent chez les enfants et les jeunes, est situé principalement dans la fosse crânienne postérieure (cervelet, tronc cérébral), l'hypothalamus, le tractus optique. Elle se caractérise par une progression lente, une séparation des tissus sains, une auto-stabilisation de la croissance, rarement maligne. Dans 80% des cas, après un traitement chirurgical, une guérison complète se produit..

L'astrocytome à cellules géantes sous-épendymaires est bénin, à croissance lente et souvent asymptomatique. Il survient plus souvent chez les hommes, généralement situés dans le quatrième ventricule ou ventricule latéral du cerveau.

L'astrocytome diffus est détecté principalement chez les jeunes (30-35 ans). Il se développe dans les zones frontale, temporale et insulaire. Plus souvent que d'autres, elle se manifeste par des crises d'épilepsie. Dans 70% des cas, l'astrocytome diffus peut dégénérer en une forme maligne. Options histologiques: fibrillaire, hémistocytaire, protoplasmique (très rare).

L'astrocytome anaplasique survient plus souvent à l'âge de 40 à 50 ans. Il s'agit d'un néoplasme malin à croissance infiltrante avec un mauvais pronostic. Situé principalement dans les hémisphères cérébraux.

Le glioblastome est la tumeur cérébrale la plus courante et la plus maligne (grade IV de l'OMS). Elle se caractérise par une croissance infiltrante agressive, illimitée à partir des tissus environnants, presque 100% de récidive même pendant le traitement. Le glioblastome survient principalement après 50 ans (primaire, sur un tissu cérébral inchangé). La HD secondaire, qui résulte d'un astrocytome de moindre grade, peut survenir à un plus jeune âge. Les glioblastomes sont divisés en: cellule géante et gliosarcome.

Dans le cadre du développement rapide de la biologie moléculaire, un grand nombre de recherches ont été accumulées sur les mutations génétiques dans les cellules des tumeurs cérébrales. Il s'est avéré que la présence de certains changements affectait considérablement l'évolution et le pronostic avec les mêmes types histologiques d'astrocytomes..

En 2016, une nouvelle classification des tumeurs du SNC a été adoptée. Ainsi, par exemple, les astrocytomes et glioblastomes anaplasiques diffus sont représentés par des sous-types avec et sans mutation du gène IDH. La présence d'une pathologie génétique dans le gène IDH est un marqueur prédictif positif, ce qui signifie que la tumeur répondra plus efficacement à la chimiothérapie..

Image clinique

Tout néoplasme cérébral présente des symptômes similaires, qu'il soit bénin ou malin. La différence réside uniquement dans l'emplacement et la taille de la tumeur.

Syndrome d'augmentation de la pression intracrânienne. Manifesté par un mal de tête éclatant, aggravé en se penchant en avant et en position horizontale, qui s'accompagne souvent de nausées, parfois de vomissements. Les analgésiques conventionnels sont inefficaces.

Attaques épieptiques. Ils se développent lorsque les motoneurones sont irrités. Il peut y avoir des crises importantes avec perte de conscience ou focale (contractions convulsives d'un groupe musculaire particulier).

Symptômes neurologiques focaux. Dépend de la localisation de l'éducation et de son influence sur les centres cérébraux.

  • Parésie ou paralysie des membres d'un côté.
  • Aphasie - troubles de la parole.
  • Agnosie - un changement pathologique de la perception.
  • Engourdissement ou perte de sensibilité d'un côté du corps.
  • Diplopie - vision double.
  • Diminution ou perte des champs visuels.
  • Ataxie - troubles de la coordination et de l'équilibre.
  • Étouffement en avalant.

Changements cognitifs. Diminution de la mémoire, de l'attention, impossibilité de penser logique. Avec la défaite du lobe frontal - troubles mentaux de type "psyché frontal".

Diagnostique

  • Prise d'antécédents et examen neurologique.
  • Examen ophtalmique.
  • L'IRM cérébrale est la référence en matière de diagnostic des tumeurs. Elle est réalisée en trois projections sans et avec amélioration du contraste. Vous permet de déterminer avec précision la localisation de l'éducation, d'analyser la relation de la mise au point avec les structures environnantes, de planifier un traitement chirurgical.
  • TDM si l'IRM est impossible ou contre-indiquée.
  • Analyses générales et biochimiques, coagulogramme, étude des marqueurs infectieux, ECG.
  • IRM fonctionnelle.
  • Spectroscopie IRM.
  • Angiographie.
  • TEP du cerveau avec méthionine, tyrosine.
  • Électroencéphalographie.

Traitement - approches générales

Les principales méthodes sont la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie. L'élimination du néoplasme est la première tâche à laquelle les neurochirurgiens sont confrontés. Sans chirurgie et sans biopsie, il est impossible de poser un diagnostic final et de développer d'autres tactiques de traitement..

Les indications de la chirurgie sont déterminées par un conseil en fonction de la localisation de la tumeur, de l'état fonctionnel général du patient (selon l'échelle de Karnofsky), ainsi que de l'âge.

  • Il est possible d'éliminer le plus possible le tissu tumoral sans endommager les structures environnantes.
  • Réduire les phénomènes d'hypertension intracrânienne.
  • Obtenez du matériel pour un examen histologique.

S'il est impossible de retirer le néoplasme, une biopsie stéréotaxique est indiquée (ponction du cerveau avec une aiguille spéciale sous le contrôle de l'IRM ou du scanner).

Le matériel résultant est étudié par au moins trois spécialistes, après quoi le diagnostic histologique final et le degré de malignité (grade OMS).

Il est fortement recommandé de mener une étude de génétique moléculaire afin de planifier les tactiques de traitement ultérieur.

Un traitement adjuvant (postopératoire) est prescrit en tenant compte du type histologique de la tumeur, de la présence de mutations génétiques IDH, de l'état général du patient.

Principes généraux du traitement des astrocytomes de divers degrés de malignité

Astrocytome pilocytique (piloïde) (degré I)

La principale méthode est la chirurgie. L'IRM de suivi est réalisée après la chirurgie. Avec l'élimination radicale de la tumeur, un traitement supplémentaire n'est généralement pas nécessaire.

S'il y a des doutes après le retrait du néoplasme, une observation dynamique est effectuée. La radiothérapie ou la réopération n'est prescrite que lorsqu'une rechute est détectée et que des symptômes se développent.

La chirurgie stéréotaxique (CyberKnife) devient de plus en plus une alternative à l'ablation chirurgicale du néoplasme pour les astrocytomes piloïdes de petite taille. La méthode est basée sur la focalisation simultanée et précise au maximum de fortes doses de rayonnement sur le tissu tumoral avec un risque minimum de dommages aux structures inchangées.

Astrocytome diffus (grade II)

La méthode chirurgicale est la principale. Une IRM de suivi est réalisée après l'opération. Si une résection radicale a été réalisée et qu'il n'y a pas de facteurs de pronostic défavorable, l'observation est possible avec une fréquence IRM de 1 fois en 3-6 mois.

La radiothérapie adjuvante est indiquée en cas de retrait incomplet et de plus d'un facteur de risque:

  • plus de 40 ans;
  • la taille de la tumeur est supérieure à 6 cm;
  • déficit neurologique sévère;
  • propagation du néoplasme au-delà de la ligne médiane;
  • symptômes d'hypertension intracrânienne.

