Le cerveau est essentiellement un mécanisme complexe avec une réponse dynamique de résonance.

Grâce à des facteurs externes, il est capable de changer le rythme de son activité..

Il est structuré par électropolarisation naturelle, par rapport à l'activité dont les possibilités de la sphère énergétique changent également..

informations générales

Les rythmes du cerveau se révèlent sous forme d'apparition dans la conscience d'images et d'idées, changeant vivement les représentations. Les courants de pensée en forme de vague peuvent être larges et violents, similaires à une tempête à plusieurs points, et peuvent être de petits pétoncles qui forment des ondulations permanentes à la surface..

L'ampleur de ces alternances d'idées est sujette à la force et à l'ordre des pensées et à l'éclat de la perception, qui de l'intérieur affecte les pensées de la composante consciente de la personnalité.

L'origine rythmique de la conscience est active non seulement dans son degré mental le plus élevé, construit par leur variabilité de perception, d'humeur, mais aussi sur un faible degré de la psyché, caractérisé par différents taux complexes d'électroactivité de GM.

Classification des rythmes

Il convient de noter que les rythmes cérébraux découverts par les efforts de nombreux scientifiques, qui correspondent à l'état ordinaire de la conscience humaine, ont été mentionnés dans les temps anciens dans les tracts philosophiques indiens, où ils étaient appelés:

  • être éveillé pendant la journée;
  • l'état de sommeil avec des rêves;
  • un état de sommeil sans rêves;
  • immersion profonde pour la libération.

Six vibrations de fréquences différentes se retrouvent dans le crâne humain:

L'apparition de ces alternances est due à différents états du MJ.

Rythme alpha

Ces vibrations sont humaines. C'est ce qui sépare l'homme de toute la faune de la planète. Chez les animaux, seuls des fragments séparés et instables de ces rythmes ont été enregistrés..

Des vibrations similaires chez les enfants se développent à l'âge de 2 à 4 ans. Chez un adulte, on les retrouve les yeux fermés et une relaxation complète. En parallèle, tous les indicateurs biologiques et électriques ralentissent et les vibrations de 8 à 13 Hz augmentent. Selon les expériences réalisées, afin d'assimiler de nouvelles connaissances, les alternances alpha devraient être stimulées en GM. Avec la relaxation, sans se concentrer sur un problème spécifique, vient l'état de repos, qui est devenu "l'état alpha".

Dans le kung fu et d'autres exercices martiaux orientaux, on l'appelle l'état de shifu (maître), car dans le séjour indiqué du cerveau humain, la réaction des fibres musculaires augmente de dix fois ou plus, par rapport aux ondes bêta typiques. Chez chaque individu, les ondes alpha et bêta prévalent pendant l'état de veille. Dans le même temps, une augmentation du premier, protège le corps de la dépression et du stress, augmente la capacité d'une personne à mieux percevoir le matériel éducatif et un repos de qualité. De plus, le corps produit des enképhalines et des bêta-endorphines. C'est comme des «drogues» naturelles, des substances qui procurent détente et bonheur..

Comme l'ont établi les scientifiques, les vibrations alpha du GM résonnent avec l'alternance centrale des vibrations dans l'atmosphère terrestre, les ondes de Schumann. Cette circonstance implique que lorsque le MJ d'une personne est en mode onde alpha active, l'individu a un accès illimité à tout le volume d'informations dans l'atmosphère. La compétence d'harmoniser le rythme de l'activité des MJ avec l'atmosphère terrestre en alternance fournit des capacités extrasensorielles et paranormales à chaque individu.

Mesures pour stimuler les vibrations alpha:

  • synchronisation des ondes;
  • méditation;
  • yoga;
  • respiration calme et profonde;
  • visualisation;
  • bain chaud;
  • de l'alcool.

Rythme bêta

Ce sont des alternances de faible amplitude des capacités combinées du GM avec une densité de 15 à 35 oscillations par seconde, une amplitude de 5 à 30 µV. Ces ondes sont caractéristiques de l'état d'éveil fonctionnel. Appartient aux alternances rapides. Dans une plus grande mesure, les ondes se manifestent dans les zones frontales, cependant, avec toutes sortes d'activités intenses, elles s'intensifient très rapidement et utilisent les zones libres du GM. Ainsi, la manifestation du rythme bêta augmente avec l'apparition d'un nouveau stimulus soudain, en cas d'attention, d'activité intellectuelle, d'activité émotionnelle. Leur valeur est 4-5 fois inférieure à la valeur des ondes alpha.

Dans un état de cette alternance, le cerveau humain est complètement immergé dans une routine quotidienne aux difficultés nombreuses et différentes, dans un tourbillon sans fin de stress et de dépression, à la recherche de réponses à des tâches complexes et à la concentration de l'attention..

De plus, de telles alternances ne sont pas si mauvaises..

C'est le rythme de la création et de la vie efficaces.

Mesures pour le stimulus de vibration bêta:

  • synchronisation de GM;
  • lire de la littérature;
  • boissons caféinées;
  • fumeur.

Rythme gamma

Ondes d'indicateurs EEG dans la gamme de 30 à 120-170 alternances par seconde. L'amplitude de l'alternance gamma est très insignifiante - inférieure à 10 µV et proportionnelle à sa densité d'apparition. Dans une situation où l'amplitude est supérieure à 15 μV, l'EEG est interprété comme anormal. Ces ondes se retrouvent lors de la recherche d'une réponse à des tâches qui nécessitent la plus grande concentration d'attention. Ce rythme est essentiellement des alternances uniformes, qui sont déclenchées en parallèle dans les cellules nerveuses par une impulsion entrante de l'ensemble actif des cellules nerveuses et des fibres nerveuses qui les unissent, qui sont situées dans le tronc CM et forment un croisement. Ce signal provoque le mouvement des possibilités membranaires..

Ce sont des vagues de concentration sur une question ou une tâche, un rythme d'activation d'une solution concentrée et une activité. Il existe une hypothèse combinant ces ondes avec la fonction de la conscience. Parfois, dans la littérature scientifique, vous pouvez trouver des articles sur toutes sortes de troubles de l'activité gamma chez des patients ayant une déficience mentale..

Gamma est un rythme, en plus, c'est une manifestation du contact d'une personne avec «quelque chose», au-delà des limites de la compréhension de la conscience. La fréquence des oscillations cérébrales de 50 Hz, certains experts dans l'étude des moines bouddhistes, définissent comme l'illumination. Malgré le fait que ce fait est plutôt douteux. Ce n'est que le sens de la concentration ultime, être ici et momentanément. Ces vagues permettent à une personne de devenir quelque chose de grand et de ressentir l'environnement déjà de la hauteur de ce plus grand. Par analogie avec la superstructure sur la perception d'un individu séparé, ce que, hypothétiquement, une personne est capable d'appliquer.

Rythme delta

Delta - ondes - de 0,5 à 4 vibrations par seconde, amplitude - 50-500 µV. Ces ondes apparaissent à la fois pendant le sommeil physiologique profond et pendant le sommeil artificiel (sous l'influence de psychotropes, de drogues), ainsi que pendant le coma. L'alternance delta est également détectée lors de la fixation des impulsions électriques des parties du cortex en contact avec la zone de lésion ou de tumeur cérébrale. Des alternances de faible amplitude (20-30 μV) d'une telle couverture peuvent être enregistrées au repos avec certaines manifestations de fatigue et d'anxiété et un travail intellectuel prolongé.

Commun pour le sommeil profond et le repos sans rêve. Et, en plus, pour un état de méditation très profonde (pas de relaxation, comme un - rythme).

La mesure la plus simple du stimulus du rythme delta est une sorte de rythme respiratoire d'environ 60 respirations par heure. Cette méthode est utilisée par les chamans dans les cérémonies rituelles avant la méditation..

Tetta - rythme

Thêta - rythme (θ-rythme) - indices EEG uniformes Fréquence 4–8 Hz, manifestation électrique significative 100–150 microvolts, grande amplitude de 10 à 30 μV. Chez les bébés de deux à cinq ans, thêta - vagues dans leur plus grande activité.

