L'atrophie cérébrale, ou atrophie cérébrale («atrophie» latine - famine), est une malnutrition du tissu cérébral et une diminution de sa taille in vivo. Le trouble trophique affecte les cellules nerveuses et les processus du système nerveux. Au fur et à mesure de sa progression, la fonction cérébrale est altérée.

L'atrophie du cortex est observée principalement chez les personnes âgées, ce qui est associé à une altération de la circulation sanguine dans le cerveau. La maladie se termine par des dommages profonds aux fonctions mentales: la mémoire se détériore, le rythme de la pensée diminue, l'attention est perdue, la motivation et disparaîtra.

Les raisons

Les raisons suivantes peuvent provoquer la mort du cortex cérébral:

  1. Prédisposition génétique à la maladie.
  2. Blessures: contusion et commotion cérébrale.
  3. Mode de vie antisocial chez les jeunes: alcoolisme, toxicomanie - phénomènes suivis de dégradation sociale.
  4. Neuroinfections: VIH, myélite, poliomyélite, leptospirose, méningite, encéphalite, neurotuberculose, syphilis du cerveau; maladies purulentes, accompagnées de la formation d'abcès dans le tissu cérébral.
  5. Troubles vasculaires: athérosclérose due à une longue histoire de tabagisme.
  6. Maladies du système cardiaque: cardiopathie ischémique, insuffisance cardiaque.
  7. Empoisonnement du corps avec des barbituriques, du monoxyde de carbone.
  8. Décortication pathologique (désactivation des fonctions et atrophie corticale ultérieure) à la suite d'un coma.
  9. Pression intracrânienne persistante (plus souvent la cause de l'atrophie chez les nouveau-nés).
  10. Les tumeurs. De gros néoplasmes peuvent presser les vaisseaux alimentant les sections du GM..

Ce sont des causes immédiates qui peuvent perturber la nutrition des cellules nerveuses du cerveau. Il existe également des facteurs indirects qui, bien qu'ils ne provoquent pas d'atrophie, provoquent le développement des principales causes:

  • fumeur;
  • hypertension artérielle;
  • manque de charge intellectuelle sur les capacités cognitives du cerveau.

Types et symptômes d'atrophie

Les types de pathologie sont déterminés par la localisation et le degré de mort des cellules cérébrales.

Changements atrophiques dans le cervelet

La zone de destruction cellulaire est située dans le cervelet - le centre de coordination. La maladie s'accompagne d'un changement du tonus musculaire, de l'incapacité de garder la tête droite et d'une violation de la coordination de la position du corps.

Les personnes atteintes d'atrophie cérébelleuse perdent la capacité de prendre soin d'elles-mêmes: les mouvements sont souvent incontrôlables et les membres tremblent lors de l'exécution d'actions.

La parole est perturbée: elle ralentit et devient chantée. En plus des symptômes spécifiques, la destruction du cortex provoque des maux de tête, des étourdissements, de la somnolence et de l'apathie..

Au fur et à mesure que l'atrophie progresse, la pression à l'intérieur du crâne augmente. Les nerfs crâniens sont souvent paralysés, ce qui peut immobiliser les muscles des yeux. Les réflexes basaux disparaissent également..

Atrophie du cortex cérébral

La pathologie se manifeste par une dégradation de la personnalité. Une personne malade perd la capacité de contrôler son comportement, les critiques liées à son état diminuent. Les capacités cognitives diminuent: pensée, mémoire, attention - les propriétés quantitatives de ces processus mentaux (vitesse, rythme, concentration, volume) sont violées. La mémoire régresse selon la loi de Ribot: d'abord, les événements récents sont oubliés, puis les événements d'il y a plusieurs années, après quoi les souvenirs d'il y a dix ans et la petite jeunesse sont oubliés.

L'atrophie du cortex entraîne le développement de l'infantilisme. La psyché du patient se dégrade au stade de développement précédent: «l'âge adulte» disparaît, les décisions sont difficiles à prendre, les qualités des enfants apparaissent dans le dessin de la personnalité. L'intérêt pour les problèmes sociaux est perdu, le divertissement est inclus dans le cercle des loisirs. Les émotions se dégradent également: l'égocentrisme, les sautes d'humeur, l'agitation se développent. Les personnes atteintes de cortex atrophié ne veulent pas prendre en compte les intérêts et les opinions de la famille, de la communauté ou des amis..

La déficience intellectuelle augmente. Avec la dynamique de l'atrophie, la capacité d'abstraire la pensée logique diminue. Difficultés à comprendre la terminologie professionnelle, la capacité à résoudre les tâches standard et quotidiennes est entravée.

La violation du trophisme engage la sphère des compétences supérieures. Les patients ne savent pas comment attacher les lacets, préparer la nourriture. Les musiciens oublient les accords, les artistes - comment brosser correctement, les écrivains - dans quel ordre les mots d'une phrase doivent-ils apparaître.

Au fur et à mesure que la pathologie s'approfondit, les patients perdent la capacité d'effectuer des actions élémentaires: se brosser les dents, tenir une cuillère, regarder autour de soi en traversant la route.

Le résultat de la maladie est une dégradation sociale, un infantilisme profond et une démence. Ces personnes sont hospitalisées dans un hôpital psychiatrique, puis envoyées dans des internats.

Subatrophie corticale

La subatrophie corticale est comprise comme une malnutrition partielle de la moelle épinière, dans laquelle les capacités cognitives du système nerveux ne sont que partiellement perdues. On peut dire qu'il s'agit d'une légère atrophie cérébrale entière..

Atrophie diffuse

La pathologie commence par une lésion de la substance cérébelleuse: la coordination et la précision des mouvements sont altérées. Au fur et à mesure que vous progressez, des changements organiques apparaissent. Cela comprend une violation de la circulation cérébrale. Les symptômes n'ont le plus souvent aucune spécificité, principalement la sphère cognitive de la psyché s'aggrave.

Modifications kystiques-atrophiques

La maladie apparaît principalement après une lésion cérébrale traumatique et une hémorragie dans la substance cérébrale. Signes d'atrophie sur les méthodes de recherche visuelle: le cortex est lissé, sa surface est réduite. La maladie a un pronostic relativement favorable avec une surveillance constante par un neurologue. Aux premiers stades des changements atrophiques, le cerveau active les capacités de compensation, de sorte que les fonctions supérieures ne changent pas.

Atrophie cérébrale généralisée

Il s'agit d'une atrophie systémique progressive de toutes les parties du cerveau final d'une personne. Cette forme de pathologie comprend l'atrophie du cortex et du cervelet. Le cerveau diminue de taille avec le temps. La plupart des capacités intellectuelles sont perdues à mesure qu'elles progressent.