La norme d'exposition aux rayonnements est la radiothérapie externe à une dose totale de 50 à 54 Gy. La chimiothérapie de grade II n'est généralement pas administrée.

Astrocytomes malins (astrocytome anaplasique et glioblastome, grades III et IV)

Si possible, une ablation chirurgicale du volume maximal du néoplasme est effectuée.

Peu de temps après l'opération, une thérapie de chimioradiothérapie est prescrite. Le cours consiste en des séances quotidiennes de 2 Gy pour une dose totale de 60 Gy (30 cycles).

Schémas chimiothérapeutiques recommandés: pour l'astrocytome anaplasique, un schéma PCV (Lomustine, Procarbazine, Vincristine) est utilisé après une cure d'irradiation. Pour le glioblastome, la norme est une chimioradiothérapie simultanée (témozolomide avant chaque séance de radiothérapie) suivie d'une dose d'entretien de témozolamide (temodal).

L'examen IRM de contrôle est effectué 2 à 4 semaines après le cours de RT, puis tous les 3 mois.

Prise en charge de l'astrocytome inopérable

Très souvent, il arrive que le foyer anatomiquement principal soit localisé de manière à ne pas pouvoir être retiré. Les patients présentant des contre-indications ne sont pas non plus opérés (plus de 75 ans, état somatique sévère, indice de Karnovsky inférieur à 50).

Dans ces cas, il est souhaitable d'effectuer une biopsie stéréotaxique pour obtenir du matériel pour l'analyse morphologique..

Si cette manipulation est également associée à un risque élevé pour la vie du patient, les tactiques de traitement sont adoptées sur la base de la conclusion du conseil. Sur la base des données de neuroimagerie (IRM ou CT), les médecins formulent un diagnostic préliminaire (chaque type de tumeur a ses propres caractéristiques distinctives dans les images).

Traitement médicamenteux symptomatique

En présence de symptômes sévères, un traitement concomitant est prescrit:

  • Les glucocorticostéroïdes (hormones) peuvent réduire l'hypertension intracrânienne. La dexaméthasone est principalement utilisée à des doses sélectionnées individuellement. Après le traitement chirurgical, la dose est réduite ou annulée complètement.
  • Médicaments antiépileptiques pour le traitement et la prévention des crises.
  • Anti-douleurs.

Gestion des rechutes

Les tumeurs gliales ont tendance à réapparaître (repousse), en particulier les astrocytomes malins. Les principaux traitements de la rechute sont la chirurgie, la radiothérapie et la chimiothérapie. Pour les petits foyers, la radiochirurgie stéréotaxique peut être utilisée.

L'approche est individuelle dans chaque cas, car dépend de l'état du patient, du temps écoulé après le traitement précédent, de l'état fonctionnel du cerveau. Au cours de la chimiothérapie, divers schémas sont utilisés, suivis d'une évaluation de leur efficacité; avec les glioblastomes, il est possible de prescrire le médicament ciblé Avastin (bevacizumab).

Dans le cas d'un état médical général sévère du patient, un traitement symptomatique est indiqué, visant à soulager les symptômes de la maladie..

Prévoir

Dépend du degré de malignité de la tumeur, de l'âge et de l'état général du patient.

Temps de survie moyens:

  • Astrocytome piloïde - 80% des patients vivent plus de 20 ans après le traitement.
  • Astrocytome diffus - 6 à 8 ans, se transforme dans la plupart des cas en une forme plus maligne.
  • Astrocytome anaplasique et glioblastome: mauvais pronostic, le taux de survie à cinq ans n'est pratiquement pas atteint. Le traitement peut prolonger la vie de 1 à 1,5 ans.

Astrocytome du cerveau: les causes de la tumeur et son traitement

Les tumeurs cérébrales sont la cause de décès la plus fréquente dans toute l'oncologie. La plupart de tous les néoplasmes sont des astrocytomes. L'astrocytome piloïde du cerveau est considéré comme le moins grave, mais ce n'est pas le seul de ce type. Certains d'entre eux nécessitent une intervention chirurgicale urgente, car ils sont extrêmement dangereux.

Caractérisation des astrocytomes

Les astrocytomes sont des néoplasmes du cerveau qui se sont développés à partir d'astrocytes. Ces derniers sont étudiés par histologie et sont des cellules du système nerveux. Leur tâche est d'accomplir des fonctions de support et restrictives..

Ils peuvent être protoplasmiques, situés à l'intérieur de la moelle grise, ou fibreux, trouvés dans la substance blanche..

Les astrocytes assurent le transfert des éléments nécessaires au corps entre les cellules nerveuses et les vaisseaux sanguins.

Des tumeurs de ce type peuvent apparaître dans les parties gauche et droite du cerveau. Chez l'adulte, les astrocytomes se forment généralement dans la substance blanche ou le tronc cérébral. Les enfants doivent le plus souvent faire face à une tumeur du cervelet ou du nerf optique..

Des kystes peuvent apparaître à l'intérieur de la tumeur elle-même. Ils se développent très lentement, mais ils peuvent atteindre des tailles importantes et affecter négativement les lobes du cerveau..

Parfois, lorsqu'ils sont diagnostiqués, les astrocytomes eux-mêmes s'avèrent également assez volumineux, ce qui rend impossible de définir des limites claires.

Selon la CIM, les astrocytomes sont classés comme des tumeurs malignes avec le code C71. L'emplacement de la tumeur est en outre spécifié. Si la tumeur est bénigne, le code de la maladie sera D33. Dans ce cas, sa localisation est également prise en compte..

L'astrocytome de nature bénigne se transforme dans la plupart des cas en un.

Les gliomes sont des néoplasmes dans la névroglie du cerveau. C'est à ce groupe qu'appartiennent les astrocytomes, étant une sous-espèce. Les tumeurs peuvent atteindre une taille énorme, être dépourvues de contours clairs et difficiles à répondre au traitement. La classification consiste à diviser l'astrocytome en degrés. Ils sont déterminés par le type de néoplasme et sa malignité.

Les principaux types par degrés:

  1. Grade 1 - piloïde (pilocytique). La tumeur appartient au premier degré de malignité. Il est considéré comme le plus léger, n'affecte pas les tissus voisins et se développe lentement. Le plus souvent, la maladie de ce stade répond bien au traitement chirurgical, mais elle provoque parfois une hydrocéphalie. Il existe un astrocytome piloïde du cerveau, généralement dans l'enfance.
  2. Grade 2 - fibrillaire. En termes de malignité, la tumeur appartient au deuxième degré. Il est situé à l'intérieur de la substance blanche, a le plus souvent des tailles standard et ses limites sont faciles à déterminer lors du diagnostic. Les tumeurs de type fibrillaire peuvent être guéries par chirurgie, mais des méthodes supplémentaires sont parfois nécessaires sous forme de radiothérapie ou de chimiothérapie. Peut provoquer des crises d'épilepsie.
  3. Grade 3 - anaplasique. La malignité du troisième degré conduit à une croissance tumorale active. De plus, il n'a pas de limites prononcées; il peut se propager aux tissus les plus proches. Il est difficile de la guérir, il n'y a pas beaucoup de chances de guérison. Particulièrement fréquent chez les personnes de plus de 30 ans.
  4. Grade 4 - glioblastome. L'appartenance au quatrième degré de malignité rend cette tumeur particulièrement dangereuse. Son développement s'accompagne d'un dysfonctionnement de l'appareil vestibulaire, de la parole et de la mémoire. La tumeur se développe très activement, affectant presque toujours les tissus voisins. Le traitement chirurgical n'apporte pratiquement pas de résultats, seule une partie des patients ayant subi une radiothérapie ou une chimiothérapie parvient à survivre, mais la durée de vie est limitée. Habituellement trouvé chez les personnes de plus de 40 ans.