Pour la plupart, chez les enfants de moins de 5 ans, GM est actif pendant les heures de jour précisément dans ces fluctuations, ce qui permet aux enfants de mémoriser incroyablement rapidement une énorme quantité d'informations de toutes sortes, ce qui devient inhabituel pour la puberté et un adulte. Dans des conditions naturelles, cette alternance chez la plupart des adultes ne domine qu'au moment de la phase de sommeil précoce, à moitié endormi. Se produit avec la méditation profonde.

En fait, dans cette couverture d'alternances uniformes dans le MJ, il y a assez d'énergie pour comprendre et mémoriser des quantités importantes de données et les transférer rapidement dans la mémoire à long terme, les capacités d'apprentissage augmentent et le stress et l'anxiété sont éliminés. Dans ce balayage de vibrations, le cerveau est dans un état de perception accrue. Un phénomène similaire est très utile pour le super-apprentissage, le cerveau peut maintenir sa concentration pendant assez longtemps, le travail actif du MJ, et il n'y a pas d'anxiété ni de psychose.

Il s'agit d'une vague couvrant les communications cérébrales supérieures reliant les deux hémisphères et toutes les membranes du cortex cérébral avec ses régions frontales..

Mesures pour le stimulus de vibration thêta:

  • synchronisation de GM;
  • la musique;
  • cours de méditation;
  • hypnose et auto-hypnose;
  • cours de yoga.

Kappa - rythme

Rythme K - la fréquence de l'alternance de cette onde se situe dans la plage de 8 à 13 Hz. Amplitude comprise entre 5 et 40 μV. La fixation de cette onde s'effectue dans les parties temporelles du GM. La densité d'occurrence est similaire au rythme alpha. On le trouve lorsque le rythme alpha est supprimé dans d'autres départements pendant l'activité intellectuelle.

Mu - rythme

M - rythme - fréquence de vibration de cette onde de 8 à 13 Hz. L'amplitude n'est normalement pas supérieure à 50 μV. Il est fixé dans la zone rolandienne, c'est-à-dire en fonction de la diffusion du rythme bêta (apparaît dans la zone de dépression rolandienne). Il a des propriétés similaires au rythme alpha, mais diffère par la forme des rythmes avec des sommets arrondis, les soi-disant arcs. On le trouve chez 10 à 15% des personnes. Il concerne les signaux des muscles, tendons, ligaments et autres articulations des articulations, ainsi que les stimuli tactiles et la visualisation du mouvement. Entre dans un état actif avec une activité mentale et la manifestation d'émotions.

conclusions

La recherche scientifique concernant les rythmes et les capacités de l'esprit humain est d'une grande importance en médecine et peut devenir une panacée pour toutes les maladies et une alternative au traitement au sens traditionnel du terme..

Effet de la méditation sur les rythmes cérébraux

Par Dmitriy · Publication 03.02.2020 · Mise à jour 09.02.2020

Il a été scientifiquement prouvé que l'effet de la méditation sur les rythmes du cerveau a lieu. Au cours des dernières décennies, les scientifiques ont mené un certain nombre d'études dans lesquelles les rythmes du cerveau ont été enregistrés chez des sujets pendant la méditation. Toutes les études ont montré un effet direct de ce processus sur les rythmes. Ce discours se concentrera sur ce que sont les rythmes cérébraux et l'effet de la méditation sur eux..

Une brève excursion dans les rythmes du cerveau

La science moderne distingue cinq types principaux des rythmes du cerveau: le rythme bêta (caractéristique de l'éveil), le rythme delta (sommeil profond) et le rythme thêta (passage du sommeil à l'éveil), le rythme alpha (se manifeste pendant le repos en état d'éveil) et rythme gamma (processus de pensée actif).

Rythmes DELTA 1-4 Hz.

Les rythmes delta sont les rythmes les plus lents de notre cerveau. Ils dominent au moment de l'immersion d'une personne dans un état de sommeil profond. Cependant, les scientifiques ont découvert que la stimulation de l'activité cérébrale delta en état d'éveil a un effet bénéfique sur la conscience, réduit le stress et, par exemple, aide à se débarrasser de certains types de douleur chronique..

La toute première étude a été menée en 1985, qui a confirmé cliniquement la capacité des rythmes delta à soulager divers types de douleur, en particulier les maux de tête. Dans cette étude, 15 patients ont été exposés à des ondes delta avec une fréquence de 1 à 3 Hz pendant 15 minutes. Tous les patients, sauf un, ont noté une diminution ou une disparition complète de l'un ou l'autre type de douleur qu'ils ressentaient avant le début de la séance. Afin d'exclure l'effet placebo, le groupe témoin a été invité à écouter des battements delta, mais au lieu de battements delta, ils ont écouté des sons normaux. En conséquence, un soulagement de la douleur n'a été noté que chez un patient sur 8..

En 2005, une étude a été menée pour étudier l'effet des rythmes delta sur la réduction de l'anxiété et de l'anxiété chez les patients subissant une intervention chirurgicale. Le groupe de 108 patients a été divisé en trois sous-groupes. Chacun d'eux a été invité à subir un test psychologique environ une heure avant l'opération, au cours duquel l'état d'anxiété du patient a été évalué. Ensuite, les patients ont été divisés en trois groupes. Le premier groupe a été invité à écouter un enregistrement audio contenant des battements binauraux delta-range. Le deuxième groupe a écouté exactement le même enregistrement, mais sans les battements binauraux. Le troisième groupe n'a écouté aucun enregistrement audio. Après 30 minutes, les patients ont été invités à subir un deuxième test d'anxiété psychologique. Le premier groupe a montré une diminution de l'anxiété de 26,3%. Le deuxième groupe (qui vient d'écouter de la musique sans rythmes delta) a montré une diminution de 11,1% de l'anxiété, tandis que le groupe témoin, qui n'a écouté aucun enregistrement audio, a montré une diminution de l'anxiété de seulement 3,8%. Cette étude clinique a prouvé que l'effet des ondes delta sur la conscience n'était pas est une conséquence de l'effet placebo.

Dans les essais cliniques, un groupe de 49 sujets a été divisé en trois sous-groupes. Le premier sous-groupe écoutait régulièrement des delta beats. Le deuxième groupe a pris des médicaments pour améliorer le sommeil. Le troisième groupe a pris des compléments alimentaires, des acides aminés, des minéraux, des vitamines. Le premier sous-groupe a écouté des rythmes delta avec des écouteurs stéréo 30 minutes avant d'aller se coucher. Des enregistrements contenant des tons isochrones ont été utilisés pour stimuler l'activité cérébrale delta. Tous les matins pendant un mois, tous les patients ont rempli un questionnaire évaluant la qualité du sommeil. Les résultats ont choqué les scientifiques: la qualité de sommeil du premier groupe par rapport aux deuxième et troisième s'est améliorée de 58%.

Rythmes THETA 4-7 Hz.

Les rythmes thêta (3-8Hz) ont fait l'objet de nombreuses études, telles que l'étude de la mémoire, de la sphère émotionnelle, du sommeil, de l'hypnose - tous ces types d'activité ont d'une manière ou d'une autre une augmentation de l'activité cérébrale thêta. La recherche a montré que l'état du cerveau thêta se produit naturellement pendant la transition du sommeil à la veille. Le lien entre les états méditatifs et l'activité thêta a été soigneusement documenté, les chercheurs ont filmé des EEG de moines célèbres, de guérisseurs, de personnes qui pratiquent la méditation pendant longtemps et sont parvenus à une conclusion sans ambiguïté, confirmée par des centaines d'études: alors que dans un état méditatif, l'activité cérébrale thêta augmente considérablement.

L'effet des ondes thêta sur le cerveau conduit à une meilleure mémoire, un plus grand contrôle sur la sphère émotionnelle, les pratiques méditatives lorsqu'elles sont exposées aux ondes thêta apportent des impressions plus lumineuses, il devient plus facile d'entrer dans l'état d'auto-hypnose, les rêves deviennent plus vifs et plus variés. Des recherches plus poussées sur les effets des fréquences thêta ont montré une amélioration de l'intuition, de la créativité et des capacités cérébrales humaines..