La gravité de l'atrophie est déterminée par son degré:

Malnutrition cérébrale de 1 degré.

Il se caractérise par des manifestations minimes de la maladie. Les gens deviennent oublieux, pensent plus lentement, leur attention est distraite et leur vocabulaire diminue. Les propositions sont difficiles à rédiger. Difficulté à trouver des mots.

Le premier degré est le plus souvent asymptomatique. Les premiers signes sont considérés comme la fatigue, le manque de sommeil, le stress. Les patients hypocondriaques commencent à rechercher en eux-mêmes des maladies qui peuvent provoquer quelque chose de mal..

Lorsque vous contactez un médecin, vous pouvez ralentir la dynamique de la maladie, empêcher une augmentation du tableau clinique et restaurer partiellement les fonctions perturbées.

Le tableau clinique est caractérisé par une augmentation des défauts intellectuels. La capacité de mémoriser de nouvelles informations s'aggrave, les nouvelles compétences sont plus difficiles à maîtriser. Signes du 2e degré: diminution de la résistance à l'attention, détérioration de la mémoire à court terme, incapacité à prendre des décisions par eux-mêmes.

Maladie mentale accompagnée d'une atrophie cérébrale

La malnutrition du tissu nerveux provoque des affections neurodégénératives:

  1. La maladie d'Alzheimer. La pathologie est diagnostiquée après 65 ans. Cela commence par diminuer la quantité de RAM. Les gens ne peuvent pas se souvenir des événements d'hier ni de leur petit-déjeuner. Au fur et à mesure que vous progressez, la parole devient désordonnée, la mémoire à long terme se détériore. Les gens perdent la capacité de prendre soin d'eux-mêmes et oublient la zone: les personnes âgées se perdent facilement dans un environnement auparavant familier.
  2. Maladie de Pick, diagnostiquée dans 50 à 60 ans. Elle se caractérise par des lésions des lobes frontaux et temporaux. Les patients avec ce diagnostic ne vivent pas plus de 10 ans à partir du moment où il a été posé. La maladie s'accompagne d'une démence totale. La parole se désintègre, la séquence de la pensée est perturbée. La mémoire et l'attention sont gravement altérées.

L'anosognosie est une caractéristique distinctive des patients: les patients n'ont pas une évaluation critique de leur maladie et se considèrent en bonne santé. Leur comportement est passif et prévisible. Dans le discours, ils utilisent souvent des jurons. La maladie de Pick ressemble à la maladie d'Alzheimer, mais la première progresse beaucoup plus rapidement et est plus maligne.

Diagnostic et traitement

La maladie est diagnostiquée de manière exhaustive: un examen objectif, une conversation avec un médecin, une recherche instrumentale et un psychodiagnostic.

  • Un examen objectif implique l'étude de l'activité nerveuse élémentaire: l'activité des réflexes tendineux, la coordination des mouvements des yeux et des membres, l'exécution d'actions simples (nouer les lacets).
  • Au cours de la conversation, le médecin découvre le vocabulaire du patient, sa critique de sa maladie. L'état général est évalué: présence de conscience, satisfaction sanitaire en général.
  • La tâche des méthodes instrumentales est de visualiser les troubles atrophiques dans le cerveau par IRM, CT ou vasographie. Les chiffres obtenus étudient les changements organiques du télencéphale..
  • Avec l'aide de psychodiagnostics, un psychologue médical étudie le degré de perte des fonctions intellectuelles. Le médecin évalue la capacité à mémoriser, la séquence de pensée, la persistance de l'attention, le QI du patient et son état émotionnel.

Le traitement de l'atrophie génétiquement modifiée est symptomatique. Pour corriger les troubles émotionnels, des normotimiques sont prescrits - des médicaments qui stabilisent l'humeur. Les fonctions intellectuelles perdues ne sont pas restaurées, le patient a donc besoin de soins constants: hygiène, alimentation, apport de confort et de confort.

Le traitement médicamenteux agit uniquement comme une méthode auxiliaire. Le mieux que les proches peuvent donner est de prendre soin des malades. Le patient doit bénéficier du maximum de confort de vie, faciliter ses tâches ménagères, soutenir, stimuler et féliciter. Pour éviter la progression de la pathologie, il faut pratiquer une activité physique légère, marcher au grand air, lire et, si possible, résoudre des problèmes simples et des puzzles tels que Sudoku ou des mots croisés.

La prévention

Les facteurs de provocation doivent être évités: mener une vie saine, boire de l'alcool à des doses minimales et pas plus d'une fois par semaine. Il est nécessaire de formuler un régime contenant la plupart des oligo-éléments et des vitamines. La meilleure façon de prévenir l'atrophie et la démence est de s'engager dans le travail intellectuel et la créativité. Une étude réalisée en 2013 au Medical Science Center en Inde a révélé que l'apprentissage de nouvelles langues ou simplement la connaissance de deux langues retardait la dynamique de la maladie..

Causes de l'atrophie cérébrale

L'atrophie cérébrale est un processus pathologique chronique dont le résultat est une diminution progressive du nombre de cellules nerveuses en raison de leur mort, ainsi qu'une diminution du volume, de la masse et, par conséquent, des capacités fonctionnelles du système nerveux central..

Dans la très grande majorité des cas, la mort des cellules cérébrales est une condition secondaire, conséquence d'un processus pathologique qui empêche une nutrition adéquate et le fonctionnement des neurones cérébraux..

Pourquoi le cerveau s'atrophie?