L'oligoastrocytome est un autre type de tumeur. Il est distingué séparément, car il peut appartenir à différents degrés de malignité. Il s'agit d'un néoplasme primaire mixte, comprenant plusieurs types de cellules. Se compose d'astrocytes et d'oligodendrocytes.

Les astrocytomes sont également classés selon la nature de leur croissance. Il n'y en a que deux types: nodal et diffus. Les premiers sont le plus souvent bénins, ont un contour visible et peuvent être trouvés dans n'importe quelle partie du cerveau.

Ceux-ci incluent le type de tumeur piloïde. Ces derniers se développent généralement en malins, n'ont pas de limites prononcées, affectent les tissus voisins et atteignent des tailles significatives..

Ce type comprend les astrocytomes du deuxième degré et plus..

Les raisons

Divers facteurs peuvent provoquer la croissance de ce type de tumeur. Il n'est pas toujours possible d'identifier avec précision la cause réelle..

Il n'est pas nécessaire de le faire, car la plupart des causes profondes possibles sont ponctuelles, tandis que d'autres sont liées au travail ou au mode de vie, qui devront être modifiés après le traitement..

Un traitement supplémentaire pour se débarrasser des facteurs provoquants n'est le plus souvent pas nécessaire.

  • prédisposition génétique;
  • exposition à des niveaux accrus de rayonnement;
  • maladies infectieuses ou virales transférées;
  • conditions de travail dangereuses;
  • abus d'alcool, tabagisme.

Avec l'astrocytome du cerveau, le pronostic peut être considérablement pire si la personne continue à travailler dans des conditions dangereuses ou à abuser de boissons et de cigarettes nocives. Ce point important doit être pris en compte..

Si dans la vie d'une personne il existe certaines des raisons possibles du développement d'une tumeur, il est recommandé de consulter régulièrement un médecin. Le diagnostic annuel vous permettra de vous protéger et d'identifier l'apparition d'une tumeur dans les premiers stades, ce qui simplifiera grandement le traitement futur, augmentant les chances d'un résultat positif.

Les raisons pour lesquelles un enfant rencontre une tumeur n'ont pas encore été identifiées.

Symptômes

Avec l'astrocytome, des signes de type général apparaissent, ainsi que des signes locaux, correspondant à la partie du cerveau où se trouve la tumeur. La plupart des symptômes sont causés par une augmentation de la pression crânienne ou une intoxication du corps par les cellules affectées. Aux premiers stades, le développement de l'astrocytome peut passer inaperçu, ce qui complique sa détection rapide.

  • maux de tête douloureux;
  • perte d'appétit;
  • nausées Vomissements;
  • lenteur d'élocution;
  • troubles de l'attention et de la mémoire;
  • vision double ou brouillard dans les yeux;
  • étourdissements;
  • fatigue, malaise général;
  • problèmes de coordination;
  • convulsions, crises d'épilepsie;
  • sautes d'humeur.

Les symptômes focaux peuvent varier considérablement. Souvent, ils n'apparaissent pas dans leur intégralité ou sont combinés à d'autres manifestations, ce qui est associé à la transition de l'astrocytome vers le tissu cérébral voisin.

Où et comment la tumeur se manifeste:

  1. Lobe frontal. La principale différence entre l'astrocytome localisé dans cette zone réside dans les symptômes psychopathologiques. Le patient peut éprouver de l'euphorie, être indifférent à la maladie, montrer de l'agressivité envers les autres. Peu à peu, la psyché est complètement détruite. Des troubles de la mémoire et de la pensée ou des troubles moteurs de la parole peuvent également survenir. La paralysie des membres est possible.
  2. Lobes temporaux. Le patient a souvent des hallucinations de nature auditive, visuelle ou gustative. Avec le développement de l'astrocytome, de telles manifestations deviennent un effet qui annonce une crise épileptique imminente avec perte de conscience. Des troubles de la parole de type sensoriel et une agnosie auditive apparaissent également souvent, ce qui fait qu'une personne cesse de comprendre même les mots écrits et de reconnaître les sons. Le glioblastome ou l'astrocytome anaplasique du cerveau à cet endroit conduit souvent à une mort rapide.
  3. Lobe pariétal. Les patients présentant une telle disposition d'astrocytomes rencontrent des problèmes de reconnaissance des objets au toucher, l'incapacité de contrôler les membres lors de l'exécution d'actions ciblées et des crises d'épilepsie. Parfois, il y a des problèmes d'élocution, d'écriture ou de comptage.
  4. Lobe occipital. Le signe principal du développement de l'astrocytome dans cette zone est considéré comme des hallucinations visuelles. Une personne peut voir ce qui n'est pas, ou des objets réels peuvent changer d'apparence et de taille à ses yeux. Perte partielle possible du champ de vision des deux yeux.

Si le cervelet est affecté, des problèmes de démarche et de coordination des mouvements peuvent survenir. Le ventricule endommagé entraîne une tension réflexe du cou avec un changement de position de la tête. La moelle épinière et la moelle épinière touchées peuvent causer des problèmes avec les membres et la marche.

Diagnostic et pronostic

La polyvalence des symptômes crée certaines difficultés au stade de l'identification d'éventuelles pathologies. Habituellement, le patient se voit prescrire un examen complet, ce qui permet d'identifier un astrocytome. Mais même avec confiance en la présence d'une tumeur, le patient se verra attribuer les mêmes méthodes de recherche..

  • IRM - montre une tumeur à n'importe quel point du cerveau, aide à calculer sa taille avec des contours précis, pour augmenter l'efficacité de l'étude, un agent de contraste est injecté dans les veines du patient;
  • CT - affiche des parties du cerveau, montre clairement toutes les caractéristiques de la tumeur trouvée, y compris ses limites avec la structure exacte;
  • angiographie - aide à étudier l'état des vaisseaux sanguins, affiche les caractéristiques des zones individuelles alimentant l'astrocytome, ce qui est nécessaire lors de la planification d'une opération;
  • biopsie - la collecte du tissu affecté aide à déterminer toutes les caractéristiques de la tumeur, ainsi qu'à poser un diagnostic final.

Après les examens, le médecin pourra déterminer quel type de tumeur le patient a développé. Avec la forme nodulaire de l'astrocytome, le taux de survie est élevé. La durée de la rémission peut être supérieure à dix ans. Les tumeurs diffuses rechutent presque toujours, même après un traitement approprié.

Avec l'astrocytome anaplasique du cerveau, le pronostic de la vie est décevant - les patients parviennent à vivre environ 5 ans. Avec le glioblastome, la survie est encore plus difficile. L'espérance de vie atteint à peine un an. Des complications pendant la chirurgie sont possibles. Par exemple, saignement, gonflement de la substance cérébrale, infection.

La conséquence peut être la détérioration et la mort..

Les patients atteints de tumeurs fibrillaires ou piloïdes parviennent à vivre le plus longtemps avec un traitement approprié. Habituellement, ils parviennent à reprendre leur vie habituelle et à pouvoir à nouveau travailler. Mais avant cela, ils devront subir une rééducation difficile, y compris une reconversion des compétences de base, une psychothérapie et un long séjour à l'hôpital..