En 2001, une étude clinique a été menée pour étudier les effets des ondes thêta sur les personnes souffrant de niveaux accrus d'anxiété. Un groupe de 15 patients a été invité à écouter des enregistrements audio utilisant des rythmes thêta pendant un mois. Les sujets ont été invités à tenir un journal dans lequel ils décrivaient leur état, afin d'évaluer l'état d'anxiété et d'inquiétude. Les enregistrements les plus courants étaient ceux dans lesquels les patients notaient entrer dans un état de calme, ils s'endormaient également fréquemment pendant la séance. Une diminution de l'anxiété a été notée chez presque tous les patients. On a demandé aux participants d'évaluer leur état d'anxiété de 1 à 100. Avant d'écouter les bandes avec des battements binauraux, le score d'anxiété moyen du groupe était de 43,1. Après un mois d'écoute, le score d'anxiété moyen du groupe a chuté de manière significative à 24,3.

Au cours de cette étude clinique, il a été prouvé que l'écoute des rythmes thêta entraîne une diminution de l'anxiété. Dans une étude clinique, environ 2 500 patients ont été exposés à des rythmes thêta pour induire un état hypnotique. À la suite de l'étude, il a été constaté qu'après 5 minutes d'exposition à des rythmes thêta, environ 80% des patients sont entrés dans un état hypnotique léger, soit environ 50% de plus que lors de l'utilisation d'autres méthodes d'induction dans un état hypnotique. Pour assurer la pureté de l'expérience, les participants n'ont pas été avertis qu'ils seraient injectés dans un état hypnotique. Néanmoins, dans certains groupes, jusqu'à 90% des sujets ont montré un résultat positif..

Les recherches sur le lien entre l'activité cérébrale thêta et l'état Zen (l'état de méditation profonde) ont commencé dès 1966. Pendant trente ans, environ 29 études de ce type ont été menées, au cours desquelles l'EEG a été enregistré chez des personnes dans un état méditatif profond. Le professeur Takahashi enregistre depuis longtemps l'EEG de personnes pratiquant le Zen.

À la suite de cette étude et d'autres, il a été prouvé que lorsque l'on est dans un état de méditation profonde, les rythmes thêta commencent à dominer dans les lobes frontaux antérieurs du cerveau. Les chercheurs ont également noté une augmentation des niveaux de sérotonine lorsqu'ils sont exposés à des fréquences thêta.

ALPHA bat 7-13 Hz.

Les rythmes cérébraux alpha se produisent généralement lorsque nous sommes dans un état de repos, de relaxation, parfois ils sont accompagnés d'un état de «vol» - un courant agréable dans lequel se trouve notre conscience.
Les rythmes alpha apparaissent dans le cerveau lors de la participation à des activités créatives. Avant de s'endormir, au moment où on ferme les yeux, les ondes alpha se propagent à travers le cortex cérébral, ce qui conduit à s'endormir.

Des études ont également révélé une activité cérébrale alpha accrue pendant la méditation, en particulier chez les personnes qui ont éprouvé un état de calme et de concentration sur leur respiration. À ces moments, les rythmes alpha dominaient dans le cortex cérébral. En 2006, une expérience a été mise en place pour étudier l'effet des rythmes alpha sur les personnes devant subir une endoscopie..

L'étude a porté sur 40 personnes (25 hommes et 15 femmes). Vingt patients ont été exposés à des rythmes alpha pendant 25 minutes. Les vingt autres patients n'ont été exposés à aucun effet. Les premier et deuxième groupes ont subi une endoscopie, après quoi on leur a demandé d'évaluer le degré d'inconfort pendant la procédure. Dans le groupe exposé aux rythmes alpha, 18 patients sur 20 ont noté un faible niveau d'inconfort pendant la procédure, tandis que dans le groupe témoin, seuls trois patients sur 20 ont noté un faible niveau d'inconfort. Tous les patients ont subi un examen (EEG a été pris) avant la procédure d'endoscopie. Tous les patients subissant une stimulation ont montré une activité cérébrale alpha accrue. À la suite de cette étude clinique, il a été constaté qu'une activité alpha accrue du cortex cérébral abaissait le seuil de douleur.

En 2000, des scientifiques danois ont mené une étude visant à découvrir l'impact positif des rythmes alpha sur l'anxiété et l'anxiété. Un groupe de sujets a été exposé à une fréquence de 30 Hz pendant 5 minutes, après quoi les sujets ont été exposés à une fréquence de 10 Hz pendant 35 minutes. Avant et après la séance, les sujets ont subi un test d'évaluation de l'anxiété. Le groupe témoin n'a été exposé à aucune fréquence d'exposition. Comparé au groupe témoin qui n'a pas été exposé aux ondes alpha, le groupe qui a écouté l'enregistrement avec des battements binauraux contenant des ondes alpha a montré une diminution de 4 (!) Fois le niveau d'anxiété et d'anxiété..

En mars 2006, la revue BMC Neuroscience a publié un article dans lequel, sur la base de nombreuses études cliniques, il a été soutenu que la stimulation du cerveau avec des rythmes alpha conduit à une amélioration significative de la mémoire. Au cours des études décrites dans cet article, les scientifiques ont découvert: l'effet des rythmes alpha à 10Hz conduit à une mémoire améliorée. Ils ont également constaté que l'activité cérébrale alpha diminue avec l'âge. Au cours de l'expérience, des mots courts ont clignoté devant les sujets à l'écran, dont ils ont été invités à se souvenir puis à répéter.

Au cours de cette expérience, les sujets portaient des écouteurs, à travers lesquels un enregistrement contenant des rythmes alpha était diffusé. Le lendemain, on a demandé au même groupe la même tâche, qu'ils ont exécutée sans aucune stimulation alpha. À la suite de l'étude, il a été constaté que la stimulation à une fréquence de 10,2 Hz améliorait considérablement la mémoire. Les personnes du groupe dont l'âge moyen était de 52 ans ont pu obtenir des résultats similaires à ceux du groupe dont l'âge moyen était de 25 ans. Cela a conduit à la conclusion que la stimulation cérébrale avec une fréquence de 10,2 Hz améliore la mémoire..

Au cours de nombreuses études menées par des scientifiques japonais et coréens, l'EEG a été enregistré chez des personnes engagées dans diverses pratiques spirituelles et méditation. Il y avait environ 19 études de ce type, chacune impliquant des dizaines de praticiens. Les scientifiques ont noté une augmentation de l'activité cérébrale alpha chez presque tous les sujets, chez les personnes engagées dans des pratiques telles que la méditation transcendantale, la méditation zen, le yoga, le bouddhisme et d'autres, une activité cérébrale alpha accrue a été notée..

Rythmes BETA 13-30Hz.

Pendant la journée, le cerveau de la plupart d'entre nous est dans un état bêta. L'activité cérébrale bêta est un état normal dans lequel nous nous trouvons tous les jours. Néanmoins, l'activité bêta est d'une importance cruciale pour le processus de réflexion; une activité bêta insuffisante peut entraîner des troubles émotionnels, une dépression et une distraction..

Lorsque nous éprouvons des émotions fortes, notre cerveau est également en état bêta. Au cours des vingt-cinq dernières années, de nombreuses études ont été menées pour étudier les rythmes bêta du cerveau. Les résultats de ces études sont présentés ci-dessous..

L'un des nombreux exemples reliant les rythmes cérébraux bêta à l'activité cognitive et verbale est une étude menée sur des enfants des écoles élémentaires du Minnesota. Avant et après la stimulation avec des rythmes bêta, les écoliers ont été invités à passer un test standard qui testait leurs capacités mentales. Les sujets ont été invités à écouter 31 séances, contenant des rythmes alpha et bêta pendant 7 semaines. Au cours des 8 premières séances, la stimulation alpha a été utilisée à une fréquence de 7 à 9 Hz. Ensuite, un enregistrement a été utilisé contenant des tons isochrones, dans lequel les rythmes alpha étaient alimentés à l'oreille droite et les rythmes bêta à gauche. Après 7 semaines de stimulation, les étudiants ont été testés, ce qui a permis de constater que leurs capacités verbales et cognitives augmentaient de 0,6 point. Les tests menés avec un groupe témoin n'ayant pas utilisé de stimulation audio ont montré une amélioration de seulement 0,2 point. En plus d'améliorer la capacité d'apprentissage, les parents et les enseignants ont noté une amélioration globale de la communication, une meilleure compréhension mutuelle entre les enfants qui ont suivi un cours de stimulation audio, leur attention s'est améliorée, ils sont devenus plus diligents..

