Qu'est-ce que l'encéphalopathie périnatale: une condamnation à perpétuité ou une maladie courante traitable?

Encéphalopathie - dommages organiques ou dommages au tissu cérébral humain par divers facteurs.

La période périnatale est la période allant de 28 semaines de gestation au septième jour après la naissance. La période périnatale comprend trois parties: anténatale (de la 28e semaine de grossesse à l'accouchement), intrapartum (la période de l'accouchement proprement dite) et postnatale (de l'accouchement au septième jour de la vie).

L'encéphalopathie périnatale chez les enfants est une maladie grave et très dangereuse avec un grand nombre de conséquences, reçue par un enfant pendant la période périnatale et est une défaite de l'organe le plus important qui forme la personnalité d'une personne - le cerveau.

Pourquoi l'encéphalopathie périnatale est-elle dangereuse?

Le degré de danger d'encéphalopathie périnatale chez les nouveau-nés dépend du degré et de la gravité des lésions tissulaires cérébrales, ainsi que du type spécifique de zone touchée. Tout d'abord, une blessure grave peut perturber les fonctions physico-motrices et mentales du corps. Conséquences de l'encéphalopathie périnatale: déficience visuelle, audition, parole (si le centre de la parole est touché), activité épileptique, troubles de la mémoire et de la conscience, paralysie - complète ou partielle, faiblesse générale, étourdissements et perte de conscience fréquents, retard du développement psychomoteur, etc. j. le concept d'encéphalopathie est un terme très généralisé pour un grand nombre de troubles, dont certains peuvent même ne pas apparaître.

De nombreuses mères modernes, ayant entendu un tel diagnostic, essaient malheureusement de mettre fin à une grossesse tant attendue ou d'abandonner leurs enfants à l'hôpital, craignant d'avoir un enfant gravement handicapé ou mentalement handicapé. Mais avec la formulation fréquente d'un tel diagnostic, la plupart des enfants sont capables de mener une vie active à part entière, avec un diagnostic rapide et un traitement commencé..

N'annulez pas votre bébé et prenez le diagnostic comme une phrase. Tous les organes humains ont une régénération accrue à un âge précoce, ce qui est particulièrement prononcé chez les nourrissons, et les conséquences de l'encéphalopathie périnatale à l'âge adulte peuvent même ne pas apparaître, seuls un traitement spécial, des soins et un mode de vie correct sont nécessaires.

Conséquences dans la vie adulte

À l'âge adulte, une maladie transférée à un âge précoce peut avoir de graves conséquences résiduelles:

  • Paralysie cérébrale.
  • Épilepsie.
  • Retard mental.
  • Violation de toutes les fonctions du corps.
  • maladies neuropsychiatriques.
  • Dysfonctionnements végétatifs-viscéraux - perturbations du fonctionnement de tout organe interne en raison de signaux incorrects envoyés par le cerveau.
  • Troubles de la mémoire et de la conscience.

Mais avec des soins appropriés, vous pouvez minimiser les risques possibles:

  • Trouble d'hyperactivité de l'attention.
  • Maux de tête et acouphènes, étourdissements.
  • Faiblesse physique, fatigue et morbidité accrue.
  • Inactivité et manque d'initiative.
  • Cercle restreint d'intérêts.
  • Distraction.
  • Tendance à la dépression.

Avec des lésions minimes ou des lésions de parties pas trop vitales du cerveau et un diagnostic rapide, une guérison complète de l'encéphalopathie périnatale chez les nouveau-nés est également possible. Presque tous les enfants malades à l'âge adulte sont des citoyens assez valides qui peuvent prendre soin d'eux-mêmes.

Causes probables d'occurrence

L'encéphalopathie chez les nouveau-nés peut être causée par une grande variété de facteurs, ce qui explique sa prévalence généralisée. Le développement intra-utérin d'un enfant et de son système nerveux est un processus si fragile qu'il est extrêmement facile de l'assommer par toute influence négative. La barrière placentaire, bien sûr, est une grande force protectrice de la nature, mais, malheureusement, elle ne peut pas protéger de tout, et plus encore de la stupidité de la mère elle-même. Voici une liste partielle des causes de l'encéphalopathie périnatale chez les enfants:

  • La raison la plus courante du diagnostic est la pathologie de la grossesse, toutes sortes de blessures à la naissance subies en violation du travail ou d'une erreur médicale, des coups à l'abdomen, une surcharge thermique pendant la grossesse, etc..
  • En second lieu, l'encéphalopathie toxique chez les nouveau-nés, causée par la pénétration de toxines nocives à travers la barrière placentaire, le plus souvent d'origine alcoolique, narcotique, nicotinique ou médicamenteuse..
  • En troisième lieu, l'encéphalopathie chez les nourrissons causée par l'hypoxie fœtale pour diverses raisons.
  • Un conflit auto-immun causé par la différence des facteurs Rh dans le sang d'une mère et d'un enfant comporte le risque de cette maladie.
  • Les tentatives indépendantes infructueuses pour mettre fin à une grossesse non désirée provoquent non seulement une encéphalopathie périnatale chez les nouveau-nés, mais également de nombreuses autres anomalies graves.
  • Les maladies chroniques et les maladies infectieuses transmises par la mère pendant la grossesse peuvent être transmises à l'enfant et détruire le fragile processus de formation du fœtus. Ainsi, l'infection rubéoleuse pendant la grossesse est un facteur d'interruption médicale obligatoire à tout moment.
  • L'âge limite d'une femme ou d'un homme peut être à l'origine de la production de cellules germinales défectueuses, ce qui entraîne des troubles du développement, y compris une encéphalopathie prénatale.
  • Le jeune âge des parents, lorsque le système reproducteur des parents est sous-formé.
  • Le stress pendant la grossesse ne semble pas être un facteur de risque sérieux pour les jeunes mères, cependant, l'excès d'hormones pénètre facilement la barrière placentaire et se transmet au système nerveux du bébé. Un excès d'adrénaline et de cortisol brûle les neurones chez les adultes, et le cerveau d'un enfant non formé peut être gravement endommagé, car pendant une période de développement intensif, chaque cellule compte, à partir de laquelle l'un ou l'autre organe ou partie du cerveau et du système nerveux périphérique est finalement obtenu.
  • La prématurité du fœtus provoque une encéphalopathie du cerveau chez les nouveau-nés, exprimée dans le sous-développement de ses services. Ce syndrome peut facilement passer au cours du développement lié à l'âge ou, au contraire, persister si le développement du cerveau a été arrêté ou perturbé par certains facteurs..
  • La malnutrition maternelle est une autre raison de l'apparition de divers écarts de développement, rarement pris au sérieux. Le fait est que tous les organes et cellules d'un enfant sont formés à partir de substances reçues par le corps de la mère. Si la mère manque cruellement de substance, de vitamine ou de minéral, le mécanisme d'autodéfense du corps est activé, ce qui ne permet pas au bébé de ramasser les derniers restes. Le manque du matériau de construction nécessaire est une violation de l'ensemble du processus de construction d'un nouvel organisme, entraînant à la fois des déviations physiques, une faible qualité de l'immunité et du système musculaire, une faiblesse et un sous-développement des organes internes et des déviations dans le développement du système nerveux, y compris l'encéphalopathie du nouveau-né. Les désirs périodiques de la future maman pour la glace à trois heures du matin ou la confiture de pommes de terre ne sont pas un caprice causé par des sautes d'humeur hormonales, mais le réel besoin de l'enfant en matériaux de construction.
  • La situation écologique perturbée autour de la mère enceinte peut affecter tout un ensemble de raisons qui perturbent son cours naturel. Ici et le stress, et l'empoisonnement avec des toxines, et l'hypoxie due au dioxyde de carbone et de nombreux autres facteurs.