  1. Lésions athéroscléreuses des vaisseaux cérébraux. La mort des cellules cérébrales commence lorsque les dépôts athéroscléreux, provoquant un rétrécissement de la lumière des vaisseaux sanguins, provoquent une diminution du trophisme des neurones, puis, au fur et à mesure que la maladie progresse, et leur mort. Le processus est diffusé. L'atrophie cérébrale causée par des lésions vasculaires athéroscléreuses est l'un des cas particuliers d'atrophie ischémique.
  2. Effets d'intoxication chronique. La mort des cellules nerveuses dans le cerveau sous cette forme de maladie est causée par l'effet destructeur des substances toxiques sur elles. L'alcool, les drogues, certains des produits pharmaceutiques, la nicotine peuvent avoir une influence similaire. Les exemples les plus clairs de ce groupe de maladies peuvent être considérés comme une encéphalopathie alcoolique et narcotique, lorsque des changements atrophiques dans le cerveau sont représentés par un lissage du relief des circonvolutions et une diminution de l'épaisseur du cortex cérébral, ainsi que des formations sous-corticales.
  3. Phénomènes résiduels de traumatisme cranio-cérébral. L'hypotrophie et l'atrophie du cerveau comme conséquence lointaine d'un traumatisme crânien sont généralement de nature locale. La mort des cellules nerveuses se produit dans la zone endommagée du cerveau; à leur place, des formations kystiques, des foyers de gliose ou des cicatrices se forment par la suite. Une telle atrophie est appelée post-traumatique.
  4. Insuffisance cérébrovasculaire chronique. Les causes les plus courantes de cette condition sont le processus athéroscléreux, qui réduit la perméabilité des vaisseaux cérébraux; hypertension artérielle et diminution liée à l'âge de l'élasticité des vaisseaux du lit capillaire cérébral.
  5. Maladies dégénératives du tissu nerveux. Ceux-ci incluent la maladie de Parkinson, la maladie d'Alzheimer, la maladie de Pick, la dégénérescence cérébrale avec des corps de Lewy et d'autres. À ce jour, il n'y a pas de réponse définitive sur les raisons du développement de ce groupe de maladies. Ces maladies ont une caractéristique commune sous la forme d'une atrophie se développant progressivement de diverses parties du cerveau, sont diagnostiquées chez des patients âgés et représentent au total environ 70 pour cent des cas de démence sénile..
  6. Hypertension intracrânienne. La compression de la moelle avec une augmentation à long terme de la pression intracrânienne peut entraîner des modifications atrophiques de la substance cérébrale. Les cas d'hypotrophie secondaire et d'atrophie cérébrale chez les enfants atteints d'hydrocéphalie congénitale en sont un bon exemple..
  7. Prédisposition génétique. À ce jour, les cliniciens connaissent plusieurs dizaines de maladies génétiquement déterminées, dont l'une des caractéristiques est des modifications atrophiques de la substance cérébrale. Un exemple est la chorée de Huntington.

Classification

En tenant compte de la prévalence du processus atrophique, les types suivants d'atrophie cérébrale sont distingués:

  1. L'atrophie corticale est caractérisée par la mort des neurones dans la substance corticale du cerveau, qui est observée dans l'hypertension artérielle, l'athérosclérose, l'intoxication et constitue la base des changements dits liés à l'âge dans le tissu nerveux. Avec une lésion prédominante du tissu nerveux, l'atrophie corticale devient la cause de la formation du syndrome dit frontal.
  2. Atrophie multifocale. Selon ce scénario, les événements se développent dans des conditions dégénératives et génétiquement déterminées. Dans ce cas, avec l'atrophie des neurones, des cellules souches cérébrales, du tissu cérébelleux et des nœuds nerveux basaux. Affecte le processus pathologique et la substance blanche. En raison de la lésion étendue, ce type d'atrophie cérébrale se caractérise par la multiplicité et la gravité des symptômes. La démence atteint un degré extrême, les troubles de l'équilibre et de la coordination, le parkinsonisme et les troubles autonomes sont très prononcés.
  3. Atrophie limitée du cerveau (locale). Le plus souvent, c'est la conséquence d'un traumatisme crânien ou d'un accident vasculaire cérébral. Les principales manifestations sont des symptômes focaux, dont la spécificité dépend de la zone et du degré de lésion du tissu nerveux..
  4. Atrophie diffuse. Ses causes sont des troubles dyscirculatoires ou des maladies neurodégénératives. Dans ce cas, le tissu cérébral est affecté uniformément..

Manifestations

Au fur et à mesure de sa progression, le processus pathologique passe par plusieurs étapes.

  1. Le stade des changements minimes. Un patient atteint d'une telle pathologie est capable de travailler, les activités habituelles ne lui causent aucune difficulté. Les signes d'atrophie à ce stade sont souvent attribués à des changements liés à l'âge et se limitent à une légère diminution de la fonctionnalité cognitive. De temps en temps, une diminution de la mémoire est perceptible, des difficultés à résoudre des problèmes complexes. Des changements de démarche, des épisodes de vertiges et des maux de tête sont possibles. Les déviations psycho-émotionnelles se traduisent par une diminution du fond affectif, des larmes, de l'irritabilité. Les restrictions sur l'activité vitale ne se produisent pas avec une atrophie cérébrale de grade 1.
  2. Au stade de l'atrophie modérée, il y a une aggravation des symptômes. Maintenant, une personne malade a besoin de conseils pour résoudre des problèmes complexes, démontre une violation progressive des réactions comportementales (jusqu'à la perte de la capacité de contrôler ses actions). La discoordination, les troubles du mouvement augmentent; l'adaptation sociale en souffre.
  3. L'atrophie cérébrale sévère du cerveau se caractérise par la progression des symptômes, dont le rythme dépend du nombre de cellules nerveuses mourantes. Il existe des troubles moteurs et mentaux globaux allant jusqu'à la démence. Les troubles de la mémoire progressent, atteignant le point d'oublier les noms et les buts des objets. Les fonctions végétatives sont également altérées et les troubles de la miction et de la déglutition sont typiques. Une personne malade en état de démence n'est pas socialement adaptée, perd la capacité de prendre soin d'elle-même, a besoin d'une surveillance et de soins constants.

En plus des manifestations générales, l'atrophie cérébrale s'accompagne de symptômes spécifiques, en fonction de l'intensité et de la position du processus pathologique..

Syndrome du lobe frontal

L'atrophie des lobes frontaux du cerveau se manifeste dans le complexe de symptômes suivant:

  • capacité réduite à se maîtriser;
  • disparition progressive de l'activité spontanée et créative;
  • irritabilité sévère;
  • des traits de caractère égoïstes apparaissent ou s'aggravent;
  • une personne malade est sujette à l'impulsivité, aux pannes affectives, à la grossièreté;
  • diminution de l'intelligence et de la mémoire, n'atteignant pas le niveau de démence;
  • une tendance à l'apathie et au manque de désirs;
  • hypersexualité, blagues primitives.

Atrophie cérébelleuse

L'atrophie cérébelleuse du cerveau s'accompagne des symptômes suivants:

  • troubles moteurs et de la parole sévères;
  • perte de capacité d'écriture;
  • cranialgie;
  • nausée et vomissements;
  • déficience auditive;
  • problèmes visuels.

Subatrophie cérébrale

Il est donc courant d'appeler l'état limite, accompagné d'une perte partielle des fonctions d'une certaine partie de la substance cérébrale. La subatrophie cérébrale est une étape à laquelle la progression du processus pathologique peut encore être arrêtée. L'apparition d'un ou de plusieurs symptômes indique qu'une personne a besoin d'un examen détaillé, comprenant un examen neurologique et une étude des fonctions intellectuelles. Un diagnostic tardif entraînera la progression de la pathologie et le développement d'une atrophie de la substance cérébrale.