La plupart des patients se voient attribuer un handicap. Si la tumeur est bénigne ou s'il y a une chance de guérison, alors ils donnent le troisième degré. Dans des conditions plus sévères - le second. Elle peut être indéfinie si la restauration de la capacité de travail est impossible..

Traitement

Il est impossible de traiter l'astrocytome de la manière habituelle. La thérapie implique l'utilisation de méthodes chirurgicales, ainsi que l'exposition aux radiations ou aux produits chimiques. En cas de maladie du premier degré, le patient peut ne pas se voir prescrire une opération immédiatement, mais après plusieurs années. Sur le second, l'intervention chirurgicale est organisée peu après la détection de la pathologie. Nécessite parfois une combinaison avec une radiothérapie.

Les astrocytomes des troisième et quatrième degrés sont très dangereux. Un cancer de ce type nécessite une intervention chirurgicale immédiate immédiatement après le diagnostic. En règle générale, il est associé à la radiothérapie la plus agressive. Au quatrième degré, une chimiothérapie améliorée est ajoutée. Les thérapies elles-mêmes sont très différentes..

Chirurgie

Par traitement chirurgical, on entend l'ablation mécanique de la tumeur. Souvent, il n'est pas possible d'établir ses limites, ce qui crée un certain nombre de difficultés. Par conséquent, il est impossible d'éliminer complètement l'astrocytome. Au troisième ou quatrième stade de la tumeur, l'effet d'un tel traitement sera minime. Par conséquent, très souvent, les médecins prescrivent en outre d'autres méthodes de traitement..

Radiothérapie

Des séances de radiothérapie sont effectuées régulièrement. À chacun d'eux, le patient reçoit une exposition mineure aux rayonnements. Peu à peu, son niveau s'accumule, ayant un effet destructeur sur l'astrocytome. Parfois, la radiochirurgie est utilisée à la place, dans laquelle tout le rayonnement est délivré en une seule session. Cette option est logique pour les petites tumeurs.

Chimiothérapie

La chimiothérapie fait référence au traitement médicamenteux. Ils sont le plus souvent administrés par voie intraveineuse, mais peuvent être pris sous forme de pilules. Ils détruisent la tumeur existante, agissant sur elle progressivement, comme la radiothérapie. De nombreux médicaments ont des effets secondaires car ils sont extrêmement agressifs. L'avenir du patient dépendra de la sélection correcte du médicament..

Les astrocytomes piloïdes et fibrillaires du cerveau sont les moins dangereux. La plupart des personnes qui les rencontrent parviennent à reprendre leur vie habituelle, alors qu'il n'y a pas d'urgence particulière dans le traitement.

Et ceux qui ont une tumeur anaplasique ou un glioblastome sont obligés de commencer immédiatement un traitement afin de prolonger leur vie pendant plusieurs années..

Vous pouvez éviter une pathologie aussi terrible ou réduire le danger de ses conséquences si vous consultez régulièrement un médecin et excluez également tous les facteurs de risque de votre vie..

Astrocytome du cerveau

L'astrocytome du cerveau est une tumeur neuroépithéliale intracérébrale primaire (gliale) qui provient de cellules étoilées (astrocytes). L'astrocytome du cerveau peut avoir divers degrés de malignité. Ses manifestations dépendent de la localisation et sont divisées en générales (faiblesse, perte d'appétit, maux de tête) et focales (hémiparésie, hémihypesthésie, troubles de la coordination, hallucinations, troubles de la parole, changement de comportement). L'astrocytome du cerveau est diagnostiqué sur la base des résultats cliniques, de la tomodensitométrie, de l'IRM et de l'examen histologique du tissu tumoral. Le traitement de l'astrocytome cérébral est généralement une combinaison de plusieurs méthodes: chirurgicale ou radiochirurgicale, radiothérapie et chimiothérapie..

C71 Tumeur maligne du cerveau

L'astrocytome cérébral est le type le plus courant de tumeur gliale. Environ la moitié de tous les gliomes cérébraux sont des astrocytomes. L'astrocytome du cerveau peut survenir à tout âge.

Plus souvent que d'autres, l'astrocytome du cerveau est observé chez les hommes âgés de 20 à 50 ans. Chez les adultes, la localisation la plus caractéristique de l'astrocytome cérébral est la substance blanche des hémisphères (une tumeur des hémisphères cérébraux), chez les enfants, les lésions du cervelet et du tronc cérébral sont plus fréquentes.

Parfois, les enfants ont des lésions du nerf optique (gliome chiasmatique et gliome du nerf optique).

Astrocytome du cerveau

L'astrocytome du cerveau est le résultat de la transformation tumorale des astrocytes - des cellules gliales qui ont la forme d'une étoile, pour lesquelles elles sont également appelées cellules étoilées. Jusqu'à récemment, on croyait que les astrocytes remplissaient une fonction auxiliaire de soutien par rapport aux neurones du système nerveux central..

Cependant, des recherches récentes dans le domaine de la neurophysiologie et de la neurologie ont montré que les astrocytes remplissent une fonction protectrice, empêchant les lésions des neurones et absorbant les excès de produits chimiques formés à la suite de leur activité vitale..

Ils nourrissent les neurones, participent à la régulation des fonctions de la barrière hémato-encéphalique et de l'état du flux sanguin cérébral..

Il n'y a pas de données exactes sur les facteurs provoquant la transformation tumorale des astrocytes.

Vraisemblablement, le rôle d'un mécanisme de déclenchement, à la suite duquel un astrocytome du cerveau se développe, est joué par: un rayonnement excessif, une exposition chronique à des produits chimiques nocifs, des virus oncogènes.

Un rôle important est également attribué au facteur héréditaire, car chez les patients atteints d'astrocytome du cerveau, des pannes génétiques dans le gène TP53 ont été trouvées.

Selon la structure de ses cellules constitutives, l'astrocytome du cerveau peut être «ordinaire» ou «spécial». Le premier groupe comprend l'astrocytome fibrillaire, protoplasmique et hémistocytaire du cerveau. Le groupe "spécial" comprend l'astrocytome cérébelleux pyélocytaire (piloïde), sous-épendymaire (glomérulaire) et microcystique du cerveau..

Selon la classification de l'OMS, les astrocytomes du cerveau sont subdivisés en fonction du degré de malignité. Un astrocytome "spécial" du cerveau - pyélocytaire - appartient au 1er degré de malignité. II degré de malignité est caractéristique des astrocytomes bénins «normaux», par exemple fibrillaires.

L'astrocytome anaplasique du cerveau appartient au degré III de malignité et le glioblastome au degré IV. Le glioblastome et l'astrocytome anaplasique représentent environ 60% des tumeurs cérébrales, tandis que les astrocytomes hautement différenciés (bénins) ne représentent que 10%.

Les manifestations cliniques qui accompagnent l'astrocytome du cerveau peuvent être divisées en générales, notées à n'importe quel endroit de la tumeur et locales ou focales, en fonction de la localisation du processus.

Les symptômes généraux de l'astrocytome sont associés à une augmentation de la pression intracrânienne provoquée par celui-ci, à un effet irritant (irritant) et à un effet toxique des produits métaboliques des cellules tumorales.