Un grand nombre de facteurs traumatiques entourant une mère enceinte dans le monde moderne ont conduit à la propagation du diagnostic d'encéphalopathie périnatale chez un nouveau-né. Dans la plupart des cas, ce sont des troubles mineurs qui passent par l'âge conscient ou ne provoquent pas de symptômes vifs. De nombreux nouveau-nés, sans subir d'examen spécial, ont souffert de ce syndrome inaperçu des parents et des médecins. Mais il existe également des cas opposés, lorsqu'un petit écart ne revient pas à la normale au fil du temps, mais au contraire se développe et s'aggrave avec le développement, causant un préjudice irréparable à l'enfant. Pour une détection rapide, il est nécessaire d'avoir une idée des symptômes de l'encéphalopathie chez les nouveau-nés et de consulter un médecin à temps lors de leurs premières manifestations.

Symptômes de l'encéphalopathie périnatale

Il est très difficile d'identifier les symptômes de l'encéphalopathie chez les nourrissons aux premiers stades de développement. Le fait est que de petits écarts dans les mouvements erratiques et le bâillonnement incohérent d'un nouveau-né sont invisibles à l'œil non averti et ne deviennent perceptibles qu'à l'âge de six mois, et les troubles mentaux encore plus tard - déjà dans la période consciente.

Encéphalopathie périnatale, symptômes chez les nouveau-nés:

  • Absence ou faiblesse du réflexe de succion et / ou de déglutition.
  • Anomalies du tonus musculaire du nouveau-né.
  • Réaction trop violente ou absence de réaction à divers stimuli.
  • Perturbations de sommeil. Sommeil agité. Des nuits blanches avec des pleurs constants.
  • Jets brusques et fréquents des bras et des jambes.
  • Régurgitations fréquentes.
  • Crises et crises d'épilepsie.
  • Tension artérielle élevée ou basse.

L'encéphalopathie périnatale chez les enfants plus âgés peut se manifester par:

  • Syndrome d'excitabilité.
  • Syndrome convulsif.
  • Léthargie, inactivité, apathie, absence de réflexes, suppression des fonctions vitales. Collectivement, ces symptômes sont appelés «syndrome du coma».
  • Augmentation de la pression intracrânienne causée par la conséquence d'une encéphalopathie périnatale - excès de liquide dans le cerveau (hypertensive-hydrocéphalie).
  • Paralysie cérébrale
  • Hyperactivité.
  • Fonctions motrices altérées, maladresse et imprécision accrues.
  • Dysfonctionnement végétovasculaire, provoquant à la fois des éructations persistantes, une indigestion et des troubles des selles, ainsi que divers symptômes cutanés.
  • Retard du développement physique et / ou mental.
  • Dépression.
  • Perturbations de sommeil.
  • Troubles de la parole.
  • Ambiguïté dans l'expression de vos pensées.
  • Migraines et maux de tête aigus.

Variétés

L'encéphalopathie périnatale est principalement divisée en encéphalopathie simple avec une cause établie et encéphalopathie périnatale, sans précision..

Encéphalopathie périnatale, sans précision - encéphalopathie périnatale chez les nouveau-nés, causée par des facteurs incertains (la cause de son apparition n'a pas été élucidée).

L'encéphalopathie non spécifiée est un type d'encéphalopathie plus difficile à traiter, car le traitement repose uniquement sur la minimisation des conséquences sans éliminer les causes de son apparition, ce qui peut entraîner une encéphalopathie résiduelle à un âge plus avancé..

Encéphalopathie résiduelle - manifestations résiduelles de la maladie ou de ses conséquences quelque temps après la maladie ou la lésion cérébrale.

L'encéphalopathie non spécifiée chez les enfants est dangereuse sans traitement de suivi et sans confusion des symptômes avec d'autres troubles du système nerveux de l'enfant.

Encéphalopathie néonatale non confirmée - un type de maladie dans lequel apparaissent des symptômes d'encéphalopathie qui ne sont pas causés par des lésions cérébrales.

Il existe également des sous-types d'encéphalopathie périnatale:

Posthypoxic périnatal - encéphalopathie causée par un manque d'oxygène.

  • Transitoire ou dyscirculatoire - causé par une circulation sanguine altérée dans le cerveau.
  • Hypoxique-ischémique - survenant dans le contexte d'une hypoxie, compliquée par une altération de la circulation sanguine.
  • Encéphalopathie toxique - causée par des toxines.
  • Encéphalopathie radiologique - causée par les radiations.
  • Encéphalopathie ischémique - causée par des processus destructeurs (processus de destruction) dans certains foyers de tissu cérébral.
  • Encéphalopathie de genèse mixte, le plus souvent liée à une encéphalopathie non confirmée chez les nouveau-nés.

Ce n'est pas la liste complète des sous-espèces encéphalopathiques, subdivisées selon les causes d'apparition et la zone de localisation de la maladie..

Diagnostic de l'encéphalopathie

La présence de symptômes caractéristiques de la maladie n'est pas encore une base pour un diagnostic final. Si vous suspectez une encéphalopathie, qu'il est assez facile de confondre avec d'autres maladies du système nerveux, un examen approfondi est effectué:

  • Tests généraux qui détectent les processus inflammatoires, y compris dans le cerveau, et la perturbation des systèmes du corps.
  • Imagerie par résonance magnétique.
  • L'électroneuromyographie est une méthode moderne qui vérifie la sensibilité des fibres nerveuses périphériques.
  • Électroencéphalogramme, qui détecte les signes épileptiques en enregistrant les électropotentiels du cerveau.
  • La neuronographie est une échographie du cerveau d'un enfant (échographie), qui est réalisée pour presque tous les enfants à titre préventif.

Prédictions pour les enfants qui ont eu la maladie

Dans la plupart des cas, même en l'absence de symptômes évidents d'encéphalopathie, un examen préventif automatique est effectué pour toutes les catégories de risque, auxquelles appartient désormais la majeure partie de la population mondiale..

Avec un diagnostic précoce et des lésions cérébrales pas trop avancées, l'enfant récupère le plus souvent et ne présente aucune anomalie future. De tels cas sont les plus courants, car la plasticité du corps d'un enfant en croissance est très élevée. Même les enfants ayant une déficience intellectuelle peuvent devenir des personnes indépendantes et pratiquement en bonne santé..

De plus, il existe une possibilité de petits écarts d'intensité variable, vous permettant de mener une vie plus ou moins normale:

  • Épilepsie.
  • Paralysie cérébrale.
  • Diminution de l'activité.
  • Troubles neurologiques, anomalies mentales mineures, etc., qui n'empoisonnent pas trop la vie du patient et ne dérangent pas son entourage.

Les cas graves, respectivement, entraînent des conséquences plus graves:

  • Paralysie.
  • Maladie mentale.
  • Invalidité.
  • Mortalité précoce.
  • Restrictions à l'activité de la vie (interdiction de certains produits, exécution obligatoire de toute procédure, etc.)

Les conséquences graves sont assez rares et principalement en l'absence de traitement et de soins appropriés, ce qui est le plus souvent la faute des parents menant une vie immorale (alcooliques, toxicomanes) ou dans des familles à faibles revenus ou nombreuses, où il n'y a pas assez d'argent ou de temps pour s'occuper correctement du bébé, ou une décision cruelle a été prise de les diriger vers des enfants normaux et de ne pas déranger un enfant défectueux. Avec un effort approprié, des blessures graves peuvent avoir des conséquences très modérées..