Manifestations typiques des changements subatrophiques:

  • réactions quelque peu inhibées;
  • violations mineures de la motricité fine;
  • troubles de la mémoire épisodiques transitoires.

Atrophie cérébrale infantile

L'atrophie cérébrale chez les nouveau-nés est généralement associée aux conditions pathologiques suivantes:

  • hydrocéphalie;
  • malformations congénitales de l'ontogenèse du cerveau;
  • manque d'oxygène des neurones à la suite d'une hypoxie néonatale.

Facteurs pouvant conduire à ces pathologies:

  • l'effet des rayonnements ionisants sur le fœtus au cours de son développement;
  • l'action de certains groupes de médicaments;
  • consommation d'alcool ou de drogues par la femme pendant la grossesse;
  • prédisposition héréditaire;
  • facteur infectieux (à la fois avant et après l'accouchement);
  • complications de la grossesse et de l'accouchement, traumatisme à la naissance.

Les cerveaux des enfants sont très flexibles et ont une plus grande réserve que les adultes pour la restauration de leurs fonctions normales. En cas de lésions sévères, la privation d'oxygène des neurones cérébraux entraîne des conséquences assez graves (paralysie cérébrale, oligophrénie).

Diagnostique

  1. Pour la visualisation, il est conseillé d'utiliser la méthode d'imagerie par résonance magnétique. Cette technique permet de connaître avec une grande précision la localisation du foyer d'atrophie, le degré de sa prévalence, la structure et la taille de la zone atrophiée. L'IRM permet à la fois d'identifier la maladie aux tout premiers stades, lorsque le tissu nerveux commence à peine à s'atrophier, et d'observer le processus en dynamique, en suivant le rythme de sa progression.
  2. Tests visant à identifier les troubles intellectuels et mnésiques (la méthode implique un contact entre le patient et le médecin, elle est donc applicable chez l'adulte).

Traitement

Les maladies atrophiques du cerveau sont caractérisées, en règle générale, par une évolution progressivement progressive. À ce jour, aucun moyen n'a été créé pour arrêter complètement le processus d'atrophie.
Le traitement de l'atrophie cérébrale est effectué dans deux directions principales:

  1. Traitement de la maladie sous-jacente qui a conduit à l'apparition du processus pathologique (traitement antihypertenseur pour l'hypertension artérielle, statines pour l'athérosclérose vasculaire). Avec l'étiologie alcoolique de la pathologie que nous envisageons, le patient doit renoncer à la mauvaise habitude afin d'éviter la progression de l'atrophie. Le patient doit être expliqué de quoi il s'agit et que cette condition est irréversible..
  2. Thérapie symptomatique qui minimise les manifestations de la maladie. Les sautes d'humeur aident à niveler les composés psychoactifs, les médicaments vasoactifs améliorent l'hémodynamique et le trophisme du tissu nerveux.

Le traitement de l'atrophie cérébrale doit être débuté le plus tôt possible afin de ralentir le processus pathologique le plus tôt possible et le moins possible l'atrophie des neurones. Cela déterminera combien de temps une personne vit dans un état conscient, car l'atrophie du cortex cérébral peut conduire relativement rapidement à la démence.

Avec des changements atrophiques dans le cerveau, le traitement est mieux effectué dans l'environnement habituel du patient - à la maison. Cependant, pour les cas où les proches qui vivent avec le patient ne peuvent pas faire face, une hospitalisation dans des institutions spécialisées est indiquée..

Atrophie cérébrale

Quelles sont les atrophies cérébrales

Les changements subatrophiques dans le cerveau précèdent la mort globale des neurones

À ce stade, il est important de diagnostiquer une maladie cérébrale à temps et d'empêcher le développement rapide de processus atrophiques

Par exemple, avec l'hydrocéphalie cérébrale chez l'adulte, les vides libres libérés à la suite de la destruction commencent à se remplir de manière intensive de liquide céphalo-rachidien libéré. Ce type de maladie est difficile à diagnostiquer, mais un traitement approprié peut retarder le développement ultérieur de la maladie..

Des modifications du cortex et de la substance sous-corticale peuvent être causées par la thrombophilie et l'athérosclérose, qui, en l'absence de traitement approprié, provoquent d'abord une hypoxie et un apport sanguin insuffisant, puis la mort des neurones dans la zone occipitale et pariétale, le traitement consistera donc à améliorer la circulation sanguine.

Atrophie alcoolique du cerveau

Les neurones du cerveau sont sensibles aux effets de l'alcool, par conséquent, la consommation de boissons contenant de l'alcool perturbe initialement les processus métaboliques et une dépendance se produit..

Les produits de décomposition de l'alcool empoisonnent les neurones et détruisent les connexions neuronales, puis il y a une mort progressive des cellules et, en conséquence, une atrophie cérébrale se développe.

En raison de l'effet destructeur, non seulement les cellules cortico-sous-corticales souffrent, mais aussi les fibres du tronc cérébral, les vaisseaux sanguins sont endommagés, les neurones rétrécissent et leurs noyaux sont déplacés..

Les conséquences de la mort cellulaire sont évidentes: avec le temps, les alcooliques perdent leur estime de soi, la mémoire diminue. Une utilisation ultérieure entraîne une intoxication encore plus grande du corps, et même si une personne a changé d'avis, elle développe toujours la maladie d'Alzheimer et la démence, car les dommages sont trop importants..

Atrophie multisystémique

L'atrophie cérébrale multisystémique est une maladie évolutive. La manifestation de la maladie consiste en 3 troubles différents, qui se combinent de différentes manières, et le tableau clinique principal sera déterminé par les principaux signes d'atrophie:

  • parkionisme;
  • destruction du cervelet;
  • troubles végétatifs.

Pour le moment, les causes de cette maladie sont inconnues. Diagnostiqué par IRM et examen clinique. Le traitement consiste généralement en des soins de soutien et en atténuant les effets des symptômes sur le patient.

Atrophie corticale

Le plus souvent, l'atrophie corticale du cerveau survient chez les personnes âgées et se développe en raison de changements séniles. Affecte principalement les lobes frontaux, mais une propagation à d'autres parties est possible. Les symptômes de la maladie n'apparaissent pas immédiatement, mais conduisent finalement à une diminution de l'intelligence et de la capacité de se souvenir, de la démence, un exemple frappant de l'influence de cette maladie sur la vie humaine est la maladie d'Alzheimer. Le plus souvent diagnostiqué avec une étude approfondie utilisant l'IRM.

La propagation diffuse de l'atrophie accompagne souvent une altération du flux sanguin, une détérioration de la réparation des tissus et une diminution des performances mentales, un trouble de la motricité fine des mains et de la coordination des mouvements, le développement de la maladie modifie radicalement le mode de vie du patient et conduit à une invalidité complète. Ainsi, la démence sénile est une conséquence de l'atrophie cérébrale..