Une autre expérience intéressante a été une étude de Thomas Bulzinsky. Il était basé sur l'hypothèse que la stimulation de l'activité cérébrale bêta entraînerait une amélioration de la capacité d'apprentissage. Les sujets étaient des étudiants de l'institut, qui étaient divisés en deux groupes de 8 personnes chacun. Le premier groupe a écouté 30 séances, au cours desquelles les sujets ont écouté des séances de 30 minutes de stimulation bêta à une fréquence de 14-22 Hz. Le groupe témoin n'a reçu aucune stimulation. Les sessions duraient 15 minutes, les étudiants ont travaillé avec eux 5 fois par semaine pendant 6 semaines. La note moyenne à l'examen a été utilisée pour prouver l'amélioration de l'apprentissage. Par rapport au groupe témoin, l'examen moyen était beaucoup plus élevé dans le groupe qui utilisait la stimulation bêta..

Dans le premier groupe, il a augmenté environ trois fois par rapport au groupe témoin 62 points dans le premier groupe et 22 points dans le groupe témoin.

Les résultats de la recherche ont montré qu'après stimulation du cerveau avec des fréquences de 12 à 15 Hz, la capacité à effectuer des opérations arithmétiques est considérablement améliorée. Après la stimulation, les élèves ont été invités à effectuer une série d'opérations arithmétiques simples, dont la vitesse et la précision ont considérablement augmenté après la stimulation avec des fréquences bêta..

Le Dr Howard a mené une étude dans laquelle des étudiants en médecine dentaire ont été exposés à une stimulation bêta.

La capacité des rythmes bêta à soulager la fatigue a été étudiée. Pendant 7 semaines, un groupe de 12 étudiants a été exposé à des rythmes bêta. Le groupe témoin n'a pas été exposé à cet effet. Après 7 semaines, le premier groupe après la fin de la séance a montré beaucoup moins de fatigue que le groupe témoin. De plus, le premier groupe a noté l'amélioration et la qualité du sommeil..

L'un des domaines les plus étudiés est l'utilisation de la stimulation bêta dans le traitement du SDA. L'auteur de l'une des études les plus sérieuses dans ce domaine est le Dr Graham Patrick. Au cours de l'étude, les sujets ont été stimulés avec des fréquences de 12 à 14 Hz pendant 30 à 40 minutes pendant 6 semaines. Après le cours de stimulation, le groupe a montré une augmentation significative de l'attention, une amélioration des performances scolaires et une capacité de concentration augmentée de 81%..

La recherche a montré que la stimulation avec des rythmes bêta conduit à des améliorations significatives de la concentration. Le groupe témoin qui n'a pas reçu de stimulation n'a montré aucune amélioration. Une autre étude intéressante était une comparaison de deux groupes d'étudiants, dont le premier a été soumis à une stimulation bêta, et le second a pris le médicament Rutalin, qui favorise le développement des capacités mentales. Pendant 8 semaines, un groupe a reçu une stimulation bêta et l'autre a reçu de la rutaline. Après 8 semaines, les deux groupes ont réussi les tests de QI. Le premier groupe a montré des résultats nettement meilleurs que le second.

Rythmes GAMMA 30-120 Hz.

Les rythmes gamma sont les rythmes les plus fréquents du cerveau. Au cours de nombreuses études, des rythmes gamma ont été observés avec un processus de pensée actif, ils sont inextricablement liés aux processus cognitifs de notre cerveau. Plus la fréquence de ces rythmes est élevée, plus vite nous pouvons nous souvenir de telle ou telle information..

Pendant le sommeil profond, les rythmes gamma du cerveau disparaissent complètement. Ils reviennent au moment où nous nous réveillons du sommeil.

Une étude intéressante est présentée dans un article publié dans le magazine Scientific American: lorsqu'ils écoutent de la musique, les musiciens professionnels ont une forte activité gamma dans le cerveau, contrairement aux gens ordinaires..

Le Dr Olmsted a exposé un groupe de 30 étudiants aux rythmes gamma. Pendant 6 semaines, deux fois par semaine, ils ont écouté une séance de 30 minutes contenant des rythmes gamma. Après 6 semaines, les étudiants ont été invités à passer une série de tests. Lors des tests, une augmentation significative de la vitesse de traitement de l'information a été notée. Si, avant la stimulation gamma, les élèves montraient une moyenne de 6,9 ​​points, alors après la stimulation, le score moyen augmentait à 10,6 points. Il y avait également une amélioration significative de la mémoire à court terme: avant stimulation, le score moyen était de 6,0 points, après stimulation - 8,2 points..

Une étude réalisée par le Dr David Naughton a étudié l'effet des rythmes gamma sur les maux de tête sévères - migraine. L'étude portait sur 55 personnes souffrant de migraine chronique. Après 30 jours de stimulation gamma, les sujets ont rempli un questionnaire, montrant les résultats suivants: sur 55 personnes, 44% ont noté une diminution de la fréquence des crises et une diminution significative de leur intensité. Dans un autre groupe de 28 personnes, 53% ont noté une diminution de la fréquence et de l'intensité des crises de migraine.

Méditation et rythmes cérébraux

Dans l'état normal d'éveil, lorsque le rythme bêta prévaut, le travail des différentes parties du cerveau est plutôt mal coordonné. Lorsqu'une personne a besoin de s'engager dans des calculs purement intellectuels, son hémisphère gauche travaille activement et l'hémisphère droit est inclus dans le travail de manière extrêmement insignifiante. Mais lorsqu'il est nécessaire de résoudre un nouveau problème et qu'il n'y a pas assez d'outils purement logiques pour sa solution, alors l'intuition et l'hémisphère droit sont activés, et celui de gauche recule dans l'arrière-plan. Les parties occipitales et frontales du cerveau, les parties superficielles et profondes du cerveau ne fonctionnent pas non plus de manière synchrone. Cela se traduit par une forte prédominance d'un rythme d'activité cérébrale dans les parties du cerveau qui sont actuellement en tête, et par la suppression simultanée d'autres rythmes.

Une telle prédominance se produit dans presque tous les types d'activités humaines, au cours desquelles il s'identifie à des objets qui le font se concentrer sur lui-même. Qu'une personne soit engagée dans un travail actif de nature purement externe, ou se plonge dans elle-même, triant les options des décisions qu'elle envisage, un rythme prévaut en elle sur la partie actuellement dominante du cerveau. Le scientifique Dietrich Ebert, qui étudie la nature de la méditation, compare cet état du cerveau au "hochet d'une machine à écrire ou d'un ordinateur".

La seule activité qui arrête ce bavardage mental et aide à surmonter le travail incohérent des hémisphères, des différentes parties et zones du cerveau, est la méditation. Des scientifiques (Livin, Banquette, Kitt Walls) ont découvert le phénomène de cohérence (consistance) inhérent à l'état méditatif et signifie la coordination des différents rythmes du cerveau.

Tous les rythmes commencent à s'adapter les uns aux autres, pour ainsi dire. Tout d'abord, les ondes alpha et thêta commencent à travailler de concert. Ils apportent dans un état d'équilibre harmonieux l'hémisphère droit, qui est responsable de la sphère émotionnelle, du travail de l'intuition, du subconscient et de l'hémisphère gauche, qui est associé au travail des structures intuitives et subconscientes. Il y a une intégration du travail des parties occipitales et frontales du cerveau, ainsi que de ses régions superficielles et profondes. Plus une personne s'engage longtemps et sérieusement dans la méditation, plus la cohérence de ces parties et structures du cerveau qui fonctionnaient auparavant dans des gammes complètement différentes devient complète. Divers chercheurs et auteurs (Banquet, Gottwalod, Walls, Ebert) notent que les méditants ayant une vaste expérience conservent de plus en plus souvent l'effet de cohérence dans les activités quotidiennes..