Traitement des enfants

L'auto-traitement de l'encéphalopathie périnatale chez l'enfant est hors de question.

Le traitement demande beaucoup d'efforts, il est effectué exclusivement par des médicaments et de la physiothérapie. Il est très long avec une surveillance constante du médecin traitant.

Avec des symptômes légers à modérés, les enfants malades restent sous traitement à domicile, qui consiste à prendre des médicaments, des procédures de physiothérapie et une surveillance périodique.

Les troubles graves sont traités exclusivement dans un hôpital et peuvent même nécessiter une intervention chirurgicale, par exemple avec le syndrome hydroencéphalique ou des dommages causés par diverses tumeurs, des hématomes ou la mort de zones trop grandes.

Le traitement est prescrit très différemment, en fonction du type et des causes des dommages, et se compose de plusieurs blocs interdépendants:

  • Élimination de la cause de la maladie.
  • Traiter les tissus endommagés.
  • Normalisation du système nerveux et stabilisation de ses signaux.
  • Restauration des fonctions corporelles.
  • Thérapie de rééducation générale.
  • Prévention de la résistance.

En tant que thérapie réparatrice et aide supplémentaire au traitement, ils ont souvent recours à des procédures de médecine traditionnelle, qui ne peuvent être prescrites que par un médecin. En intervenant de manière indépendante au cours du traitement, les parents peuvent causer un préjudice irréparable à leur enfant..

Prévention de la maladie chez les nouveau-nés

Le diagnostic d'encéphalopathie périnatale, bien sûr, dans la plupart des cas n'est pas une phrase, cependant, il est beaucoup plus facile d'empêcher son développement chez un bébé que d'en faire face aux conséquences toute sa vie.

Il y a des moments où la mère est impuissante à faire quoi que ce soit: un coup accidentel ou un travail interrompu, mais souvent la maladie est simplement un mauvais mode de vie ou une prédisposition génétique..

La médecine moderne a déjà découvert de nombreuses façons de tromper la nature au niveau génétique et de donner naissance à un bébé en parfaite santé à presque tout âge et avec toutes les pathologies génétiques. Il suffit de planifier correctement la grossesse et de procéder à un examen approfondi, sur la base duquel, choisissez la bonne méthode d'action.

Il est également facile de s'assurer contre les accidents en se préparant à l'avance à la grossesse et en se préparant à l'accouchement tous les 9 mois. Afin d'éviter toutes sortes de traumatismes à la naissance, vous n'avez pas besoin d'abandonner la césarienne, qui est devenue une procédure très courante et plutôt facile, s'il y a la moindre indication, et choisissez également un bon hôpital à l'avance où la naissance aura lieu..

La grossesse ne dure que 9 mois et de nombreuses femmes ne tombent enceintes qu'une ou deux fois dans leur vie. Ce n'est pas si longtemps que vous pouvez être patient et prendre soin de l'enfant, tout en vous épargnant de gros problèmes à l'avenir..

L'encéphalopathie périnatale (PEP) chez les enfants: qu'est-ce que c'est, causes, symptômes et traitement

Diagnostic "encéphalopathie périnatale" ou abbr. Dernièrement, presque un bébé sur deux a été placé sous PEP.

Les parents de termes médicaux aussi incompréhensibles mènent à l'anxiété et à la peur pour leur enfant.

Cependant, il ne faut pas paniquer. Premièrement, dans de nombreux cas, les parents du bébé n'ont pas de véritables raisons de deuil, car les médecins diagnostiquent souvent un problème similaire chez un enfant sans aucune raison. Et d'autre part, l'encéphalopathie périnatale, même dans le cas où elle est réellement confirmée symptomatiquement, n'est pas l'une des situations désespérées vouées dans sa résolution aux conséquences les plus défavorables..

Le corps de l'enfant a des capacités de guérison et de récupération exceptionnelles. L'essentiel est de créer les conditions de vie les plus confortables pour le bébé, en tenant compte des particularités de son diagnostic et d'assurer la mise en œuvre d'un traitement approprié..

Qu'est-ce que l'encéphalopathie périnatale?

Initialement, l'expression «encéphalopathie périnatale» est apparue parmi les termes médicaux en 1976. Sous forme abrégée, ce diagnostic ressemble à une abréviation - PEP.

Le DEA se développe pendant la période périnatale, c'est-à-dire du début de la 28e semaine de grossesse au 7e jour après la naissance de l'enfant (inclus).

Le diagnostic d'encéphalopathie périnatale indique des troubles du système nerveux central et est une sorte d'unité collective qui combine toute une masse d'une grande variété d'affections, syndromes, symptômes et maladies du fœtus ou du nouveau-né.

Photos

La photo ci-dessous montre des enfants atteints de PEP

Causes de la PEP

L'état de la PEP se développe à la suite de l'exposition d'un enfant à naître ou nouveau-né à tout facteur indésirable pendant la gestation, pendant l'accouchement ou dans les premiers jours après la naissance. En attendant, il n'est pas nécessaire de le savoir. »

Souvent, ces facteurs ne peuvent pas être spécifiés et identifiés avec une certitude suffisante. Mais le plus souvent, un tel facteur est un flux insuffisant d'oxygène vers les cellules, les tissus, les organes du fœtus en développement dans l'utérus, l'enfant pendant l'accouchement ou le nouveau-né. En un mot, l'hypoxie.

Pour supposer la présence d'AED, l'hypoxie permet l'évaluation d'un nouveau-né sur l'échelle d'Apgar.

Pour fixer des points sur une telle échelle, les médecins évaluent: la respiration, l'activité physique, les processus réflexes, les pleurs de bébé, la couleur de la peau, etc..

Un score faible indique la possibilité de lésions neurologiques.

Bien que même des scores élevés ne soient souvent pas des preuves fiables de l'absence de problèmes du domaine de la neurologie: DEA, hypoxie. Il arrive que les symptômes ne se trouvent que pendant la petite enfance d'un enfant.

Facteurs qui augmentent le risque de développer la maladie

Les circonstances qui augmentent la probabilité d'avoir un enfant atteint de la maladie sont les suivantes:

  • la naissance d'un enfant par une femme atteinte d'un certain nombre de maladies héréditaires et chroniques;
  • maladies de nature infectieuse chez la mère pendant la grossesse (les infections dites TOCH sont particulièrement dangereuses);
  • malnutrition inadéquate de la femme enceinte pendant la grossesse;
  • la présence de mauvaises habitudes de la mère pendant la grossesse (tabagisme, boissons alcoolisées, drogues);
  • alcoolisme, toxicomanie du père de l'enfant;
  • la naissance d'un enfant par une femme dont la grossesse était précoce;
  • la découverte fréquente d'une femme portant un enfant dans un état de stress;
  • lourdes charges de la future mère;
  • pathologie de la grossesse (toxicose, gestose, menaces de fausse couche, etc.);
  • pathologie du travail (travail rapide, travail faible);
  • accouchement par chirurgie (césarienne);
  • malposition;
  • caractéristiques anatomiques de la structure du bassin d'une femme enceinte;
  • enchevêtrement du fœtus avec le cordon ombilical;
  • la naissance d'un enfant plus tôt ou plus tard;
  • hypoxie fœtale;
  • exposition d'une femme enceinte à des facteurs environnementaux négatifs (inhalation de gaz, substances toxiques, travail nocif, surdose de médicaments, etc.).