L'atrophie corticale bipartiale la plus connue, appelée maladie d'Alzheimer.

Atrophie cérébelleuse

La maladie consiste en des dommages et la mort de petites cellules cérébrales. Les premiers signes de la maladie: discoordination des mouvements, paralysie et troubles de la parole.

Les modifications du cortex cérébelleux provoquent principalement des affections telles que l'athérosclérose vasculaire et les maladies néoplasiques du tronc cérébral, les maladies infectieuses (méningite), les carences en vitamines et les troubles métaboliques.

L'atrophie cérébelleuse s'accompagne de symptômes:

  • violation de la parole et de la motricité fine;
  • mal de crâne;
  • nausée et vomissements;
  • diminution de l'acuité auditive;
  • troubles visuels;
  • l'examen instrumental montre une diminution de la masse et du volume du cervelet.

Le traitement consiste à bloquer les signes de la maladie avec des neuroleptiques, à restaurer les processus métaboliques, les cytostatiques sont utilisés pour les tumeurs, il est possible d'éliminer les formations par chirurgie.

Comment être la famille d'un patient

Tout ce dont les patients disposent est de soulager les symptômes et de ralentir le processus pathologique. Les médicaments aideront à augmenter l'espérance de vie d'une personne de plusieurs années et à la calmer.

Le patient a besoin de soins et de traitement. Mais dans le cas d'un dépérissement progressif de la substance cérébrale, une approche individuelle d'un membre de la famille en mauvaise santé est nécessaire..

Comment être parent?

  • Acceptez que la personne soit malade et souvent hors de contrôle de ses émotions. Il peut crier, offenser, se mettre en colère. Mais ce sont les conséquences de la mort des cellules cérébrales, et non une vraie relation avec un parent. Par conséquent, la famille doit être patiente et apprendre à répondre plus facilement aux grognements, à la colère et aux picotements du patient..
  • Offrez au patient la tranquillité d'esprit et la possibilité de vaquer à ses activités habituelles. Vivre dans des conditions familières et faire des activités normales devrait avoir un effet bénéfique sur la personne. Aux stades non critiques, il est recommandé de laisser le patient à la maison plutôt que de l'hospitaliser.
  • Gardez une personne en vue 24 heures sur 24. Donnez des médicaments à temps, aidez à arrêter de dormir pendant la journée. Soyez prêt à ce que l'atrophie du cortex cérébral finisse par conduire le patient à devenir incapable de prendre soin de lui-même. Et il aura besoin de plus de soins. Vous devez également vous préparer à la prochaine étape - la mort..
  • Promouvoir l'activité physique du patient. Selon l'âge, cela peut être des cours de gym, du jogging matinal, une simple marche au grand air..
  • Fournir un régime au patient. Éliminez la restauration rapide, l'alcool, la nicotine. Les fruits, légumes et autres produits sains doivent être mis à leur place..

La maladie progresse et le patient a besoin de soins. Les problèmes de déglutition d'aliments liquides ou solides apparaissent en premier, les mouvements indépendants et le contrôle de la miction et de la défécation sont altérés.

Les proches du patient peuvent être confrontés aux problèmes suivants:

  1. Inscription d'un groupe de personnes handicapées;
  2. Recevoir une aide sociale;
  3. Recherche d'informations sur les soins aux patients.

Il est possible d'affecter un patient à une maison de soins infirmiers où un personnel qualifié prendra soin du patient. Les pensions pour personnes atteintes d'une telle maladie travaillent sur une base rémunérée, une journée de séjour coûte à partir de 1500 roubles.

Lien vers le groupe de soutien européen pour les patients atteints de MSA, ainsi que des témoignages de patients en russe et dans d'autres langues.

  1. La progression des phénomènes dégénératifs est combattue avec succès par un régime quotidien rationnel, une bonne nutrition et une activité physique dosée. Un mode de vie sain est un remède universel qui contribue à augmenter l'espérance de vie, comme on dit, dans un esprit sain.
  2. Élimination complète des facteurs d'influence toxiques. Cela est particulièrement vrai pour l'encéphalopathie toxique. Après avoir déterminé comment traiter la pathologie, le médecin traitant doit convaincre le patient d'exclure tous les facteurs nocifs.
  3. Traitement antihypertenseur de fond. Les tissus nerveux s'atrophient progressivement, de sorte que le traitement antihypertenseur précoce est prescrit, plus le patient peut vivre longtemps aux premiers stades de la dégénérescence.
  4. Alimentation équilibrée. Une alimentation équilibrée permet d'éviter de nombreuses anomalies métaboliques (notamment l'équilibre lipidique).
  5. Activité intellectuelle. Cette condition est obligatoire car elle stimule les cellules nerveuses à agir..

Les raisons

La liste des facteurs possibles et des coupables du trouble est large. Si vous nommez le plus courant:

  • L'influence des rayonnements ionisants. Ce serait une erreur de penser que seuls les travailleurs des centrales nucléaires ou les sous-mariniers subissent des radiations. Dans de nombreuses régions de résidence, en particulier dans les pays de l'ex-Union soviétique, la concentration est considérablement augmentée. Ce qui affecte la santé d'une manière moins évidente.
  • Exposition au corps de substances toxiques, de produits chimiques. Jusqu'aux pesticides, exhausteurs de cultures et autres composants.
  • Anomalies génétiques. Les défauts du biomatériau peuvent provoquer des troubles du système nerveux central chez les enfants. C'est une raison courante. L'atrophie cérébrale ne se manifeste pas toujours immédiatement, souvent un déclencheur est nécessaire pour commencer, un déclencheur.
  • Lésion cérébrale reportée. Par le type d'ecchymoses, de commotions cérébrales et de conditions plus dangereuses.
  • Neuroinfection. Méningite, encéphalite comme majeure.
  • Augmentation de la concentration de liquide céphalo-rachidien, hydrocéphalie et, par conséquent, augmentation de la pression intracrânienne.

Certaines maladies associées à une altération de la circulation sanguine dans le cerveau (athérosclérose, thrombose, hypoplasie artérielle, hypertension artérielle, insuffisance vertébro-basilaire, etc.).

Raisons principales

Parmi les facteurs qui ont contribué au fait que le cerveau commence à s'atrophier, on distingue:

  • Diminution de la capacité de régénération du corps.
  • Réduction du stress mental.
  • Violations de l'apport sanguin aux tissus cérébraux en raison du fait que la capacité des vaisseaux diminue.
  • Le sang commence à être saturé d'oxygène dans une moindre mesure, ce qui provoque des phénomènes ischémiques chroniques des tissus nerveux.
  • Les facteurs génétiques sont activés.