Les manifestations courantes de l'astrocytome cérébral comprennent des maux de tête persistants, un manque d'appétit, des nausées, des vomissements, une vision double et / ou un brouillard dans les yeux, des étourdissements, des changements d'humeur, l'asthénie, une diminution de la capacité de concentration et des troubles de la mémoire. Des crises d'épilepsie sont possibles. Souvent, les premières manifestations de l'astrocytome cérébral sont de nature générale non spécifique. Au fil du temps, en fonction du degré de malignité de l'astrocytome, il y a une progression lente ou rapide des symptômes avec l'apparition d'un déficit neurologique, indiquant la nature focale du processus pathologique.

Les symptômes focaux de l'astrocytome cérébral surviennent à la suite de la destruction et de la compression par la tumeur des structures cérébrales adjacentes.

Les astrocytomes hémisphériques du cerveau sont caractérisés par une diminution de la sensibilité (hémi-hypesthésie) et une faiblesse musculaire (hémiparésie) dans le bras et la jambe du côté du corps opposé à l'hémisphère affecté..

Les lésions tumorales du cervelet se caractérisent par une stabilité altérée en position debout et lors de la marche, des problèmes de coordination des mouvements.

La localisation de l'astrocytome cérébral dans le lobe frontal est caractérisée par une inertie, une faiblesse générale prononcée, une apathie, une diminution de la motivation, des attaques d'agitation et d'agressivité mentales, une altération de la mémoire et des capacités intellectuelles.

Les gens autour de ces patients notent des changements et des bizarreries dans leur comportement. Lorsque l'astrocytome est localisé dans le lobe temporal, il existe des troubles de la parole, des troubles de la mémoire et des hallucinations de différents types: olfactif, auditif et gustatif.

Les hallucinations visuelles sont caractéristiques de l'astrocytome situé à la limite du lobe temporal avec l'occipital. Si l'astrocytome du cerveau est localisé dans le lobe occipital, il s'accompagne d'hallucinations visuelles de diverses déficiences visuelles.

L'astrocytome pariétal du cerveau provoque des troubles de l'écriture et de la motricité fine.

En fonction du degré de différenciation de l'astrocytome cérébral, son traitement est effectué par une ou plusieurs des méthodes indiquées: chirurgicale, chimiothérapeutique, radiochirurgicale, radiothérapie.

L'ablation radiochirurgicale stéréotaxique n'est possible qu'avec une tumeur de petite taille (jusqu'à 3 cm) et est réalisée sous contrôle tomographique à l'aide d'un cadre stéréotaxique porté sur la tête du patient. Avec l'astrocytome du cerveau, cette méthode ne peut être utilisée que dans de rares cas d'évolution bénigne et de croissance tumorale limitée.

Le montant de l'intervention chirurgicale réalisée par craniotomie dépend de la nature de la croissance de l'astrocytome. Souvent, en raison de la croissance diffuse de la tumeur dans le tissu cérébral environnant, son traitement chirurgical radical est impossible..

Dans de tels cas, une chirurgie palliative pour réduire la taille de la tumeur ou un pontage pour réduire l'hydrocéphalie peut être pratiquée..

La radiothérapie de l'astrocytome cérébral est réalisée par irradiation externe répétée (de 10 à 30 séances) de la zone touchée. La chimiothérapie est réalisée avec des cytostatiques en utilisant des médicaments oraux et des injections intraveineuses.

Elle est préférée dans les cas où un astrocytome cérébral est observé chez les enfants.

Récemment, un développement actif a été en cours pour créer de nouveaux médicaments chimiothérapeutiques qui peuvent affecter sélectivement les cellules tumorales sans avoir un effet néfaste sur les cellules saines..

Le pronostic défavorable de l'astrocytome cérébral est associé à son degré de malignité majoritairement élevé, au passage fréquent d'une forme moins maligne à une forme plus maligne et à une récidive presque inévitable.

Chez les jeunes, une évolution plus fréquente et maligne des astrocytomes est observée. Le pronostic est le plus favorable si l'astrocytome du cerveau a une malignité de grade I, mais même dans ce cas l'espérance de vie du patient ne dépasse pas 5 ans.

Pour les astrocytomes de grade III-IV, cette durée est en moyenne de 1 an.

Astrocytome du cerveau - causes, symptômes, diagnostic

Les maladies oncologiques coûtent chaque année la vie à des centaines de milliers de personnes et sont considérées comme la plus grave de toutes les maladies existantes. Lorsqu'un patient reçoit un diagnostic d'astrocytome cérébral, il doit savoir ce que c'est et quel est le danger de pathologie.

L'astrocytome est une tumeur gliale, généralement de nature maligne, formée d'astrocytes et pouvant affecter une personne de tout âge. Une telle croissance tumorale est sujette à une élimination d'urgence. Le succès du traitement dépend du stade de la maladie et du type auquel elle appartient..

Quelle est cette maladie

Les astrocytes sont des cellules neurogliales qui ressemblent à de petites étoiles.

Ils régulent le volume de liquide tissulaire, protègent les neurones des effets néfastes, fournissent des processus métaboliques à l'intérieur des cellules cérébrales, contrôlent la circulation sanguine dans l'organe principal du système nerveux et désactivent les déchets des neurones. S'il y a un dysfonctionnement dans le corps, ils changent et ne remplissent plus leurs fonctions naturelles.

En mutant, les astrocytes se multiplient de manière incontrôlable, formant une formation tumorale qui peut apparaître dans n'importe quelle partie du cerveau. En particulier dans:

  • Cervelet.
  • Nerf optique.
  • matière blanche.
  • Tronc cérébral.

Certaines des tumeurs forment des nœuds avec des limites clairement définies du foyer pathologique.

Une telle formation a tendance à comprimer les tissus sains et voisins, à métastaser et à déformer les structures cérébrales..

Il existe également de tels néoplasmes qui, remplaçant les tissus sains, augmentent la taille d'une certaine partie du cerveau. Lorsque la croissance donne des métastases, elles se propagent rapidement le long des voies de l'écoulement du liquide cérébral.

Causes d'occurrence

Il n'y a toujours pas de données exactes sur les facteurs contribuant à la transformation tumorale des cellules étoilées. Vraisemblablement, les impulsions pour le développement de la pathologie sont:

  • Exposition aux radiations.
  • Les effets négatifs des produits chimiques.
  • Pathologies oncogènes.
  • Immunité supprimée.
  • Lésion cérébrale traumatique.

Les experts n'excluent pas le fait que les causes de l'astrocytome peuvent être cachées dans une mauvaise hérédité, puisque des anomalies génétiques du gène TP53 ont été identifiées chez des patients. L'exposition simultanée de plusieurs facteurs provoquants augmente la possibilité de développer un astrocytome cérébral.

Types d'astrocytomes

Selon la structure des cellules impliquées dans la formation des néoplasmes, l'astrocytome peut être de nature normale ou spéciale. Les astrocytomes fibrillaires, protoplasmiques et hémistocytaires sont courants. Le deuxième groupe comprend les astrocytomes cérébelleux pilocytiques ou piloïdes, sous-épendymaires (glomérulaires) et microcystiques.