Il convient de noter que cette liste n'est qu'approximative, car souvent le facteur qui provoque le DEA ne peut être établi..

Il arrive que des parents apparemment en bonne santé donnent naissance à un enfant présentant des troubles importants du fonctionnement du système nerveux central, bien que la grossesse se déroule en toute sécurité.

Symptômes de l'encéphalopathie périnatale à l'âge du bébé

Afin de poser un diagnostic rapide, les parents d'un nouveau-né doivent être extrêmement attentifs aux manifestations de l'enfant telles que:

  • dysfonctionnement de la succion du sein;
  • cri faible;
  • jeter la tête en arrière;
  • régurgitations abondantes et fréquentes, notamment sous la forme d'une fontaine;
  • inactivité, léthargie, manque de réponse aux sons forts inattendus;
  • gonflement des yeux lorsqu'ils sont simultanément abaissés, une bande blanche est perceptible au-dessus de l'iris - syndrome de Gref ou syndrome du soleil levant;
  • attaques soudaines de bébé qui pleure en suçant un biberon ou un sein;
  • gonflement de la fontanelle;
  • sommeil agité, difficulté à s'endormir.

Lorsque le bébé a 3 mois, la présence des manifestations suivantes deviendra alarmante:

  • raideur des mouvements, difficulté de flexion et d'extension des membres;
  • compression constante des poignées dans les cames, le desserrage nécessite un effort;
  • difficulté à tenir la tête sur le ventre;
  • tremblement du menton, des bras; tressaillement, convulsions, secousses;
  • le regard n'est pas concentré;
  • une augmentation mensuelle du tour de tête de plus de trois centimètres.

Symptômes alarmants 6 mois de vie:

  • manque d'intérêt pour le monde (jouets, personnes, environnement);
  • absence d'émotion, sans sourire;
  • monotonie des mouvements.

Symptômes alarmants de huit à neuf (8-9) mois:

  • absence totale ou partielle d'émotion;
  • manque d'intérêt pour jouer avec des adultes;
  • manque de compétences en position assise indépendante;
  • activité d'une seule main lors de la saisie.

Symptômes alarmants à la fin du douzième (12) mois de vie:

  • debout ou en marchant sur la pointe des pieds;
  • prononciation des sons sourds;
  • pleurs monotones sans émotion;
  • la principale façon de jouer est de détruire, de disperser
  • incompréhension de requêtes et de phrases simples.

Symptômes alarmants à l'âge de 3 ans:

  • violation de la démarche;
  • manque de bonne coordination des mouvements;
  • manque de compétences sociales et domestiques (s'habiller, boutonner, nouer, marcher sur le pot, utiliser une tasse, une cuillère, etc.).

Périodes de développement du DAE

Il y a trois périodes de développement de la maladie:

  • aiguë (pendant les 30 premiers jours de la vie);
  • période de récupération (du deuxième mois de vie à un an - pour les enfants nés à temps et du deuxième mois de vie à deux ans - pour les enfants nés plus tôt);
  • la période où les résultats sont jugés, voici plusieurs options pour le résultat:
    • récupération;
    • retard de développement;
    • troubles végétatifs-viscéraux (dysfonctionnement de tout organe interne);
    • dysfonctionnement cérébral (en conséquence - activité excessive, problèmes de concentration et de persévérance);
    • épilepsie;
    • réactions névrotiques;
    • hydrocéphalie du cerveau;
    • Paralysie cérébrale (paralysie cérébrale infantile).

Méthodes de diagnostic

  • Neuronographie. Fournit la capacité d'étudier la structure interne du cerveau, l'état des tissus, d'identifier divers néoplasmes ou excès de liquide céphalo-rachidien.
  • Électroencéphalogramme. Permet d'obtenir des données sur l'activité fonctionnelle du cerveau, la présence de formations pathologiques ou de dysfonctionnements.
  • Électroneuromyographie. Permet de vérifier la présence de maladies neuromusculaires.
  • Échographie Doppler. Vous permet d'évaluer les caractéristiques de la circulation sanguine dans les vaisseaux du cerveau.

Des méthodes d'examen telles que la tomodensitométrie et l'imagerie par résonance magnétique sont rarement utilisées en neurologie pédiatrique. Un examen par un ophtalmologiste aidera indirectement à juger de la présence de la maladie.

Conséquences tardives de la maladie

Les conséquences du DEA peuvent se manifester beaucoup plus tard que dans la petite enfance. Ainsi, les enfants d'âge préscolaire qui n'ont pas déjà reçu un diagnostic correct de DEA ou qui n'ont pas été traités:

  • souffrez de retard d'élocution, de bégaiement;
  • hyperactivité (TDAH);
  • léthargie;
  • excitabilité accrue;
  • irritabilité;
  • insomnie;
  • accès de rage, d'agression et d'hystérie.

Pendant les années scolaires, ces enfants peuvent avoir:

  • douleur dans la tête;
  • violations de l'écriture, de la lecture, de la concentration;
  • fatiguabilité rapide;
  • agitation;
  • faible niveau de développement de la pensée, de la mémoire et, par conséquent, de mauvais résultats scolaires.

Traitement

Dans la période d'évolution aiguë de la maladie, le traitement hospitalier est indiqué pour les nouveau-nés présentant des pathologies de gravité élevée ou modérée, pour les nouveau-nés présentant une évolution légère de la maladie, un traitement à domicile est indiqué.

L'attitude psychologique des adultes entourant le bébé est d'une grande importance dans le traitement du DAE..

Une ambiance exceptionnellement conviviale, pleine d'amour et de soins pour le bébé, devrait triompher dans la maison. Ceci est extrêmement important pour un nourrisson présentant des symptômes de PEP. Souvent utilisé comme méthode de traitement:

  • procédures de physiothérapie;
  • massages;
  • bains au sel de mer ou infusions et décoctions médicinales (aiguilles, origan, ficelle, camomille, avoine).

Les médecins recommandent de prendre des herbes et des médicaments ("Novo-Passit", "Elkar", "Glycine") avec un effet sédatif, des vitamines, des sirops fortifiants. Les médicaments qui activent la circulation cérébrale sont également populaires parmi les médecins:

  • "Acide hopanténique"
  • "Piracetam"
  • «Vinpocétine»
  • "Actovegin"
  • «Pyritinol».

Le traitement homéopathique et ostéopathique se caractérise par un grand effet.

Avec le syndrome d'augmentation de la pression intracrânienne, des médicaments à effet diurétique sont utilisés («acétazolamide» avec «asparkam»), il est recommandé de lever légèrement la tête du bébé lorsqu'il se couche (mettre un oreiller orthopédique spécial, mettre quelque chose sous le matelas).

Les anticonvulsivants sont utilisés pour les symptômes de l'épilepsie. Les formes sévères de l'évolution de la maladie nécessitent une intervention chirurgicale.

Pronostic de rétablissement

Ainsi, la fixation du diagnostic en question n'est pas un verdict; avec un diagnostic et un traitement précoces, le pronostic est assez favorable..

Dans de nombreux cas, une récupération complète est obtenue. Cependant, il faut se rappeler que même après la disparition des symptômes de la maladie, vous devez rester vigilant en visitant régulièrement un neurologue.

Que signifie le diagnostic d'encéphalopathie périnatale chez un enfant??