Dans le même temps, on peut distinguer un rythme principal qui, dans le processus de méditation, a un effet croissant sur les autres rythmes du cerveau. Il s'agit du rythme alpha, responsable de l'état de veille et d'une pulsation périodique des potentiels électriques. Des études montrent que sa fréquence est définie à partir du thalamus, qui contient le générateur du rythme alpha, qui à son tour est influencé par la formation réticulaire - une formation spéciale du mésencéphale responsable de la régulation des processus de sommeil et d'éveil..

Il est intéressant de noter qu'en Agni Yoga, un étudiant synthétisant les connaissances les plus anciennes de l'Orient avec les réalisations de la science moderne de l'Occident est invité à prêter attention à l'étude des fonctions et de la signification du mésencéphale, dont le développement contribue au développement du yogisme. La plupart des chercheurs qui ont observé l'activité électrique du cerveau chez les yogis en méditation profonde et même en état de samadhi témoignent avoir connu une augmentation de l'amplitude du rythme alpha avec une légère diminution de sa fréquence. L'étude de l'activité cérébrale pendant la méditation par les maîtres Zen confirme également ce schéma de prédominance du rythme alpha, dans lequel l'amplitude delta est parfois entrecoupée..

Il est important de souligner qu'après la méditation, le rythme alpha était maintenu même avec les yeux ouverts. Le chercheur Dietrich Ebert écrit que les scientifiques Kasammatsu et Hirai "distinguent les états de conscience qui surviennent lors de la pratique du za-Zen de l'état de sommeil, lorsque seule l'activité delta et bêta est observée, basée sur la présence d'un rythme alpha stable dans za-zen". Le scientifique déclare que "dans (toutes les formes!) De méditation, nous parlons d'un certain état d'éveil, cela peut être considéré comme généralement accepté et prouvé pour toutes les formes de méditation"..

D'autres scientifiques établissent la corrélation du rythme alpha avec des phénomènes mentaux tels que la créativité et les éclairs d'intuition. L'abaissement des fréquences dans la gamme des ondes delta et bêta dans leur forme pure conduit à un trouble de la conscience. Celle-ci s'exprime soit dans un état de maladie (narcolepsie, tumeurs cérébrales, traumatisme, inflammation), caractéristique du rythme delta, soit dans un état d'agitation et de stress, au cours duquel le cerveau est sous l'influence du rythme bêta.

Pourquoi le rythme alpha est-il le rythme principal de la méditation, auquel le reste des rythmes cérébraux sont ajustés pendant la cohérence? Apparemment, parce qu'il est basé sur l'état d'activité optimale de la conscience de veille. Nous soulignons - dans la mesure de l'actif: une activité excessive de l'état bêta pointilleux est inutile pour entrer dans une transe méditative. Certes, les chercheurs notent que dans certains types de méditation, le rythme bêta se produit toujours comme des ondes d'accompagnement. Pour que la conscience parvienne à un état méditatif optimal, c'est-à-dire qu'elle soit active et passive, éveillée et calme, claire et spontanée, il est tout d'abord nécessaire que le rythme alpha se connecte au rythme thêta et que l'activité interne se combine avec la relaxation et l'auto-absorption..

L'état de cohérence le plus complet se produit précisément aux moments où l'excitation du cerveau est réduite au maximum. L'auteur de livres sur la méditation, Andrei Ardkha, citant des neurophysiologistes américains, souligne qu'à ce moment de l'activité du cerveau "des éclairs d'activité absolument ordonnée de tous les centres du cerveau" apparaissent et le processus d'auto-organisation spontanée commence. Cependant, en parlant de spontanéité, il ne faut pas penser que cet auto-ajustement est effectué par l'esprit humain ou le cerveau lui-même. Ce n'est pas pour rien que diverses traditions, décrivant un tel état dans leurs termes religieux, disent qu'il est lancé d'en haut par les Forces Divines - le Saint-Esprit, l'Instructeur, le Rayon du Soi Supérieur, la Lumière Primordiale, la Voix du Silence, l'essence sacrée et profonde du JE SUIS. La spontanéité de la conscience, à propos de laquelle le célèbre chercheur russe des états altérés de conscience V.V.Nalimov a écrit, ne signifie pas du tout son isolement sur lui-même. La conscience spontanée est ouverte au maximum par rapport au Tout, au Cosmos, à la Conscience Divine. Et si la conscience individuelle parvient à arrêter ses propres ondes à tel point qu'elle perd son isolement sur elle-même (Ego), et se concentre sur l'Esprit, alors c'est la Conscience Divine qui lancera en elle des processus menant à un état de naturel, de spontanéité et d'harmonie.

Ces dernières années, des dispositifs du soi-disant retour biologique sont apparus, qui permettent à une personne de mieux contrôler son rythme cérébral. Ces dispositifs permettent à une personne soit d'observer directement son électroencéphalogramme, sur lequel sont visibles des graphiques de ses rythmes, soit de percevoir un signal sonore correspondant au niveau du rythme alpha. Le fonctionnement des appareils est basé sur la capacité d'une personne, après une formation spéciale, à évoquer consciemment ce signal à travers un système de rétroaction techniquement construit. Ainsi, une personne peut augmenter la proportion de son rythme alpha et atteindre la relaxation et la tranquillité. S'il est formé à la concentration et à la méditation, alors, contrairement à une personne ordinaire, il est capable de maintenir un rythme alpha prononcé même avec des tentatives expérimentales pour le bloquer à l'aide d'une irritation avec douleur, bruit et vibration..

De quoi témoigne la capacité d'une telle personne? Le fait qu'en contrôlant les ondes de l'esprit chaotique et en les alignant, vous pouvez avoir un effet puissant sur l'état de conscience, en le transférant à un niveau d'énergie vibratoire beaucoup plus élevé. La respiration est l'un des meilleurs dispositifs de biofeedback naturels qui fonctionnent en permanence en nous. En réduisant le volume et l'amplitude de la respiration à l'aide de la conscience observatrice, une personne ralentit les ondes mentales, les rendant beaucoup plus rares et calmes. Si vous les arrêtez complètement pendant un certain temps, alors, grâce à l'état de cohérence, il pourra transformer le cerveau en un "ordinateur de champ", en un seul organe perceptible capable de capturer une vague de silence plus élevée..

Le secret principal du succès d'une personne dans le travail spirituel est la capacité de coordonner ses rythmes les uns avec les autres, puis avec le rythme supérieur, qui se manifeste par des vibrations de superconscience. Alignez les rythmes avec les vibrations divines - cela vous donnera un énorme regain d'énergie. Sans la cohérence des rythmes et des ondes, il n'y aura pas de silence.

L'effet de la méditation sur les rythmes cérébraux est évident et de nombreux scientifiques étudient ce processus depuis un certain temps. Dans cet article, nous avons examiné certaines des preuves issues de la recherche formelle. Si l'article vous intéressait, partagez-le sur les réseaux sociaux, et si vous avez quelque chose à ajouter, écrivez votre opinion et vos informations dans les commentaires. Succès!

EEG (électroencéphalogramme) - transcription

Le site fournit des informations générales à titre informatif uniquement. Le diagnostic et le traitement des maladies doivent être effectués sous la supervision d'un spécialiste. Tous les médicaments ont des contre-indications. Une consultation spécialisée est requise!

Électroencéphalogramme du cerveau - définition et essence de la méthode

Un électroencéphalogramme (EEG) est un enregistrement de l'activité électrique des neurones dans diverses structures du cerveau, qui est réalisé sur du papier spécial à l'aide d'électrodes. Des électrodes sont appliquées sur différentes parties de la tête et enregistrent l'activité de telle ou telle partie du cerveau. On peut dire qu'un électroencéphalogramme est un enregistrement de l'activité fonctionnelle du cerveau d'une personne de tout âge.

L'activité fonctionnelle du cerveau humain dépend de l'activité des structures médianes - la formation réticulaire et le cerveau antérieur, qui prédéterminent le rythme, la structure générale et la dynamique de l'électroencéphalogramme. Un grand nombre de connexions entre la formation réticulaire et le cerveau antérieur avec d'autres structures et le cortex déterminent la symétrie de l'EEG, et son "uniformité" relative pour l'ensemble du cerveau.