Selon le degré de malignité, il est divisé en types suivants:

  • Astrocytome pilocytique hautement différencié grade I. Appartient à un certain nombre de néoplasmes bénins. Il a des limites distinctes, se développe lentement et ne métastase pas aux tissus voisins. Il est souvent observé chez les enfants et répond bien au traitement. D'autres types de tumeurs de ce grade sont les astrocytomes sous-épendymaires à cellules géantes. Ils surviennent chez les personnes atteintes de sclérose tubéreuse. Ils se distinguent par de grandes cellules anormales avec d'énormes noyaux. Ils ressemblent à des bosses et sont localisés dans la zone des ventricules latéraux.
  • Astrocytome diffus (fibrillaire, pléomorphe, pilomyxoïde) du cerveau, grade II. Il affecte les régions vitales du cerveau. On le trouve chez les patients âgés de 20 à 30 ans. N'a pas de contours clairement distinctifs, pousse lentement. L'intervention chirurgicale est difficile.
  • Tumeur anaplasique (atypique) du degré III de malignité. Il n'a pas de frontières claires, il se développe rapidement, donne des métastases aux structures cérébrales. Elle affecte souvent les hommes d'âge moyen et plus âgés. Ici, les médecins donnent des prévisions moins réconfortantes sur le succès du traitement..
  • Glioblastome IV degré de malignité. Appartient à des néoplasmes malins particulièrement agressifs à croissance rapide qui se développent dans les tissus cérébraux. Plus fréquent chez les hommes après 40 ans. Il est considéré comme inopérable et ne laisse pratiquement pas aux patients une chance de survie.

Selon l'emplacement des astrocytomes, il existe:

  1. Subtentorial. Ceux-ci incluent ceux qui affectent le cervelet et situés dans la partie inférieure du cerveau.
  2. Supratentorial. Sont situés dans les lobes supérieurs du cerveau.

Les tumeurs plus malignes et extrêmement dangereuses sont plus fréquentes que les tumeurs bénignes. Ils représentent 60% de tous les cancers du cerveau.

Symptômes de la pathologie

Comme tous les néoplasmes, les astrocytomes du cerveau ont des symptômes caractéristiques, subdivisés en général et local.

Symptômes communs de l'astrocytome:

  • Léthargie, fatigue constante.
  • Mal de crâne. Dans ce cas, la tête entière et ses parties individuelles peuvent blesser.
  • Des convulsions. Ils sont la première sonnette d'alarme de l'apparition de processus pathologiques dans le cerveau.
  • Troubles de la mémoire et de la parole, troubles mentaux. Se produisent dans la moitié des cas. Une personne, bien avant l'apparition de symptômes prononcés de la maladie, devient irritable, colérique ou, au contraire, léthargique, distrait et apathique.
  • Nausées soudaines, vomissements, souvent accompagnés de maux de tête. Le trouble commence en raison de la compression du centre de vomissement par la tumeur, si elle est située dans le quatrième ventricule ou le cervelet.
  • Stabilité altérée, difficulté à marcher, étourdissements, évanouissements.
  • Perte, ou vice versa, augmentation du poids corporel.

Chez tous les patients atteints d'astrocytome à un certain stade de la maladie, la pression intracrânienne augmente. Ce phénomène est associé à la croissance d'une tumeur ou à la survenue d'une hydrocéphalie. Avec des tumeurs bénignes, des symptômes suspects se développent lentement et avec des excroissances malignes, le patient disparaît en peu de temps..

Les signes locaux de l'astrocytome incluent des changements qui se produisent en fonction de l'emplacement du foyer pathologique:

  • Dans le lobe frontal: changement brutal de caractère, sautes d'humeur, parésie des muscles faciaux, détérioration de l'odorat, incertitude, instabilité de la démarche.
  • Dans le lobe temporal: bégaiement, problèmes de mémoire et de réflexion.
  • Dans le lobe pariétal: difficulté motrice, perte de sensation dans les membres supérieurs ou inférieurs.
  • Dans le cervelet: perte de stabilité.
  • Au niveau du lobe occipital: détérioration de l'acuité visuelle, troubles hormonaux, grossissement de la voix, hallucinations.

Méthodes de diagnostic

Pour établir un diagnostic précis, ainsi que pour déterminer le type et le stade de développement de la formation de tumeurs, les diagnostics instrumentaux et de laboratoire aident. Pour commencer, le patient est examiné par un neurologue, un ophtalmologiste, un oto-rhino-laryngologiste. L'acuité visuelle est déterminée, l'appareil vestibulaire est examiné, l'état mental et les réflexes vitaux du patient sont vérifiés.

  • Échoencéphalographie. Évalue la présence de processus volumétriques pathologiques dans le cerveau.
  • Tomodensitométrie ou imagerie par résonance magnétique. Ces méthodes de diagnostic non invasives vous permettent d'identifier un foyer pathologique, de déterminer la taille, la forme de la tumeur et son emplacement..
  • Angiographie de contraste. Permet au spécialiste de trouver des anomalies dans les vaisseaux cérébraux.
  • Biopsie guidée par échographie. Il s'agit de l'excision de minuscules particules prélevées sur des tissus cérébraux «suspects» pour un examen en laboratoire et un examen des cellules tumorales pour une tumeur maligne.

Si le diagnostic est confirmé, le patient ou ses proches sont informés de ce qu'est un astrocytome cérébral et de la manière de se comporter à l'avenir..

Traitement de la maladie

Quel sera le traitement de l'astrocytome cérébral, les experts décident après avoir pris une anamnèse et reçu les résultats de l'examen. Lors de la détermination d'un cours, qu'il s'agisse de thérapie chirurgicale, de radiothérapie ou de chimiothérapie, les médecins prennent en compte:

  • Âge du patient.
  • Localisation et dimensions du focus.
  • Malignité.
  • La gravité des signes neurologiques de la pathologie.

Quel que soit le type de tumeur cérébrale auquel appartient (glioblastome ou autre astrocytome moins dangereux), le traitement est réalisé par un oncologue et un neurochirurgien.

À l'heure actuelle, plusieurs méthodes de thérapie ont été développées, qui sont utilisées en combinaison ou séparément:

  • Chirurgie, dans laquelle la formation du cerveau est partiellement ou complètement excisée (tout dépend du degré de malignité auquel appartient l'astrocytome et de sa taille). Si le foyer est très grand, après l'ablation de la tumeur, une chimiothérapie et une radiothérapie sont nécessaires. Parmi les derniers développements, des scientifiques talentueux notent une substance spécifique que le patient boit avant l'opération. Lors des manipulations, les zones endommagées par la maladie sont éclairées par une lumière ultraviolette, sous laquelle les tissus cancéreux acquièrent une teinte rose. Cela facilite grandement la procédure et augmente son efficacité. Un équipement spécial aide à minimiser le risque de complications - un ordinateur ou un tomographe à résonance magnétique.
  • Radiothérapie. Destiné à éliminer le néoplasme à l'aide de radiations. Dans le même temps, les cellules et tissus sains ne sont pas affectés, ce qui accélère la restauration de la fonction cérébrale.
  • Chimiothérapie. Fournit l'apport de poisons et de toxines qui inhibent les cellules cancéreuses. Cette méthode de traitement cause moins de dommages au corps que les radiations, elle est donc souvent utilisée dans le traitement des enfants. En Europe, des médicaments ont été développés dont l'action est dirigée sur la lésion elle-même, et non sur l'ensemble du corps.
  • Radiochirurgie. Il est utilisé relativement récemment et est considéré comme un ordre de grandeur plus sûr et plus efficace que la radiothérapie et la chimiothérapie. Grâce à des calculs informatiques précis, le faisceau est dirigé directement dans la zone cancéreuse, ce qui permet d'irradier de manière minimale les tissus voisins non affectés par la lésion et de prolonger considérablement la vie de la victime.