La naissance d'un bébé est un événement important et émouvant dans la vie de chaque famille. Mais la naissance d'un enfant ne se passe pas toujours sans heurts et la pathologie de la grossesse et de l'accouchement ne peut pas être qualifiée de situation rare. Le diagnostic d'encéphalopathie périnatale (PEP) posé au bébé à la maternité soulève de nombreuses questions de la part des mères et des pères.

Les parents confrontés à cette situation doivent comprendre ce que signifie ce terme médical et ses conséquences sur la vie et le développement du bébé. Les futurs mamans et papas doivent savoir comment prévenir les maladies et réduire le risque de développer des complications désagréables pour le bébé..

À propos de la maladie

Le nom de cette maladie combine plusieurs nosologies. L'encéphalopathie est un concept collectif indiquant des lésions cérébrales, une altération de sa fonction. Et le terme désigné «périnatal» parle de la période de la vie du bébé où ces changements se sont produits. Il s'avère que le facteur défavorable a affecté le corps de l'enfant dans l'intervalle commençant à partir de la 22e semaine de la vie intra-utérine du bébé ou pendant le travail, dans la première semaine de la vie du bébé..

C'est cette période qui se distingue par l'effet multifactoriel sur l'état du bébé. Il existe une combinaison de caractéristiques de l'évolution de la grossesse, de troubles de la santé maternelle, de problèmes lors de l'accouchement, qui affectent la santé du bébé. Les statistiques indiquent une incidence élevée de la maladie chez les nouveau-nés. Environ 5% des enfants reçoivent un diagnostic de DAE et reçoivent un traitement approprié.

À propos des raisons

Le corps de l'enfant a ses propres caractéristiques et les facteurs défavorables affectant l'organisme en développement peuvent causer des dommages importants à la santé du bébé.

La prédominance du principal facteur d'influence a constitué la base de la systématisation de la maladie.

Classification PEP

Encéphalopathie posthypoxique

Ce type de DAE est associé à un apport insuffisant en oxygène pendant la gestation ou au développement d'une privation aiguë d'oxygène - asphyxie. L'hypoxie intra-utérine entraîne un ralentissement de la croissance des capillaires cérébraux, une augmentation de leur perméabilité et de leur vulnérabilité. En raison d'un manque d'oxygène important, des troubles métaboliques se produisent - acidose, œdème cérébral et mort des cellules nerveuses.

Post-traumatique

Ce type de maladie est causé par une blessure subie lors de l'accouchement. Une mauvaise position du fœtus et une insertion de la tête, un travail prolongé ou rapide, provoquent le développement de blessures, d'hémorragies dans le cerveau et ses membranes.

Infectieux

En cas de maladie infectieuse chez une femme ou d'exacerbation d'un processus chronique, des agents pathogènes peuvent pénétrer dans le placenta et affecter le fœtus. De nombreuses infections sont caractérisées par la formation d'infections latentes et latentes, lorsque la maladie peut être «déguisée» en encéphalopathie hypoxique ou traumatique.

Encéphalopathie métabolique toxique

Ce type de pathologie est associé à l'exposition du fœtus ou du nouveau-né à des substances nocives: nicotine, alcool, drogues, toxines de virus et de bactéries, médicaments. Avec des troubles métaboliques, de la bilirubine, une encéphalopathie diabétique et d'autres peuvent survenir.

Facteurs de risque

Après avoir analysé le cours de la grossesse et de l'accouchement chez une femme, vous pouvez prédire les problèmes de santé possibles chez l'enfant à naître, sélectionner les enfants à risque de survenue de cette maladie.

  • maladies de la femme enceinte.

Les maladies apparues lors du portage d'un bébé ou l'exacerbation de maladies chroniques (hypertension artérielle, maladies cardiaques et rénales, asthme bronchique) sans traitement approprié peuvent entraîner des pathologies chez l'enfant. Une attention particulière doit être portée au traitement du diabète sucré lors du portage d'un bébé, une augmentation du taux de sucre affecte négativement le développement du fœtus.

  • pathologie de la grossesse.

La gestose, les menaces d'interruption de grossesse ou de naissance prématurée, la pathologie du placenta affectent négativement le développement du fœtus. Les maladies hémolytiques et les infections qui se sont développées in utero peuvent également conduire à une encéphalopathie périnatale..

  • problèmes rencontrés lors de l'accouchement.

Le processus de naissance est un facteur important affectant la santé du bébé à l'avenir. Un accouchement trop long ou, au contraire, rapide augmente le risque de traumatisme pour l'enfant et de complications hypoxiques. Le bébé peut souffrir d'une forte privation d'oxygène, dans les cas où il y avait une pathologie du cordon ombilical (nœuds et enchevêtrement serré, longueur insuffisante du cordon ombilical), le placenta exfolié prématurément.

  • effets toxiques sur le fœtus.

On a beaucoup parlé des dangers de l'alcool, de la nicotine et de la toxicomanie pour le fœtus, mais même maintenant, les effets toxiques de ces substances sur l'organisme en développement sont fréquents. Aussi, les risques professionnels, l'environnement écologique dans lequel se trouve la femme enceinte sont défavorables à la santé des miettes.

Indépendante, sans avis médical, la prise de médicaments par une femme enceinte affecte négativement la santé du bébé. Certains médicaments affectent la croissance et le développement du fœtus, peuvent provoquer des malformations.

Comment la PEP se manifeste?

Le néonatologiste découvre les premiers signes du développement de la maladie même en salle d'accouchement. Contrairement aux bébés en bonne santé, ces bébés naissent avec des complications, commencent à crier tard et ont besoin d'aide. Le médecin évalue le bébé sur l'échelle d'Apgar, à l'avenir, les données obtenues sont prises en compte lors du diagnostic de PEP. La maladie dure longtemps, les manifestations peuvent se développer progressivement, par conséquent, les experts divisent l'évolution de la maladie en périodes.

Périodes PEP

  • aiguë, pouvant durer jusqu'à 1 mois;
  • réparatrice, qui dure jusqu'à 12 mois d'un bébé né à terme, chez les bébés prématurés, cet intervalle est prolongé à 24 mois;
  • Exode.

La gravité du DAE et les symptômes de la maladie dans la période aiguë

  • facile.

Si l'effet du facteur dommageable était modéré et que l'état de l'enfant n'était pas significativement altéré (le score d'Apgar est généralement de 6 à 7 points), le syndrome d'augmentation de l'excitabilité neuro-réflexe apparaît. Les enfants atteints de cette forme de la maladie sont caractérisés par une anxiété prononcée, leur sommeil est superficiel, intermittent et les périodes d'éveil sont allongées. Le bébé pleure longtemps sans raison, la mère ne peut pas calmer le bébé en ramassant.

Lors de l'examen des miettes, le médecin prête attention à l'augmentation de l'activité motrice, à la revitalisation des réflexes congénitaux et à une violation du tonus musculaire. Souvent, ces bébés ont des tremblements, des secousses du menton et des membres en pleurant.

  • forme modérée de la maladie.

Dans le cas où l'état du bébé était considéré comme modéré (score d'Apgar 4 à 6 points), le bébé a un syndrome de dépression du système nerveux, qui s'accompagne d'une augmentation de la pression intracrânienne. Les enfants atteints de cette forme de maladie diffèrent de leurs pairs par la léthargie, la faiblesse musculaire..

En relation avec l'affaiblissement des réflexes du nouveau-né, des violations se produisent lors des actes de succion et de déglutition - le bébé refuse de téter. Le syndrome hypertensif-hydrocéphalique se manifeste par un renflement de la grande fontanelle, une augmentation du taux de croissance de la tête, des réflexes pathologiques;

  • évolution sévère de la maladie.