L'EEG est pris afin de déterminer l'activité du cerveau dans diverses lésions du système nerveux central, par exemple, avec des neuroinfections (poliomyélite, etc.), la méningite, l'encéphalite, etc. Sur la base des résultats de l'EEG, il est possible d'évaluer le degré de lésion cérébrale pour diverses raisons, et de clarifier l'emplacement spécifique qui a été endommagé.

L'EEG est réalisé selon un protocole standard, qui prend en compte les enregistrements à l'état de veille ou de sommeil (nourrissons), avec des tests spéciaux. Les tests EEG de routine sont:
1. Photostimulation (exposition à des éclairs de lumière vive sur les yeux fermés).
2. Ouvrir et fermer les yeux.
3. Hyperventilation (respiration peu fréquente et profonde pendant 3 à 5 minutes).

Ces tests sont effectués pour tous les adultes et enfants lors de la prise d'un EEG, quels que soient l'âge et la pathologie. De plus, lors de la prise d'un EEG, des tests supplémentaires peuvent être utilisés, par exemple:

  • serrant les doigts dans un poing;
  • test de privation de sommeil;
  • rester dans le noir pendant 40 minutes;
  • surveiller toute la période de sommeil nocturne;
  • prendre des médicaments;
  • effectuer des tests psychologiques.

Des tests supplémentaires pour l'EEG sont déterminés par le neurologue qui souhaite évaluer certaines fonctions du cerveau humain.

Ce que montre l'électroencéphalogramme?

L'électroencéphalogramme reflète l'état fonctionnel des structures du cerveau dans divers états d'une personne, par exemple, le sommeil, l'éveil, le travail mental ou physique actif, etc. L'électroencéphalogramme est une méthode absolument sûre, simple, indolore et ne nécessite pas d'intervention sérieuse..

Aujourd'hui, l'électroencéphalogramme est largement utilisé dans la pratique des neurologues, car cette méthode permet le diagnostic de l'épilepsie, des lésions cérébrales vasculaires, inflammatoires et dégénératives. En outre, l'EEG aide à découvrir la position spécifique des tumeurs, des kystes et des lésions traumatiques des structures cérébrales..

Un électroencéphalogramme avec stimulation du patient par la lumière ou le son permet de distinguer les véritables déficiences visuelles et auditives de l'hystérique, ou leur simulation. L'EEG est utilisé dans les unités de soins intensifs pour la surveillance dynamique de l'état des patients dans le coma. La disparition des signes d'activité électrique du cerveau sur l'EEG est un signe de mort humaine..

Où et comment le faire?

Un électroencéphalogramme pour un adulte peut être réalisé dans des cliniques neurologiques, dans les services des hôpitaux de la ville et du district, ou dans un dispensaire psychiatrique. En règle générale, dans les polycliniques, un électroencéphalogramme n'est pas supprimé, mais il existe des exceptions à la règle. Mieux vaut aller dans un hôpital psychiatrique ou un service de neurologie, où travaillent des spécialistes possédant les qualifications nécessaires.

Un électroencéphalogramme pour les enfants de moins de 14 ans est effectué uniquement dans les hôpitaux spécialisés pour enfants où travaillent des pédiatres. Autrement dit, vous devez vous rendre à l'hôpital pour enfants, trouver le service de neurologie et demander quand l'EEG est pris. Les dispensaires psychiatriques ne prennent généralement pas d'EEG pour les jeunes enfants.

En outre, des centres médicaux privés spécialisés dans le diagnostic et le traitement de la pathologie neurologique proposent également un service d'EEG pour les enfants et les adultes. Vous pouvez contacter une clinique privée multidisciplinaire, où il y a des neurologues qui prendront un EEG et déchiffreront l'enregistrement.

Un électroencéphalogramme ne doit être pratiqué qu'après une nuit de repos complète, en l'absence de situations stressantes et d'agitation psychomotrice. Deux jours avant l'enregistrement EEG, il est nécessaire d'exclure les boissons alcoolisées, les hypnotiques, les sédatifs et les anticonvulsivants, les tranquillisants et la caféine.

Électroencéphalogramme pour enfants: comment la procédure est effectuée

Faire un électroencéphalogramme chez les enfants soulève souvent des questions de la part des parents qui veulent savoir ce qui attend le bébé et comment se déroule la procédure. L'enfant est laissé dans une pièce sombre, isolée contre le son et la lumière, où il est allongé sur un canapé. Les enfants de moins de 1 an sont dans les bras de la mère pendant l'enregistrement EEG. L'ensemble de la procédure prend environ 20 minutes.

Pour enregistrer l'EEG, un capuchon est placé sur la tête du bébé, sous lequel le médecin place les électrodes. La peau sous les électrodes est mouillée avec de l'eau ou du gel. Deux électrodes inactives sont placées sur les oreilles. Ensuite, avec des pinces crocodiles, les électrodes sont connectées aux fils connectés à l'appareil - l'encéphalographe. Étant donné que les courants électriques sont très faibles, un amplificateur est toujours nécessaire, sinon l'activité cérébrale sera tout simplement impossible à enregistrer. C'est la faible force des courants qui est la clé de la sécurité absolue et de l'innocuité de l'EEG, même pour les bébés..

Pour commencer l'étude, la tête de l'enfant doit être posée à plat. L'inclinaison antérieure ne doit pas être autorisée, car cela peut provoquer des artefacts qui seront mal interprétés. Les EEG sont pris pour les nourrissons pendant le sommeil, qui survient après l'alimentation. Lavez la tête de votre bébé avant de prendre un EEG. Ne nourrissez pas le bébé avant de quitter la maison, cela se fait immédiatement avant l'étude afin que le bébé puisse manger et s'endormir - après tout, c'est à ce moment que l'EEG est pris. Pour ce faire, mélangez ou exprimez le lait maternel dans un biberon que vous utilisez à l'hôpital. Jusqu'à 3 ans, l'EEG est pris uniquement en état de sommeil. Les enfants de plus de 3 ans peuvent rester éveillés et, pour garder le bébé calme, emporter un jouet, un livre ou tout autre élément susceptible de distraire l'enfant. L'enfant doit être calme pendant qu'il prend l'EEG.

Habituellement, l'EEG est enregistré sous la forme d'une courbe de fond, ainsi que des tests avec ouverture et fermeture des yeux, hyperventilation (respiration rare et profonde), photostimulation. Ces tests font partie du protocole EEG et sont effectués pour absolument tout le monde - adultes et enfants. Parfois, ils demandent à serrer les doigts en un poing, à écouter divers sons, etc. Ouvrir les yeux permet d'évaluer l'activité des processus d'inhibition, et fermer les yeux permet d'évaluer l'activité des processus d'excitation. L'hyperventilation peut être réalisée chez les enfants après 3 ans sous forme de jeu - par exemple, demander à l'enfant de gonfler un ballon. Ces respirations et expirations rares et profondes durent 2-3 minutes. Ce test permet de diagnostiquer l'épilepsie latente, l'inflammation des structures et des membranes du cerveau, les tumeurs, les dysfonctionnements, le surmenage et le stress. La photostimulation est réalisée les yeux fermés, lorsque la lumière clignote. Le test vous permet d'évaluer le degré de retard dans le développement mental, physique, vocal et mental de l'enfant, ainsi que la présence de foyers d'activité épileptique.

Rythmes d'électroencéphalogramme

L'électroencéphalogramme doit avoir un rythme régulier d'un certain type. La régularité des rythmes est assurée par le travail de la partie du cerveau - le thalamus, qui les génère, et assure la synchronisation de l'activité et de l'activité fonctionnelle de toutes les structures du système nerveux central.

L'EEG d'une personne contient des rythmes alpha, bêta, delta et thêta, qui ont des caractéristiques différentes et reflètent certains types d'activité cérébrale.

Le rythme alpha a une fréquence de 8 à 14 Hz, reflète un état de repos et est enregistré chez une personne éveillée, mais les yeux fermés. Ce rythme est normalement régulier, l'intensité maximale est enregistrée dans l'occiput et la couronne. Le rythme alpha cesse d'être détecté lorsque des stimuli moteurs apparaissent.