Il existe des cas où une telle pathologie est observée à l'âge adulte. Les raisons ici seraient:

  • traumatisme, en particulier ceux accompagnés d'un œdème cérébral;
  • consommation d'alcool à long terme;
  • la présence d'un kyste (par exemple, un arachnoïde) ou de formations tumorales dans le cerveau, qui entraînent également une compression des vaisseaux sanguins;
  • opération neurochirurgicale en cours;
  • basse pression accompagnant constamment;
  • prendre des médicaments vasoconstricteurs;
  • hydrocéphalie;
  • anémie;
  • pathologies infectieuses du cerveau de formes aiguës et chroniques.

Les conditions préalables au développement de la maladie peuvent être différentes, cependant, les raisons suivantes de l'atrophie cérébrale sont le plus souvent distinguées:

  • Mutations héréditaires et mutagenèse spontanée.
  • Effets radiobiologiques.
  • Maladies infectieuses du système nerveux central.
  • Dropsie du cerveau.
  • Modifications pathologiques des vaisseaux cérébraux.
  • Lésion cérébrale traumatique.

Les anomalies génétiques qui peuvent causer la maladie comprennent la maladie de Pick, qui survient à un âge avancé. La maladie progresse sur 5 à 6 ans et se termine par la mort.

Des effets radiobiologiques peuvent être causés par une exposition à des rayonnements ionisants, bien que l'étendue de ses effets négatifs soit difficile à évaluer.

Les neuroinfections entraînent une inflammation aiguë, après quoi une hydrocéphalie se développe. Le liquide qui s'accumule dans ce cas exerce un effet compressif sur le cortex cérébral, qui est le mécanisme de l'endommagement. La dropsie du cerveau peut également être une maladie congénitale indépendante..

L'atrophie cérébrale du cerveau est le plus souvent le résultat de processus pathologiques se produisant dans le corps humain. De plus, plusieurs facteurs peuvent devenir à la fois la cause de la maladie, aggravant la situation. L'atrophie cérébrale peut résulter de.

Anomalies génétiques

Des changements atrophiques se produisent dans le contexte du développement de la maladie de Pick et d'Alzheimer. Pour la maladie de Pick, tout d'abord, la défaite des lobes frontaux et temporaux est caractéristique, ce qui se manifeste par des symptômes spécifiques chez le patient. Ces symptômes, associés aux méthodes de diagnostic instrumental, permettent d'identifier rapidement et précisément la pathologie.

L'athérosclérose est lourde de formation de plaques et de blocage des vaisseaux sanguins, ce qui interfère avec la circulation sanguine et la nutrition cellulaire. Cette pathologie conduit à une privation d'oxygène des neurones cérébraux et à la mort ultérieure..

Intoxication des cellules cérébrales

Obtenu à la suite de l'utilisation de boissons alcoolisées, de médicaments puissants. Avec cet effet, le cortex cérébral et les structures sous-corticales sont affectés. Les cellules cérébrales ont une faible capacité à se régénérer et, avec un impact négatif constant et prolongé, le processus pathologique est aggravé.

Dommages, y compris ceux résultant d'interventions neurochirurgicales. L'atrophie corticale peut résulter d'une vasoconstriction. Lorsque la tête est blessée, les vaisseaux sanguins peuvent également être endommagés, ce qui laisse les cellules cérébrales sans nutrition, elles commencent à mourir.

Augmentation de la pression intracrânienne

Anémie chronique

Avez un faible taux de globules rouges ou d'hémoglobine. Cela conduit à une perturbation du processus de circulation de l'oxygène, par conséquent, une quantité suffisante d'oxygène ne s'écoule pas vers les cellules cérébrales, la mort des cellules cérébrales se produit.

Types et étapes de la violation

Dans la pratique médicale, il existe trois degrés de troubles dégénératifs dans le cerveau:

  1. Degré facile. Elle se caractérise par une perte de compétences professionnelles, une apathie envers ce qui se passe autour. Le patient ne s'intéresse pas aux sujets qui étaient auparavant considérés comme son passe-temps. Dans ce degré de maladie, l'orientation et la conscience restent.
  2. Degré moyen. Le patient fait face à des compétences d'hygiène personnelle, mais peut oublier les règles d'utilisation des appareils ménagers. Ces personnes ont souvent besoin d'aide, les laisser sans surveillance est dangereux..
  3. Degré sévère. Les patients perdent leur orientation dans l'espace et sont incapables de répondre à leurs propres besoins.

Les maladies dégénératives du cerveau peuvent être exprimées sous forme totale ou lacunaire.

  1. La forme totale du trouble est caractérisée par une faible émotivité et une apathie. La dégradation de la personnalité se produit.
  2. La forme lacunaire (partielle) est caractérisée par une perturbation de la mémoire à court terme. Mais le «noyau de la personnalité» demeure.

L'évolution de la maladie se déroule par étapes:

  1. La prédémie est un stade de la maladie caractérisé par une perte de mémoire. distraction et apathie. La capacité de penser de manière abstraite est réduite. Ainsi, les violations affectent de nouvelles couches de mémoire..
  2. La dégénérescence précoce (le deuxième stade de la maladie) est caractérisée par des troubles plus prononcés. Une maladie évolutive se traduit par une activité motrice altérée, un discours incohérent. Le patient ne peut pas toujours exprimer ses pensées, ses mouvements sont ridicules, mais en même temps les restes de mémoire et de raison sont préservés.
  3. La démence modérée (troisième stade) se manifeste par le fait qu'une personne commence à confondre les mots, ne reconnaît pas ses proches, perd partiellement ses compétences en lecture et en écriture. Des éléments de délire peuvent survenir. Une personne âgée peut quitter la maison, mais il ne lui est pas possible de revenir en raison de troubles de la conscience. En plus de ces symptômes, les patients perdent le contrôle des besoins naturels du corps..
  4. Après ces étapes, une démence sévère s'installe. Une personne ne parle pratiquement pas, ne sort pas du lit et perd la capacité d'effectuer les mouvements les plus élémentaires. Dans ce cas, l'épuisement du corps se produit. La mort survient à la suite d'une pneumonie ou d'escarres survenant dans de telles conditions.

Mesures préventives et thérapeutiques

Le traitement de l'atrophie cérébrale est effectué après le diagnostic, dont les résultats comprennent des études de localisation, la détermination du stade de la maladie. Les événements subatrophiques initiaux préfigurent la nature globale de la mort neuronale

Il est très important d'identifier la maladie à temps afin que les processus ne puissent pas se développer ou qu'ils puissent être retardés

Types de diagnostics

Lorsque des changements de facteurs comportementaux surviennent, il est difficile de poser un diagnostic; un certain nombre d'études sont prescrites à cet effet. Le médecin peut identifier l'endroit où la structure cérébrale s'est effondrée.