Avec une détérioration significative de l'état des miettes (score d'Apgar 1 à 4 points), des signes de lésions graves du système nerveux apparaissent - un coma. Le tonus musculaire du nourrisson est fortement réduit, le bébé ne répond pas aux stimuli, les réflexes congénitaux ne sont pratiquement pas détectés. La respiration peut être irrégulière et des interruptions peuvent survenir. La pression artérielle a tendance à diminuer et l'activité du cœur devient arythmique.

Le bébé présente des symptômes oculaires pathologiques, des convulsions peuvent apparaître, qui, en raison de la diminution du tonus, sont parfois masquées par des mouvements spontanés de l'enfant.

Manifestations de la maladie pendant la période de récupération

Après un mois de vie du bébé, les manifestations cliniques de la maladie changent également, mais dans la plupart des cas, il existe une combinaison de syndromes:

  1. Excitabilité neuro-réflexe accrue.

Les manifestations d'anxiété, avec un traitement approprié et une évolution bénigne de la maladie, deviennent moins prononcées avec le temps, jusqu'à la disparition. Dans certains cas, en particulier chez les bébés prématurés, la clinique d'excitabilité accrue se transforme en manifestations épileptiques.

Syndrome hypertensif-hydrocéphalique

La dynamique de ce trouble chez les enfants peut différer. Dans une évolution bénigne, les manifestations d'augmentation de la pression intracrânienne disparaissent en premier et le taux de croissance du tour de tête est normalisé vers l'âge de 6 mois à un an. Si les mesures thérapeutiques pendant cette période étaient inefficaces, le bébé développe une hydrocéphalie.

Dysfonction végéto-viscérale

Dans le contexte de la manifestation d'autres syndromes, l'enfant présente souvent des symptômes du système nerveux autonome. Les mères de ces bébés viennent chez le médecin pour se plaindre de régurgitations fréquentes, d'un faible gain de poids et d'une perturbation du système digestif. Lors de l'examen d'un enfant, le médecin peut remarquer des troubles de la thermorégulation, un changement de couleur de la peau: cyanose des mains et des pieds, le triangle nasolabial.

Syndrome de trouble du mouvement

Les manifestations de ce syndrome sont associées à une augmentation ou une diminution du tonus des muscles du bébé et peuvent se manifester à la fois isolément et accompagner d'autres manifestations pathologiques du DAE. Les miettes ont souvent un retard dans le développement physique, une maîtrise tardive de la motricité.

Développement psychomoteur retardé

Les enfants qui ont subi une hypoxie sont souvent à la traîne dans le développement psychomoteur. Ils se caractérisent par la préservation à long terme des réflexes innés et un ralentissement du rythme de maîtrise de nouvelles compétences. Les bébés ayant un retard de développement commencent plus tard à fixer leur regard, à réagir à la voix de la mère et à s'intéresser aux jouets.

Syndrome épileptique

Elle se caractérise par l'apparition de convulsions associées à une activité bioélectrique accrue dans le cerveau et peut survenir à tout âge. Les bébés prématurés sont plus à risque de développer un syndrome épileptique en raison de l'immaturité des structures cérébrales.

Diagnostic de la PEP

Prendre l'anamnèse et examiner le bébé

Lors du diagnostic, le médecin prend en compte les particularités de l'évolution de la grossesse et de l'accouchement, l'influence des facteurs indésirables sur le fœtus. Le bien-être du bébé après la naissance et dans les premiers jours de la vie est également important, évalué sur l'échelle d'Apgar. L'examen des miettes révèle des syndromes caractéristiques de la PEP, des modifications du système nerveux.

Conseil d'Expert

Les enfants suspectés de PEP doivent consulter un ophtalmologiste pour examiner l'état du fond d'œil. Un neuropathologiste aidera à évaluer la gravité des changements pathologiques dans le cerveau, prescrira l'examen et le traitement nécessaires.

Diagnostic de laboratoire

Les analyses biochimiques aideront à établir la nature hypoxique de la maladie, à déterminer la composition acido-basique et gazeuse du sang. Souvent, les bébés sont examinés pour les niveaux de glucose et d'électrolyte. Si une cause infectieuse de pathologie cérébrale ou d'hémorragie traumatique sous ses membranes est suspectée, une ponction lombaire et une analyse du liquide céphalo-rachidien résultant sont possibles.

Méthodes de recherche instrumentale:

  • neurosonographie.

Pour clarifier le diagnostic, le médecin peut recommander un examen échographique des structures cérébrales à travers la fontanelle du bébé. Cette méthode est absolument indolore et sûre et aide à détecter les signes d'hypoxie, d'œdème, d'hémorragie, d'expansion des ventricules du cerveau et d'autres changements;

  • électroencéphalographie.

Grâce à cette méthode, il est possible de déterminer les zones d'activité épileptique, d'identifier les enfants sujets au développement du syndrome convulsif;

  • Tomodensitométrie.

Avec l'aide de cette méthode, des pathologies structurelles, des modifications du tissu cérébral sont détectées. La tomodensitométrie est utilisée pour clarifier le diagnostic lorsque d'autres études sont inefficaces.

Traitement de l'encéphalopathie périnatale chez l'enfant

Le traitement des enfants atteints de DEA diffère selon la période de la maladie. Tout d'abord, le traitement vise à maintenir les organes vitaux, à lutter contre les troubles respiratoires. Ces bébés reçoivent souvent une oxygénothérapie et une alimentation par sonde est prescrite..

La thérapie par perfusion est effectuée en tenant compte des besoins, du poids corporel de l'enfant, des solutions de glucose-électrolyte sont injectées par voie intraveineuse. On utilise des médicaments qui réduisent la perméabilité vasculaire (canavit, étamsylate), des anticonvulsivants (phénobarbital, diazépam), des médicaments hormonaux (prednisolone, dexaméthasone), des médicaments qui améliorent la circulation sanguine dans le cerveau (piracétam, cortexine, vinpocétine).

Après avoir arrêté les manifestations aiguës de la maladie, la tâche du médecin est de restaurer la fonction cérébrale. Les bébés atteints de DEA sont inscrits auprès d'un neurologue qui prescrit des cours de traitement médicamenteux et de physiothérapie. Parmi les médicaments, le spécialiste recommande le plus souvent l'utilisation de médicaments qui améliorent les processus métaboliques dans le cerveau - les nootropes, avec une excitabilité accrue, des sédatifs sont prescrits et si le syndrome convulsif persiste, des anticonvulsivants.

De bons résultats dans le traitement des enfants atteints de DAE sont fournis par le massage, la physiothérapie (électrophorèse, thérapie par amplipulse), la natation, les exercices de physiothérapie. Avec un retard de développement et des troubles de la parole, des cours avec un orthophoniste et un psychologue sont recommandés.

Prévention de la maladie

Pour réduire le risque de problèmes pour un enfant, les futurs parents devraient être responsables lors de la planification d'une grossesse. Vous devez accorder suffisamment d'attention au maintien d'un mode de vie sain, d'une alimentation adéquate et de promenades régulières dans les airs. Une femme enceinte doit traiter les maladies chroniques avant même de concevoir un bébé et, pendant la grossesse, éviter tout contact avec des patientes infectieuses.