Le rythme bêta a une fréquence de 13-30 Hz, mais reflète l'état d'anxiété, d'anxiété, de dépression et l'utilisation de sédatifs. Le rythme bêta est enregistré à intensité maximale sur les lobes frontaux du cerveau.

Le rythme thêta a une fréquence de 4 à 7 Hz et une amplitude de 25 à 35 μV, reflétant l'état de sommeil naturel. Ce rythme est une composante normale de l'EEG d'un adulte. Et chez les enfants, c'est ce type de rythme qui prévaut sur l'EEG.

Le rythme delta a une fréquence de 0,5 à 3 Hz, il reflète l'état de sommeil naturel. Il peut également être enregistré dans un état d'éveil dans une quantité limitée, un maximum de 15% de tous les rythmes EEG. L'amplitude du rythme delta est normalement faible - jusqu'à 40 μV. S'il y a un excès de l'amplitude au-dessus de 40 μV et que ce rythme est enregistré pendant plus de 15% du temps, il est alors qualifié de pathologique. Un tel rythme delta pathologique indique un dysfonctionnement du cerveau, et il apparaît précisément sur la zone où se développent des changements pathologiques. L'apparition d'un rythme delta dans toutes les parties du cerveau indique le développement de dommages aux structures du système nerveux central, qui sont causés par un dysfonctionnement hépatique, et proportionnellement à la gravité de l'altération de la conscience.

Résultats d'électroencéphalogramme

Le résultat d'un électroencéphalogramme est un enregistrement sur papier ou dans la mémoire de l'ordinateur. Les courbes sont enregistrées sur papier et analysées par le médecin. Le rythme des ondes sur l'EEG, la fréquence et l'amplitude sont évalués, les éléments caractéristiques sont identifiés avec fixation de leur distribution dans l'espace et le temps. Ensuite, toutes les données sont résumées et reflétées dans la conclusion et la description de l'EEG, qui est collée dans le dossier médical. La conclusion EEG est basée sur la forme des courbes, en tenant compte des symptômes cliniques présents chez la personne.

Une telle conclusion devrait refléter les principales caractéristiques de l'EEG et comprend trois parties obligatoires:
1. Description de l'activité et affiliation typique des ondes EEG (par exemple: "Un rythme alpha est enregistré au-dessus des deux hémisphères. L'amplitude moyenne est de 57 μV à gauche et de 59 μV à droite. La fréquence dominante est de 8,7 Hz. Le rythme alpha est dominant dans les dérivations occipitales").
2. Conclusion selon la description de l'EEG et son interprétation (par exemple: "Signes d'irritation du cortex et des structures médianes du cerveau. Aucune asymétrie entre les hémisphères cérébraux et l'activité paroxystique n'a été révélée").
3. Détermination de la correspondance des symptômes cliniques avec les résultats de l'EEG (par exemple: "Modifications objectives de l'activité fonctionnelle du cerveau, correspondant aux manifestations de l'épilepsie").

Décodage de l'électroencéphalogramme

Le décodage d'un électroencéphalogramme est le processus d'interprétation de celui-ci en tenant compte des symptômes cliniques du patient. Dans le processus de décodage, le rythme basal, le niveau de symétrie de l'activité électrique des neurones du cerveau des hémisphères gauche et droit, l'activité des adhérences, les modifications de l'EEG sur fond de tests fonctionnels (ouverture - fermeture des yeux, hyperventilation, photostimulation) doivent être pris en compte. Le diagnostic final est posé uniquement en tenant compte de la présence de certains signes cliniques qui dérangent le patient.

Le déchiffrement de l'électroencéphalogramme implique l'interprétation de la conclusion. Tenez compte des concepts de base que le médecin reflète dans la conclusion et de leur signification clinique (c'est-à-dire de ce dont ces paramètres ou ces paramètres peuvent parler).

Rythme alpha

Normalement, sa fréquence est de 8 à 13 Hz, l'amplitude va jusqu'à 100 μV. C'est ce rythme qui devrait prévaloir sur les deux hémisphères chez l'adulte en bonne santé. Les pathologies du rythme alpha sont les suivantes:

  • enregistrement constant du rythme alpha dans les parties frontales du cerveau;
  • asymétrie interhémisphérique supérieure à 30%;
  • violation des ondes sinusoïdales;
  • rythme paroxystique ou arqué;
  • fréquence instable;
  • amplitude inférieure à 20 μV ou supérieure à 90 μV;
  • indice de rythme inférieur à 50%.

Comme en témoignent les fréquentes violations du rythme alpha?
Une asymétrie interhémisphérique sévère peut indiquer la présence d'une tumeur cérébrale, d'un kyste, d'un accident vasculaire cérébral, d'une crise cardiaque ou d'une cicatrice sur le site d'une ancienne hémorragie.

La fréquence élevée et l'instabilité du rythme alpha indiquent des lésions cérébrales traumatiques, par exemple après une commotion cérébrale ou une lésion cérébrale traumatique.

La désorganisation du rythme alpha ou son absence complète indique une démence acquise.

Ils parlent du retard du développement psycho-moteur chez les enfants:

  • désorganisation du rythme alpha;
  • augmentation de la synchronicité et de l'amplitude;
  • déplacer le centre d'activité de l'occiput et de la couronne;
  • faible réaction d'activation courte;
  • réponse excessive à l'hyperventilation.

Une diminution de l'amplitude du rythme alpha, un déplacement du centre d'activité de l'occiput et de la couronne et une faible réaction d'activation indiquent la présence d'une psychopathologie.

La psychopathie excitable se manifeste par un ralentissement de la fréquence du rythme alpha dans le contexte d'une synchronie normale.

La psychopathie inhibitrice se manifeste par une désynchronisation de l'EEG, une basse fréquence et un indice de rythme alpha.

Synchronicité améliorée du rythme alpha dans toutes les parties du cerveau, réaction d'activation courte - le premier type de névrose.

Faible expression du rythme alpha, faibles réactions d'activation, activité paroxystique - le troisième type de névroses.

Rythme bêta

Normalement, il est le plus prononcé dans les lobes frontaux du cerveau, a une amplitude symétrique (3 à 5 μV) dans les deux hémisphères. La pathologie du rythme bêta est les signes suivants:

  • décharges paroxystiques;
  • basse fréquence, répartie sur la surface convexitale du cerveau;
  • asymétrie entre les hémisphères en amplitude (supérieure à 50%);
  • vue sinusoïdale du rythme bêta;
  • amplitude supérieure à 7 μV.

Que disent les violations du rythme bêta sur l'EEG??
La présence d'ondes bêta diffuses avec une amplitude ne dépassant pas 50-60 μV indique une commotion cérébrale.

Les fuseaux bêta indiquent une encéphalite. Plus l'inflammation cérébrale est grave, plus la fréquence, la durée et l'amplitude de ces fuseaux sont élevées. Observé chez un tiers des patients atteints d'encéphalite herpétique.

Les ondes bêta avec une fréquence de 16 à 18 Hz et une amplitude élevée (30 à 40 μV) dans les parties antérieure et centrale du cerveau sont des signes de retard du développement psychomoteur d'un enfant.

Désynchronisation de l'EEG, dans laquelle le rythme bêta prédomine dans toutes les parties du cerveau - le deuxième type de névrose.

Rythme thêta et rythme delta

Normalement, ces ondes lentes ne peuvent être enregistrées que sur l'électroencéphalogramme d'une personne endormie. À l'état de veille, ces ondes lentes n'apparaissent sur l'EEG qu'en présence de processus dystrophiques dans les tissus cérébraux, qui sont combinés à une compression, une pression élevée et une léthargie. Les ondes paroxystiques thêta et delta chez une personne éveillée sont détectées lorsque des parties profondes du cerveau sont touchées.

Chez les enfants et les adolescents de moins de 21 ans, des rythmes diffus thêta et delta, des décharges paroxystiques et une activité épileptoïde, qui sont une variante de la norme et n'indiquent pas de changements pathologiques dans les structures du cerveau, peuvent être détectés sur l'électroencéphalogramme.

Que disent les violations du rythme thêta et delta sur l'EEG??
Les ondes delta de forte amplitude indiquent la présence d'une tumeur.