Les méthodes suivantes aident:

  • Examen, collecte de données à partir des paroles du patient, de ses proches.
  • Tester le niveau de réflexion. Déterminer la gravité de la condition.
  • La radiographie détecte les tumeurs, les kystes et les lésions.
  • L'IRM vous permet de voir les détails des changements dans la substance du cortex et de la région sous-corticale. Les images aident à identifier les lésions aux premiers stades.
  • La tomodensitométrie montre les conséquences d'un accident vasculaire cérébral, des lésions vasculaires. Établit les causes de l'hémorragie, détermine l'emplacement des formations kystiques - les causes des troubles circulatoires.
  • Tomographie multispirale - une nouvelle méthode de diagnostic à un stade précoce.

Le spécialiste utilise les résultats de la recherche pour diagnostiquer et prescrire un traitement.

Thérapie

Sans traitement, un état d'hypoxie apparaîtra dans les zones du tissu cérébral et de la substance, l'apport sanguin ne sera pas suffisant. Dans les parties occipitales et pariétales, les neurones mourront. La thérapie vise souvent à stimuler la circulation sanguine. Si les changements sont insignifiants, il est possible d'arrêter la mort cellulaire, améliorant ainsi l'état du patient. Pour ce faire, utilisez des dispositifs médicaux, des recommandations de style de vie.

Les médicaments suivants sont utilisés: neurostimulants, tranquillisants, antidépresseurs, sédatifs.

La thérapie soulage les symptômes, mais la maladie n'est traitée qu'au stade de la guérison. Le médecin choisit les remèdes en fonction du type de maladie, du type de troubles fonctionnels. Si le cortex du cervelet est endommagé, le mouvement doit être rétabli. En outre, des médicaments sont nécessaires pour réduire les tremblements, améliorer le métabolisme, la circulation sanguine dans le cerveau et prévenir le manque d'oxygène. Les vitamines et les antioxydants aident à améliorer le métabolisme. Parfois, la chirurgie est utilisée. Un exemple est le stenting de vaisseau en présence d'une plaque athéroscléreuse, le retrait d'une partie d'une artère. En plus du shunt, élimination du liquide céphalo-rachidien.

Remèdes populaires

Les méthodes de traitement traditionnelles, comme les méthodes médicales officielles, ont pour objectif de réduire les manifestations des symptômes. En utilisant des préparations à base de plantes, vous pouvez réduire l'intensité des facteurs négatifs. Par exemple, une recette de tisane est recommandée. Un mélange d'herbes en proportions égales est brassé dans un thermos: agripaume, origan, ortie, prêle.

Le bouillon infusé pendant la nuit est pris trois fois par jour. Les mélanges de baies sont également utiles: épine-vinette, cynorrhodons, viorne. Ils doivent être brassés et insistés dans un thermos pendant 8 heures, en ajoutant du miel, en buvant en toute quantité.

La prévention

Le soulagement de la maladie est obtenu par un certain nombre de règles qui ne sont pas si difficiles à suivre. Une fois le diagnostic établi, il est conseillé au patient de rester dans un environnement familier pour éviter le stress. Nous avons besoin autant que possible de stress physique et mental, les exercices, l'activité sont utiles. L'équilibre alimentaire et la routine quotidienne sont essentiels, tout comme éviter les mauvaises habitudes..

Nutrition

En tant que régime, vous devez supprimer les aliments malsains qui sont difficiles à digérer de l'alimentation. C'est de la restauration rapide. Il est également souhaitable d'exclure au minimum la farine, ainsi que les viandes fumées, frites, salées. Vous ne pouvez pas boire d'alcool. Le poisson, les noix, les suppléments de vitamines vertes, qui contiennent toutes les combinaisons de substances nécessaires, sont utiles. Les fruits frais, les produits laitiers fermentés jouent un rôle important.

Principales manifestations

L'atrophie cérébrale se manifeste en fonction de la partie des changements pathologiques du cerveau qui ont commencé. Peu à peu, le processus pathologique se termine par la démence.

Au début du développement, l'atrophie affecte le cortex cérébral. Cela conduit à des écarts de comportement, à des actions inappropriées et non motivées et à une diminution de l'autocritique. Le patient devient bâclé, instable émotionnellement et des états dépressifs peuvent se développer. La capacité de se souvenir et l'intelligence sont altérées, ce qui se manifeste déjà dans les premiers stades.

Les symptômes augmentent progressivement. Le patient non seulement ne peut pas travailler, mais aussi en libre-service. Il y a des difficultés importantes à manger et à utiliser les toilettes. Une personne ne peut pas accomplir ces tâches sans l'aide d'autres personnes..

Le patient cesse de se plaindre que son intellect s'est détérioré parce qu'il est incapable de l'apprécier. S'il n'y a aucune plainte à propos de ce problème, les lésions cérébrales sont passées à la dernière étape. Il y a une perte d'orientation dans l'espace, une amnésie apparaît, une personne ne peut pas dire son nom et son lieu de résidence.

Si la maladie est héréditaire, le travail du cerveau se détériore assez rapidement. Cela prend plusieurs années. Les dommages dus à des troubles vasculaires peuvent évoluer sur plusieurs décennies..

Le processus pathologique se développe comme suit:

  1. Au stade initial, les changements dans le cerveau sont faibles, de sorte que le patient mène une vie normale. Dans le même temps, l'intellect est légèrement altéré et la personne ne peut pas résoudre des problèmes complexes. La démarche peut légèrement changer, les maux de tête et les étourdissements sont dérangeants. Le patient souffre d'une tendance aux états dépressifs, à l'instabilité émotionnelle, aux larmes, à l'irritabilité. Ces manifestations sont généralement attribuées à l'âge, à la fatigue, au stress. Si vous commencez le traitement à ce stade, vous pouvez ralentir le développement de la pathologie..
  2. La deuxième étape s'accompagne d'une aggravation des symptômes. Des changements dans la psyché et le comportement sont observés, la coordination des mouvements est altérée. Le patient ne peut pas contrôler ses actions, ses actions manquent de motivation et de logique. Le développement modéré de l'atrophie réduit la capacité de travail et perturbe l'adaptation sociale.
  3. Un degré sévère de la maladie entraîne des dommages à l'ensemble du système nerveux, qui se manifestent par une altération de la motricité et de la démarche, une perte de la capacité d'écrire et de lire et d'effectuer des actions simples. La détérioration de l'état mental s'accompagne d'une augmentation de l'excitabilité ou de l'absence totale de tout désir. Le réflexe de déglutition est altéré et l'incontinence urinaire est fréquente.