N'oubliez pas l'importance de l'examen pendant la grossesse. Un examen régulier à la clinique prénatale aidera à identifier les conditions pathologiques pouvant affecter le développement de l'enfant et à agir à temps. La gestion correcte de l'accouchement, la détermination en temps opportun des complications possibles du travail, le choix de la méthode d'accouchement sont d'une grande importance. Après la naissance des miettes, un examen par un pédiatre et une évaluation du bien-être de l'enfant sont nécessaires.

conclusions

Le DEA est une pathologie assez courante. Il survient comme une complication de l'évolution pathologique de la grossesse et de l'accouchement. Les manifestations de la maladie sont caractérisées par une variété de symptômes et nécessitent une thérapie immédiate et rationnelle. Un traitement adéquat commencé à temps contribuera à minimiser le risque de conséquences dangereuses pour la santé et le développement de l'enfant..

Les parents doivent connaître les causes qui peuvent conduire au développement de la maladie chez un enfant et essayer de les prévenir. Si le diagnostic d'AED est exposé à un nouveau-né, les mamans et les papas doivent prendre cette maladie au sérieux et suivre toutes les prescriptions du médecin, subir régulièrement un traitement prescrit par un neurologue. Après tout, le bon traitement commencé à temps réduit considérablement le risque de conséquences désagréables pour la santé du bébé.

Qu'est-ce que l'encéphalopathie: symptômes chez les nouveau-nés et les enfants de moins d'un an, méthodes de traitement et pronostic de guérison

Tous les parents, après la naissance d'un bébé, n'ont pas le temps de vivre la joie de la maternité et de la paternité. Pour certains, ce sentiment est éclipsé par un terrible diagnostic - l'encéphalopathie. Il réunit tout un groupe de maladies de gravité variable, accompagnées de troubles cérébraux. De plus en plus, il est difficile de diagnostiquer chez les nouveau-nés en raison des symptômes bénins. En cas de retard de traitement, l'encéphalopathie chez l'enfant entraîne une épilepsie et une paralysie. C'est pourquoi il est important de savoir ce qu'est cette pathologie et à quels signes il faut faire attention..

L'encéphalopathie est une terrible lésion cérébrale, qu'il est important de diagnostiquer en temps opportun et de commencer le traitement correctement

Qu'est-ce que l'encéphalopathie?

L'encéphalopathie est une lésion organique non inflammatoire des neurones du cerveau, dans laquelle, sous l'influence de facteurs pathogènes, se produisent des changements dystrophiques entraînant une perturbation du cerveau. L'élan pour le développement de cette maladie est une carence chronique en oxygène causée par des causes traumatiques, toxiques et infectieuses. La privation d'oxygène des tissus cérébraux perturbe les processus métaboliques naturels en eux. En conséquence, la mort complète des neurones déclenche l'arrêt des zones endommagées du cerveau..

Parmi les causes les plus courantes d'encéphalopathie, les médecins appellent:

  • infections prénatales et intranatales (virales, bactériennes, parasitaires et fongiques);
  • lésions traumatiques du fœtus pendant le travail et l'accouchement;
  • maladie maternelle chronique et consommation de drogues à long terme pendant la grossesse.

Classification de la maladie

En règle générale, l'encéphalopathie est une maladie lente, mais dans certains cas, par exemple, avec une insuffisance rénale et hépatique sévère, elle se développe rapidement et de manière inattendue.

Actuellement, les médecins divisent tous les types d'encéphalopathies en 2 grands groupes, chacun d'eux étant subdivisé en sous-espèces:

  • Congénital. Elle survient généralement avec une évolution défavorable de la grossesse, des anomalies dans le développement du cerveau chez le fœtus, des troubles génétiques des processus métaboliques.
  • Acquis. Il survient à tout âge, mais est plus fréquent chez les adultes. Il se caractérise par l'effet de facteurs pathogènes sur le cerveau au cours de la vie d'une personne.

Variétés

L'encéphalopathie chez les enfants est une maladie multiétiologique, mais dans tous les cas, elle présente les mêmes changements morphologiques dans le cerveau. Il s'agit de la destruction et de la réduction du nombre de neurones pleinement fonctionnels, des foyers de nécrose, des lésions des fibres nerveuses du système nerveux central ou périphérique, de l'œdème des méninges, de la présence de sites d'hémorragie dans la substance cérébrale.

Le tableau ci-dessous présente les principaux types de cette pathologie..

Types d'encéphalopathieÉtiologie de l'occurrenceManifestations cliniques
Hypoxique-ischémique (encéphalopathie périnatale chez les nouveau-nés)L'impact des facteurs dommageables sur le fœtus en période périnatale (à partir de 28 semaines de gestation) et postnatale (jusqu'à 10 jours de vie).Hyperexcitabilité, mauvais sommeil, régurgitations fréquentes, altération de la thermorégulation, inclinaison de la tête, tonus pathologique.
BilirubineIctère pathologique, maladie hémolytique, hémorragie sous-cutanée.Apathie, mauvais réflexe de succion, respiration retardée peu fréquente, augmentation de la tension des muscles extenseurs.
ÉpileptiquePathologies cérébrales.Crises épileptiques, troubles mentaux, troubles de la parole, retard mental.
Résiduel (non spécifié)Infections bactériennes et virales, traumatismes intrapartum, céphalohématomes.Dysfonctionnements neurologiques et cognitifs, maux de tête, hydrocéphalie, retard du développement psychomoteur.
VasculairePathologies vasculaires (athérosclérose cérébrale, hypertension artérielle).Dépression, sautes d'humeur, maux de tête, troubles du sommeil, mauvaise mémoire, fatigue, douleurs d'origine inconnue dans divers organes.
ToxiqueEffets systématiques sur le corps des substances neurotropes et toxiques.Troubles mentaux, végétatifs-vasculaires, moteurs, thermorégulateurs; parkinsonisme; syndrome épileptique.
Post-traumatiqueLésions cérébrales traumatiques et fractures.Maux de tête, étourdissements, troubles du sommeil, diminution de l'attention et de la concentration, parésie, troubles vestibulaires.

La gravité de la maladie

La gravité de la manifestation des symptômes d'encéphalopathie chez chaque patient dépend du stade de la maladie. Les médecins distinguent 3 degrés de gravité de la maladie:

  1. Facile (d'abord). Elle se caractérise par une absence presque complète de symptômes qui s'aggravent après un effort excessif ou un stress. Les changements mineurs dans les tissus cérébraux ne sont enregistrés qu'à l'aide de méthodes de diagnostic instrumentales. Il répond bien au traitement dans la première année de la vie d'un enfant en suivant les recommandations médicales.
  2. Moyenne (seconde). Les symptômes sont légers et peuvent être temporaires et temporaires. Il y a violation de certains réflexes et coordination des mouvements. Dans les études sur le cerveau, des foyers d'hémorragie sont révélés.
  3. Sévère (troisième). De fortes violations des fonctions motrices et respiratoires sont observées. Les troubles neurologiques graves altèrent gravement la qualité de vie du patient, entraînant souvent une invalidité. À ce stade, la démence se développe, une personne ne peut pas se servir dans la vie de tous les jours.

Syndromes associés

Chaque type d'encéphalopathie chez un enfant est caractérisé par la présence de syndromes qui indiquent un dysfonctionnement neurologique.