Rechutes et conséquences possibles

Après une opération pour supprimer une formation de tumeur, le patient doit surveiller son état, passer des tests, être examiné et consulter un médecin dès les premiers signes avant-coureurs. L'intervention dans le cerveau est l'une des méthodes de traitement les plus dangereuses, qui en tout cas laisse sa marque sur le système nerveux..

Les conséquences de l'élimination des astrocytomes peuvent se manifester par des troubles tels que:

  • Parésie et paralysie des membres.
  • Détérioration de la coordination motrice.
  • Perte de vue.
  • Le développement du syndrome convulsif.
  • Déviations psychiques.

Certains patients perdent la capacité de lire, de communiquer, d'écrire, éprouvent des difficultés à effectuer des actions élémentaires. La gravité des complications dépend directement du lobe du cerveau dans lequel l'opération a été effectuée et de la quantité de tissu prélevée. Un rôle important est joué par les qualifications du neurochirurgien qui a effectué l'opération..

Malgré les méthodes modernes de traitement, les médecins donnent des prévisions décevantes pour les patients atteints d'astrocytome. Les facteurs de risque existent dans toutes les conditions. Par exemple, un astrocytome anaplasique bénin du cerveau peut soudainement dégénérer en un astrocytome plus malin et augmenter de volume.

Même malgré la qualité bénigne de la croissance pathologique, ces patients vivent environ 3 à 5 ans.

De plus, le danger de métastases n'est pas exclu, dans lequel les cellules cancéreuses migrent à travers le corps, infectant d'autres organes et provoquant des processus tumoraux en eux. Les personnes atteintes d'un astrocytome terminal ne vivent pas plus d'un an. Même le traitement chirurgical ne garantit pas que la lésion ne recommencera pas à se développer. De plus, une rechute dans ce cas est inévitable..

La prévention

Il est impossible de s'assurer contre ce type de tumeur, ainsi que contre d'autres maladies oncologiques. Mais vous pouvez réduire le risque de pathologies graves en suivant quelques recommandations:

  • Mange correctement. Refusez les aliments contenant des colorants et des additifs. Incluez des légumes frais, des fruits et des céréales dans votre alimentation. Les plats ne doivent pas être trop gras, salés et épicés. Il est conseillé de les cuire à la vapeur ou de les cuire..
  • Abandonnez catégoriquement les dépendances.
  • Faites du sport, soyez plus souvent à l'extérieur.
  • Protégez-vous du stress, de l'anxiété et de l'anxiété.
  • Boire des multivitamines pendant la période automne-printemps.
  • Évitez les blessures à la tête.
  • Changer de lieu de travail s'il est associé à une exposition aux produits chimiques ou aux rayonnements.
  • N'abandonnez pas les examens préventifs.

Lorsque les premiers signes de la maladie apparaissent, il est nécessaire de consulter un médecin. Plus le diagnostic est posé tôt, meilleures sont les chances de guérison du patient..

Si une personne a un astrocytome, il ne faut pas désespérer. Il est important de suivre les instructions des médecins et de rechercher un résultat positif..

Les technologies médicales modernes permettent de guérir ces maladies cérébrales à un stade précoce et de prolonger au maximum la vie du patient..

(2

Quel est le danger de l'astrocytome dans le cerveau et y a-t-il une chance de le guérir complètement

La présence d'une tumeur cérébrale humaine ne mène à rien de bon, et l'un de ces néoplasmes est un astrocytome du cerveau. L'astrocytome est un type de «gliome» qui se développe dans le cerveau.

Le gliome est la tumeur cérébrale primitive la plus courante.

En règle générale, l'astrocytome affecte les soi-disant astrocytes - des cellules nerveuses qui ont des fonctions de soutien dans le système nerveux central (SNC).

Les astrocytes absorbent les excès de produits chimiques produits par les neurones. Responsable du fonctionnement de la barrière protectrice du système nerveux central, etc..

Il se trouve que la nature veut faire une blague cruelle...

Un coup auquel vous ne vous attendez pas frappe plus douloureusement, et souvent le patient apprend de manière inattendue le diagnostic d'astrocytome, ce qui est un facteur défavorable pour une guérison réussie. Quelle est la nature de cette maladie? C'est assez simple. Habituellement, dans les lieux d'accumulation d'astrocytes, une tumeur survient (si le cas est favorable, elle est bénigne, mais elle peut aussi être maligne).

Le groupe à risque comprend les adultes de 25 à 30 ans. Cependant, l'âge n'est pas une cause importante, car il y a eu des cas de maladie chez les jeunes enfants et les personnes âgées. Il y a plusieurs raisons à la formation de cette tumeur:

  • méthodes agressives de traitement du cancer (chimiothérapie);
  • situation écologique défavorable dans la région, contribuant à une intoxication toxique du corps;
  • prédisposition génétique à la maladie;
  • maladies oncologiques et apparentées.
  • Il existe plusieurs types de malignité:
  • degré (astrocytome pilocytique du cerveau).
  • degré (astrocytome fibrillaire du cerveau).
  • degré (astrocytome anaplasique du cerveau).
  • degré (glioblastome).

Astrocytome pilocytique du cerveau

L'astrocytome pilocytique ou piloïde du cerveau est généralement une tumeur bénigne qui survient souvent dans l'enfance. Affecte principalement le cervelet et les zones adjacentes du cerveau.

Astrocytome de stade 1

Ce gliome répond bien au traitement chirurgical et, avec une intervention rapide, passe sans conséquences..

Astrocytome fibrillaire du cerveau

Également trouvé avec le nom protoplasmique diffus, n'a pas de frontières claires de localisation, mais ne diffère pas par un taux de croissance élevé. Le groupe à risque comprend les jeunes de 20 à 30 ans.

Astrocytome stade 2 La tumeur diffuse est plus difficile à répondre à la chirurgie que la piloïde.

Astrocytome anaplasique du cerveau

C'est un type de néoplasme malin. La principale différence est une croissance rapide, une localisation peu claire et une croissance de la tumeur dans le tissu nerveux.

Astrocytome stade 3

L'astrocytome anaplasique du cerveau peut survenir à n'importe quel endroit de celui-ci, ce qui constitue un danger grave, ainsi qu'une invasion du tissu nerveux. Le traitement est possible, mais il est difficile, en raison de la particularité de la croissance.

Glioblastome

La forme la plus dangereuse d'une tumeur a une croissance rapide comme l'éclair, la capacité de se développer dans toutes les parties du cerveau et, en règle générale, cette évolution de la maladie entraîne la mort cérébrale. Pratiquement résistant à une intervention chirurgicale.

Astrocytome stade 4

Les hommes âgés de 40 à 70 ans sont à risque.

Docteur qu'est-ce qui ne va pas avec moi?

  1. Comme toute autre maladie, l'astrocytome présente des symptômes caractéristiques, cependant, dans ce cas, en plus des symptômes généraux, il y en a un local (local), qui dépend directement de l'emplacement du gliome.

  • Pour tous les patients souffrant du développement d'une tumeur, ce qui suit est caractéristique:
  • maux de tête fréquents;
  • convulsions;
  • parésie des membres;
  • changement d'humeur;
  • manque de coordination;
  • coups de bélier;
  • détérioration de la vision (audition);
  • désorientation dans l'espace.