Au dernier stade, la capacité de travailler, la communication avec le monde extérieur est complètement perdue. La personne développe une démence persistante et ne peut pas effectuer les actions les plus simples. Par conséquent, les proches doivent le surveiller en permanence..

Traitement

Un traitement complexe étiotrope et symptomatique est généralement utilisé.

Les traitements pharmacologiques de l'atrophie cérébrale comprennent:

  • Médicaments nootropes (piracétam) pour l'ischémie.
  • Correcteurs de circulation cérébrale (cavinton).
  • Antidépresseurs (amitriptyline, valdoxan).
  • Tranquillisants (phénazépam).
  • Sédatifs (validol, extrait d'agripaume, valériane).
  • Vitamines pour les vaisseaux sanguins A, B, C, E pour améliorer le métabolisme.
  • Antihypertenseurs (énalapril).
  • Diurétiques (furosémide) pour l'hydrocéphalie.
  • Médicaments lipidiques (statines) pour l'athérosclérose.
  • Agents antiplaquettaires (acide acétylsalicylique) avec formation accrue de thrombus.


Suppléments et vitamines pour améliorer la mémoire

Dans les cas cliniques graves, des méthodes chirurgicales de traitement sont utilisées: stenting et pontage vasculaire.

Malheureusement, il n’existe pas de traitement ciblé contre l’atrophie cérébrale. En règle générale, le traitement est prescrit par un médecin après le diagnostic de la maladie sous-jacente sur la base des résultats des examens (TDM, ponction lombaire, IRM, etc.). Il vise à faciliter la vie du patient, à éliminer les symptômes et potentiellement à guérir la cause sous-jacente..

Les conditions conduisant à la démence manquent également de mesures thérapeutiques efficaces; seuls les médicaments de soulagement des symptômes et le soutien (spécialisé et à domicile) sont disponibles. Aujourd'hui, seule la méthode en développement d'utilisation des cellules souches peut arrêter certaines maladies. Peut-être, grâce aux dernières méthodes, une personne pourra vivre avec un cerveau sain jusqu'à un âge avancé..

Les maladies atrophiques du cerveau sont caractérisées, en règle générale, par une évolution progressivement progressive. À ce jour, aucun moyen n'a été créé pour arrêter complètement le processus d'atrophie. Le traitement de l'atrophie cérébrale s'effectue dans deux directions principales:

  1. Traitement de la maladie sous-jacente qui a conduit à l'apparition du processus pathologique (traitement antihypertenseur pour l'hypertension artérielle, statines pour l'athérosclérose vasculaire). Avec l'étiologie alcoolique de la pathologie que nous envisageons, le patient doit renoncer à la mauvaise habitude afin d'éviter la progression de l'atrophie. Le patient doit être expliqué de quoi il s'agit et que cette condition est irréversible..
  2. Thérapie symptomatique qui minimise les manifestations de la maladie. Les sautes d'humeur aident à niveler les composés psychoactifs, les médicaments vasoactifs améliorent l'hémodynamique et le trophisme du tissu nerveux.

Symptômes

Le tableau clinique est déterminé par la localisation du trouble. Si nous prenons un complexe généralisé de manifestations, nous pouvons nommer deux groupes principaux:

  • Troubles de l'activité nerveuse plus élevée.
  • Problèmes de comportement et d'autorégulation.

Le premier renvoie à l'augmentation des phénomènes de déficit.

Lorsque les lobes frontaux sont touchés, les symptômes suivants apparaissent:

  • Faiblesse des muscles squelettiques. Diminution du ton. Au point d'impossibilité de se déplacer normalement.
  • Vertiges sévères. Problèmes de coordination des mouvements. Une personne est souvent obligée de limiter l'activité physique afin de ne pas provoquer une augmentation des violations.
  • Crises épileptiques avec crises tonico-cloniques sévères. Tension et contractions musculaires douloureuses. La répétition des épisodes est possible plus d'une fois.
  • Troubles du comportement (voir ci-dessous).

L'implication dans le processus pathologique des lobes temporaux s'accompagne du développement des symptômes suivants:

  • Troubles de la parole. Aphasie du type d'incapacité à parler. La structure lexicale devient pauvre. Le vocabulaire aussi. Une personne perd toutes les compétences de communication verbale.
  • Problèmes d'audition. Jusqu'à la perte complète de ce sentiment.
  • Hallucinations. Comme des voix dans ma tête. Extraits audio obscurs.
  • Crises d'épilepsie. Idem que pour les lobes frontaux.

La destruction et l'irritation de la région pariétale s'accompagnent d'une clinique sévère:

  • La sensibilité des tissus diminue.
  • Une personne est incapable de reconnaître les objets les yeux fermés.
  • Dans les situations difficiles, le déni de ses propres parties du corps se produit. Le patient prétend qu'il n'a ni bras, ni jambes, ni organes.
  • Possible perte d'odeur ou affaiblissement important.

Les modifications atrophiques du cerveau au niveau des lobes occipitaux s'accompagnent de symptômes visuels:

  • Baisse de l'acuité visuelle.
  • Les hallucinations les plus simples sous forme d'étincelles, d'étoiles.
  • Peut-être une cécité complète dans un ou les deux yeux.

Ces manifestations augmentent progressivement, s'intensifient sans correction médicale en quelques mois..

L'atrophie cérébelleuse s'accompagne de vertiges, d'une altération de la coordination, d'une incapacité à s'orienter dans l'espace.

En plus des manifestations décrites, la dégradation personnelle augmente. Elle se fait connaître de trois manières:

  • L'intellect tombe. La productivité de la pensée s'avère insuffisante. Le patient est dans un état de déclin progressif des fonctions cognitives. La mémoire en souffre également. Ces moments sont clairement visibles lors de la réussite de tests spécifiques. Même le plus simple.
  • Le comportement est altéré. Les traits de personnalité les plus négatifs sont soulignés. Agressivité, irritabilité, larmoiement et tendance aux scandales, suspicion chair à la paranoïa. Il est impossible d'interagir normalement avec une telle personne..
  • Enfin, la composante émotionnelle en souffre. Si dans les premiers stades de l'atrophie du cortex cérébral et d'autres structures, le patient est agité, déprimé, présente un effet vif, à mesure que le trouble progresse, tout est exactement le contraire. L'apathie, l'indifférence apparaît. Déviations volitives comme dans la schizophrénie aux stades ultérieurs. L'autisme se développe progressivement.

Les symptômes de l'atrophie cérébrale sont sévères. Si rien n'est fait à temps, il n'y a aucune chance de régression spontanée. Cela ne fera qu'empirer. L'utilisation systématique de médicaments est nécessaire.