Les plus courants sont:

  • Syndrome hypertensif-hydrocéphalique. Elle est causée par une augmentation de la pression intracrânienne et une accumulation excessive de liquide céphalo-rachidien dans le système ventriculaire du cerveau. Parmi les signes du syndrome chez le nourrisson, on note une augmentation rapide du tour de tête (de 1 cm par mois), une ouverture de la suture sagittale, une tension et un bombement de la fontanelle, des réflexes congénitaux légers, un strabisme et le symptôme de Graefe (une bande blanche entre la pupille et la paupière supérieure chez un enfant) (pour plus de détails, voir l'article : tableau avec les dimensions du tour de tête chez les enfants - filles et garçons).
  • Syndrome des troubles du mouvement. Il se manifeste par un tonus musculaire pathologique - hypertonicité, hypotension ou dystonie musculaire. Dans le même temps, il est difficile pour un nouveau-né de prendre des postures physiologiques et, à mesure que l'enfant grandit, il y a un retard dans le développement physique et mental. Les parents doivent faire attention au cri ou au cri trop monotone du bébé, à ses réactions tardives aux stimuli lumineux, visuels et sonores, et à la première apparition d'une réaction pathologique, montrer l'enfant au médecin.
  • Syndrome d'hyperexcitabilité. Cela implique une réaction nerveuse accrue à tout stimuli: toucher, son, changement de position du corps. Une hypertonicité et des tremblements des membres et du menton sont souvent observés. Les pleurs d'un bébé ressemblent à un cri et sont accompagnés d'un rejet de la tête. Il crache souvent et abondamment (près d'une fontaine), tandis que la prise de poids est lente. Le sommeil et l'éveil sont altérés.
  • Syndrome convulsif. C'est une réaction pathologique du corps à des stimuli externes et internes et se manifeste par des contractions musculaires involontaires de caractère local (local) et généralisé (couvrant tout le corps). Les crises peuvent être accompagnées de vomissements, de mousse dans la bouche, de régurgitation, de détresse respiratoire et de cyanose.
  • Syndrome de coma. Chez les nouveau-nés, il résulte de traumatismes à la naissance, de lésions infectieuses, de troubles métaboliques et de troubles respiratoires fonctionnels. Il s'exprime dans l'oppression de trois fonctions vitales - la conscience, la sensibilité et l'activité motrice. Avec lui, il y a un manque de réflexe de succion et de déglutition chez les enfants.
  • Syndrome de troubles végétatifs-viscéraux. Manifesté par des modifications pathologiques des systèmes cardiovasculaire et respiratoire, des troubles du tractus gastro-intestinal, une couleur ou une pâleur anormale de la peau, une thermorégulation altérée.
  • Trouble d'hyperactivité avec déficit de l'attention. Il s'agit d'un trouble du développement neurocomportemental dans lequel les enfants ont des difficultés à se concentrer et à recevoir des informations. L'enfant est trop impulsif et ne supporte pas bien ses émotions.

Méthodes de diagnostic

Pour les enfants plus âgés, des tests spéciaux sont également proposés pour aider à évaluer la mémoire, l'attention et la santé mentale. Aujourd'hui, les méthodes de recherche modernes suivantes sont utilisées:

  • Neuronographie. Il est prescrit aux enfants de la naissance à la prolifération de la grande fontanelle (voir aussi: comment la fontanelle prolifère-t-elle chez les enfants?). À l'aide d'un capteur à ultrasons spécial, les structures cérébrales sont examinées et leurs pathologies sont identifiées: syndromes hypertensifs et hydrocéphaliques, lésions hypoxiques-ischémiques, kystes et hématomes, inflammation des méninges.
  • Échographie Doppler. Vous permet d'évaluer l'état des vaisseaux cérébraux et détecte une violation de la vitesse du flux sanguin, une pathologie et un anévrisme des vaisseaux alimentant le cerveau, un blocage ou un rétrécissement des artères.
  • Électroencéphalographie. Enregistre l'activité électrique du cerveau, permettant de tirer des conclusions sur les processus inflammatoires, les tumeurs, les pathologies vasculaires dans le cerveau, les foyers épileptiques.
  • Rhéoencéphalographie. C'est la méthode la plus simple pour étudier et évaluer les parois vasculaires et les vaisseaux sanguins du cerveau. Révèle les troubles de la circulation sanguine et l'hypertonicité des vaisseaux sanguins.
  • Test sanguin. Vous permet de déterminer la présence de leucocytose, indiquant des processus inflammatoires dans le corps, et le niveau de bilirubine, qui est important dans le développement de l'encéphalopathie à bilirubine.

Traitement de l'encéphalopathie chez les enfants

L'encéphalopathie est un diagnostic sérieux qui nécessite une attention médicale immédiate. L'automédication dans ce cas est non seulement inappropriée, mais peut également entraîner des conséquences irréversibles. Seul un spécialiste sélectionnera un tel traitement individuel - à domicile ou en milieu hospitalier - en fonction de l'âge, des données anthropométriques de l'enfant, de la gravité de la pathologie et de la gravité de ses symptômes, qui n'inhibera pas un certain nombre de fonctions cérébrales importantes.

Médicament

Le traitement médicamenteux repose sur la prise des principaux groupes de médicaments suivants:

  • Nootropiques ou stimulants neurométaboliques. Ils activent le travail des cellules nerveuses et améliorent la circulation sanguine. Ceux-ci incluent: Piracetam, Vinpocetine, Pantogam, Phenotropil, Actovegin, Cerebrolysin (nous vous recommandons de lire: instructions d'utilisation du sirop Pantogam pour les enfants).
  • Vasodilatateurs ou vasodilatateurs. Développez la lumière des vaisseaux sanguins, normalisant le flux sanguin. Parmi eux se trouvent la papavérine et la vinpocétine..
  • Psycholeptiques ou sédatifs. Destiné à supprimer l'excitabilité accrue. Ceux-ci incluent Citral, Valerianachel, Elenium.
  • Analgésiques ou analgésiques. Le but de leur utilisation est de soulager une douleur intense. C'est l'aspirine, l'ibuprofène.
  • Anticonvulsivants ou antiépileptiques. Ils visent à réduire l'activité épileptique et à arrêter les convulsions de toute genèse. Parmi eux se trouvent Valparin, Phénobarbital.

En plus de ces médicaments, le médecin peut prescrire la prise d'antispasmodiques et de myorelaxants d'action centrale. Les procédures de physiothérapie - électrophorèse, thérapie par amplipulse - ont fait leurs preuves dans le cadre d'un traitement hospitalier. Pour l'encéphalopathie à bilirubine, un traitement par photothérapie est approprié.

Recommandations

Pour lutter efficacement contre les conséquences de l'encéphalopathie périnatale ou acquise, les médicaments seuls ne suffisent pas. Les parents doivent être patients et mettre de l'énergie dans le rétablissement physique et mental de leur enfant. Pour ce faire, vous devez établir un mode d'éveil et de repos pour le bébé, fournir à son alimentation des aliments riches en vitamine B, effectuer régulièrement des séances de physiothérapie et de massage..

Au fur et à mesure que l'enfant grandit, si nécessaire, il est recommandé d'impliquer des enseignants correctionnels - orthophonistes, défectologues. Ils apportent une aide à l'adaptation sociale, à la formation d'une motivation positive et élaborent un plan de développement en utilisant les méthodes, moyens et techniques nécessaires qui tiennent compte de l'âge, des caractéristiques individuelles et psychologiques du bébé..

Conséquences pour l'enfant

Les conséquences de l'encéphalopathie sont graves. Il s'agit d'un retard de la parole, du développement mental et physique, d'un dysfonctionnement cérébral, exprimé par un manque d'attention et de mémorisation, d'épilepsie, d'hydrocéphalie, de paralysie cérébrale (nous recommandons de lire: quels symptômes l'épilepsie présente-t-elle chez l'enfant?). Le pronostic, selon la gravité de la maladie, est différent - du rétablissement complet à l'invalidité et au décès..