  • De plus, au fur et à mesure que la tumeur se développe, elle commence à presser les parties du cerveau où elle est localisée, ce qui conduit à l'apparition de certaines anomalies chez le patient:
  • Lorsqu'ils sont localisés dans le lobe temporal, les réflexes olfactifs, la vision et le goût se détériorent. Le patient ressent une diminution de la capacité à mémoriser de grandes quantités d'informations, des problèmes d'intelligibilité de la prononciation sont possibles.

    Lorsqu'il est localisé dans le lobe frontal, il y a un changement progressif du comportement du patient, une paralysie partielle ou complète des membres.

    • Lorsqu'elles sont localisées dans le lobe pariétal, le patient peut avoir des problèmes d'écriture, les fonctions corporelles les plus simples liées à la motricité fine des mains entraîneront de graves difficultés.
    • Lorsqu'elle est localisée dans le cervelet, une personne peut perdre son orientation dans l'espace.De plus, il y aura des problèmes avec les mouvements en général et leur coordination.
    • Lorsqu'il est localisé dans l'hémisphère droit ou gauche - le patient perd la capacité de contrôler consciemment la partie opposée du corps
    • Plus la tumeur est avancée, plus les changements graves se produisent dans le corps, plus les symptômes sont clairs.

    Diagnostics requis!

    IRM - à quoi ça ressemble

    1. Il existe de nombreuses façons de diagnostiquer une tumeur cérébrale et, en règle générale, une approche globale est utilisée pour une analyse plus précise..
    2. Ainsi, ils nomment généralement:
    3. imagerie par résonance magnétique (IRM);
    4. tomodensitométrie (CT);
    5. une biopsie cérébrale;
    6. tests neurologiques;
    7. tomographie par émission de positrons;
    8. angiographie.

    Avec l'aide de l'IRM, en règle générale, le médecin détermine la présence d'une tumeur. Le principe de fonctionnement de cette étude est basé sur l'action des ondes magnétiques, qui sont réfléchies par la structure plus dense de la tumeur et la rendent visible sur le fond du cerveau.

    Si, après l'IRM, des doutes persistent, vous pouvez confirmer ou nier la présence d'anaplasique ou de tout autre astrocytome du cerveau à l'aide de la tomodensitométrie. Dans ce cas, des faisceaux de rayons X sont impliqués..

    La tomographie par émission de positrons consiste en l'introduction d'une solution radioactive spéciale (à base de glucose) à une personne. Après cela, à l'aide de rayons X, le cerveau est examiné. Dans les endroits où la solution s'accumule, une tumeur maligne est localisée avec une précision de 90%, plus le glucose est absorbé, plus le niveau de malignité est bas.

    À l'aide de l'angiographie, il est déterminé par quels vaisseaux le gliome est nourri, ce qui permet de planifier une méthode de traitement utilisable.

    En plus de ce qui précède, une biopsie cérébrale peut être utilisée, qui consiste à séparer de petits tissus tumoraux pour les étudier.

    Pas le temps de retarder, nous commençons le traitement...

    • L'astorcytome est une maladie pour laquelle, dans la plupart des cas, une méthode de traitement utilisable est indiquée, ou par d'autres moyens - une opération pour éliminer le gliome.
    • Si l'opération n'aide pas et que la tumeur progresse, le médecin utilise d'autres méthodes de traitement, en particulier:
    • radiothérapie;
    • chimiothérapie;
    • radiochirurgie.

    Intervention chirurgicale

    Quand une intervention chirurgicale est-elle indiquée? Habituellement en cas de croissance tumorale, et si la tumeur gliomateuse est bénigne, elle est complètement éliminée.

    Une autre question est de savoir si l'astrocytome est malin. Dans cette situation, le médecin essaie d'éliminer le plus possible le néoplasme sans toucher les cellules saines, et ici vous ne pouvez pas vous passer de méthodes de traitement auxiliaires.

    En règle générale, lorsqu'il s'agit d'une tumeur maligne, il n'est pas nécessaire de parler de guérison complète, les médecins essaient donc de prolonger autant que possible la vie du patient..

    Radiothérapie

    L'une des thérapies les plus dangereuses pour les cellules cérébrales saines. Il consiste à irradier la tumeur, en règle générale, le glioblastome et l'astrocytome anaplasique du cerveau y sont exposés, en raison de leur malignité.

    À la suite de la radiothérapie, les cellules saines sont également exposées, mais le pourcentage de leur récupération est assez élevé. Un gliome traité par radiothérapie cesse de se développer et disparaît dans le meilleur des cas.

    Chimiothérapie

    Ce type de traitement est basé sur la prise de médicaments chimiques ou sur la mise en place de ces médicaments à proximité de l'emplacement de l'astrocytome. Habituellement, ce type de traitement est indiqué pour les enfants, car la radiothérapie peut gravement nuire à la santé du bébé et la chimiothérapie sera plus préférable.

    Comme dans le cas de la radiothérapie, l'effet est exercé non seulement sur les patients, mais également sur les cellules cérébrales saines, mais les médecins assurent que les cellules saines se rétabliront certainement..

    Radiochirurgie

    Qu'est-ce que la radiochirurgie? C'est l'une des options de traitement les plus récentes pour les gliomes. La méthode est basée sur l'utilisation d'un laser fin, qui agit ponctuellement sur la zone touchée, excluant ainsi les dommages aux zones saines.

    Comment fonctionne la radiochirurgie

    Le principal inconvénient est aujourd'hui le coût élevé. Et en termes d'efficacité, la radiochirurgie est le moyen le plus efficace de traiter une tumeur.

    Quelles prédictions, docteur?

    Beaucoup de gens se demandent si j'ai un astrocytome du cerveau, quel est le pronostic de la vie? Il n'est certainement pas possible de répondre à une telle question. Ici joue un rôle important:

    1. l'état général de la santé humaine;
    2. âge;
    3. le degré de malignité;
    4. la présence et le nombre de rechutes;
    5. l'emplacement du gliome;
    6. temps de transition d'une tumeur d'un stade à un autre.
    7. Dans le scénario le plus favorable, le pronostic pour l'avenir avec un néoplasme bénin ne dépasse pas une période de 10 ans.

    Plus la scène est grande, plus les prévisions sont réduites. Ainsi, dans la deuxième étape, l'espérance de vie est jusqu'à 7 ans, dans la troisième - jusqu'à 5, mais dans la quatrième - pas plus d'un an.

    Malade après la chirurgie

    Mais il y a toujours des exceptions à toute règle, et le plus important est de ne pas arrêter de se battre et de ne pas laisser une seule chance à la maladie..

    Quelles sont les conséquences de l'astrocytome

    • Comme il est devenu clair, le gliome est une maladie grave qui ne connaît aucune pitié, par conséquent, les conséquences ne sont pas joyeuses:
    • troubles moteurs
    • affaiblissement de la vision;
    • disparition des fonctions gustatives, olfactives et autres;
    • la nécessité d'utiliser un fauteuil roulant;
    • discours peu clair.

    Toutes ces conséquences peuvent se développer chez une personne qui a eu un astrocytome, à la fois dans le complexe et séparément.

    Il y a eu des cas d'absence totale de telles manifestations..

    Ainsi, la principale recommandation lors de la détection d'un astrocytome du cerveau est de consulter immédiatement un médecin, ce qui dans un proche avenir peut prolonger votre vie. Vous ne devez pas jouer avec votre santé, en particulier avec la manifestation d'une maladie aussi grave.