Rythme thêta synchrone, ondes delta dans toutes les parties du cerveau, éclairs d'ondes thêta bilatéralement synchrones de grande amplitude, paroxysmes dans les parties centrales du cerveau - parlent de démence acquise.

La prédominance des ondes thêta et delta sur l'EEG avec une activité maximale dans la région occipitale, des éclairs d'ondes bilatérales synchrones, dont le nombre augmente avec l'hyperventilation, indique un retard dans le développement psychomoteur de l'enfant.

Indice élevé d'activité thêta dans les parties centrales du cerveau, activité thêta bilatérale synchrone avec une fréquence de 5 à 7 Hz, localisée dans les régions frontales ou temporales du cerveau - ils parlent de psychopathie.

Rythmes thêta dans les régions antérieures du cerveau comme les principaux - un type de psychopathie excitable.

Paroxysmes des ondes thêta et delta - le troisième type de névroses.

L'apparition de rythmes à haute fréquence (par exemple, bêta-1, bêta-2 et gamma) indique une irritation (irritation) des structures cérébrales. Cela peut être associé à divers troubles de la circulation cérébrale, de la pression intracrânienne, des migraines, etc..

Activité bioélectrique du cerveau (BEA)

Ce paramètre du rapport EEG est une caractéristique descriptive complexe des rythmes du cerveau. Normalement, l'activité bioélectrique du cerveau doit être rythmique, synchrone, sans foyers de paroxysmes, etc. Dans la conclusion de l'EEG, le médecin écrit généralement quels troubles de l'activité bioélectrique du cerveau ont été identifiés (par exemple, désynchronisé, etc.).

Que disent les divers troubles de l'activité bioélectrique du cerveau??
Une activité bioélectrique relativement rythmée avec des foyers d'activité paroxystique dans n'importe quelle région du cerveau indique la présence d'une certaine zone dans son tissu, où les processus d'excitation dépassent l'inhibition. Ce type d'EEG peut indiquer la présence de migraines et de maux de tête..

Des modifications diffuses de l'activité bioélectrique du cerveau peuvent être une variante normale si aucune autre anomalie n'est détectée. Ainsi, si la conclusion ne parle que de changements diffus ou modérés de l'activité bioélectrique du cerveau, sans paroxysmes, foyers d'activité pathologique, ou sans réduire le seuil d'activité épileptique, il s'agit d'une variante de la norme. Dans ce cas, le neurologue prescrira un traitement symptomatique et mettra le patient en observation. Cependant, en combinaison avec des paroxysmes ou des foyers d'activité pathologique, ils indiquent la présence d'épilepsie ou une tendance aux crises. Une activité bioélectrique cérébrale réduite peut être détectée dans la dépression.

Autres indicateurs

Le dysfonctionnement des structures médianes du cerveau est une légère altération de l'activité des neurones cérébraux, qui se trouve souvent chez les personnes en bonne santé, et indique des changements fonctionnels après un stress, etc. Cette condition ne nécessite qu'un traitement symptomatique..

L'asymétrie interhémisphérique peut être un trouble fonctionnel, c'est-à-dire qu'elle n'indique pas une pathologie. Dans ce cas, il est nécessaire de subir un examen par un neurologue et un traitement symptomatique..

La désorganisation diffuse du rythme alpha, l'activation des structures de la tige diencéphalique du cerveau sur fond de tests (hyperventilation, fermeture-ouverture des yeux, photostimulation) est la norme, si le patient ne se plaint pas.

L'accent de l'activité pathologique indique une excitabilité accrue de la zone spécifiée, ce qui indique une tendance aux convulsions ou la présence d'épilepsie.

L'irritation de diverses structures du cerveau (cortex, sections médianes, etc.) est le plus souvent associée à une circulation cérébrale altérée pour diverses raisons (par exemple, athérosclérose, traumatisme, augmentation de la pression intracrânienne, etc.).

Les paroxysmes parlent d'une augmentation de l'excitation et d'une diminution de l'inhibition, souvent accompagnées de migraines et simplement de maux de tête. De plus, une tendance à développer une épilepsie ou la présence de cette pathologie est possible si une personne a eu des crises dans le passé..

Une diminution du seuil d'activité épileptique indique une prédisposition aux crises..

Les signes suivants indiquent la présence d'une excitabilité accrue et une tendance aux convulsions:

  • changement des potentiels électriques du cerveau selon le type résiduel-irritatif;
  • synchronisation améliorée;
  • activité pathologique des structures médianes du cerveau;
  • activité paroxystique.

En général, les modifications résiduelles dans les structures du cerveau sont les conséquences de blessures de nature différente, par exemple après un traumatisme, une hypoxie, une infection virale ou bactérienne. Des changements résiduels sont présents dans tous les tissus cérébraux, ils sont donc diffus. De tels changements perturbent le passage normal de l'influx nerveux..

Une irritation du cortex cérébral le long de la surface convexiale du cerveau, une augmentation de l'activité des structures médianes au repos et lors des tests peuvent être observées après des lésions cérébrales traumatiques antérieures, avec une prédominance de l'excitation sur l'inhibition, ainsi qu'avec une pathologie organique du tissu cérébral (par exemple, tumeurs, kystes, cicatrices, etc.). etc.).

L'activité épileptiforme indique le développement de l'épilepsie et une tendance accrue aux crises.

L'augmentation du tonus des structures de synchronisation et une dysrythmie modérée ne sont pas des troubles prononcés et une pathologie du cerveau. Dans ce cas, recourir à un traitement symptomatique..

Les signes d'immaturité neurophysiologique peuvent indiquer un retard dans le développement psychomoteur de l'enfant.

Changements prononcés du type organique résiduel avec désorganisation accrue dans le contexte des tests, paroxysmes dans toutes les parties du cerveau - ces signes accompagnent généralement de graves maux de tête, une augmentation de la pression intracrânienne, un trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention chez les enfants.

La violation de l'activité ondulatoire du cerveau (apparition d'une activité bêta dans toutes les parties du cerveau, dysfonctionnement des structures médianes, ondes thêta) survient après des blessures traumatiques et peut se manifester par des étourdissements, une perte de conscience, etc..

Les changements organiques dans les structures cérébrales chez les enfants sont le résultat de maladies infectieuses, telles que le cytomégalovirus ou la toxoplasmose, ou de troubles hypoxiques survenus lors de l'accouchement. Un examen et un traitement complets sont nécessaires.

Les modifications cérébrales réglementaires sont enregistrées dans l'hypertension.

La présence de décharges actives dans toutes les parties du cerveau, qui s'intensifient pendant l'exercice, signifie qu'en réponse au stress physique, une réaction peut se développer sous forme de perte de conscience, de troubles de la vision, de l'ouïe, etc. La réponse spécifique à l'activité physique dépend de la localisation du foyer des décharges actives. Dans ce cas, l'activité physique doit être limitée à des limites raisonnables..

Lorsque des tumeurs cérébrales sont détectées:

  • l'apparition d'ondes lentes (thêta et delta);
  • violations synchrones bilatérales;
  • activité épileptoïde.

Les changements progressent à mesure que la quantité d'éducation augmente.

La désynchronisation des rythmes, l'aplatissement de la courbe EEG se développe dans les pathologies cérébrovasculaires. L'AVC s'accompagne du développement de rythmes thêta et delta. Le degré des troubles de l'électroencéphalogramme est en corrélation avec la gravité de la pathologie et le stade de son développement..

Ondes thêta et delta dans toutes les parties du cerveau, dans certaines régions, des rythmes bêta se forment lors d'un traumatisme (par exemple, commotion cérébrale, perte de conscience, ecchymose, hématome). L'émergence d'une activité épileptoïde dans le contexte d'une lésion cérébrale peut entraîner le développement d'une épilepsie à l'avenir.

Un ralentissement significatif du rythme alpha peut accompagner le parkinsonisme. La fixation des ondes thêta et delta dans les parties temporales frontales et antérieures du cerveau, qui ont un rythme, une fréquence et une amplitude différents, est possible dans la maladie d'Alzheimer et la démence post-infarctus. Ces modifications de l'EEG sont permanentes et sont appelées bradyarythmie antérieure..

Électroencéphalogramme: le prix de la procédure

Auteur: Pashkov M.K. Coordonnateur de projet de contenu.